Archives de Tag: cuisine

Moelleux aux kumquats et épices

Par défaut

Pour une dizaine de petits moelleux

15 kumquats

1 c. à soupe de miel

2 gousses de cardamome

1/2 bâton de cannelle

1 étoile de badiane

2 clous de girofle

DSC_1103

Pour la pâte

2 œufs

80 g de sucre de canne

2 c. à soupe de miel

140 g de farine de sarrasin

5 c. à soupe de lait d’amande

2 c. à café d’eau de fleur d’oranger

1/2 c. à café de cannelle

1/2 sachet de levure chimique

DSC_1111

Préchauffez le four à 180° C (th. 6).

Coupez les kumquats en deux et enlevez les pépins avant d’émincer les fruits finement.

Mettez les fruits dans une petite casserole et ajoutez le miel et les épices (placer si possible dans une étamine ou une boule à thé pour les retirer plus facilement en fin de cuisson). Ajoutez 1 cm d’eau et laissez cuire à feu doux environ 10 min.

Pendant ce temps, préparez la pâte : fouettez les œufs avec le sucre jusqu’à ce que le mélange blanchisse. Ajoutez le miel puis la farine en pluie. Versez le lait d’amande, l’eau de fleur d’oranger et la cannelle en fouettant bien.

Sortez les kumquats du feu et intégrez-les à la pâte avec leur sirop après en avoir retiré les épices. Mélangez bien puis ajoutez la levure diluée dans un peu d’eau.

Remplissez des moules à muffin aux 3/4 et enfournez environ 30 minutes.

Attendez quelques minutes avant de les démouler et dégustez tièdes ou froids.

DSC_1117

Les kumquats donnent à cette recette simple un goût d’agrumes très prononcé : un vrai délice !

Bon appétit !

Tartelletes ananas-coco

Par défaut

Pour 6 tartelettes ou une tarte de 24 à 28 cm

Pour la pâte

80 g de margarine

40 g de sucre

100 g de farine de sarrasin

50 g de noix de coco râpée

1 jaune d’œuf

1 pincée de sel

DSC_1038

Pour la garniture

1 œuf entier + un blanc

40 g de sucre

250 ml de lait de coco

1 c. à soupe de rhum ambré

1 petit ananas

1 sachet de sucre vanillé

10 g de noix de coco râpée

DSC_1022

Préparez la pâte au moins 2 heures à l’avance.

Dans un saladier, mélangez la margarine, le sel et le sucre. Ajoutez la farine et la noix de coco jusqu’à obtenir un message sableux. Ajoutez ensuite l’œuf et travaillez rapidement la pâte jusqu’à obtenir un mélange homogène. Formez une boule avec la pâte. Enveloppez-la de papier film et réservez a frais au moins 2 heures.

Préchauffez le four à 180° C.

Etalez la pâte dans des moules préalablement beurrés ("margarinés" en l’occurrence). Théoriquement, farinez votre plan de travail et étalez-la au rouleau à pâtisserie mais pour part, je trouve cette pâte trop souple et fragile pour être travaillée de la sorte, je la répartis donc directement dans les moules et l’étale avec la paume de la main. Méthode peu orthodoxe mais redoutablement efficace.

Dans un petit saladier, montez le blanc d’œuf en neige avec environ 1/3 du sucre jusqu’à ce qu’il soit bien ferme.

Dans un autre récipient, battez l’œuf entier et le sucre restant. Ajoutez le lait de coco et le rhum. Mélangez bien puis intégrez délicatement le blanc d’œuf monté en neige à cette préparation.

Répartissez l’appareil dans les fonds de tarte, en les remplissant environ aux 2/3.

Enfournez 20 minutes.

DSC_1029

Pendant ce temps, pelez l’ananas et détaillez-le en petit dés.

Faites chauffer une poêle avec un peu de margarine et faites-y revenir les dés d’ananas avec le sucre vanillé. Les cuire quelques minutes à couvert en remuant régulièrement jusqu’à ce qu’il soit fondant et légèrement caramélisé. Réservez.

Lorsque vos fonds de tarte sont cuits, sortez-les du four et laissez-les refroidir quelques minutes puis démoulez-les (comme vous pouvez le constater sur les photos, j’ai pour ma part oublié de démouler avant de mettre l’ananas et l’opération s’est ensuite avérée des plus délicates).

Vous n’avez plus qu’à répartir l’ananas caramélisé sur vos tartelettes et à saupoudrer d’un peu de noix de coco râpée.

Habituellement, je n’utilise jamais au grand jamais de margarine mais depuis peu, en raison de problèmes de santé, je réduis drastiquement mes apports en lactose et en gluten (d’où la farine de sarrasin). Vous pouvez bien sûr lui préférer du beurre pour cette recette et remplacer le sarrasin par du blé si vous préférez les pâtes plus traditionnelles (mais ce serait dommage, elle est teeeeellement bonne !).

DSC_1042

          Ces tartelettes ont rencontré un vif succès : la pâte est très fondante et goûteuse à la fois, la préparation à la noix de coco est subtile et l’ananas est bien mis en valeur. Un vrai régal ! Une recette simple et efficace dont j’avoue être assez fière et que j’ai hâte de refaire.

Bon appétit !

La Compagnie Française, quand l’Italie s’invite à Toulouse

Par défaut

          Il y a peu, s’ouvrait rue Alsace un magnifique restaurant avec une terrasse immense, tout près de Jeanne-d’Arc. Quatre mois après son inauguration en fanfare, le lieu ne désemplit pas : il fallait que j’aille voir de plus près ce qui se passait dans les assiettes de ce resto-là.

Compagnie-francaise-1-1140x640

          La Compagnie Française, c’est le nom d’un ancien commerce de textile qui se trouvait-là. Je trouve la décoration intérieure, dans des tons de bleu et noir, absolument magnifique. Très classe, dans un mélange de bistrot chic à l’ancienne et de contemporain très réussi. Au sous-sol, une deuxième salle donne sur la cuisine ouverte, plus conviviale, avec de grandes tables en bois clair qui font un peu table d’hôte. A la carte, c’est la gastronomie italienne qui est à l’honneur. Charcuterie en antipasti, pâtes, pizza, risotto, escalopes milanaises mais aussi des plats de viande ou de poisson moins attendus. Après une longue hésitation, j’ai finalement opté pour un cabillaud aux artichauts et fenouil. Je n’avais pas spécialement envie de poisson mais je n’avais pas très faim et voulais un plat léger. Je ne m’attendais donc pas à être emballée outre mesure.

LACIEFRANCAISE1890det

          Dès la première bouchée, j’ai totalement oublié que j’avais ne serait-ce que songé à manger autre chose. C’était réellement succulent. Très bien présenté, copieux et goûteux : que demander de plus. J’ai pioché un peu dans les autres assiettes de la table histoire de goûter : les penne all arrabiatta étaient impeccables et les gnocchis gambas et gorgonzola vraiment exquis. Les assiettes sont généreuses et ont beaucoup de goût. En entrée nous avions partagé une assiette de charcuterie qui était de qualité et en dessert, nous avons tous pris des poires pochées et leur chantilly au miel qui n’étaient pas d’une grande originalité mais très bien réalisées. A à peine 23 ans, le jeune chef est prometteur ! Le service est sympathique et on passe un très bon moment dans ce lieu assez magique. Une déco magnifique et une cuisine à la fois fine et généreuse en font une adresse à découvrir et à suivre.

image_large

La Compagnie Française

56/58 rue Alsace Lorraine

31000 Toulouse

Pain perdu à la fleur d’oranger et aux épices

Par défaut

Pour 2 personnes

1 œuf

5 cl de lait

2 sachets de sucre vanillé

1/2 c. à café d’eau de fleur d’oranger

1 grosse pincée de cannelle

1 petite pincée de gingembre

6 tranches fines de pain rassis

1 noix de beurre

1 c. à soupe de poudre de noisette

DSC_0252

Dans une assiette, battez l’œuf avec le lait et un sachet de sucre vanillé. Ajoutez l’eau de fleur d’oranger, la cannelle et le gingembre.

Faites tremper le pain dans cette préparation pendant quelques minutes en retournant les tranches régulièrement afin qu’il soit bien imbibé (ajoutez un peu de lait si le pain a bu tout bu et ne vous semble pas entièrement ramolli par le mélange).

Dans une poêle, faites fondre le beurre puis faites-y revenir les tranches de pain à feu vif. Après 2 ou 3 minutes de cuisson, retournez-les afin de faire cuire l’autre côté. Elles doivent être bien dorées sur chaque face.

Une fois le pain cuit, déposez-le sur une assiette et saupoudrez du 2° sachet de sucre vanillé et de noisette en poudre. Mangez immédiatement avant que ça ne refroidisse !

Vous pouvez servir votre pain perdu avec des fruits frais ou une compote pour lui apporter un peu de fraîcheur.

DSC_0123

J’aime beaucoup le pain perdu, une recette que ma grand-mère me faisait souvent pour le goûter, mais je dois admettre que cette version aux saveurs orientales est sans doute ma préférée, très savoureuse, c’est un vrai régal ! Je l’apprécie également au petit-déjeuner pour bien commencer la journée.

Bon appétit !

Gâteau moelleux pomme-griotte

Par défaut

Pour 8 personnes

2 pommes

1 sachet de sucre vanillé

1 bocal de griottes

120 g de beurre

6 oeufs

120 g de sucre

150 g de farine

1 sachet de levure

2 cuil. à soupe de poudre de noisette (facultatif)

DSC_1155

Préchauffez le four à 180° C.

Pelez les pommes et coupez-les en petits cubes. Faites-les revenir à la poêle à feu doux avec une noix de beurre et un sachet de sucre vanillé afin de les faire légèrement caraméliser.

Mettez les cerises à égoutter et conservez le jus.

Faites fondre le beurre.

Dans un saladier, battez les œufs avec le sucre. Ajoutez le beurre puis la farine en pluie en continuant à remuer. Diluez la levure dans un fond d’eau et intégrez-la à la préparation.

Versez les pommes caramélisées et les cerises égouttées dans la pâte en mélangeant rapidement.

Beurrez un moule et remplissez-le avec le mélange. Saupoudrez-le de la poudre de noisette avant la cuisson.

Enfournez 40 min. environ.

DSC_1164

Une fois votre gâteau cuit, laissez-le tiédir avant de le démouler.

Dans une petite casserole, faites chauffer le jus de cerises à feu doux pour le faire réduire. Remuez de temps en temps. Il doit napper légèrement la cuillère.

Une fois votre sirop prêt, nappez-en votre gâteau avant de servir.

J’aime beaucoup cette recette facile à réaliser, très moelleuse et acidulée, avec une belle couleur rouge d’un profond.

DSC_1171

Bon appétit !