Un automne à Paris

Par défaut

 

 

 DSC_0131 DSC_0112 DSC_0150

Il y a deux semaines, avec ma maman, nous sommes allées faire une balade ensoleillée au Bois de Vincennes en sortant de la Cartoucherie où nous avons vu le merveilleux Macbeth d’Ariane Mouchkine dont je vous parlerai bientôt. L’occasion de profiter des premières couleurs automnales.

 DSC_0130 DSC_0133 DSC_0147

Nous avons fini cette journée par un passage par les quais de Seine et Notre-Dame, que j’apprécie toujours autant, surtout de nuit. Le parvis est généralement très animé et j’aime bien m’y arrêter quand je suis dans les parages.

 

 DSC_0157 DSC_0161 DSC_0162

Fou de pâtisserie, le magazine qui porte bien son nom

Par défaut

          Il y a quelques mois, je découvrais « Fou de pâtisserie« , un magazine de pâtisserie positionné haut de gamme. Vous allez me dire « Encore un magazine de cuisine… » Certes, ils ont fleuri ces dernières années et l’offre est des plus vaste. J’aime bien ce type de magazine pour trouver des idées (je suis d’ailleurs abonnée à Cuisine et Vins de France) mais je leur reproche parfois de verser dans la facilité avec des recettes rapides qui utilisent des éléments tout prêts. Genre pour une pizza rapide et pas chère achetez de la pâte à pizza, de la sauce tomate et quelques olives. Oui autant l’acheter tout prête quoi… Ici on est très très loin de la cuisine de ménagère rapide et facile. Presque trop même. Je sais, je sais, je suis pénible, jamais contente.

M1477

          Les plus grands chefs pâtissiers collaborent à chaque numéro et nous dévoilent leurs secrets. Autant vous dire qu’à chaque page on en prend plein les yeux avec des gâteaux plus impressionnants les uns que les autres ! Tout fait envie. Et me semble absolument irréalisable. Les recettes sont regroupées autour d’un thème, mais chaque numéro propose aussi des variations autour d’une recette et d’autres surprises. Les recettes de chefs sont splendides et semblent irréalisables mais à y regarder de plus près, si c’est très technique et délicat, certaines recettes sont expliquées pas à pas et semblent finalement à la portée de pâtissiers moyens, même si je me doute que le rendu ne doit pas être aussi parfait.

fou-de-patisserie2

          Je n’ai pas encore eu l’occasion de tester ces recettes mais j’en garde quelques unes en tête pour des occasions particulières. En effet, la plupart comportent de nombreuses étapes et demandent beaucoup de temps. Toutefois, certaines sont aussi beaucoup plus accessibles comme par exemple dans le dernier numéro celles sur le goûter à l’heure américaine. J’aime beaucoup le côté très détaillé des recettes et cette impression qu’avec un peu de patience on peut réaliser de belles choses. Je vous confirmerai ça à l’occasion. J’ai envie de me mettre à une pâtisserie moins « rustique » et je ne sais pas trop par quel bout commencer mais quelques chose me dit que ce magazine pourrait m’y aider.

89831030_p

          J’aime beaucoup la maquette claire et colorée qui donne vraiment envie. Les petits plus comme les convertisseurs de mesures, les fiches de lexique ou encore les adresses où trouver les ingrédients rares sont très appréciables. Dans l’ensemble, je trouve ce magazine très bien conçu. Les recettes sont nombreuses et variées. Pour la plupart, elles sont plutôt complexe, le magazine s’adresse donc à un public averti. Il permet également de découvrir des chefs pâtissiers assez peu médiatisés ou de jeunes talents. Pour ma part, plus que pour réaliser les recettes, je l’achète car il me vend du rêve avec ses recettes incroyables et ses photos magnifiques. Je le recommande en tout cas à tous les fous de pâtisserie.

Prix littéraires 2014 : les finalistes

Par défaut

Prix Goncourt

– Meursault, contre-enquêtede Kamel Daoud, Actes Sud
– Ce sont des choses qui arrivent, de Pauline Dreyfus, Grasset
– Charlotte, de David Foenkinos, Gallimard
– Pas pleurerde Lydie Salvayre, Le Seuil

           Le prix sera proclamé le mercredi 5 novembre, à 13 heures, chez Drouant. Je suis un peu surprise de constater que Lydie Salvayre est toujours en lice tant son roman semble peu calibré pour les grands prix. Découvrez ma critique (enthousiaste) ici.

Prix Renaudot

Les  romans

– Charlotte, de David Foenkinos, Gallimard
L’Ecrivain national, de Serge Joncour, Flammarion
– Les Enquêtes de Monsieur Proust, de Pierre-Yves Leprince, Gallimard
– La Musique des illusions, de Jean-Marc Moura, Albin Michel
– Pétronilled’Amélie Nothomb, Albin Michel

Les essais

 De chez nous, de Christian Authier, Stock
– Dictionnaire amoureux de la Résistance, de Gilles Perrault, Plon
– Comme des barbares en Inde, de Jean-Claude Perrier, Fayard

           Remise du prix le 5 novembre chez Drouant. J’apporte bien évidemment mon soutien sans faille à Serge Joncour dont j’ai bien sûr beaucoup aimé le dernier roman, comme toujours.

205505424-livres-1-jpg

Prix Femina

Romans français

– L’homme qui marche, d’Yves Bichet, Mercure de France
– Josephde Marie-Hélène Lafon, Buchet-Chastel
Bain de lune, de Yanick Lahens, Sabine Wespieser
Terminus radieux, d’Antoine Volodine, Le Seuil
– Tristesse de la terrede Eric Vuillard, Actes Sud

Romans étrangers

L’homme provisoire, de Sebastian Barry, Gallimard – Irlande
Prière pour celles qui furent volées, de Jennifer Clement, Flammarion – Etats-Unis
Amour de pierrede Grazyna Jagielska, Les Equateurs – Pologne
La couleur du lait, de Nell Leyshon, Phébus – Grande-Bretagne
Ce qui reste de nos vies, de Zeruya Shalev, Gallimard – Israël

Essais

A la lecturede Véronique Aubouy et Mathieu Riboulet, Grasset
Les déshéritésde François-Xavier Bellamy, Plon
Août 14de Bruno Cabanes, Gallimard
San Michelede Thierry Clermont, Seuil
Sigmund Freudd’Elisabeth Roudinesco, Seuil
Richelieud’Arnaud Teyssier, Perrin
– Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pas, de Paul Veyne, Albin Michel
Fouchéd’Emmanuel de Waresquiel, Tallandier/Fayard

           Le prix sera décerné le 3 novembre. J’ai un gros faible pour le roman d’Antoine Volodine. Je me réjouis aussi de la présence de celui d’Eric Vuillard que j’ai bien aimé.

livres-620x310

Grand Prix du Roman de l’Académie Française

– Constellation, d’Adrien Bosc, Stock
Voyageur malgré lui, de Minh Tran Huy, Flammarion
Karpathia, de Mathias Menegoz, P.O.L

Il sera décerné le 30 octobre.

Prix décembre

– Sigmund Freud en son temps et dans le nôtred’Elisabeth Roudinesco, Le Seuil
– Et dans l’éternité je ne m’ennuierai pasde Paul Veyne, Albin Michel

           Il sera remis le 6 novembre. Comme vous pouvez le constater le Prix s’est concentré sur les jeunes talents.

Prix Médicis

Romans français

Terminus radieux, d’Antoine Volodine, Le Seuil
La langue des oiseauxde Claudie Hunzinger, Grasset
L’amour et les forêts, d’Eric Reinhardt, Gallimard
Visible la nuitde Franck Maubert, Fayard
Blanèsd’Hedwige Jeanmart, Gallimard
Autour du monde, de Laurent Mauvignier, Minuit
Ame qui vivede Véronique Bizot, Actes Sud
Jacob, Jacobde Valérie Zenatti, L’Olivier

Romans étrangers

Une constellation de phénomènes vitaux, d’Anthony Marra, JC Lattès – États-Unis
La petite lumièrede Antonio Moresco, Verdier – Italie
Tous les oiseaux du ciel, de Evie Wyld, Actes Sud – Australie
Lola Bensky, de Lily Brett, La grande ourse – Australie
MaddAddamde Margaret Atwood, Robert Laffont – Canada
Et rien d’autre, de James Salter, L’Olivier – États-Unis
Le ravissement des innocents, de Taiye Selasi, Gallimard – Grande-Bretagne

Essais

Berceau, d’Éric Laurrent, Minuit
Sigmund Freudd’Elisabeth Roudinesco, Seuil
Non, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin, d’Eliane Viennot, éd. iXe
Manifeste incertain 3, de Frédéric Pajak, Noir sur blanc
Les Barrages de sable, de Jean-Yves Jouannais, Grasset
Par ailleurs (exils), de Linda Lê, Christian Bourgeois
Une enfance dans la gueule du loup, de Monique Levi-Strauss, Seuil
L’affaire des 14. Poésie, police et réseaux de communication à Paris au XVIIIe siècle, de Robert Darnton, Gallimard
Will le magnifique, de Stephen Greenblatt, Flammarion

           Le jury n’a pas modifié sa dernière sélection. Le lauréat sera connu le 4 novembre.

 

Combat, une pièce choc

Par défaut

          L’histoire d’un homme qui a toujours envié la réussite de sa sœur et, quand l’occasion va se présenter, va tout faire pour la protéger, quitte à endosser une faute qui n’est pas la sienne.

          Puisque je m’étais lamentablement trompée de salle la première fois, je suis retournée voir Combat au Lucernaire et cette fois, je ne me suis pas ratée. Malgré la presse dithyrambique cette pièce, certes m’intriguait, mais ne me tentait pas des masses. Je dois avouer que j’ai été très agréablement surprise. Ce n’est a priori pas trop mon genre, le côté un peu absurde a tendance à me rebuter et l’introspection n’est pas franchement mon fort. Heureusement, l’univers de cette pièce s’étant bien au-delà de ça. C’est aussi une histoire de famille, d’amour, de doutes, d’échecs.

Crédit : Neige Cathelineau

Crédit : Neige Cathelineau

          J’ai trouvé qu’il y avait une violence incroyable dans cette pièce, comme je n’en avais sans doute jamais vu au théâtre. La proximité avec les acteurs ne fait que renforcer le sentiment de malaise pour un effet des plus poignants. C’est extrêmement bien joué. Ces personnages perdus, malheureux, désabusés qui se battent contre eux-même sont criants de réalisme et leur faiblesse est terriblement touchante. Je pense que c’est là la plus rendre réussite de cette pièce : nous faire croire en ses personnages imparfaits qui nous ressemblent un peu.

          Côté mise en scène, quelques bonnes idées également avec notamment un fond sonore très réussi qui crée une ambiance à part et contribue grandement à nous faire rentrer dans cet univers. Moi qui ai du mal avec les engueulades, j’ai été servie ! Mais si j’ai parfois été mal à l’aise, dans l’ensemble ça s’est bien passé. Cette pièce, très violente parfois, bouscule le spectateur dans ses habitudes et le sort clairement de sa zone de confort. C’est ce que j’ai apprécié. Au-delà du fait d’aimer ou non, on est confronté à quelque chose de différent. Une pièce que j’ai aimée pour sa force et son originalité. A voir !

19955450.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx-2

Combat de Gilles Granouillet

Mise en scène de Jacques Descorde

Avec Anna Andreotti, Astrid Cathala, Erwan Daouphars, Jacques Descorde

Le Lucernaire

53, rue Notre-Dame des Champs

75006 Paris

Jusqu’au 16 novembre

L’actu de la semaine – 15/10

Par défaut

Actu

- Christophe de Margerie, le PDG de Total, est mort dans un accident d’avion en Russie. Une enquête est en cours, il sera inhumé mardi.

- Calais n’arrive plus à gérer le flux de migrants cherchant à rejoindre l’Angleterre. Des renforts policiers ont été envoyés sur place.

- Un accord européen sur le climat a été conclu. Les gouvernements s’engagent notamment à réduire les émissions de gaz à effet de serre de 40% en 2030 par rapport à 2020.

- Il y a eu de nouvelles frappes aériennes françaises sur l’Irak. Un groupe jihadiste était visé. Un véhicule a été détruit.

- Un rapport alarmant est paru sur la montée en flèche de l’islamisme en prison. De nombreux prisonniers se convertiraient à l’islam radical lors de leur incarcération.

vendeur20journaux-cff80

Sorties ciné

Cette semaine il y a de l’action dans ma sélection ciné !

- John Wick : depuis la mort de sa femme, John Wick vit une existence des plus normes jusqu’au jour où il refuse de vendre sa voiture à un malfrat. Les ennuis vont alors commencer. Keanu Reeves revient-il dans un rôle à sa hauteur ?

- The November Man : Peter Deveraux est un ex-agent de la CIA. Il est engagé pour protéger une femme dangereuse pour un dirigeant russe mais il pourrait avoir été manipulé. Pierce Brosnan de retour dans un film d’espionnage, quel meilleur argument de vente que celui-là ?

- Vie sauvage : Paco n’a pas obtenu la garde de ses enfants et décide de ne pas les ramener à leur mère. Ils vont commencer à vivre cachés sous différentes identités. Un film tiré d’une histoire vraie dont j’ai déjà croisé les protagonistes au fond de ma montagne.

Culture

- La fondation Louis Vuitton a ouvert ses portes dans le bois de Boulogne. Une architecture futuriste à découvrir dès ce week-end.

- L’art contemporain est à l’honneur ce week-end avec la FIAC. L’occasion de découvrir ce qu’il se passe sur le marché de l’art en ce moment.

- Le salon kidexpo se tient porte de Versailles ce week-end avec des innovations, des jeux et des animations pour vos chérubins.