Archives de Catégorie: Actualité

Les toiles enchantées

Par défaut

          En ce début d’année, PriceMinister lance une grande opération se soutien aux Toiles enchantées. Elle se nomme 1blog1séance. Le principe est simple : du 3 au 28 février, un article publié sur votre blog ou site internet se transforme en 15€ de don aux Toiles Enchantées, soit la possibilité pour 3 enfants handicapés de profiter d’une séance de cinéma. Pour cela, il suffit de répondre à 4 petites questions.

LesToilesEnchanteesV3

  • Quel est votre premier souvenir du cinéma ?

          Chérie, j’ai agrandi le bébé. Eh oui, je n’ai pas toujours aimé le cinéma exigent, il fut un temps où les plus piètres comédies pouvaient trouver grâce à mes yeux… Ma toute première séance était en réalité Babar, aux dires de ma maman, j’avais 3 ans et j’avais eu très peur ! Chérie, j’ai agrandi le bébé étant sorti 3 ans plus tard, j’ai dû voir un certain nombre de dessins animés entre temps. Mais voilà, à 6 ans, ce film-là était mon premier "vrai" film, je me suis sentie tellement grande ce jour-là ! J’avais été fortement impressionnée par certaines scènes mais j’avais essayé de rester stoïque, quand on est grand, on n’a pas peur ! Un souvenir vraiment impérissable. Depuis, mes goûts ce sont quelques peu affinés mais je crois bien que ma fascination pour les salles obscures s’est confirmée ce jour-là.

          Après quelques recherches, La Belle et la Bête est sorti en 1991 et je me souviens parfaitement de l’avoir vu au cinéma, j’aurais été incapable de le dater ! Je pense aussi avoir vu Bernard et Bianca sorti l’année précédente (en tout cas, je l’ai beaucoup vu par la suite). J’ai même vu 2 fois Aladin en 1992 ! La mémoire est décidément une drôle de chose, j’aurais été incapable de remettre ces moments pourtant magiques dans le bon ordre. Mais que voulez-vous, on ne détrône pas un premier film de grands !

  • Quel est selon vous le meilleur film pour enfants de tous les temps ?

          Très difficile de répondre à cette question, d’autant plus que vous l’aurez compris, j’ai toujours été attirée par les films pour plus grands que mon âge. Très vite, j’ai délaissé les films destinés aux enfants et à 10 ans, je ne voyais quasiment plus que des films pour adultes (je ne vous raconte pas le traumatisme d’Harry, un ami qui vous veut du bien, j’en ai encore froid dans le dos !). Fréquentant en plus les salles d’art et d’essai, je suis plus calée en cinéma roumain ou coréen qu’en jeunesse… J’y reviens depuis peu mais souvent, même si je trouve des qualités à ces films que je vous avec plaisir, je me demande si je les aurais apprécié à 6 ans. Il me semble qu’ayant été une petite fille peureuse, la plupart des dessins animés actuels m’auraient terrifiée !

          J’avais adoré Aladin. Que voulez-vous, j’ai toujours eu un faible pour les mauvais garçons ! Le Roi lion et La Belle et la Bête m’avaient aussi marqué et je pense que je les reverrais avec plus de plaisir aujourd’hui (Ce rêve bleu ne passe plus, c’est quasi-rédhibitoire). J’ai aussi tellement aimé Bernard et Bianca étant enfant. Moins connu peut-être, j’ai un excellent souvenir du Cygne et la Princesse qui m’avait fait pleurer. Aujourd’hui, j’aime particulièrement l’humour qui vient s’immiscer dans les dessins animés avec par exemple Shreck, L’âge de glace ou Moi, moche et méchant. Vu un peu plus tard, Le Roi et l’oiseau a énormément nourri mon imaginaire. Comment choisir ? S’il ne fallait en citer qu’un, ce serait je crois un dessin animé que je n’ai pourtant jamais particulièrement apprécié : Bambi. Pourquoi ? Sans doute parce que j’ai l’impression que c’est réellement celui que tout le monde a vu et qui a fait pleurer des générations d’enfants, une longévité qui doit bien être signe de qualité non ? Mais je crois que les meilleurs films sont forcément ceux qui ont bercé notre enfance et nous évoquent tant de bons souvenirs, chaque génération à les siens, la mienne retiendra sans hésiter Le Roi Lion comme film emblématique mais chaque film vu enfant me rappelle sont lot d’émotions et reste magique à les yeux.

  • Une machine à voyager dans les films vient d’être inventée. Vous avez la possibilité de vivre les aventures d’un de vos héros cinématographiques d’enfance, dites nous qui ?

          Enfant, je voulais être Pocahontas. Elle est tellement belle ! Elle a l’air libre à courir comme ça dans les feuilles qui volent. Et puis elle a Grand Mère Feuillage et parler à un vieil arbre sage c’est trop classe. Bon, aujourd’hui, je ne rêve plus de John Smith, alors je ferai peut-être un autre choix… Quoi que sa chevelure soyeuse, sa peau bronzée et les paysages dans lesquels elle évolue me fassent de l’œil quand même. Sinon j’ai toujours trouvé que Mooglie avait l’air de bien s’amuser dans la jungle. Il a de chouette copains, ils chantent, il danse et il peut parler avec les animaux. Ca me plairait bien je crois. Je me rends compte que j’ai toujours été très "vie sauvage" dans mon idéal, moi qui vit au cœur de Paris et travaille à La Défense, mais ce n’est sans doute pas là la moindre de mes contradictions.

  • Dites nous en une phrase pourquoi vous aimez les Toiles Enchantées !

          Depuis toute petite, j’ai toujours beaucoup apprécié les salles de cinéma, et ce surement d’autant plus que je n’avais pas la télé à la maison. Les films me faisaient rêver, m’ouvraient d’autres horizons, des vies différentes des miennes. C’est encore le cas aujourd’hui même si avec le temps, les émotions sont surement moins vives. J’ai eu une enfance heureuse et sans problèmes, mais maintenant que ma santé me joue des tours, le cinéma est l’endroit où je ne réfugie quand je le peux. Une sortie pas trop contraignante physiquement, contrairement aux expositions par exemple qui peuvent s’avérer éprouvantes, et qui aide à penser à autre chose pendant 2h. Je trouve ça important que des enfants malades ou handicapés, souvent mis à l’écart par leur état de santé, puissent profiter de ces moments à part. Une très belle initiative.

Faites-un-don

          Les Toiles Enchantées sillonne les routes de France pour offrir gracieusement aux enfants et adolescents hospitalisés ou handicapés des séances de cinéma dans leur établissement, en projetant les films dont tout le monde parle, au moment même leur sortie en salle, voire parfois en avant-première, en présence des comédiens ou des réalisateurs.

          Vous aussi, répondez à ce questionnaire (les modalités ici) ou faites un don et distribuez un peu de bonheur.

Rencontre manquée

Par défaut

          Mercredi, venait à Paris l’auteur américaine Elizabeth Gilbert, qui avait rencontré le succès avec Manger, prie, aime, adapté au cinéma avec Julia Robberts. J’avais gagné grâce à MyBoox l’occasion d’assister à cette rencontre et j’avais promis de vous en faire un petit compte rendu ici-même.

          Malheureusement, les choses ne se sont pas exactement passé comme prévu. Ma boîte mail ayant fait des siennes, je n’ai pas reçu l’invitation qui m’était destinée et les informations sur la rencontre. J’ai recontacté MyBoox un peu tard (je pensais que la rencontre était à 19h30 et non à 17h30, je me suis donc inquiétée de l’absence d’infos au dernier moment). L’équipe a été très sympathique et réactive, en revanche, la ligne 13 beaucoup moins. Un colis suspect s’est mis sur ma route, paralysant le trafic et ne me laissant aucun espoir d’arriver ne serait-ce qu’à peu près à l’heure. J’aurais certes pu tenter d’y aller quand même en espérant assister à la fin de la rencontre mais moi qui n’aime pas me faire remarquer, je rechignais à arriver avec une heure de retard. La RATP a donc eu raison de ma venue.

Elizabeth-Gilbert

          J’ai toutefois fait passer mes questions (les vôtres à vrai dire) à l’équipe de MyBoox mais je n’ai pas encore eu de retour. Je n’ai pas non plus pu récupérer le livre qui m’attendait sur place et arrivera donc un peu plus tard par La Poste (pourquoi le combo "Poste-Ratp" ne me dit rien qui vaille ?!). Je n’ai donc pas grand chose à vous raconter à son sujet pour le moment mais l’équipe de Elle, présente à la rencontre, propose un article sur les leçons de bonheur de l’auteur. La voici en 5 étapes :

1- Ne vous enfermez pas dans une case
2- Trouver 20 minutes par jour pour soi
3- N’accordez pas d’importance aux critiques
4- Laissez-vous guider par votre curiosité
5- Trouvez votre génie

          Pour en savoir plus, retrouver l’article complet ici. Quant à moi, je vous tiens informés si je reçois la réponse à vos questions et, bien sûr, lorsque j’aurai lu le roman pour vous donner mon avis. Merci à ceux qui m’ont aidé en me donnant des idées de questions.

Appel à l’aide !

Par défaut

Bonjour à tous !

          Une fois n’est pas coutume, je me tourne vers vous pour solliciter votre aide. Grâce à MyBoox, je participe demain à une rencontre avec Elizabeth Gilbert à l’occasion de la sortie de L’empreinte de toute chose chez Calmann-Lévy. Le hic, c’est que je n’ai rien lu d’elle et que son dernier roman ne nous sera remis que lors de l’évènement, ne laissant aucune chance de l’entamer avant… Elle est également l’auteur de Mange, prie, aime, dont l’adaptation cinématographique est sortie en 2010, avec Julia Roberts dans le rôle titre (que j’ai vue, c’est déjà ça !). Voilà à peu près toute l’étendue de mes connaissances à son sujet.

AVT_Elizabeth-Gilbert_3255

          Il faudrait que je prépare pour demain (autant dire là, maintenant, tout de suite) quelques questions à lui poser et je dois avouer que je sèche un peu (l’art de la litote, toujours)… Y aurait-il parmi vous des fans de cet auteur ? Certains d’entre-vous ont-ils déjà lu ses livres ? Si vous avez des questions à son sujet, sur son écriture, les thèmes qu’elle aborde, ses romans… je vous propose de me les faire parvenir d’ici demain et je lui poserai pour vous ; vous trouverez votre réponse ici-même vendredi avec un résumé de la rencontre.

          A vos claviers !

20 expos à voir en janvier à Paris

Par défaut

bd_afficheFélix Vallotton, le feu sous la glace : une exposition de taille consacrée à cet artiste inclassable proche des nabis. Des toiles dans des styles variés au traits marqués et aux couleurs franches, pour moi, l’une des plus belles expositions de ces dernières années, malgré un style parfois hésitant, un immense coup de cœur (ma critique ici). Du 02 octobre au 20 janvier au Grand Palais.

affiche_orsay_masculinmasculinMasculin/Masculin, L’homme nu dans l’art de 1800 à nos jours : si le nu féminin est souvent exposé, le nu masculin connaît rarement les mêmes faveurs. Il est ici mis à l’honneur à l’honneur à travers peintures, sculptures et photographies. Une exposition qui m’a déçue mais allez voir par vous-même, mon avis complet par-là. Du 24 septembre au 12 janvier au Musée d’Orsay.

99692-frida-kahlo-et-diego-rivera-au-musee-de-lorangerie-en-2013-2Frida Kahlo / Diego Rivera, l’Art en fusion : cette exposition présente conjointement les œuvres d’un couple mythique de l’histoire de l’art, divorcé mais jamais réellement séparé. L’occasion de confronter leurs deux univers, à la fois très différents et pourtant complémentaires. Du 09 octobre au 13 janvier à l’Orangerie.

La Renaissance et le Rêverenaissance : cette période a donné au rêve une place importante. En effet, pour les savants des XV° et XVI° s., rêver permettait d’échapper à son corps et d’accéder à l’au-delà. Une conception qui a inspiré les artistes dont 80 toiles sur ce thème ont été réunies. Du 9 octobre au 26 janvier au musée du Luxembourg.

285455_desirs-volupte-a-l-epoque-victorienne-paris-08Désir et Volupté à l’époque victorienne : une exposition qui invite à la découverte des grands artistes de l’époque victorienne à travers le culte de la beauté. Du 13 septembre au 20 janvier au Musée Jacquemart-André.

partenariat_pinacotheque-exposLes peintres témoins de leur temps : la Pinacothèque consacre 3 expositions à ce thème qu’elle décline autour d’artistes très différents. Vous pourrez ainsi découvrir Goya et la modernité, La dynastie Brueghel et Chu Teh-Chun. Du 11 octobre au 16 mars à la Pinacothèque.

Jordaens.previewJordaens : l’un des trois grands maîtres de la peinture flamande du XVII° s., avec Van Dyck et Rubens, le moins connu en France pourtant. Cette première grande rétrospective lui étant dédiée met en valeur une œuvre très riche. Une exposition magnifique, à ne pas rater ! Du 19 septembre au 19 janvier au Petit Palais.

exposition-kanak-musee-du-quai-branli-2013-2014-jewandaKanak, l’art est une parole : avec plus de 300 œuvres et documents, le quai Branly propose la plus grande exposition réalisée sur la culture kanak. Une exposition assez riche, dommage que les aspect culturels les plus intéressants ne soient  pas assez mis en avant. Du 15 octobre au 26 janvier au Musée du Quai Branly.

exposition bronze cernuschiBronzes de la Chine impériale : la collection du musée est l’une des plus importantes du monde, avec plus de mille œuvres du X° au XIX° s. Un ensemble très varié montré pour la première fois. Du 20 septembre au 19 janvier au musée Cernuschi.

mg_edition_roman_dune_garde-robeRoman d’une garde-robe : Une garde-robe exceptionnelle des années 30 est proposée par le musée de la mode hors les murs. L’histoire d’une parisienne à la mode à travers ses robes e chapeaux. Du 17 octobre au 16 mars au Musée du Carnavalet.

1925-quand-l-art-deco-seduit-le-monde_xl1925, quand l’Art Déco séduit le monde : le style Art Déco s’est développé entre 1920 et 1940. Il se caractérise par ses formes géométriques qui allient pureté et vivacité. Souvent confondu avec l’Art Nouveau, il réunit des champs artistiques variés et s’est diffusé à l’échelle mondiale. Du 16 octobre au 03 mars à la Cité de l’Architecture et de Patrimoine.

7766693579_l-affiche-de-l-exposition-pixar-a-parisPixar, 25 ans d’animation : pour son ouverture, le musée d’art ludique reçoit l’exposition Pixar. 500 dessins de recherches, études, story-boards, sculptures, mais aussi le fameux zootrope de "Toy Story" permettent de mieux découvrir l’univers des studios. Il y a beaucoup de matière dans cette exposition mais j’ai trouvé dommage qu’il n’y ait aucun texte, les amoureux de Pixar et les enfants l’apprécieront tout de même. Du 16 novembre au 02 mars au Musée d’art Ludique.

Mecanhumanimal-3 Enki Bilal, Mécanhumanimal : la rencontre d’un créateur multimédia et d’une collection scientifique ; un dialogue surprenant autour de plusieurs grands thèmes.  Si vous ne connaissez pas le musée, profitez absolument de la visite guidée gratuite, un vrai régal ! Du 4 juin au 2 mars au musée des Arts et Métiers.

294229_jeux-video-l-expoJeux vidéo l’expo : une exposition pour tout découvrir sur le jeu vidéo, que vous soyez un joueur passionné ou un néophyte. On peut aussi bien y découvrir comment naît un jeu que tout simplement s’y amuser avec des classiques ou des nouveautés. Du 22 octobre au 24 août à la Cité des Sciences.

europunk-afficheEuropunk : la première partie de l’exposition est entièrement consacrée aux Sex Pistols, groupe sans doute le plus emblématique du punk. Viennent ensuite Anarchy, Bazooka, WTF, DIY, New Wave mais aussi une timeline et le collectif de photographes Belle journée en perspective. Du 15 octobre au 19 janvier à la Cité de la Musique.

Pasolini-RomaPasolini Roma : Pasolini et Rome, 25 ans d’une passion houleuse. Source d’inspiration et moteur de création, la ville éternelle est au cœur de son œuvre et c’est à travers elle qu’il témoigne des bouleversements de la société italienne. Du 16 octobre au 26 janvier à la Cinémathèque Française.

afficheLe surréalisme et l’objet : l’adhésion des membres les plus actifs du surréalisme au parti Communiste marquera un tournant dans le mouvement avec l’apparition de "recyclage" d’objets du quotidien. Jeux de mots et des images, le ready-made démystifie l’art. Du 30 octobre au 03 mars au Centre Pompidou.

51724-2Bourdelle intime : à travers une soixantaine de photographies prises par l’artiste lui-même ou par ses proches, l’exposition ouvre une nouvelle perspective sur l’atelier comme lieu de création mais aussi comme lieu de vie. Un témoignage rare qui permet de mieux découvrir le sculpteur. Du 13 novembre au 23 février au Musée Bourdelle.

visuel-affiche-Brassaï-sans-traits-de-coupe-693x1024Brassaï, Pour l’amour de Paris : le photographe était fasciné par Paris qui a été son principal modèle. On retrouve la ville dans toute son œuvre, de jour comme de nuit, par ses habitant, ses quartiers, ses graffitis ou ses objets. L’occasion de découvrir gratuitement le photographe, et la ville à travers lui.

Tzuri GuetaNoces végétales : Tzuri Gueta, artiste textile, est invité au cœur des serres. Il y a effectué un travail à base de silicium où les œuvres viennent sublimer la nature, proposant au visiteur de découvrir le monde végétal avec des yeux nouveaux. Du 21 novembre au 03 février au Muséum national d’Histoire Naturelle.

                                                                                      BONNES VISITES

L’actu de la semaine (14/12)

Par défaut

- Deux soldats français ont tués en Centrafrique dans l’opération Sangaris. Antoine Le Quinio, 22 ans, et Nicolas Vokaer, 23 ans, appartenaient au 8e régiment de parachutistes d’infanterie de marine de Castres. Ils ont trouvé la mort lors d’un accrochage avec des miliciens près de l’aéroport de Bangui. Un hommage national leur sera rendu le 16 décembre aux Invalides.

- Une jeune femme a empoisonné 6 personnes. Près de Chambéry, une aide-soignante en maison de retraite a avoué avoir voulu "mettre fin à la souffrance" de 9 pensionnaires en leur administrant un cocktail de médicaments. 6 ont succombé. Les victimes n’étaient pas en fin de vie.

- Une grève SNCF a perturbé le trafic ce jeudi. Elle a été suivie par environ 23% du personnel qui protestait contre le projet de réforme du rail. Les cheminots chargés de la maintenance des rails doivent rejoindre RFF pour constituer un gestionnaire d’infrastructures unifié d’ici quelques mois et certains craignent un "éclatement" de l’entreprise publique. Une grève préventive en somme…

- Un pic de pollution aux particules fines a touché de nombreuses régions françaises pendant plusieurs jours, la région parisienne a été la plus concernée. Ces pics de pollution sont assez fréquents en hiver. Les personnes asthmatiques y sont particulièrement sensibles et il est conseillé d’éviter de faire du sport en extérieur lorsqu’ils interviennent.

- Les maires pourront sans doute bientôt fixer le prix des PV de stationnement. En effet, l’Assemblée Nationale a voté la dépénalisation des PV de stationnement. Si cette mesure était définitivement adoptée, elle permettrait au maires d’en fixer les prix, entraînant une hausse dans de nombreuses villes. Une mesure qui fait polémique.

Le mot de la semaine sera PARÉGORIQUE : "qui calme la douleur".

vendeur20journaux-cff80Les sorties ciné

- All is lost : un homme traverse seul l’Océan Indien à bord de son voilier quand un matin, il découvre que la coque est percée, il va être pris dans une violente tempête à laquelle il survit de justesse, mais jusqu’à quand ? Rien que la bande-annonce est angoissante et Robert Redford semble ici effectuer son grand retour à l’écran, prometteur !

- A touch of Sin : le portrait de quatre personnages venant de quatre provinces chinoises, comme autant de reflets de la Chine contemporaine, une société en plein développement où la violence croit aussi vite que l’économie. Un film qui me semble intéressant et peut permettre de découvrir un visage différent de la Chine actuelle.

- The lunch box : Ila prépare un délicieux déjeuner à son mari pour tenter de le reconquérir mais le service de livraison se trompe et le livre à Saajan, cette erreur va faire naître en eux une longue correspondance. Ce film me rappelle un peu une nouvelle indienne que j’avais bien aimée et peut s’avérer sympathique.

Et bien sûr, en salles aussi cette semaine, Le Hobbit : la désolation de Smaug. Grand fan de Tolkien dans lequel je suis tombée toute petite, je ne pouvais pas résister à la tentation de vous le citer. Même si je ne comprends toujours pas ce qui a bien pu passer par la tête de Peter Jackson pour faire 3 films de 3h d’un livre de moins de 300 pages, délayant la sauce à qui mieux mieux, je dois avouer que je ne me lasse pas de cet univers qui me donne chaque fois plus envie de relire les romans !

On m’a fait remarquer que pour un blog culturel, mon actu de la semaine abordait bien peu le sujet, je vais donc innover cette semaine en essayant de vous trouver quelques infos un peu plu divertissantes à vous mettre sous la dent.

Culture en vrac :

- Le jour le plus court : le 21 décembre est le jour le plus court de l’année, ce jour-là, les courts métrages sont à l’honneur, avec des projections dans toute la France, découvrez le programme ici. En plus, cette année ça tombe un samedi, profitez-en !

- La Maison de la Radio fête ses 50 ans. Un concert est donné le mardi 17 de 20h à 22h30 pour la réouverture prochaine du site au public, vous pouvez le suivre sur France Inter, France Bleu, France Culture, France Musique, Fip ou le Mouv’ ainsi qu’en vidéo sur les sites internet des chaînes. Un écran géant le retransmettra en direct sur le parvis rue Raynouard. Au programme, des pièces classiques avec l’orchestre de Radio France et de la variété française avec Eddy Mitchell, trouvez le programme complet ici.

- Pierre Lemaitre, qui a déjà reçu le prix Goncourt pour son très bon Au revoir là-haut, a reçu le Prix Roman France Télévision.

Bonne semaine !