De l’Allemagne au musée du Louvre

Par défaut

         Le musée du Louvre propose à travers cette exposition une réflexion autour des grands thèmes structurant la pensée allemande de 1800 à 1939. Plus de deux cents œuvres pour tenter de comprendre la constitution de l’histoire allemande de la fin du XVIIIe siècle à la veille de la Seconde Guerre mondiale.

7759875547_l-affiche-de-la-nouvelle-exposition-du-louvre-a-paris

          J’ai vu cette exposition juste après celle que consacre le musée d’Orsay au romantisme noir. Deux expositions dont les thèmes se recoupent un peu. Malheureusement, une fois de plus, le Louvre m’a déçue. Autant on ne peut que reconnaître la formidable collection permanente du musée, autant côté expositions, je trouve qu’il peine souvent à surprendre et à convaincre, malgré la qualité de certaines des toiles exposées. Sans doute est-ce dû en partie au côté extrêmement classique des accrochages. Il faut dire aussi que j’ai été prise d’une énorme migraine avant d’entrer dans le musée et que je n’étais pas du tout en condition pour apprécier quoi que ce soit, il va donc m’être difficile de vous parler de cette exposition de manière objective tant j’étais pressée d’en sortir. Toutefois, renseignements pris auprès de ceux de mon entourage qui l’ont également vue, nous étions tous aussi peu convaincus à la sortie, je vais essayer de vous expliquer pourquoi.

0f346f9c309781117add4e1a9403eda8b6e16de0

          Si je n’avais pas su de quoi il était question, je crois que je n’aurais pas réussi à la deviner toute seule. Tous les artistes exposés sont allemands, pour le reste, on peine à dégager une unité. On commence par des représentations religieuses (comme souvent au Louvre) qui m’inspirent toujours assez peu. Je me suis approchée des panneaux explicatifs pour comprendre le lien avecle thème et là… le trou noir ! Les explications sont extrêmement obscures. Difficile de comprendre ce qu’il s’y raconte, c’est pour le moins confus et je me suis donc très vite désintéressé de ces pseudo-explications, passant quelque peu à côté du sujet de l’exposition, qui ne saute pas aux yeux sans ça. J’ai donc passé mon chemin sans vraiment comprendre le lien entre des tableaux qui esthétiquement n’avaient rien de remarquable. Seuls les paysages de Friedrich sortent du lot et c’est un plaisir d’en voir ici plusieurs rassemblés. Une exposition qui n’a rien de bien remarquable et ne me laissera pas un souvenir impérissable. 

Friedrich

Musée du Louvre

Du 28 mars au 24 juin

12 €

"

    • Le deuxième, celui qui est très éthéré, est un Friedrich qui m’a littéralement clouée sur place, il mériterait presque le détour à lui seul. Mais à part dans la salle des Friedrich qui est très intéressante, on s’attarde rarement. Il faut dire que l’exposition vue juste avant à Orsay était tellement impressionnante que ça ne pouvait paraître que fade à côté !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s