L’actu de la semaine – 24/01

Par défaut

- Les routiers sont en grève pour réclamer une hausse des salaires. Les négociations avec le patronat sont rompues et ils demandent l’arbitrage de Manuel Valls.

- François Hollande s’est rendu à Davos, au forum économique mondial. Il y a parlé d’écologie en vue du sommet sur le climat qui se tiendra à Paris, et de terrorisme suite aux attentats en France.

- Suite aux attentats, Manuel Valls et Najat Vallaud-Belkacem ont annoncé des mesures concernant la laïcité et les la promotion des valeurs républicaines à l’école.

- Air France a annoncé un plan de 800 départs volontaires.

- La BCE (Banque Centrale Européenne) va injecter plusieurs milliards dans la zone euro. Un rachat de la dette qui devrait permettre de lutter contre la déflation.

vendeur20journaux-cff80

Sorties ciné

- Toute première fois : Jérémie, 34 ans, émerge dans un appartement inconnu aux côtés d’Adna, une ravissante suédoise aussi drôle qu’attachante. Le début dʼun conte de fées ? Rien nʼest moins sûr car Jérémie est sur le point de se marier… avec Antoine. Certes, ça a l’air con, mais la bande-annonce m’a fait rire alors je vais tenter le coup je crois.

- Imitation Game : 1940 : Alan Turing, mathématicien, cryptologue, est chargé par le gouvernement Britannique de percer le secret de la célèbre machine de cryptage allemande Enigma, réputée inviolable. Les histoires de génies, ça marche (presque) à tous les coups avec moi, je ne peux pas rater ça !

- Les nuits d’été : Dans la France des années 50, en guerre contre l’Algérie qui réclame son indépendance, un respectable notaire de province, soucieux de son étude et très sincèrement épris de son épouse, abrite chaque weekend, dans sa résidence secondaire, un secret : son goût pour le travestissement. Un sujet que je trouve passionnant, j’ai hâte de voir ce que ça donne.

Mais cette semaine, sortent aussi Into the woods, Phoenix et Snow therapy. Une fois de plus, trop de films qui me tentent, je ne pourrai jamais tout voir !

Culture

- C’est le Festival Télérama cette semaine. Du 21 au 27 janvier, découvrez ou redécouvrez dans votre cinéma les grands films qui ont marqué 2014.

- Ce sont les derniers jours pour profiter du festival Circulation(s). Des expositions gratuites de photo contemporaine se tiennent au 104 et Gare du Nord.

- On l’a un peu oublié avec les événements de ces dernières semaine mais c’est la rentrée littéraire de janvier. Moins médiatisée que celle de septembre, elle n’en recèle pas moins quelques pépites comme par exemple le dernier roman d’Hubert Mingarelli. Courez découvrir les sorties du moment chez votre libraire.

_______________

Le mot de la semaine sera VICINAL : 1. a) De voisin, de voisinage, b) Qui met en relation des villages voisins. 2. Qui concerne les voies de communication reliant les villages.
Pas particulièrement rare, mais comme j’oublie toujours ce que ça veut dire, voilà, cette fois, c’est noté.

Tutu, les Chicos Mambo dépoussièrent la danse

Par défaut

          Tutu est un spectacle dont on a beaucoup parlé depuis quelques semaines. Sur scène, uniquement des hommes qui révisent les classiques de la danse, du ballet au tango en passant par la danse contemporaine. J’avoue que je n’étais pas sure d’adhérer à cet univers. Pas que je sois dénuée de toute forme d’humour mais n’étant pas très calée en danse, je n’étais pas sure d’être en mesure d’apprécier les détournements de ses codes. Mais finalement, même s’il y a deux-trois références que je n’ai qu’à moitié comprises, c’est passé tout seul. Il n’y a pas besoin d’être spécialement amateur de danse pour apprécier ce spectacle plein d’humour qui aborde beaucoup de genres différents. Chacun devrait y trouver son compte.

tutu

          Franchement, j’ai beaucoup aimé ce spectacle plein d’humour. Dès le début, j’ai trouvé la mise en scène juste géniale. Les costumes qu’on voit sur l’affiche sont vraiment très drôles et il y a beaucoup de poésie dans ces chorégraphies. Le spectacle est découpé en saynètes qui représentent différentes danses ou des ballets célèbres. J’ai beaucoup, beaucoup ri devant leur interprétation du Lac des Cygnes : juste géniale ! Je vois une version plus classique bientôt mais je sens que je ne la regarderai plus du même œil. La compétition de GRS (Gymnastique Sportive et Rythmique) est également très drôle (et assez impressionnante techniquement). Le tutu est au cœur du spectacle, comme un fil rouge entre les séquences.

Michel Cavalca

Michel Cavalca

          Les réinterprétations sont plus ou moins réussies mais dans l’ensemble le niveau est très bon. J’ai trouvé la 2° partie moitié plus intéressante. Il faut dire que j’étais fatiguée et que la danse moderne me parler franchement moins. J’ai apprécié que malgré une bonne dose d’auto-dérision, la performance ne soit pas oubliée dans ce spectacle qui laisse la place à l’émerveillement. Les danseurs sont non seulement très bons et très beaux (ces corps, c’est juste incroyable, ça me laisse sans voix à chaque fois !) mais ils sont en plus très sympathiques et on a l’impression qu’ils ont une petite marge de manœuvre pour s’exprimer, ce qui fait qu’on a le sentiment que la personnalité de chacun ressort un peu au fil de la représentation. Un spectacle inventif et drôle qui m’a fait passer un très bon moment.

Michel Cavalca

Michel Cavalca

Tutu

Bobino

7, rue de la Gaîté

75014 Paris

Jusqu’au 24 mai 2015

De 20 à 50€

Soupe patate douce – coriandre avec plein de bonnes choses dedans

Par défaut

Pour 2 personnes

1 patate douce
2 carottes
4 petites pommes de terre
2 gousses d’ail
1 cm de gingembre frais
1 botte de coriandre
1 filet d’huile
Sel, poivre

DSC_0765

Pelez les légumes et coupez-les en gros dés.

Pelez l’ail et écrasez-le.

Pelez le gingembre et émincez-le finement.

Faites revenir le tout à feu vif dans une cocotte avec un filet d’huile. Lorsque les légumes commencent à dorer, ajoutez de l’eau à hauteur.

Lavez la coriandre et ajoutez environ une demie-botte (une vingtaine de brins) aux légumes. Conservez le reste. Salez.

Lorsque l’eau bout à nouveau, baissez le feu et couvrez. Laissez cuire 20 à 30 min.

Quand les légumes sont bien fondants, sortez-les du feu et moulinez.

Au moment de servir, ajoutez un peu de fleur de sel, du poivre moulu et de la coriandre ciselée.

Dégustez bien chaud.

DSC_0789

Bon appétit !

Whiplash, un film qui frappe fort

Par défaut

Drame musical américain de Damien Chazelle avec Milles Teller, J. K. Simmons, Paul Reiser

         Andrew a 19 ans et fait de la batterie, il rêve de devenir l’un des meilleurs. Pour atteindre son objectif, il veut intégrer l’orchestre du grand Terence Fletcher. Sous la direction de cet homme intraitable, il se lance dans la quête de la perfection.

345974.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Avec 3 bonnes semaines de retard, je vous présente mon gros coup de cœur de cette fin d’année 2014. Le synopsis me tentait bien – j’aime souvent beaucoup les films autour de la musique – et j’en avais entendu beaucoup de bien sur les quelques blogs qui en avaient parlé avant sa sortie. Je suis donc allée le voir dès que j’ai pu, même s’il m’aura fallu un peu de temps pour vous en parler (au cas où vous ne l’auriez pas remarqué, j’ai un retard dingue dans mes articles et comme j’en mets moins souvent que d’habitude, ça ne va pas en s’arrangeant). J’y suis allée avec mes parents et si on n’est pas toujours d’accord sur les films, on a tous les 3 adoré celui-là ! On en est ressortis franchement ravis et notre enthousiasme n’a pas faibli depuis. Je l’ai même classé sans hésiter en bonne parmi mes films préférés de 2014 (la liste complète à découvrir ici).

474992.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

           Bizarrement, j’ai un peu de mal à écrire sur ce film (oui bon, à écrire tout court, je l’admets). Il faut dire que j’ai tout aimé dans ce film, ce qui n’est pas idéal pour un long argumentaire. Ce n’est pas bon pour la critique de tout aimer, ça me donne toujours moins avis de me justifier que quand je ne pense que du bien de quelque chose. C’est sans doute un peu dommage mais on ne se refait pas. Je vais donc au moins tenter d’énumérer les nombreux points positifs de ce très bon film. Déjà, le sujet ! Je ne suis pas une grande fan de jazz mais franchement, entendre de la bonne musique de bout en bout plutôt que les violons sirupeux que nous sert trop souvent Hollywood, j’adore ça ! J’ai également trouvé que c’était extrêmement bien filmé même si certains diront que la mise en scène est un peu maniérée. Je trouve que c’est assez difficile de filmer la musique, là les instruments sont cadrés de très près, ça m’a donné l’impression de presque pouvoir les entendre vibrer. Vraiment très fort !

053147.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          L’histoire quand à elle a fait débat. J’ai entendu des choses du genre « le prof il est méchant » (bouh, c’est pas bien), « n’importe quoi on n’a pas besoin de souffrir pour être un bon musicien » ou « c’est totalement immoral, j’aime pas ». Bon, autant vous dire que je ne me suis pas fait que des amis en débattant du sujet. Franchement, les héros « gentils » m’ennuient. Je ne suis pas faite pour regarder du Disney à longueur de journée. Je ne pense pas non plus que le cinéma doive être moral. Pour moi, il est plutôt un reflet de la réalité : il fait parfois rêver mais peut aussi être triste ou cruel. C’est bien cette diversité qui fait que j’adore le cinéma. Quant à savoir s’il y a besoin de souffrir pour être le meilleur, dans une certaine mesure je pense que oui. Le talent suffit rarement pour réussir, il faut aussi travailler dur, se dépasser. Évidemment, ça n’a pas besoin d’aller nécessairement aussi loin que dans le cas présent mais je pense que souvent il y a un peu de ça quand même. A mes yeux, le jeu en vaut la chandelle et ceux qui réussissent font oublier le long et dur parcours par lequel ils y sont arrivés.

135044.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Je comprends cependant que tout le monde n’ait pas ce point de vue. Mais c’est pour ça, parce que je n’ai pas trouvé ce film si dur (même si le prof est complètement ravagé, j’en conviens). Je l’ai surtout trouvé très beau. J’ai vraiment été en apnée de bout en bout, à me demander si ce gamin allait arriver au bout de son rêve. J’ai apprécié que le film ne tombe pas dans la facilité ou le sentimentalisme. Les deux acteurs principaux sont très bien choisis, ils collent parfaitement à leur rôle et sont franchement excellents. La scène finale est époustouflante. Inutile de dire que le bande-son est juste géniale. Les amateurs de jazz se régaleront, et pour ceux qui sont moins fans, rassurez-vous, ça passe on ne peut mieux quand même. Vous l’aurez compris, j’ai tout aimé dans ce film que certains jugeront un peu lisse dans sa réalisation mais qui est très maîtrisé. Avec Whiplash, Damien Chazelle nous offre une des très bonnes surprise de 2014. Ce film est un vrai régal.

La nuit du visiteur, le petit chaperon rouge comme vous ne l’avez jamais vu

Par défaut

          Si ce n’est pas son gentil petit chaperon rouge, qui donc frappe à la porte de Mère-Grand à cette heure de la nuit ? II vous faudra des nerfs d’acier pour ne pas abandonner cette lecture éprouvante en cours de route et risquer ainsi de louper la clef de l’énigme.

image-3

          Je dois avouer que quand on m’a mis ce livre dans les mains en me forçant presque à le lire, j’étais moyennement emballée. Il faut dire que je ne savais pas trop à quoi j’avais affaire. Le titre me parlait moyennement, les dessins faisaient un peu peur et ne me plaisaient pas outre mesure, je ne savais même pas si c’était destiné aux enfants ou aux adultes. Bref, je rechignais un peu. Et puis, comme je n’avais que ça sous la main et que je fais confiance à l’amie qui me l’a prêté, je me suis décidée à l’ouvrir. Il m’a fallu quelques pages pour comprendre où l’auteur voulait en venir (il y a des fois où je ne suis pas très vive, que voulez-vous…) et à partir de là, j’ai été conquise.

Page-24-25

          Pour vous résumer l’histoire, la mère-grand de notre petit chaperon est dans sa chaumière et le loup frappe à sa porte. Il tente de la persuader par tous les moyens de le laisser entrer mais la vieille dame est loin d’être sénile et trouve toujours un moyen de le repousser. S’en suit une joute verbale franchement truculente. Les dessins qui rappellent le théâtre d’ombres complètent admirablement ce texte plein de malice. Je n’accroche pas spécialement au style des illustrations mais il est adapté au récit et on s’habitue si bien qu’on y prendrait presque goût.

benoit_jacques11-248x300

          J’ai beaucoup ri en lisant ce livre. J’ai même relu certains passages plusieurs fois tellement je les trouvais drôles. Chaque double page est consacrée à une nouvelle réplique des deux protagonistes, comme autant de saynètes. Certaines répliques sont vraiment très bien trouvées et c’est un plaisir de suivre cet échange rythmé. Le livre est assez court et se lit rapidement. Si j’avais des enfants, j’adorerais leur lire cette histoire. Benoît Jacques nous emmène dans son univers pour une adaptation très réussie. Un livre plein d’humour et de fantaisie qui ravira les enfants et leurs parents.