Mes lectures

Bilan lecture 2010

        The Girl Next Door m’a demandé il y a quelques temps quelles étaient mes intentions littéraires en 2011. Avant de lui répondre, je vais commencer par un bilan un peu tardif de mes lectures de l’année dernière.

          En 2010 j’ai lu 95 livres, dont 15 pour le travail, soit 80 ouvrages parcourus de mon plein gré. Depuis que je ne note mes lectures, je n’ai jamais autant lu ! Et pourtant, le temps que je consacre à la lecture a rarement été aussi faible. Ce chiffre est donc dû en grande partie à un changement dans mes habitudes de lectrice : amoureuse des gros pavés, je me suis initiée à la lecture d’ouvrages courts. J’ai raté de peu le seuil fatidique des 100. Ce sera peut-être pour l’année prochaine (quoique j’en doute fort) ! Je vous passerai la liste exhaustive qui serait assommante. En début d’année mes lectures ont été variées : théâtre, essais, romans français et étrangers… Marquées aussi par le grand retour de la science-fiction dans mes rayonnages. Ensuite, je suis devenue quelque peu mono-maniaque et ai passé la seconde partie de l’année à lire essentiellement de la littérature française contemporaine.

         

          J’ai comblé quelques lacunes dans ma culture littéraire cette année en lisant Truman Capote, Georges Orwell, Ernest Hemingway et Jim Harrison pour la littérature anglophone ; Françoise Sagan, Pascal Quignard, Annie Ernaux, Olivier Rollin, Laurent Mauvignier, Joseph Kessel et Jean Echenoz pour la littérature française (entre autres !) ; et Mario Vargas Llosa pour la littérature sud-américaine. LA découverte de l’année 2010 fut bien sûr pour moi Hervé Guibert, qui devint même le sujet de mon mémoire et objet d’une véritable obsession.

          Parmi les lectures les plus marquantes : Hervé Guibert donc, avec A l’ami qui ne m’a pas sauvé la vie, Pascal Quignard, Tous les matins du monde, Antoine Volodine, Ecrivains, Jim Harrison, Une odissée américaine, Julien Gracq, Un balcon en forêt. D’autres très bonnes surprises avec Serge Joncour, Eric Yung, Serge Brussolo… Quelques déceptions aussi, notamment Annie Ernaux, Olivier Rolin ou François Dupeyron. Et puis, toujours mes auteurs fétiches : Andréï Makine, Jack London et, bien sûr, Fiodor Dostoïevski.

 

          Alors, quel programme maintenant pour 2011 ? Eh bien, moins de littérature française contemporaine. En 2011, je vais tenter d’être plus éclectique : plus de polars (délaissés depuis quelques temps), plus de classiques français(pourquoi pas La chartreuse de Parme, Germinal et/ou L’éducation sentimentale), quelques classiques étrangers que je connais trop peu (Henry James, Melville, Faulkner, Goethe, Jane Austen ? J’en ai lu si peu que le choix est vaste !), si possible quelques essais, un peu plus de théâtre et de poésie. Je vais essayer de continuer aussi à lire une peu de science-fiction, quelques BD et albums jeunesse. Peut-être aussi un retour vers le Nature Writting. Sans oublier mon projet de lire ces best-seller qu’on dit si mauvais et que tout le monde s’arrache. Et bien sûr, toujours mes indispensables : les grands auteurs russes, London, quelques contemporains de langue française et de nombreux autres… Bref, essayons de lire de tout, même cela s’avère une tâche impossible ! Pas de programme fixe, ce serait le meilleur moyen de ne pas le tenir ! Juste l’envie de parfaire sa culture littéraire tout en ce faisant plaisir, ce qui est déjà beaucoup.

6 commentaires sur “Bilan lecture 2010

    1. J’avoue que je n’ai pas encore eu le courage de commencer mais je compte m’y mettrela semaine prochaine. Je sens que ça va être une épreuve difficile… 🙂

  1. Il me tarde d’avoir ta réaction sur la Chartreuse…
    N’oublie pas Camus… il a dit de si belles choses comme tant d’autres. La peste peut-être parce que je vais le relire pour la sixième fois est un de mes préférés. J’y ai trouvé des phrases qui vont à l’encontre de la culture du péché qui a été transmise à ma génération: Il n’y a pas de honte à préférer le bonheur!
    Bonnes lectures!!!
    Je lis le dernier Angot mais pour le moment ne me sens pas en présence du « chef d’oeuvre ». A voir…

    1. Angot ne me tente pas tellement, j’ai un a priori un peu négatif sur elle, vu de loin je trouve que ça à l’air assez insignifiant, pas mauvais mais sans intérêt majeur. Je ne demande qu’à être détrompée mais ce ne sera pas pour tout de suite je pense. Par contre moi je suis face à un « chef d’oeuvre » avec Lindon ! Quel livre !
      C’est vrai que je n’ai pas cité Camus dans mes projets de lecture. C’est en partie un oubli et en partie parce que par « classiques » j’entendais plutôt dinosaures d’avant le XX° siècle. Pour moi, Camus, Duras, Queneau et autres sont un peu jeunes pour entrer parmi les « classiques » et un peu vieux pour être des contemporains. C’est une situation que je trouve confortable : ils n’ont pas encore le côté poussièreux et sont déjà entrés dans la postérité. Mais bien sûr, je lirai sans doute un Camus cette année, un Gracq aussi et j’espère bien d’autres de leurs contemporains.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.