Archives de Catégorie: Cinéma

Les films vu en salle ou parfois depuis ma télé

Her, le film qui va vous donner envie de tomber amoureux

Par défaut

Romance américaine de Spike Jonze avec Joaquin PhoenixScarlett JohanssonAmy Adams 

014107.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Theodore est dévasté après sa récente rupture avec sa femme. Il achète alors un nouveau programme informatique capable de s’adapter à son utilisateur et son environnement. "Samantha" et lui vont peu à peu faire connaissance et tomber amoureux…

her_5085073

          Bien que le sujet ne soit a priori pas trop mon genre (anticipation et amour ne sont franchement parce qui m’attire le plus), la bande-annonce me semblait assez prometteuse et j’ai lu un nombre incroyable de critiques positives. Et j’avoue que j’étais assez intriguée par l’originalité évidente de cette histoire. Sans surprise, je vais me ranger à l’avis général : ce film sort du lot et est très émouvant. Le personnage de Theodore est très attachant. Il est à la fois drôle et sensible mais aussi extrêmement seul. Ca tient peut-être au fait qu’il a le travail de mes rêves mais bien que je ne me retrouve pas beaucoup dans son caractère, j’ai trouvé qu’il était facile de s’identifier à lui. En effet, il nous est à tous arrivé de nous sentir seuls, rejetés et perdus après une rupture et Joaquin Phoenix rend ce sentiment avec un grand talent.

3023517-poster-p-1-what-we-can-learn-about-the-future-of-ai-mobile-design-love-and-pants-from-spike-jonzes-her1

          La relation qui se construit peu à peu avec "Samantha", bien que complètement virtuelle, paraît incroyablement naturelle. Les prémices de l’amour, la découverte de l’autre, les joies des premiers moments passés ensemble, tout est d’une grande justesse. On se surprend même par moments à envier leur relation si particulière. Scarlett Johansson, qui a d’ailleurs été récompensé pour ce rôle, parvient à donner une présence palpable à cette voix et à la rendre très touchante. L’incroyable jeu d’acteurs et la voix sensuelle de "Samantha" sont d’ailleurs un des principaux atouts de ce film.

HER

          Pourtant,contrairement à ce que je craignais, on n’est pas du tout dans une vision idéalisée de l’amour. Cette relation virtuelle permet finalement de mieux mettre en évidence les difficultés de la vie à deux. La mise en scène est travaillée, avec des images intéressantes et une musique efficace. Si j’ai beaucoup aimé ce film, je lui ai quand même trouvé quelques longueurs. En effet, trop d’amour a tendance à m’assoupir un peu. Toutefois, ça reste léger et même pour les moins romantiques, l’histoire est convaincante sans en faire des tonnes dans l’eau de rose. Un film original et très bien interprété qui parle d’amour avec beaucoup de justesse et de sensibilité.

Tom à la ferme, un thriller époustouflant

Par défaut

Thriller franco-canadien de et avec Xavier Dolan. Avec Xavier Dolan, Pierre-Yves Cardinal, Lise Roy

          Un jeune publicitaire voyage jusqu’au fin fond de la campagne pour des funérailles et constate que personne n’y connaît son nom ni la nature de sa relation avec le défunt. Lorsque le frère aîné de celui-ci lui impose un jeu de rôles malsain visant à protéger sa mère et l’honneur de leur famille, une relation toxique s’amorce bientôt pour ne s’arrêter que lorsque la vérité éclatera enfin, quelles qu’en soient les conséquences.

tom-a-la-ferme-onesheet_fre_hr

         De Xavier Dolan, je n’avais vu que Les amours imaginaires qui m’a laissé un souvenir pour le moins marquant. En effet, ce film tourné avec très peu de moyens m’avait totalement fascinée. J’étais tombée dessus un soir sur Canal+ et malgré l’heure tardive, je n’avais pu me détacher de cet ovni cinématographique. J’avais honteusement raté Laurence Aniways et quand j’ai vu qu’il sortait son 4° film, Tom à la ferme, j’étais aux anges, pressée de découvrir ce que le petit génie québécois nous avait réservé. Ici, le jeune réalisateur change un peu de registre avec un film moins axé sur les sentiments (quoi que ce soit discutable) pour virer plus vers le thriller (dont on trouvais déjà les prémices dans certains passages des Amours imaginaires). J’avoue avoir été très surprise par ce film et je ne sais trop comment vous en parler sans trop en dévoiler.

TOM A LA FERME PHOTO5

          Je ne sais pas au juste à quoi je m’attendais sachant que Xavier Dolan n’est pas du genre à faire dans le classique mais en tout cas certainement pas à ça. Je savais qu’on sortait du côté sentimental de ses précédents films et je crois que je pensais avant tout avoir affaire à une histoire de deuil, même si je me doutais un peu que ça n’allait pas être aussi simple… Certes il y a de ça, mais c’est aussi (et surtout) tellement plus ! Le deuil est le point de départ de ce film et reste très présent, toutefois, on retrouve aussi la "marque" de Xavier Dolan avec une réflexion sur le regard de l’autre et l’acceptation qui est très subtile et donne une belle profondeur à l’ensemble. Mais surtout, ce film est avant tout un excellent thriller !

TOM A LA FERME PHOTO1

         Je n’en dirai pas plus sur l’histoire pour ne pas gâcher le suspens mais la mise en scène est extrêmement réussie. Il ne se passe finalement pas grand chose d’exceptionnel mais chaque détail est pensé pour laisser songer au pire. Une force de suggestion redoutablement efficace. Le film est sobre mais très réfléchi : chaque scène est construite intelligemment et on monte peu à peu en puissance, chaque plan est millimétré et il y a quelques images fortes même si on est très loin d’une réalisation esthétisante. Il y a au milieu une scène de toute beauté, éblouissante dans ce décor assez chiche (oubliez la ferme bucolique, la réalité est plutôt un grand hangar mal entretenu au milieu de champs d’une platitude déconcertante). La musique est à mon sens le point faible de bien des films, ici, bien que très présente, elle souligne parfaitement les sous-entendus de l’histoire et contribue grandement à créer l’angoisse ou l’émotion.

tom-a-la-ferme

          J’ai vu ce film en avant-première et il était présenté de manière originale. Dans l’esprit ciné-club, avant la projection, l’oeuvre est analysée, sans bien sûr en dévoiler le contenu, mais de manière à offrir des pistes de lecture. Pour cela, différents extraits étaient proposés dont une chanson de la Reine des neiges, des extraits de Witness avec Harrison Ford ou de Misery. Le point commun a tous ces extraits est le travail ou la ferme. Toutefois, la présence de Misery dans cette sélection m’avait un peu interpellée. Finalement, chaque extrait était très bien choisi et venait éclairer différents aspects du film de Xavier Dolan. J’ai trouvé cela tout à fait passionnant et ça met en avant la manière dont ce film entre en résonance avec une certaine forme de cinéma et se la réapproprie.

TOM-A-La-FERME-Xavier-Dolan-@clara-palardy-1024x678

          Le moins qu’on puisse dire c’est que ce film ne laisse pas indifférent et les commentaires ont été pour le moins nombreux à la sortie. J’y suis allée avec une amie et j’ai été heureuse de pouvoir en discuter avec elle tant nous étions sonnées. Nous avons passé une grande partie du film accrochées à nos fauteuils en état de stress intense. Xavier Dolan crève l’écran, il est presque aussi bon acteur que réalisateur, ce qui n’est pas peu dire ! Ce film est fait avec peu de moyens : une poignée d’acteurs et Xavier Dolan à peu près partout au générique restreint, mais on oublie vite cet aspect tant on se retrouve plongé dans cet univers dépouillé et un rien sordide. Il y a là quelque chose qui tient de l’exploit. Je ne pense pas que tout le monde accrochera avec cette ambiance très noire mais ce qui est certain, c’est que le cinéma de Xavier Dolan ne laisse pas indifférent ! A 25 ans, il confirme son statut de petit génie du cinéma avec une inventivité et une maîtrise qui forcent le respect. Un film sombre et angoissant, impeccable de bout en bout, dont on ne ressort pas tout à fait indemne : âmes sensibles s’abstenir.

The Grand Budapest Hotel

Par défaut

Comédie américaine de Wes Anderson avec Ralph FiennesTony RevoloriF. Murray Abraham 

239820.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Monsieur Gustave était le célèbre concierge du Grand Hotel Budapest et Zero Moustafa fut son lobby boy. Ensemble, ils vont vivre de grandes aventures à travers la république de Zubrowka après que madame D ait légué un tableau à la valeur inestimable à l’homme aux clefs d’or.

137574.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          J’avais beaucoup aimé le précédent film de Wes Anderson, Moonrise Kingdom, et j’avais entendu lire le plus grand bien de celui-ci, me donnant plus envie encore de le voir. J’ai tardé à aller le voir et comme je ne suis pas franchement en avance dans mes chroniques – histoire de changer – j’arrive un peu après la bataille. J’ai du mal à trouver que dire de ce film tant les critiques élogieuses ont été nombreuses ! Je ne peux que me joindre au chœur des louanges. Sans surprise, j’ai beaucoup aimé ce film à l’humour savoureux. Les décors en carton pâte, l’élégance venue d’un autre temps, les courses poursuites truculentes : autant d’ingrédients qui donnent à ce film un charme désuet et absolument irrésistible.

523835.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Mais sous son apparente légèreté, le film ne manque pourtant pas de consistance, voire même d’un certain sérieux. En effet, sous couvert de comédie, le fond est plutôt grave et l’histoire principale laisse apparaître en toile de fond la montée d’une dictature qui s’apparente grandement au nazisme. De plus, Wes Anderson signe un cinéma bourré de références qui ravira les amateurs. La mise en scène est très soignée et l’univers très coloré est un régal. Le panel d’acteurs est franchement exceptionnel, on se délecte du plaisir qu’ils semblent prendre à jouer cette histoire survoltée. Je ne sais pas si je dirais qu’il s’agit d’un très grand film mais j’ai passé un excellent moment et je le reverrais même avec plaisir : une comédie juste comme je les aime.

Monuments Men

Par défaut

Film américain de guerre, histoire, aventure de et avec George Clooney, avec Matt Damon, Bill Murray, Jean Dujardin

470425.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Durant la Seconde Guerre Mondiale, les nazis pillent l’Europe et s’approprient les plus grandes œuvres d’art. Sept hommes qui n’auraient jamais dû faire la guerre traversent l’Atlantique pour tenter d’aller sauver ces trésors cachés quelque part en Allemagne et les restituer à leurs propriétaires.

The-Monuments-Men-par-George-Clooney-03

          L’histoire me tentait bien. J’avoue que c’était un aspect de la guerre dont j’ignorais tout avant de voir ce film et que j’ai trouvé absolument passionnant. Quant au casting, il était également très alléchant avec entre autres George Clooney, Matt Damon et Bill Murray. Il y avait là de quoi faire un bon film. Le parti pris est celui de l’humour et de la légèreté, je ne m’attendais donc pas à un chef-d’œuvre mais à un bon divertissement. Pourtant, le résultat n’est pas franchement à la hauteur. Difficile d’expliquer ce qui ne va pas dans ce film. Je crois qu’il ne parvient tout simplement pas à trouver le bon ton pour convaincre. J’ai eu l’impression d’être à mi-chemin entre la 7° compagnie et un mélo servi par forces violons : autant vous dire que c’était mal parti pour me convaincre !

The-Monuments-Men

          Évidemment, restent les points forts : les acteurs sont excellents et leur bonne entente manifeste fait plaisir à voir. Et puis bien sûr, c’est une joie de découvrir cette histoire méconnue et vraiment passionnante. Malgré la musique assez affreuse, le film reste dans l’ensemble agréable à regarder. Malheureusement, on peine à croire à ces personnages qui manquent de profondeur, à vouloir être trop léger, l’ensemble devient quelque peu inconsistant. C’est vraiment dommage parce qu’il y avait un réel potentiel quelque peu gâché. Un film plaisant mais qui tombe un peu trop dans la facilité et peine à convaincre. Il a tout de même le mérite de donner envie de se pencher d’un peu plus près sur l’histoire de ces Monuments Men.

Un week-end à Paris

Par défaut

Comédie britannique de Roger Michell avec Jim Broadbent, Lindsay Duncan, Jeff Goldblum

21038781_20130911124359576.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Pour fêter ses 30 ans de mariage, un couple d’anglais vient passer un week-end à Paris, ville qui avait hébergé leur lune de miel. Il redécouvrent la ville mais aussi peu à peu le bonheur d’être ensemble.

21040249_20130913162544432.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          La bande-annonce m’avait donné envie de voir ce film qui s’annonçait comme une comédie douce-amère plutôt sympathique. J’étais donc assez enthousiaste avant d’entrer dans la salle. Malheureusement, ça n’a guère duré… Pourtant, ça commence plutôt bien. Je m’attendais à quelque chose de plus mordant mais les premières scènes sont assez agréables. Ce couple qui ne semble plus vraiment s’aimer a quelque chose de touchant et les répliques ne sont pas dénués d’un certain humour. On s’attend à ce que ça monte en puissance peu à peu, au fur et à mesure de leur rapprochement et on se dit, qu’il va être agréable de rire avec eux.

549356.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Et puis ça se gâte quelque peu. On verse plus dans les engueulades et de la méchanceté gratuite que dans l’humour tendre et léger. Ensuite vient la rencontre avec un ami et un passage absolument interminable… Ca parle pour ne rien dire et on s’ennuie ferme. Ce n’est qu’à la toute fin qu’on trouve un peu l’esprit qu’on avait espéré rencontrer dans ce film qui est sinon bien fade. Je ne suis pas la seule dans la salle à avoir piqué du nez devant cette comédie sans grand intérêt. L’idée était alléchante mais le résultat est loin d’être à la hauteur : dommage.