Mes lectures

Katrina KALDA, Un roman estonien

          J’ai le plaisir de vous présenter le roman aux côtés duquel j’ai clôturé 2010 et entamé 2011. Un roman estonien, premier roman de Karina Kalda, paru chez Gallimard en septembre (oui, en 2011, je fais l’effort de coder mes titres pour qu’ils apparaissent en italique et je cite les éditeurs)

          Ce roman pour le moins original, a pour narrateur un personnage de feuilleton qui raconte alternativement son histoire et celle de son créateur. A la fois l’histoire d’une création, une histoire d’amour mais aussi une part de l’histoire de l’Estonie en toile de fond.

  

          Avec ce 1° roman, la jeune auteur impressionne ! C’est un roman complexe, très bien construit, original, intelligent, souvent drôle. L’histoire est parfois un peu confuse car très complexe. J’ai par moments eu du mal à suivre les déboires d’August et Charlotte, de Théodore et Carlotta, du mal a distinguer l’histoire de l’auteur de celle de son personnage (sachant que c’est le personnage qui est le narrateur, ce qui complique encore les choses)… Cette richesse du texte surprend, déroute, égare. C’est à la fois ce qui le rend si intéressant et ce qui en limite l’accès.

          On n’a guère l’habitude d’être confronté à des textes de cette richesse. On se trouve immergé dans l’Estonie des années 90, juste après la chute de l’URSS. L’auteur vit depuis longtemps en France (elle a d’ailleurs écrit ce texte en français) et cela se sent dans son regard distancié à l’égard de son pays (auquel elle porte par ailleurs une grande tendresse). Je reprocherais peut-être à ce texte son manque de simplicité. S’il y a énormément de bonnes choses dans ce roman, il est par moment un peu trop foisonnant à mon goût. Un léger bémol qui ne m’a nullement empêché d’apprécier ce texte. J’ai du mal à imaginer comment aussi jeune on peut déjà écrire quelque chose d’aussi imposant. Cela laisse présager d’une suite pour le moins intéressante. Un excellent premier roman, réservé toutefois à des lecteurs aguerris.

Carlotta ne devait pas être au courant de l’essentiel, à savoir que dans ce monde à la limite du cercle polaire, il faut savoir se prémunir contre l’hiver et le noir, que la nuit et le jour sont des draps qu’on tire à soi, de sorte que nous qui dormons au bord du lit, au-delç de sept monts et cent rivières, nous sommes découverts pendant l’été, où le soleil qui ne se couche plus nous empêche de dormir, et étouffés pendant l’hiver, lorsque le drap ressemble à une couette rembourrée d’où l’on ne croit pas ressortir vivants. Les légendes sur le soleil qui disparaît deviennent de nouveau vraies et les ciseaux, dans un tiroir de la cuisine, prennent une expression luisante, rusée, qui donne envie de grimper jusqu’au toit pour percer la couette épaisse du ciel. mais lorsqu’on enfonce  les lames pointues dans le duvet, les plumes de volatile qui le farcissaient s’échappent, et les enfants, qui ont le nez collé aux vitres, crient d’un étage à l’autre : « Il neige ! Il neige ! »

Pour plus d’information sur le livre et l’auteur, 2 articles sont parus dans l’Express :

Le roman estonien  de Katrina Kalda et Katrina Kalda en 4 questions.

7 commentaires sur “Katrina KALDA, Un roman estonien

  1. Je suis en train de lire Purge de Sofi Oksanen dont l’action se déroule également dans l’Estonie des années 90 et j’aime beaucoup. Je pense que je lirais aussi celui-ci.

    1. C’est un peu ardu, j’ai parfois eu du mal à suivre mais bon, c’est original, ça vaut le coup d’aller voir. Je pense que je vais aussi lire Purge, tout le monde en dit du bien.

  2. Ce roman m’a été vivement conseillé par mon libraire. Après ton avis positif, je n’ai plus qu’une chose à faire : l’acheter… Sinon, j’ai lu Purge, que je te conseille, excellentissime !

  3. J’ai été conquise dès le premier chapitre, déroutant, drôle, un peu exotique…mais les promesses n’ont pas été tenues. J’attendais un roman qui me raconte la révolution chantante, je me suis retrouvée dans un feuilleton, une bluette sans grand intérêt. Dommage, cela commençait si bien!

    1. Rien du roman engagé en effet ! On est plutôt dans l’écriture pour l’écriture, c’est avant tout un exercice de style, l’histoire n’est finalement que très secondaire. C’est dommage. Cependant, même s’il manque des choses (une trame solide) et que c’est parfois trop foisonnant, je trouve que pour un premier roman c’est prometteur. Il y a une énergie et une maîtrise du style qui avec un peu de maturité pourraient devenir intéressantes.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.