Juillet, le bilan

Standard

          Encore un mois de juillet assez mitiger (histoire de changer). L’avantage de ne pas trop pouvoir bouger c’est que j’ai beaucoup, beaucoup de temps pour lire. J’ai donc tout de même lu 7 livres ce mois-ci, dont un énorme pavé qui attendait depuis près de 5 ans dans ma bibliothèque : Là où les tigres sont chez eux. J’avoue que ces 900 pages me faisaient un peu peur, je pensais en avoir pour un bon mois. Finalement, je l’ai lu en à peine 2 semaine et si ça n’a pas été un véritable coup de cœur, j’ai quand même beaucoup aimé. J’ai également beaucoup apprécié La petite communiste qui ne souriait jamais et Le secret d’Orbae.

v2 sig

          J’ai fait mieux que le mois précédent côté films avec 5 films vus. J’ai beaucoup aimé Difret et j’ai adoré voir Bonnie and Clyde en  plein air. En revanche, si j’ai suivi quelques séries, quasi aucun film vu depuis chez moi. Je suppose qu’on ne peut pas à la fois lire et regarder sa télé. Ceci doit expliquer cela.

          Peu de sorties de manière générale à part le magnifique gala des étés de la danse mais j’ai quand même fait mon pélerinage annuel aux étangs de Bassiès et une virée à Vielha pour la fête de la langue aranaise. Une sortie franchement sympa avec un concert de Nadau au passage. L’occasion aussi de découvrir un resto perdu en pleine montagne. Et vous, qu’avez-vous fait ce mois-ci ?

Michel Sarran, la grande table toulousaine

Standard

          Pour l’anniversaire de ma maman, nous sommes allés manger en famille chez Michel Sarran. Malgré ses deux étoiles, ce n’était pas spécialement le chef qui me faisait le plus rêver. Je ne sais pas si je craignais plus que ce soit trop classique ou trop m’as-tu vu. J’y allais donc circonspecte. J’ai très vite laissé tomber mes réticences en voyant aussi bien le décor que ce qu’il y avait dans nos assiettes ! J’ai beaucoup aimé la décoration de la salle, à la fois moderne et accueillante. Il faut dire que les touches de couleurs sont apportées par des fauteuils violets (et verts), à savoir ma couleur préférée, je ne pouvais qu’être conquise. Une première impression plutôt favorable donc. Ca a continué à la découverte du menu. Je m’attendais à ce que ce soit exorbitant. Bon, certes ce n’est pas donné, nous sommes dans un étoilé tout de même, mais 100€ le soir pour un menu en 5 services, c’est raisonnable étant donné le standing de la maison. Nous n’avions donc plus qu’à nous régaler.

© Jean-Jacques GELBART

© Jean-Jacques GELBART

          Ca commence fort avec les amuse-bouches dont une bière de tomate particulièrement surprenante. L’entrée du menu ne me tentait pas du tout, j’ai donc demandé s’il était possible de changer. On m’a de suite proposé autre chose. J’ai ainsi pu déguster le poulet au citron et à l’huile d’argan, un plat signature qui s’avère être un véritable délice. L’assiette était magnifique et c’est sans nul doute le meilleur poulet qu’il m’ait été donné de déguster : j’en aurais bien demandé une seconde part ! Si la suite était à l’avenant, ce plat demeure celui qui m’a le plus marqué, tant par le visuel que par les saveurs. Les portions sont assez copieuses et je n’ai pas regretté de ne pas avoir pris le « grand » menu. Mon seul petit regret reste sur le dessert. Il était très bon, à base de cassis et violette, mais j’aurais souhaité en déguster un deuxième pour pouvoir réellement juger du niveau des pâtisseries qui m’ont semblé un peu en deçà, non pas par leur goût mais plutôt par leur complexité. Mais cela reste à vérifier, c’est là l’amoureuse des desserts qui pinaille.

© Jacques VIEUSSENS

© Jacques VIEUSSENS

          Un repas succulent donc, qui fut une excellente surprise. Qui plus est, le service est adorable, avec un sommelier qui est venu discuter à notre table dès qu’il m’a entendue parler de pâtisserie et m’a abreuvée de conseils quant aux grandes maisons parisiennes. Une proximité que j’ai beaucoup appréciée et qui a grandement contribué à l’excellent souvenir que je garde de ce dîner. Les conseils en vin étaient par ailleurs très bons. Finalement, malgré mes réticences, je n’ai rien eu à reprocher à ce restaurant qui s’avère être une excellente adresse (je sais, c’est un 2 étoiles, on aurait pu s’en douter). Michel Sarran propose une cuisine inventive et maîtrisée, aussi riche en couleurs qu’en saveurs. Un menu sans fausses notes. Je compte bien y retourner un midi pour le menu à 55€ entrée/plat/dessert, vin et café. Ca fait certes une brèche dans le budget mais étant donnée la qualité, ça mérite bien quelques sacrifices. A noter que le restaurant possède une terrasse dans une jolie cour intérieure pour l’été. Une excellente adresse, accueillante et raffinée où j’ai hâte de retourner. A tester sans hésiter à la première occasion.

© Laurent Barranco

© Laurent BARRANCO

Michel Sarran 

21, boulevard Armand Duportal
31000 TOULOUSE

05 61 12 32 32

Fermé le mercredi midi et le week-end

Petit bilan des spectacles vus ce trimestre

Standard

          Ceux qui me suivent l’auront remarqué, j’écris peu ces derniers temps. Je suis passée de 5/6 articles par semaine à un tous les 4 ou 5 jours, quand ce n’est pas moins. Même si mon activité culturelle s’est également réduite avec quasi aucune expo depuis le début de l’année et un peu moins de sorties théâtre que de coutume, les articles à écrire s’entassent dans mes brouillons à une vitesse affolante (je viens de passer le cap des 50 articles en retard !). Après maints atermoiements, j’ai fini par me mettre aux articles groupés pour essayer d’endiguer un peu ce flux qui menace de me submerger. Prenant exemple sur ma copine Laura du blog De ma plume à vos oreilles, j’ai décidé de vous faire un petit résumé des spectacles vus non pas ce mois-ci comme elle le propose, mais carrément ce trimestre-ci histoire de faire du vide une bonne fois pour toutes. Voici donc les pièces du théâtres, ballets ou autres spectacles de cirque vus depuis le 1° mai.

Le lac des cygnes au Palais des Congrès

          J’avais été terriblement déçue de rater Le lac des cygnes à l’Opéra cette année. Je l’avais dans mon abonnement, je l’attendais depuis presque un an, et ces foutus problèmes de santé qui ne me lâchent pas m’ont empêché de me déplacer ce jour-là (je fulmine encore). Heureusement, un ami qui me veut du bien a entendu ma détresse et m’a offert une place pour aller voir le ballet au Palais des Congrès par le Bolchoï de Minsk. Ca m’aura d’ailleurs permis de comparer avec la version du ballet national de Prague (si c’est bien son nom). Nous étions moyennement bien placés, malgré des places assez chères, et je dois avouer avoir eu un peu de mal à entrer dedans. Si la première partie ne m’a pas déplu et que je n’ai pas grand chose à lui reprocher, elle ne m’a pas non plus emballée outre mesure. Je lui ai peut-être trouvé un côté trop classique, un petit manque de modernité. En revanche, la deuxième partie m’a beaucoup plus séduite. Les costumes sont beaux, les lumières assez travaillées et bien sûr, les danseurs impeccables. D’ailleurs quelle qu’en soit la version, c’est toujours le début de la seconde partie que je préfère. Cette version est loin d’être aussi kitsch que celle vue à Prague qui m’avait laissée sur ma faim. J’ai apprécié la présence d’un orchestre. Il n’y a pas à dire, la musique de Tchaïkovski est absolument magnifique ! Pas un énorme coup de cœur mais un beau spectacle tout de même.

zK_2vq8Xk6txlWmTz3Vjby5VLMA

Paquita à l’Opéra Garnier

          Aucun rapport avec le spectacle certes mais c’est toujours la même émotion à chaque fois que j’entre à l’Opéra Garnier. Qu’est-ce que c’est beau ! Ca aide quand même à apprécier le spectacle. J’étais placée franchement loin mais le premier rang du balcon offre toutefois une belle vue (pour la saison prochaine, je me suis procuré des jumelles pour compenser ce trop grand éloignement). Je ne connaissais pas du tout Paquita. Ni le type de ballet dont il s’agissait, ni l’histoire. Il faisait partie de mon abonnement et j’y suis allée totalement à l’aveugle. J’étais particulièrement crevée ce jour-là et je dois admettre avoir encore une fois somnolé fortement une bonne partie du spectacle (allez savoir pourquoi le ballet me fait cet effet-là : plus j’aime, plus ça m’endors, ça doit avoir un côté hypnotique je suppose). Malgré la fâcheuse tendance de mes yeux à se fermer malgré moi, je peux quand même vous dire que j’ai adoré ce spectacle foisonnant bourré d’humour. Dans l’Espagne du XIX°, amour, enlèvement, trahison et secrets de famille se succèdent à un rythme effréné. Les costumes sont riches en couleur et tout simplement magnifiques. Dans beaucoup de tableaux les danseurs sont nombreux sur scène dans des chorégraphies parfois très techniques. Le meilleur est pour la fin avec une scène de bal somptueuse où les deux danseurs principaux rivalisent de prouesses. A la fois technique et bouillonnant, avec des décors magnifiques et des costumes féeriques, le genre de ballet qui pousse les petites filles à faire de la danse et continue d’éblouir les plus grandes. Mon plus grand moment émerveillement de l’année.

tournee-ballet

L’anatomie de la sensation à l’Opéra Bastille

          Les images que j’avais vues de ce ballet contemporain me plaisaient beaucoup, j’ai donc pris une place pour clôturer la saison. Je ne sais trop que dire de ce spectacle sinon qu’il m’a déçue. C’est très étrange car j’ai trouvé que visuellement c’était très beau. Ca joue beaucoup sur les couleurs, les formes, la géométrie. Bien que je n’apprécie guère en général les choses aussi dépouillées, j’ai trouvé qu’il y avait ici une véritable grâce. Les danseurs sont excellents, la chorégraphie souvent sensuelle et la lumière incroyable. Quel était le problème alors ? La musique. Parfaitement dissonante de bout en bout. Le hic, c’est que j’ai horreur de ça. Ca me crispe. J’ai passé tout le temps du spectacle tendue à l’extrême, à m’enfoncer les ongles dans les paumes en serrant les dents. Je ne suis pas partie histoire de ne pas déranger toute la rangée mais ça me démangeait sérieusement. J’étais tellement concentrer sur mes tympans sur le point d’exploser que je n’ai quasiment rien vu de la chorégraphie. Ils auraient dû fournir les boules Kies à l’entrée. Malgré une performance impeccable en danse, la musique absolument horripilante m’a empêché d’apprécier ce spectacle. Dommage. 

4723_adeniau2011_wmgr_2615_renavand_hoffalt

Soirée de gala des étés de la danse au théâtre du Châtelet

         Voici plusieurs saisons que j’assiste aux étés de la danse et j’ai eu l’occasion l’année dernière de profiter de la soirée de gala qui était tout simplement sublime (mon résumé très très très enthousiaste ici). Des chorégraphies très variées qui m’avaient enchantées. J’ai donc resigné pour cette année et me suis même payé le luxe d’une bonne place. Apeès le San Francisco ballet, c’était cette année, la compagnie Alvin Ailey qui était à l’honneur. Je les avais vus il y a 2 ou 3 ans et j’avais bien aimé leurs créations même si certaines sont un peu trop modernes à mon goût. Je dois avouer que j’ai dans un premier temps été un peu déçue. Je n’ai pas retrouvé la diversité de l’année précédente. Ici, toutes les chorégraphies sont assez contemporaines, rien qui ressemble à du ballet classique. La compagnie s’inspire le plus souvent des rythmes et danses africains dans ses spectacles. Pourtant, à y regarder de plus près cette soirée offrait un très beau panel de la culture afro américaine dans ses inspirations. J’ai beaucoup aimé la plupart des chorégraphies, où le corps est souvent mis à l’honneur. Assez dépouillées, certaines sont d’une incroyable sensualité. Mais mon énorme coup de cœur a été dans la seconde partie. Une longue chorégraphie signée Alvin Ailey himself que j’ai trouvée absolument magnifique. Toute la troupe est sur scène pour une chorégraphie en plusieurs tableaux qui s’inspire du travail des esclaves dans les champs de coton sur des airs de blues et de gospel. Emouvant, magnifique, un moment riche en émotions. Malgré quelques réticences au départ, une soirée qui m’a totalement charmée avec du très grand spectacle. 

Segerstrom-Center-Alvin-Ailey-American-Dance-Theater-in-Alvin-Ailey-s-Revelations-Photo-by-Gert-Krautbauer

Mistinguett au théâtre Comedia

          Nous avions failli aller voir ce spectacle à Noël avec mes parents mes les places étaient excessivement chères et nous avions peur que la qualité ne soit pas au rendez-vous. Finalement, en chargeant un spectacle à aller voir pour la Fête des Mères, je suis retombée dessus et me suis finalement décidée. Je dois admettre que j’étais tout de même un peu circonspecte… La bonne surprise c’est que nous étions très bien placées. La salle n’était pas pleine et nous avons plus ou moins pu choisir notre emplacement. Ca commençait on ne peut mieux. J’ai eu un peu de mal à rentrer dans l’histoire au début. La comédie musicale reprend l’histoire du déclin puis du retour au succès de la célèbre chanteuse de cabaret Mistinguett. J’ai toujours un peu de mal quand les acteurs portent un micro, ça me donne l’impression (à supposer que c’en soit une…) qu’ils jouent faux. Mais après un petit temps d’adaptation, je me suis franchement laissée séduire par ce spectacle. La chanteuse qui tient le rôle principal a une voix impressionnante et s’avère très crédible en Mistinguett. Le reste de la troupe n’est pas moins convaincant. J’ai beaucoup aimé les décors et costumes qui en mettent plein la vue. Bien sûr, les parties dansées sont celles que j’ai préféré : magnifiques. La musique est entraînante, avec des airs assez bien revisités et on se laisse prendre à l’histoire qui nous plonge dans le Paris des années 20. Si ça met un peu de temps à démarrer et qu’il y a bien quelques défauts, l’énergie communicative de la vedette nous fait vite oublier tout ça. Un spectacle léger et haut en couleurs qui m’a fait passer un excellent moment.

VisionByAG_Mistingett-193-1024x682

La Verita aux Folies Bergères

         Après le cadeau de Fête des Mères, celui de Fête des Pères, avec du cirque cette fois-ci. Heureusement que mes parents viennent de temps en temps pour me sortir sinon je ne sais pas ce que je ferais ! J’aime beaucoup le cirque, en particulier les spectacles très contemporains qui offrent souvent beaucoup de poésie. Les images de celui-ci étaient… surprenantes ! et je ne savais pas trop à quoi m’attendre mais les Folies Bergères offrent généralement de beaux spectacles, je me suis donc lancée. Tout ne m’a pas emballée dans ce spectacle mais il y a énormément de bonnes choses pour un résultat plutôt réussi. La bonne nouvelle c’est que les numéros de cirque sont en grande majorité excellents. J’ai beaucoup moins aimé le fil rouge, qui permet certes de changer rapidement les décors et de passer d’un numéro à l’autre sans interruption, mais ne présente à peu près aucun intérêt et s’avère même aussi compliqué qu’agaçant. Mais bon, on est là pour voir du cirque et il est de qualité. J’ai particulièrement aimé certains numéros d’acrobaties proches de la danse, un très beau numéro de jonglage ou encore une musicienne qui fait chose tout bonnement hallucinantes. Souvent les numéros s’entremêlent et si les tableaux sont magnifiques, il est parfois difficile de savoir où porter son attention dans cet univers foisonnant. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la compagnie italienne Finzi Pasca est inventive ! Elle propose un univers burlesque parfois inquiétant inspiré de Salvador Dali. Costumes, lumières, mise en scène, tout est très travaillé pour nous présenter des scènes plus belles les unes qui m’ont souvent donné l’impression de se lire comme des peintures. Malgré un côté parfois un peu fourre-tout et désordonné, un spectacle magnifique qui propose des numéros de haute volée.

3023796228

La maison de Bernarda Alba à la Comédie Française

          Je ne sais pas pourquoi j’étais persuadée de vous avoir parlé de cette pièce de suite après l’avoir vu mais visiblement j’ai totalement oublié… Je me rattrape donc. Je ne savais de trop où je mettais les pied avec ce texte de Federico Garcia Lorca, auteur que j’aime énormément pour la poésie mais parfois moins pour le théâtre. J’étais extrêmement mal placée et une bonne partie de la mise en scène était concentrée dans mon angle mort (j’honnis les metteurs en scène qui ne travaillent que pour le carré or, aussi talentueux puissent-ils être par ailleurs). Même en me tordant le cou, je n’ai donc eu qu’une version radio pendant tout le premier acte. Pourtant, malgré ces conditions pour le moins défavorables, je dois bien dire que j’ai de suite adoré cette pièce. La mise en scène est sobre mais magnifique. Décor simple mais efficace (très ingénieux, comme je les aime), belle lumière, ambiance tamisée qui se tend peu à peu : on se laisse emmener dans ce huis clos entre femmes. Les comédiennes sont excellentes et campent leur rôle à la perfection. La tenson devient vite palpable et on sent le drame inéluctable. Une pièce magnifique, joliment mise en scène et magistralement interprétée. Mon gros coup de cœur théâtral de cette fin d’année.

1127174_femmes-brisees-au-francais-web-021128643184

          Je ne m’en étais pas rendu compte mais j’ai vu très peu de pièces ces trois derniers mois malgré les nombreuses que comportaient mes divers abonnements. Je n’ose même pas regardé combien de pièces de théâtre j’ai raté cette année… En revanche, même si je suis très déçue de ne pas avoir pu aller voir Les enfants du Paradis que j’attendais avec impatience, beaucoup de ballets vus ce trimestre. Moi qui n’allais quasi jamais voir de danse il y a encore deux ans à peine, je me rattrape sérieusement ! Je suis également allée faire un tour à La Villette Sonique, que j’ai fui au pas de course en voyant la foule, et au Paris Jazz Festival au Parc Floral (que je visitais au passage pour la première fois) où j’ai trouvé l’ambiance aussi sympa que la programmation. L’été s’annonce calme mais je m’acharne à m’abonner à l’opéra pour la programmation de danse, à la Comédie Française pour le théâtre et au 104 pour du cirque, en espérant être plus en forme que la saison passée et à ne pas trop en manquer cette fois-ci. Moins de pièces de prévues que cette année mais je devrais tout de même avoir quelques sorties culturelles à vous raconter. Rendez-vous bientôt pour la suite.

Trois textes courts et forts

Standard

          Voici trois textes lus récemment dont je n’avais pas encore eu le temps de vous parler. Trois textes très courts mais qui ne sont pas moins percutants pour autant. Outre leur format, ils se distinguent par la qualité de leur style. Tous trois se présentent comme des souvenirs et n’en sont que plus poignants. Présentation.

L’expérience, Christophe Bataille

          En avril 1961 se tiennent des essais atomiques dans le désert algérien. Un jeune soldat y assiste, à 3 km de la bombe. Des années plus tard, il raconte. J’ai bien aimé ce texte un peu aride qui se présente comme des bribes de souvenirs. On alterne entre le présent du narrateur alors âgé et son passé de jeune soldat qui a assisté sans vraiment les comprendre aux essais atomiques. Le récit se veut assez objectif quant aux faits, utilisant le point de vue de quelqu’un qui en sait assez peu. En revanche, il met en avant les émotions, les interrogations et les conséquences de cette journée pour cet homme. Des conséquences aussi bien physiques que psychologiques qui sont évoquées sans détours mais avec une certaine pudeur. Je dois admettre que je ne m’étais jamais réellement penchée sur la question des essais atomiques et que j’étais assez ignorante en la matière. Ce texte a le mérite de mettre ce pan de l’histoire sur le devant de la scène. Si le style, pourtant très maîtrisé, ne m’a pas emballée outre mesure, manquant de rondeur à mon goût, j’ai aimé ce sujet qui mérite qu’on s’y intéresse. Une belle découverte.

864452

Depuis ce jour dans le désert, je ne sais qu’une chose. Peu importe la vie des hommes, puisque la mort ne se combat pas.

_______________

Quel plus grand plaisir que l’obéissance? Bien sûr, cette phrase choquera ma fille, qui croit à la révolte; ou même à la peur, qui nourrit le révolte. C’est qu’elle a vécu dans la douce pensée. Et dans la paix de n’avoir rien vu.

L’incendie, Antoine Choplin et Hubert Mingarelli

          Deux hommes correspondent après des années de silence, à des milliers de kilomètres l’un de l’autre. Peu à peu, leur passé resurgit et avec lui de douloureux souvenirs de la guerre en ex-Yougoslavie. Je ne connaissais Antoine Choplin que de nom, en revanche, j’aime beaucoup la délicatesse d’Hubert Mingarelli, auteur que je suis maintenant depuis une dizaine d’années, je ne pouvais donc qu’être intriguée par ce texte à 4 mains. Sans grande surprise, j’ai beaucoup aimé. Le style est admirable, sobre et efficace, tout en finesse. L’histoire ne démérite pas non plus. On découvre le nœud de l’intrigue au fur et à mesure de l’avancée de la correspondance de ces deux amis qui s’étaient depuis longtemps perdus de vue. J’ai trouvé la construction assez habile. Le texte est prenant et j’ai été surprise par les révélations contenues dans cet échange épistolaire, même si on pouvait se douter dès le début qu’il y avait anguille sous roche. Un joli texte, court mais terriblement efficace que j’ai pris plaisir à lire. 

Lincendie

Regarder le monde comme il est, ce n’est pas si facile mais surtout, je me dis que ce n’est qu’une occupation parmi toutes celles qu’on peut avoir. Je trouve que c’est bien aussi de regarder le monde comme il pourrait être, ou comme on voudrait qu’il soit. Et c’est bien aussi de ne rien regarder du tout.

_______________

Chacun agit comme il peut pour vivre et s’arranger, et sans doute avons-nous fait de notre mieux jusqu’à aujourd’hui.

Cannibale, Didier Daeninckx

          En 1931 se tient à Paris l’Exposition Coloniale. Quand les crocodiles meurent subitement, un cirque de de Francfort-sur-le-Main propose de leur prêter les siens. En échange, il devront expédier autant de leurs Canaques. Il me semblait avoir lu ce livre quand j’étais lycéenne mais à part son sujet, je n’en gardais aucun souvenir, j’ai donc décidé de me rafraîchir un peu la mémoire. Je dois avouer que j’ai été très agréablement surprise. J’ai beaucoup aimé ce texte qui met en avant un des morceaux de notre histoire les moins glorieux. En peu de mot, l’auteur parvient à nous plonger dans l’univers particulier de l’Exposition Coloniale et à évoquer la culture kanak. J’ai beau être plus ou moins au fait des horreurs qu’a pu engendrer le colonialisme, j’ai été choquée plus d’une fois au cours de cette lecture pourtant assez brève. Très bien écrit, ce texte m’a beaucoup plu par sa justesse de ton ; il donne la parole aux premiers concernés sans tomber dans le misérabilisme. Un court texte qui ne manque pas de force et mérite d’être largement diffusé.

DAENINCKX003

Le respect, chez nous en pays Kanak, il ne vient pas à la naissance comme la couleur des yeux. Il se mérite tout au long de la vie.

_______________

Vous tous qui dites « hommes de couleur », seriez-vous donc des hommes sans couleur ?

Shaun, le mouton qui vous fera bêler de rire

Standard

          Quand en voulant jouer un mauvais tour au fermier, Shaun l’expédie par erreur à la Grande Ville, il part à sa recherche avec ses congénères. Ils vont devoir user de ruse pour le retrouver et le ramener à bon port. 

132942.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Ceux qui me suivent l’auront constaté, je vois peu de films d’animation. Mais Shaun me tentait terriblement. Parce que Chicken Run et Wallace et Groomit m’avaient bien fait rire je me doutais donc qu’il en serait de même pour la nouvelle création de Nick Park. Je n’ai pas été déçue ! J’ai beaucoup ri pendant cette séance. Bizarrement, même si j’avais déjà vu la bouille de ce mouton malicieux, je n’avais jamais regardé la série. J’ai trouvé que la pâte à modeler donne un côté très sympa, un « grain » particulier et inimitable dont je ne ma lasse pas (je suis vieux jeu parfois, je sais). On s’attache de suite à ces boules de laine que les animateurs ont réussi à rendre extrêmement expressives.

378792.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Moi qui ne suis pas toujours très bon public pour les comédies, j’ai beaucoup ri à celle-ci dont les gags font souvent mouche. Le vrai coup de force de ce film, c’est d’être accessible à tous les âges. Les plus petits seront charmés par ce mouton espiègle sans que les plus grands sombrent pour autant dans l’ennui. L’histoire est truffée de références à la culture populaire qui raviront les connaisseurs. L’humour, jamais méchant, joue sur plusieurs registres et fonctionne franchement bien. Le rythme est soutenu et même s’il y a quelques passages à vide, on ne s’ennuie pas avec ces boules de laine à l’humour anglais pour le moins délectable. Un film terriblement mignon qui fera rire à tous les âges.