Archives de Tag: roman

La Horde du Contrevent – Alain Damasio

Par défaut

          Dans des contrées où le vent fait rage, un groupe d’élite est formé dès l’enfance pour l’affronter et remonter jusqu’à sa source : ce groupe, c’est la Horde. Celle du 9° Golgoth est la plus rapide et la plus forte de tous les temps, mais parviendra-t-elle en extrême amont ? et si oui, qu’y trouvera-t-elle ?

9782070342266

          Vous le savez peut-être, je lis peu de fantasy. Si j’apprécie assez le genre, je suis un peu difficile en la matière, d’autant qu’il est un peu fourre-tout et que la qualité n’est pas toujours au rendez-vous. Quand on m’a conseillé ce roman-ci, j’étais mitigée : j’aimais beaucoup l’idée de partir à la recherche de l’origine du vent, en revanche certains artifices utilisés me laissaient perplexe (les pages sont numérotées à rebours, la narration est partagée entre tous les personnages et un sigle nous indique qui parle, bref, c’est compliqué) et puis près de 700 pages tout de même ! Les premières pages m’ont un peu déroutée. Le style est très agréable, en revanche, j’ai eu peur de me perdre dans l’incroyable profusion de narrateurs. Et puis, finalement, je suis rentrée rapidement dans l’histoire et m’y suis peu à peu retrouvée entre chaque personnage, qui a sa voix propre.

Capture

          L’histoire est très prenante et les personnages attachants. Si la construction peut surprendre au début, elle s’avère efficace. Ce récit est celui d’une quête et il est aussi intéressant de suivre les aventures du groupe que la manière dont elle influe sur chacun. Les relations évoluent au fil des pages, des liens se tissent ou se dénouent et nous passionnent autant que la recherche de l’origine du vent. C’est sans doute un des aspects qui rend ce roman si passionnant : l’univers autant que ceux qui le peuplent est très travaillé, chaque aspect est approfondi, avec un soin du détail qui donne une belle profondeur à l’ouvrage. Chaque personnage a sa voix propre et ses failles, ce qui ne les rends que plus humains. Certains trouveront peut-être l’histoire un rien compliquée, avec des concepts pas toujours simple à appréhender, mais cela ne m’a pas dérangée et j’ai même trouvé que ça contribuait grandement au charme de l’histoire et à l’immersion dans ce monde où le vent prédomine. L’univers très fouillé classe ce livre dans ce que la fantasy offre de meilleur : un vrai régal ! J’ai dévoré ce roman avec un grand plaisir et, après avoir fini ma lecture, je me suis longtemps demandé ce que devenaient ses personnages. Un véritable coup de cœur !

Capture2

La maturité de l’homme est d’avoir retrouvé le sérieux qu’on avait au jeu quand on était enfant.

_______________

L’héroïsme c’est d’accepter la honte de survivre.

_______________

Pour ma part, j’avais longtemps pensé qu’être noble relevait du respect de trois principes cardinaux : la générosité, l’élévation et le courage.

Pour en savoir plus sur cet univers si particulier, n’hésitez pas à aller voir le site qui lui est dédié : c’est ici.

50 Cents – Thomas Carreras

Par défaut

          A San Francisco, c’est la guerre dans le milieu du crime. La femme de Vlad, un dangereux criminel, vient d’être tuée par une femme qu’on croyait morte depuis 10 ans et il n’a qu’une hâte : la venger ! Mais il n’est pas le seul à vouloir sa peau et lui-même a plus d’un ennemi.

          On m’a offert ce livre à Noël et on m’avait dit qu’il était complètement fou, ce qui m’avait donné grandement envie de le lire ! Bon, autant le dire de suite, mon enthousiasme a été de courte durée. Dès les premières pages, une question s’est imposée : "Mais c’est quoi ce truc ?!?". A vrai dire, je me pose encore la question… Tout est complètement déjanté. D’habitude, je trouve que c’est plutôt une bonne chose mais là ça part vraiment trop dans tous les sens et le style n’est pas franchement à la hauteur. Difficile d’écrire une critique constructive sur ce roman tellement lui-même est déconstruit. J’ai eu l’impression que l’auteur a voulu mettre tout ce qui lui passait par la tête – à savoir essentiellement des clichés éculés et des images douteuses – sans parvenir à donner une cohérence à l’ensemble. Quand j’ai vu que c’était écrit par un adolescent d’à peine 18 ans, j’ai de suite mieux compris… Généralement, ce type d’histoire donne envie de continuer malgré les indéniables faiblesses pour connaître le dénouement mais là, on voit mal comment tout cela pourrait finir autrement que par la mort de tous les protagonistes, tuant ainsi le suspens dans l’œuf. Je crois qu’adolescente pourtant, j’aurais aimé ce livre pour son côté complètement fou : il faut croire que je vieillis ! J’ai peiné à aller au bout de cette histoire aussi mal écrite que décousue.

544359_319169688205830_804131148_n

Son visage se mit à pâlir de seconde en seconde, à tel point que lorsqu’il raccrocha, on aurait dit un alsacien en plein cœur de l’hiver.

_______________

- Mon patron veut vous parler, continua nez tordu.

Le tueur à gages se détendit. On ne tabasse pas les offres d’emploi.

L’homme qui avait soif – Hubert Mingarelli

Par défaut

          En 1946, le Japon est sous occupation américaine. Hisao revient de la guerre hanté par ses rêves et par une soif obsédante. Pour l’assouvir, il descend du train qui devait le conduire vers la femme qu’il aime. Sa valise contenant l’œuf de jade destiné à sa fiancée reste à l’intérieur. Va alors commencer pour lui un long chemin pour la retrouver.

9782234074866-X_0

          Depuis que j’ai lu le merveilleux Quatre soldats lors de ma première année de fac, Hubert Mingarelli a rejoint mes auteurs préférés et j’ai lu une bonne partie de ses livres. Lorsque j’ai vu qu’il avait sorti un nouveau roman, je me suis donc jetée dessus sans même regarder de quoi il retournait. J’ai été très agréablement surprise de découvrir qu’il s’agissait d’un roman qui se passe dans le Japon d’après guerre. On retrouve dès les premières lignes le style si particulier d’Hubert Mingarelli : simple et juste, tout en discrétion et en délicatesse. Comme souvent chez cet auteur, l’histoire peut sembler anecdotique. Le rythme est lent, il ne se passe rien ou presque en apparence, et pourtant, ces lignes recèlent tant de choses !

          Hubert Mingarelli peint comme personne les affres de l’âme humaine. La vie intérieure du personnage est décrite tout en nuances. L’écriture de l’auteur me donne l’impression d’un chuchotement. On entre dans ce livre comme sur la pointe des pieds, de peur de déranger. On découvre peu à peu la richesse du personnage, sa complexité. Le fil de l’histoire, qui paraissait si ténu, s’épaissit peu à peu, et on se passionne de plus en plus pour l’étrange quête de cet homme tourmenté. Si ce roman peut paraître fade et lent, si on parvient à en épouser le rythme et que la magie opère, quel bonheur que cette écriture où pas un mot n’est de trop ! Hubert Mingarelli signe ici un livre passionnant, tout en délicatesse, l’un de ses meilleurs.

Paradis 05-40

Par défaut

          Maurice perd la mémoire. Nathalie, auxiliaire de vie, qui voudrait qu’il raconte ses souvenirs. Alors il ressort des placards un vieux journal intime de sa sœur, Diane, écrit en 1940. Sans se parler, ils vont apprendre à se découvrir à travers les souvenirs d’une autre. Entre passé et présent, ils vont peu à peu s’apprivoiser.

          J’ai reçu ce livre grâce aux Nouveaux Talents que je remercie. J’étais assez tentée par ce roman qui traite la Seconde Guerre mondiale sur un ton léger. Pourtant j’ai vite compris que je n’allais pas accrocher avec ce roman. En effet, je n’ai pas du tout aimé l’écriture. Le style se veut léger, je l’ai surtout trouvé convenu et insipide. Quant à l’histoire, elle aurait pu être intéressante mais elle sonne creux, tout comme les personnages, pour le moins artificiels. J’ai tout de même continué ma lecture, me disant qu’elle prendrait surement en profondeur au fur et à mesure, quand Maurice et Nathalie commencent à se connaître d’une part, et de l’autre, quand en pleine guerre, une famille isolée rencontre quatre parisiens en fuite. Mais non, la magie n’a jamais opéré. Je me suis ennuyée ferme et je n’ai trouvé à peu près aucun intérêt à ce roman qui avait pourtant éveillé ma curiosité.

9782709644631-G

Je l’imaginais snob, il me croyait illettrée. Idéal pour nouer le dialogue.

_______________

Le cœur, c’est bien le grenier des souvenirs, non ? Faut faire du tri quand ça affiche complet.

Appel à l’aide !

Par défaut

Bonjour à tous !

          Une fois n’est pas coutume, je me tourne vers vous pour solliciter votre aide. Grâce à MyBoox, je participe demain à une rencontre avec Elizabeth Gilbert à l’occasion de la sortie de L’empreinte de toute chose chez Calmann-Lévy. Le hic, c’est que je n’ai rien lu d’elle et que son dernier roman ne nous sera remis que lors de l’évènement, ne laissant aucune chance de l’entamer avant… Elle est également l’auteur de Mange, prie, aime, dont l’adaptation cinématographique est sortie en 2010, avec Julia Roberts dans le rôle titre (que j’ai vue, c’est déjà ça !). Voilà à peu près toute l’étendue de mes connaissances à son sujet.

AVT_Elizabeth-Gilbert_3255

          Il faudrait que je prépare pour demain (autant dire là, maintenant, tout de suite) quelques questions à lui poser et je dois avouer que je sèche un peu (l’art de la litote, toujours)… Y aurait-il parmi vous des fans de cet auteur ? Certains d’entre-vous ont-ils déjà lu ses livres ? Si vous avez des questions à son sujet, sur son écriture, les thèmes qu’elle aborde, ses romans… je vous propose de me les faire parvenir d’ici demain et je lui poserai pour vous ; vous trouverez votre réponse ici-même vendredi avec un résumé de la rencontre.

          A vos claviers !