Des bruits dans la tête

Par défaut

Des bruits dans la tête, de Drago Jancar

Des bruits dans la têteKeber était un nom que cet été-là, dans les antiques cellules de M, on prononçait avec respect ; la nuit, des histoires murmurées sur sa vie couraient de bouche à oreille et le souffle des voleurs, des faussaires et des violeurs ordinaires s’arrêtait. Keber était celui qui avait provoqué le grand soulèvement de Livada. Keber était sans conteste le premier et le dernier héros de la chronique encore jamais écrite de la célèbre révolte.

J’ai reçu ce livre dans le cadre de l’opération Masse critique organisée par Babelio. Le principe est simple : un livre en échange d’une critique. Parmi ceux que j’avais sélectionnés, celui-ci m’intriguait particulièrement et j’ai été très contente de le recevoir. L’occasion pour moi de découvrir la littérature slovène dont j’ignorais tout. Je m’attendais à une lecture difficile de par le sujet traité, et ç’a en effet été le cas dans une certaine mesure. En revanche, si je pensais que l’écriture serait austère, je me suis plutôt trompée sur ce point. En effet, le style est le gros point fort de ce roman. Il est tout simplement remarquable : limpide et travaillé, sombre et lumineux à la fois, un véritable coup de cœur. Pourtant, si j’ai pris un plaisir fou à cette lecture, j’ai eu beaucoup de mal à m’y remettre après chaque interruption, à tel point que j’ai fini par abandonner un livre qui pourtant me plaisait.

Difficile d’expliquer pourquoi. Sans doute n’est-ce pas vraiment le bon moment pour moi de m’atteler à ce type de lecture assez exigeante. L’histoire est intéressante mais je ne voyais pas quelle surprise elle pourrait bien réserver et je crois que je ne me voyais pas attendre un dénouement tragique après que l’univers se soit fait toujours plus noir et que tout espoir ait déserté ces pages. Je le regrette un peu mais je me sentais incapable de m’infliger toute cette noirceur. Il me semble que c’est la première fois que j’abandonne un livre que j’aime. Je ne crois pas que j’en reprendrais le fil un jour et pourtant j’en garderai le souvenir d’une écriture forte et belle sur fond de désespoir. Un roman à part dont le style m’a profondément touchée mais dont l’univers de violence, de réclusion et de folie arrivait pour moi au mauvais moment. Une magnifique découverte malgré tout.

Tuer un homme, c’est comme tuer un bon livre. Celui qui tue un homme tue un être raisonnable, celui qui détruit un livre, un bon livre, tue la raison même.

          D’autres esprits un peu dérangés ont croisé ma route récemment (un premier article leur était consacré ici), sans nécessairement me marquer outre mesure. Petit tour d’horizon des toqués en tous genres.

L’homme irrationnel, de Woody Allen

L'homme irrationnelProfesseur de philosophie, Abe Lucas a perdu toute joie de vivre. Peu de temps après son arrivée dans l’université d’une petite ville, Abe entame deux liaisons. D’abord, avec Rita Richards, collègue mariée en manque de compagnie, puis avec Jill Pollard, sa meilleure étudiante, qui devient aussi sa meilleure amie. Une conversation surprise au hasard va faire basculer leur vie.

Un film dont j’attendais beaucoup. On m’en avait dit plutôt du bien dans l’ensemble et j’escomptais retrouver Woody à son meilleur. Si certains le pensent, je suis loin d’être de cet avis. Dès le début, ce film m’a plongé dans un ennui profond, malgré la présence de Joaquin Phoenix pourtant aussi convaincant qu’à son habitude. Son personnage de professeur neurasthénique est le seul à avoir un peu de consistance. Le vrai problème, c’est qu’à aucun moment le sujet ne m’a intéressée. Toutes les conversations de ses personnages plus lisses les uns que les autres m’ont parues ternes et terriblement convenues. Sans doute est-ce le but me direz-vous, mais… pourquoi ? Cette vacuité m’a passablement agacée. Mais pas tant que l’air de vierge effarouchée de la jeune étudiante que j’ai trouvé aussi inintéressante qu’antipathique durant tout le film. Un vrai calvaire. La seconde moitié est plus rythmée mais sans avoir beaucoup plus de consistance. On s’ennuie moins mais le scénario prend un tour improbable fort peu convaincant. A mes yeux, son acteur principal et sa bande son sont les meilleurs (et seuls) atouts de ce film. L’engouement qu’il suscite me laisse songeuse. J’ai trouvé le tout creux et sans grande inventivité. On est malheureusement bien loin de la justesse de Blue Jasmine.

Enfants perdus, d’Arnaud Rykner

Enfants-perdusC’est une maison de bord de mer, d’un autre temps, qui n’ouvre que pour les vacances. Chaque année s’y retrouvent des enfants, sous le regard d’un homme et d’une femme. Ils sont à cet âge où l’on joue encore à l’enfance. Les bagarres. Les réconciliations. Parmi eux, un garçon solitaire, à la violence mystérieuse. L’été va se terminer plus tôt cette année-là.

J’ai lu ce court texte il y a quelques temps, et malgré certaines maladresses qui l’alourdissent un peu, je l’ai assez apprécié. Difficile de vous en parler sans trop en dévoiler, je serai alors concise. C’est une histoire d’enfants mal aimés, un peu à part, qui oublient leur différence le temps d’un été. Mais bien sûr, les choses ne sont pas toujours aussi simples et la vie s’acharne à toujours tout compliquer. Le texte, par des mots simples, retranscrit ces émotions d’enfants de manière parfois touchante. La tension monte au fil des pages et l’histoire se construit finalement un peu comme un thriller. Ou comme une tragédie. Si la fin n’est pas vraiment une surprise, j’ai aimé la forme de confusion et de violence qui se dégage de ce texte qui manque pourtant un peu de force. Pas assez abouti pour convaincre vraiment mais intéressant tout de même.

Au retour , le petit déjeuner est rendu meilleur par l’attente. le pain promis est là.

Le prodige, d’Edward Zwick

Le prodigeL’histoire de Bobby Fischer, le prodige américain des échecs, qui à l’apogée de la guerre froide se retrouve pris entre le feu des deux superpuissances en défiant l’Empire Soviétique lors du match du siècle contre Boris Spassky. Son obsession de vaincre les Russes va peu à peu se transformer en une terrifiante lutte entre le génie et la folie de cet homme complexe qui n’a jamais cessé de fasciner le monde.

Voici un biopic sur un champion des échecs. Je dois avouer que c’est un univers que je ne connais pas du tout, étant moi-même une joueuse d’échec catastrophique (au point de m’être arrêtée une fois ma première partie gagnée, histoire d’avoir l’honneur à peu près sauf). Une manière de penser qui me dépasse et m’émerveille à la fois. Ne connaissant à peu près rien à ce « jeu » éminemment compliqué, j’ai découvert avec ce film l’histoire de ce jeune prodige. Si j’ai pris plaisir à suivre son parcours quelque peu chaotique, je pense qu’il vaut quand même mieux s’y connaître un minimum en échecs pour apprécier le génie de ce garçon, sinon tout ça risque de vous sembler un peu obscur. La réalisation est d’un classicisme désespérant et ne risque pas de vous détourner du sujet principal. Bien que je n’aie pas pu pénétrer un tant soit peu l’esprit torturé de ce jeune homme, sa chute dans la paranoïa est intéressante – et pas nécessairement injustifiée. Mégalo, seul, génial, incompris, harcelé, sa vie n’a pas dû être de tout repos : à vous dégoûter de posséder le moindre talent. Un film trop linéaire pour passionner vraiment mais dont le sujet ne manque pourtant pas d’intérêt.

Un loup à ma table, d’Augusten Burroughs

Un loup à ma tablePour le petit Augusten, son père est une présence fantomatique, à peine signalée par une toux ou des volutes de tabac dans l’obscurité d’une pièce. Ce géniteur dévoré de psoriasis, Augusten l’aime plus que tout et ne souhaite qu’une chose : le lui prouver. Mais ce dernier en a décidé autrement et, peu à peu, l’amour se mue en une haine tenace et acerbe.

J’avais a-do-ré Courir avec des ciseaux, j’avais tellement ri ! Un énorme coup de coeur pour cet auteur totalement loufoque et sa plume incisive. Toujours dans l’autobiographique (ou l’autofiction, à vous de voir), l’auteur revient cette fois sur sa petite enfance et son rapport à son père. Si très jeune il lui voue un véritable culte et veut à tout prix l’impressionner, cet amour va se transformer en haine lorsqu’il va se rendre compte que son père, lui ne l’aime pas. Il va peu à peu comprendre à quel point cet être mystérieux peut en prime s’avérer dangereux. On ne retrouve pas immédiatement dans ce roman la pâte d’Augusten Burroughs. Ici, pas d’humour mordant mais au contraire un univers très sombre et empli d’une crainte qui finit par provoquer un malaise chez le lecteur. J’ai eu du mal à accrocher et à avancer dans cette histoire assez particulière. Pourtant, petit à petit, je me suis laissée émouvoir par la détresse puis la rage de ce petit garçon. J’y ai retrouvé des accents de Vipère au poing. Il y a une sensibilité certaine dans ces lignes et une description touchante de la vie avec cet être manipulateur et colérique. Un livre qui ne m’a pas séduite immédiatement mais qui s’avère finalement assez profond et décrit avec justesse la détresse d’un petit garçon.

Quand ma mère est enfin revenue à la maison, elle était si vide d’énergie et d’une maigreur si effrayante que j’ai tout de suite eu peur que ses qualités essentielles ne soient restées à l’hôpital. J’imaginais facilement une infirmière apercevant une masse sombre et confuse par terre et la jetant à la poubelle, sans réaliser qu’il s’agissait de l’esprit de ma mère.

La vie passionnée de Vincent Van Gogh, de Vincente Minnelli

La vie passionnée de Vincent Van Gogh1878. Vincent Van Gogh arrive en Belgique pour se rendre ensuite en Provence où Gauguin le rejoint. Après le départ de ce dernier, Van Gogh se coupe une oreille et se fait interner dans un asile…

J’ai pu voir ce film de 1956 en version restaurée au cinéma cet été. J’avoue avoir été sur le moment un peu hésitante mais mon amour pour Kirk Douglas (et pour Van Gogh bien sûr !) l’a bien vite emporté. Malgré un côté très vieillot – forcément – et un choix musical pour le moins surprenant, j’ai vraiment beaucoup aimé. Déjà, Kirk Douglas et Anthony Queen à l’écran, il faut bien admettre que ça en jette ! Ensuite, la vie de Van Gogh a quand même été bien mouvementée et assez palpitante. Ses toiles représentent bien sûr un décor de rêve dont on ne se lasse pas. Et puis, le temps d’adaptation passé, la musique de péplum donne quand même à ce film une petite note de suspens assez inappropriée mais étrangement bienvenue.  Elle offre à chaque scène un aspect dramatique parfois un peu lourd et forcé mais dans l’ensemble assez séduisant. Hollywood prête tout sa démesure à la vie de Vincent Van Gogh : un choix surprenant qui lui va plutôt bien. Un grand moment de cinéma.

"

  1. J’ai bien aimé « Le Prodige », car c’est en effet très intéressant, malgré quelques longueurs. Mais je doute de l’acheter en DVD ; je pense que l’avoir vu au cinéma le suffit.

    • Oui. J’ai bien aimé mais une fois me suffira aussi. J’ai été contente de découvrir l’histoire après d’un point de vue formel ça reste un peu trop conventionnel à mon goût.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s