Les pays – Marie-Hélène Lafon

Par défaut

          Claire est issue d’une famille d’agriculteurs du Cantal et part faire ses études à Paris. Un changement d’univers complet que cette arrivée à la Sorbonne. Elle va devoir travailler dur pour conserver sa bourse et sortir de son milieu par les études. Pourtant, elle n’oubliera pas d’où elle vient. Elle nous conte ici son histoire.

les pays

          J’avais entendu dire beaucoup de bien de ce roman et il me tentait tout particulièrement par son sujet. Cette histoire ressemble de très près à celle de mes parents. Mes grands-parents étaient de petits agriculteurs, ma mère a fait des études pour devenir professeur, profitant des vacances d’été pour aider à faire les foins. J’avais envie de retrouver l’histoire familiale racontée par quelqu’un d’autre, de lire le même type de destin. Mais si c’est ce que raconte Marie-Hélène Lafon, avec quelle platitude le fait-elle ! Son récit est d’une banalité sans nom, l’écriture sans relief. Je me suis ennuyée au plus haut point. Aucune émotion, pas le moindre plaisir de lecture. Un récit sans doute un peu trop intellectualisé à mon goût.

          Ce que raconte l’auteur est assez commun, une histoire comme en ont vécu des milliers d’autres personnes de son époque, et que certains vivent encore aujourd’hui. D’autres y auraient mis plus de sentiments, plus d’émotion, plus de tendresse. Certains auraient su peut-être mettre en avant les difficultés qui se mettent en travers du chemin ou le déchirement entre deux univers que tout oppose. Là nous avons une description un peu plate d’un quotidien banal. Moi qui n’ai à peu près aucun goût pour les écrits de l’intime, je me suis ennuyée ferme ! Un livre prometteur qui fut une déception. Il aura sans doute paru exotique aux intellos parisiens et autres citadins à la vague ascendance paysanne coupés de leurs racines, les autres peineront sans doute à y trouver leur compte…

marie-helene-lafon-dr

Avec le fumet sauvage du saint-nectaire pelu et les pages froissées de La Montagne était entré dans la cuisine de Paris un air de là-bas, de l’autre pays, dont le corps de Suzanne avait été traversé.

_______________

Avec des femmes comme Claire, qui ne voulaient pas se charger d’une famille, supporter un mari, des enfants, et habitaient dans des appartements bourrés de livres allaient à des spectacles ou voir des peintures dans des musées, à Paris en Autriche à New York, au lieu d’élever des gosses et de s’occuper d’une maison, avec rien que des femmes comme elle, qui gagnaient leur argent sans attendre après les hommes, ça serait bientôt la fin du monde.

"

  1. Merciii pour cet article, j’ai découverte cette auteure dans la GLB la derniere emission, du coup je suis ravie que tu en parles car je connais rien d’elle, et là je viens de regarder ce livre est à la médiatheque 🙂 je vais voir ca ce soir!
    MErciii!

    • Oui, le sujet est intéressant, par contre j’ai trouvé le résultat très plat, d’autant que pour elle ce choix-là semble plus une évidence qu’un déchirement. Grosse déception !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s