Katarina MAZETTI, Le mec de la tombe d’à côté

Par défaut

          Désirée et Benny se rendent régulièrement au cimetière, elle va sur la tombe de son mari, si sobre, et lui, c’est le mec de la tombe d’à côté, trop tape-à-l’oeil, celle de ses parents. Elle est bibliothécaire, citadine, vit dans un appartement tout blanc et très bien rangé, c’est une femme beige, sans éclat, presque transparente. Il est agriculteur, vit dans une vieille ferme décorée avec les travaux d’aiguille de sa mère, pas idiot mais un peu rustre. Tout les oppose, et chacun agace prodigieusement l’autre à venir comme ça prendre la moitié du banc face aux deux tombes, banc qu’ils doivent se partager. Et puis un jour, un sourire va tout changer.

           J’avais vu ce livre il y a très longtemps sur les étals des librairies, et son titre m’avait interpellé. Et puis je ne l’avais pas pris. Quand un livre est trop lu et relu, semble avoir été ouvert par la terre entière, j’ai toujours besoin d’un peu de temps pour oublier tous les avis entendus et réentendus avant de le lire. Et puis, après quelques années à l’avoir laissé reposer, je me suis lancée. Je craignais un peu le côté romantique de la chose, eh bien c’était un tort.

          Ce livre se lit tout seul. C’est léger, c’est frais, c’est drôle. On alterne les chapitres du point de vue de Désirée et ceux vus par Benny, ce qui donne à la construction un certain dynamisme. Les personnages sont un brin caricaturaux mais suffisamment attachants pour que ça ne gêne pas vraiment la lecture. L’écriture n’est pas exceptionnelle mais alerte et agréable. Rien de transcendant dans ce petit livre, et pourtant, on se laisse prendre au jeu. Je l’ai littéralement dévoré. Je n’avais qu’une envie, connaître la suite, que je me suis donc empressée d’acheter. Une lecture très agréable et sans prétentions que je vous recommande.

Impossible de décrire ce sourire-là sans plonger dans le monde merveilleux des vieux standards de bal-musette.

Dedans, il y avait du soleil, des fraises des bois, des reflets sur un lac de montagne [...]. Il s’est écoulé trois heures, ou trois secondes.

_______________

J’étais tombé amoureux d’elle.

Ce n’était pas exactement un déclic. Plutôt comme quand je touche la clôture électrique sans faire gaffe.

_______________

J’aime le simple, le minimal

les formes strictes, les couleurs discrètes

Un pré fleuri en été

me parâit toujours affligeant.

"

  1. Et bien j’arrete pas d’en entendre parlé de ce livre, hier je clique au hasard au ‘rayon’ livre chez hello coton je tombe sur un article dessu, et j’ai une ‘cop’ bloggeuse qui en parlais aussi hier (alors qu’elle son creno c’est la mode)
    Bref je suis poursuivi

    • Ce livre est un grand bol d’air frais. Ce n’est sans doute pas le roman du siècle mais c’est un concentré de tendresse et de bonne humeur. Je suis contente que mon article vous ait donné envie de le lire !

    • J’ai justement beaucoup apprécié la fin ouverte qui laisse libre cours à l’imagination, et qui permet une suite. Par contre j’ai justement peur que la suite ne vienne gacher cette fin qui me plaisait. Je l’ai achetée, je te la passe quand je l’ai lue.

  2. Il a l’air bien ce livre… mais est-ce qu’il y a une suite? Ou alors peut-être est-il la suite d’un autre livre?
    En tout cas, c’est marrant parce qu’il m’est arrivé la même chose, j’ai vu ce livre un peu partout dans les librairies et ça m’a énervé d’en entendre trop parler alors je ne l’ai pas acheté!enfin, il est peut etre temps maintenant.

    • Ca m’arrive souvent de ne pas acheter un livre trop vu partout, pour celui-là, j’ai fini par craquer et je n’ai pas regretté ! La suite vient juste de sortir. L’auteur a aussi écrit d’autres livres dans le même style je crois.

  3. J’ai beaucoup aimé ce livre, moi aussi. Cependant, il semblerait que la suite (Le caveau de la famille) ne recueille guère d’avis positifs. Je serai curieuse de lire votre avis!

    • Je crains un peu la suite en effet… J’ai soigneusement évité les avis sur le livre mais je ne vois pas comment l’auteur pourrait s’en sortir sans 1-tomber dans le cliché romantique, 2-à l’inverse s’étaler dans le "je ne crois pas à l’amour de toute façon" ou 3-sombrer dans la redite en employant le même procédé que pour le 1°. Je n’arrive pas tellement à envisager une suite convaincante. j’ai d’ailleur apprécié le 1° en grande partie parce que la fin évite comme par miracle les écueils sus cités. Je pense le lire bientôt et vous livrer mon verdict…

  4. Ping : Top ten tuesday (22/05) « Madimado's Blog

  5. Ping : Top ten tuesday (19/06) « Madimado's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s