Archives d’Auteur: Madimado

À propos de Madimado

Des livres, des livres, encore des livres !

Tom à la ferme, un thriller époustouflant

Par défaut

Thriller franco-canadien de et avec Xavier Dolan. Avec Xavier Dolan, Pierre-Yves Cardinal, Lise Roy

          Un jeune publicitaire voyage jusqu’au fin fond de la campagne pour des funérailles et constate que personne n’y connaît son nom ni la nature de sa relation avec le défunt. Lorsque le frère aîné de celui-ci lui impose un jeu de rôles malsain visant à protéger sa mère et l’honneur de leur famille, une relation toxique s’amorce bientôt pour ne s’arrêter que lorsque la vérité éclatera enfin, quelles qu’en soient les conséquences.

tom-a-la-ferme-onesheet_fre_hr

         De Xavier Dolan, je n’avais vu que Les amours imaginaires qui m’a laissé un souvenir pour le moins marquant. En effet, ce film tourné avec très peu de moyens m’avait totalement fascinée. J’étais tombée dessus un soir sur Canal+ et malgré l’heure tardive, je n’avais pu me détacher de cet ovni cinématographique. J’avais honteusement raté Laurence Aniways et quand j’ai vu qu’il sortait son 4° film, Tom à la ferme, j’étais aux anges, pressée de découvrir ce que le petit génie québécois nous avait réservé. Ici, le jeune réalisateur change un peu de registre avec un film moins axé sur les sentiments (quoi que ce soit discutable) pour virer plus vers le thriller (dont on trouvais déjà les prémices dans certains passages des Amours imaginaires). J’avoue avoir été très surprise par ce film et je ne sais trop comment vous en parler sans trop en dévoiler.

TOM A LA FERME PHOTO5

          Je ne sais pas au juste à quoi je m’attendais sachant que Xavier Dolan n’est pas du genre à faire dans le classique mais en tout cas certainement pas à ça. Je savais qu’on sortait du côté sentimental de ses précédents films et je crois que je pensais avant tout avoir affaire à une histoire de deuil, même si je me doutais un peu que ça n’allait pas être aussi simple… Certes il y a de ça, mais c’est aussi (et surtout) tellement plus ! Le deuil est le point de départ de ce film et reste très présent, toutefois, on retrouve aussi la "marque" de Xavier Dolan avec une réflexion sur le regard de l’autre et l’acceptation qui est très subtile et donne une belle profondeur à l’ensemble. Mais surtout, ce film est avant tout un excellent thriller !

TOM A LA FERME PHOTO1

         Je n’en dirai pas plus sur l’histoire pour ne pas gâcher le suspens mais la mise en scène est extrêmement réussie. Il ne se passe finalement pas grand chose d’exceptionnel mais chaque détail est pensé pour laisser songer au pire. Une force de suggestion redoutablement efficace. Le film est sobre mais très réfléchi : chaque scène est construite intelligemment et on monte peu à peu en puissance, chaque plan est millimétré et il y a quelques images fortes même si on est très loin d’une réalisation esthétisante. Il y a au milieu une scène de toute beauté, éblouissante dans ce décor assez chiche (oubliez la ferme bucolique, la réalité est plutôt un grand hangar mal entretenu au milieu de champs d’une platitude déconcertante). La musique est à mon sens le point faible de bien des films, ici, bien que très présente, elle souligne parfaitement les sous-entendus de l’histoire et contribue grandement à créer l’angoisse ou l’émotion.

tom-a-la-ferme

          J’ai vu ce film en avant-première et il était présenté de manière originale. Dans l’esprit ciné-club, avant la projection, l’oeuvre est analysée, sans bien sûr en dévoiler le contenu, mais de manière à offrir des pistes de lecture. Pour cela, différents extraits étaient proposés dont une chanson de la Reine des neiges, des extraits de Witness avec Harrison Ford ou de Misery. Le point commun a tous ces extraits est le travail ou la ferme. Toutefois, la présence de Misery dans cette sélection m’avait un peu interpellée. Finalement, chaque extrait était très bien choisi et venait éclairer différents aspects du film de Xavier Dolan. J’ai trouvé cela tout à fait passionnant et ça met en avant la manière dont ce film entre en résonance avec une certaine forme de cinéma et se la réapproprie.

TOM-A-La-FERME-Xavier-Dolan-@clara-palardy-1024x678

          Le moins qu’on puisse dire c’est que ce film ne laisse pas indifférent et les commentaires ont été pour le moins nombreux à la sortie. J’y suis allée avec une amie et j’ai été heureuse de pouvoir en discuter avec elle tant nous étions sonnées. Nous avons passé une grande partie du film accrochées à nos fauteuils en état de stress intense. Xavier Dolan crève l’écran, il est presque aussi bon acteur que réalisateur, ce qui n’est pas peu dire ! Ce film est fait avec peu de moyens : une poignée d’acteurs et Xavier Dolan à peu près partout au générique restreint, mais on oublie vite cet aspect tant on se retrouve plongé dans cet univers dépouillé et un rien sordide. Il y a là quelque chose qui tient de l’exploit. Je ne pense pas que tout le monde accrochera avec cette ambiance très noire mais ce qui est certain, c’est que le cinéma de Xavier Dolan ne laisse pas indifférent ! A 25 ans, il confirme son statut de petit génie du cinéma avec une inventivité et une maîtrise qui forcent le respect. Un film sombre et angoissant, impeccable de bout en bout, dont on ne ressort pas tout à fait indemne : âmes sensibles s’abstenir.

Liebster Award

Par défaut

          Il y a quelques temps, De ma Plume à vos Oreilles m’a remis le Liebster Award. Il s’agit avant tout de mieux connaître ceux qui se cachent derrière les blogs que nous lisons. Pour cela, chacun doit dévoiler 11 petites choses qui le concernent, ensuite, il faut répondre aux 11 questions de la personne qui nous a nommée et enfin, oser soi-même 11 questions aux lecteurs que l’on souhaite découvrir. J’avais reçu le Versatile Blogger Award l’année dernière qui invitait aussi à se dévoiler, j’ai donc essayé de ne pas reprendre les mêmes réponses.

11 choses sur moi

liebster-award-logo_thumb1. Ma couleur préférée est le violet. Mais je n’aime pas du tout les nuances claires, comme pour la majorité des couleurs, je le préfère éclatant ou profond. Il paraît que cette couleur représente entre autres le mystère et la solitude, je crois que ça me correspond plutôt bien.

2. J’adore faire de l’escalade. Se retrouver en haut d’une falaise est une sensation dont je ne me lasse pas. Bon, à Paris c’est un peu compliqué alors en attendant de pouvoir retrouver les grands espaces, je hante les murs dans les gymnases parisiens, on y croise toujours des gens sympas.

3. Je m’appelle Madeleine. Eh oui, ça paraît tout bête mais après tout, les gens qui me lisent ne connaissent pas forcément mon prénom. Voilà, maintenant les présentations sont faites !

4. Je travaille dans un groupe média dans lequel je fais des revues de presse : je suis payée pour suivre l’actualité, un travail qui s’éloigne du milieu de l’édition qui est ma première passion mais qui a aussi ses bons côtés et me permets d’apprendre beaucoup de choses sur des sujets très variés.

5. Je vis dans un petit appartement très atypique qui est une ancienne boutique : sur 3 niveaux avec une grande cuisine en sous-sol et une immense vitrine qui donne sur la rue. Exposé plein sud, le soleil inonde mon salon une bonne partie de la journée : un luxe dont je ne me lasse pas !

6. J’ai une grande bibliothèque que je ne cesse de remplir avec de nouveaux livres. Elle occupe un mur entier de mon salon et comporte essentiellement des romans dont une bonne part de littératures contemporaine, française et américaine même si j’essaie d’être aussi éclectique que possible. Quand je vois un livre qui me tente en librairie, j’ai toujours du mal à résister et j’aime avoir des dizaines de lectures qui m’attendent.

7. Je n’ai pas franchement la main verte. Les plantes ne sont pas mes amies, j’ai beau faire, elles finissent toujours par dépérir les unes après les autres; mais je n’ai pas dit mon dernier mot !

8. J’aime prendre des photos. Je n’ai aucune prétention artistique mais j’aime bien l’idée de mettre des souvenirs dans une boîte, ça me rassure je crois, mon Nikon est donc souvent au fond de mon sac quand je sors.

9. Je collectionne les citations. J’ai des carnets entiers remplis de phrases que j’aime oJe rêve de reprendre l’équitation. u que j’ai trouvé drôles ou incongrues. J’en note de nouvelles à chacune de mes lectures, à la fois pour en garder une trace et dans l’espoir de leur trouver un usage un jour.

10. Depuis peu j’ai adopté un régime sans lactose et sans gluten et je souffre… Quand on cuisine beaucoup et qu’on aime la pâtisserie, c’est un vrai casse-tête ! Sans compter tous les aliments que j’aime et auxquels il a fallu renoncer. Heureusement, j’ai fait quelques découvertes au passage comme les pâtes aux lentilles corail ou les chocolats chauds au lait de riz et coco et les crèmes au lait d’amande.

11. J’aimerais pouvoir reprendre l’équitation. J’en ai fait pendant très longtemps et ça me manque mais les prix parisiens sont totalement prohibitifs. Je me rabats donc sur des activités plus en adéquation avec mon maigre budget. Mais un jour peut-être…

Les question de Critéïne 

1. Quel est ton meilleur souvenir de l’année 2013 ?

Ma rencontre avec mes voisins je crois. Depuis que j’ai osé leur demander un service un jour, on est devenus très proches et on passe de nombreuses soirées ensemble autour de bons petits plats : un vrai bonheur ! Dans un autre registre, mes vacances à Banyuls avec ma maman et le week-end à Strasbourg avec mon papa sont aussi d’excellents souvenirs tout comme mon week-end entre Provins et Troyes avec une amie.

2. Que penses-tu des poussettes dans les transports en commun ?

Je pense que les transports n’ont définitivement pas été pensé pour accueillir des poussettes ! Quand je vois ces femmes qui essaient de prendre la 13 à l’heure de pointe avec leurs énormes poussettes alors qu’une souris ne parviendrait pas à s’incruster, je vacille entre agacement et pitié. Quand je pense que ça risque de m’arriver un jour, je frôle la crise d’angoisse.

3. Lis-tu des magazines (régulièrement ou non), si oui lesquels ?

Je lis très peu de magazines, j’ai l’impression que c’est du temps volé à la lecture des nombreux romans qui m’attendent. A la fac, je lisais énormément la presse, une bonne habitude que j’ai malheureusement perdue. Grâce à ma maman, je suis toutefois abonnée à un magazine littéraire et un autre de cuisine : Le matricule des anges (excellente revue de littérature contemporaine très pointue que je ne peux conseiller aux lecteurs avertis) et Cuisine et vins de France. Il m’arrive aussi de lire des magazines de cinéma lors de mes trajets en train et occasionnellement des revues de voyage, de montagne ou parfois des hors-séries culturels.

4. Le chanteur/la chanteuse ou le groupe musical que tu écoutes en ce moment ?

La Maison Tellier. Je les ai découvert il y a peu et même si je ne suis pas sure d’aimer tant que ça, la voix de leur chanteur me fascine et je n’arrive pas à m’empêcher de les écouter encore et encore.

5. Lunettes, lentilles ou yeux parfaits ?

Yeux parfaits, pourvu que ça dure !

6. Galette des rois ou crêpes ?

Crêpes, avec de la confiture à l’abricot de ma mamie !

7. Chocolatine ou pain au chocolat ?

Les deux ! Je n’aurais jamais cru dire ça un jour mais aussi bizarre que ça puisse paraître, j’ai fini par m’habituer à dire "pain au chocolat", il fallait bien pour me faire comprendre. Mais dès que je retourne dans le Sud, j’en reviens aux "chocolatines".

8. Le livre que tu détestes le plus au monde ?

Je ne sais pas s’il y a un livre que je déteste plus que tout. A la fac, Manon Lescaut a bien failli me rendre folle. La Princesse de Clèves m’agaçait aussi au plus au point avec ses cas de conscience. Dernièrement, Le bruit et la fureur m’a fait périr d’ennui. On pourrait croire que j’en veux aux classiques mais pas du tout, d’ailleurs nombreux sont aussi les contemporains qui me tombent des mains, je peine simplement plus à retenir leurs titres…

9. Le livre que tu conseilles à ton entourage ?

Dernièrement, La lettre à Helgaque j’ai trouvé vraiment splendide. J’essaie de personnaliser mes conseils, il m’arrive donc de ne pas recommander des livres que j’ai pourtant adorés mais je pense que ce livre-là est susceptible de plaire au plus grand nombre tout en étant aussi intéressant que bien écrit : la perle rare !

10. Tes prochaines vacances se feront à… ?

Rien n’est encore décidé mais sans doute Oslo pour un long week-end et j’espère l’Islande quand j’aurai un peu plus de temps mais tellement de destinations me font envie, ce ne sont as les idées qui me manquent !

11. Aujourd’hui, quel est ton plus gros projet pour l’avenir ?

Aucun, j’en ai bien peur. J’espère revenir un jour vers l’édition, voyager, éventuellement rencontrer quelqu’un et qui sait, peut-être revenir dans le Sud d’ici quelques années. Rien de concret pour le moment : j’ai un travail que j’apprécie, un super appart, des amis géniaux, bref, j’aime bien ma vie et ne prévois pas de changements majeurs dans un avenir proche. Des vacances sympas sont ma plus grande ambition dans les prochains mois !

A vous de répondre

1. Où vis-tu et d’où es-tu originaire ?

2. Où te vois-tu dans 5 ans ?

3. Comment occupes-tu tes journées ?

4. Et ton temps libre ?

5. Quel type de livres préfères-tu ?

6. Quel est le dernier film qui t’a vraiment marqué dernièrement ?

7. Mer ou montagne ?

8. Ville ou campagne ?

9. Pourrais-tu donner 5 adjectifs qui te définissent ?

10. Si tu pouvais réaliser 3 souhaits, que demanderais-tu ?

11. Peux-tu citer une phrase que tu aimes particulièrement ou qui te ressemble pour finir ?

          Avec Critéïne, nous suivons sensiblement les mêmes blogs, je ne vais donc pas re-désigner les personnes qu’elle avait déjà désignées. Je choisis donc d’interroger :

Filou, MyLittleDiscoveries, Ashtray Girl, Leiloona, Luzycalor, Potzina, La Racine des Mots, Bouquinovore, Blablablamia, L’ivresse des mots

A vos claviers !

Mauvais genre – Chloé Cruchaudet

Par défaut

          Paul et Louise s’aiment et décide de se marier mais la Grande Guerre va les séparer. Dans les tranchées, Paul croit devenir fou et il profite de la première occasion pour déserter. Mais une fois à Paris, il est contraint à la clandestinité. Pour en sortir, une seule solution : il va se travestir et deviendra Suzanne. 

Couv_196455 (1)

          Dès sa sortie, cette BD me tentait beaucoup et les éloges que je n’ai cessé d’entendre dessus n’ont fait que renforcer mon envie de la lire au plus vite. Et puis, comme l’an passé, Priceminister nous a proposé lors du festival d’Angoulême de nous envoyer une BD de la sélection en échange d’une critique. C’est donc celle-ci que j’ai choisie sans la moindre hésitation. Après avoir entendu tant de louanges à son sujet, j’avais un peu peur d’être déçue, c’est toujours le risque quand on en attend trop. Pourtant, même si certains aspects m’ont quelque peu surprise, ç’a été loin d’être le cas.

mauvais-genre-3

          J’ai beaucoup aimé les dessins de cette BD : un univers très marqué, à la fois sombre et d’une certaine douceur. Tout est quasi en noir et blanc, avec simplement des touches de rouge qui ressortent et viennent illuminer les vignettes. L’histoire, inspiré de faits réels, est absolument passionnante. Je n’avais même pas jeté un œil à la quatrième de couverture avant d’entamer ma lecture et j’ignorais que l’histoire se déroulait pendant la Première Guerre Mondiale. Ce fut une excellente surprise.

93329661

          Le contexte historique est très intéressant et l’histoire aborde des thèmes et univers très différents : la guerre, l’amitié, le couple, le désir… L’évolution de Paul et Louise mais aussi et surtout de leur relation est rendue avec beaucoup de justesse. Des premiers regards aux disputes, on suit pas à pas ce couple que la guerre va amener hors des sentiers battus. Une histoire magnifique appuyée par un dessin très poétique. Entre humour et sérieux, entre noirceur et délicatesse : sublime. 

3489158_3_e30c_un-extrait-de-mauvais-genre_715e35b47ec5f9210d0d52d092739b20

Si je devais noter cette BD, je lui accorderais 18/20. Merci Priceminister pour cette très belle découverte.

The Grand Budapest Hotel

Par défaut

Comédie américaine de Wes Anderson avec Ralph FiennesTony RevoloriF. Murray Abraham 

239820.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Monsieur Gustave était le célèbre concierge du Grand Hotel Budapest et Zero Moustafa fut son lobby boy. Ensemble, ils vont vivre de grandes aventures à travers la république de Zubrowka après que madame D ait légué un tableau à la valeur inestimable à l’homme aux clefs d’or.

137574.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          J’avais beaucoup aimé le précédent film de Wes Anderson, Moonrise Kingdom, et j’avais entendu lire le plus grand bien de celui-ci, me donnant plus envie encore de le voir. J’ai tardé à aller le voir et comme je ne suis pas franchement en avance dans mes chroniques – histoire de changer – j’arrive un peu après la bataille. J’ai du mal à trouver que dire de ce film tant les critiques élogieuses ont été nombreuses ! Je ne peux que me joindre au chœur des louanges. Sans surprise, j’ai beaucoup aimé ce film à l’humour savoureux. Les décors en carton pâte, l’élégance venue d’un autre temps, les courses poursuites truculentes : autant d’ingrédients qui donnent à ce film un charme désuet et absolument irrésistible.

523835.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Mais sous son apparente légèreté, le film ne manque pourtant pas de consistance, voire même d’un certain sérieux. En effet, sous couvert de comédie, le fond est plutôt grave et l’histoire principale laisse apparaître en toile de fond la montée d’une dictature qui s’apparente grandement au nazisme. De plus, Wes Anderson signe un cinéma bourré de références qui ravira les amateurs. La mise en scène est très soignée et l’univers très coloré est un régal. Le panel d’acteurs est franchement exceptionnel, on se délecte du plaisir qu’ils semblent prendre à jouer cette histoire survoltée. Je ne sais pas si je dirais qu’il s’agit d’un très grand film mais j’ai passé un excellent moment et je le reverrais même avec plaisir : une comédie juste comme je les aime.

Cailles aux fruits secs

Par défaut

Pour 2 personnes

2 cailles préparées

4 c. à soupe de moutarde au miel

1 filet d’huile

1 oignon

8 pruneaux dénoyautés

8 abricots secs

1 c. à soupe de raisins secs

1 c. à soupe de pignons de pin

1/2 c. à café de 5 épices

1 filet de vinaigre balsamique

Sel, poivre

DSC_1048

Pour la garniture

1 belle tranche de potiron

8 pommes de terre

1 filet d’huile de sésame

1 pincée de noix de muscade

Sel

DSC_1060

Badigeonnez les cailles avec la moutarde au miel. Si vous n’en avez pas, vous pouvez utiliser de la moutarde en grain ou faire vous même votre mélange avec 2/3 de moutarde fine et 1/3 de miel.

Dans une cocotte, faites chauffer l’huile. Et mettez les cailles à cuire.

Faites-les dorer 2 à 3 minutes sur chaque face puis ajoutez l’oignon, les fruits secs et le 5 épices. Salez, poivrez et laissez cuire à couvert 15 à 20 minutes en retournant régulièrement.

Pendant ce temps, épluchez les pommes de terre et le potiron et coupez-les en gros dés. Mettez à cuire les pommes de terre dans un grand volume d’eau salée pour environ 10 minutes. A mi-cuisson, ajoutez le potiron.

Lorsque les légumes sont cuits, égouttez-les et écrasez-les à la fourchette avec un filet d’huile de sésame. Vous pouvez remplacer l’huile de sésame par une autre huile végétale ou du beurre. Ajoutez la muscade et rectifiez l’assaisonnement au besoin.

Quand les cailles sont prêtes, sortez-les de la cocotte et déglacez-la avec un filet de vinaigre balsamique.

Vous n’avez plus qu’à servir et napper vos cailles avec le jus ainsi obtenu.

DSC_1069

Une recette facile à réaliser et pleine de goût, un régal.

Bon appétit !