Mes lectures

La marche du mort, Larry McMurtry

Aux confins d’un Texas encore sauvage, les jeunes Augustus McCrae et Woodrow Call viennent de s’engager pour faire régner un semblant d’ordre dans ce pays en devenir. Sous-équipés, piètrement entraînés et mal dirigés, ils s’apprêtent à traverser une série d’expéditions et d’aventures plus dangereuses les unes que les autres. Tour à tour poursuivis par des Indiens, l’armée mexicaine ou des ours, ils devront se battre au milieu d’une nature hostile. Heureusement que les femmes sont là pour les laisser rêver à des jours meilleurs.

Du même auteur, j’avais adoré Lonesome Dove, l’incroyable épopée de deux cowboys pas très doués à travers les Etats-Unis. Seule la femme de l’un d’eux rattrape un peu le niveau. C’est drôle, bien écrit, extrêmement prenant. Un énorme coup de cœur. La marche du mort retrace l’histoire de la rencontre de ces deux copains bras cassés et j’avais hâte de les retrouver.

Sans grande surprise, c’est tout à fait dans la même veine. L’histoire se déroule quelques années plus tôt, nos deux compères décident de s’enrôler dans la milice pour partir à la conquête de nouvelles terres. Ils imaginent déjà la gloire facile et l’argent qui coule à flots. Ils intègrent en réalité une troupe pas entraînée, mal équipée et dirigée de manière assez douteuse. De sacrées aventures les attendent.

Couverture du roman La marche du mort

Ils deviennent vite inséparables et se font des amis parmi leurs camarades. Ensemble, ils vont vivre bon nombre d’aventures. Difficile de dire qui des indiens ou des mexicains leur fera la vie la plus dure. Même si c’est peut-être bien au final la traversée du désert et la fameuse « marche du mort » qui fera le plus de dégâts. On va découvrir ensemble la dure réalité de la frontière mexicaine de l’époque : un monde impitoyable et haut en couleurs.

C’est drôle, c’est enlevé, c’est terriblement bien rythmé : un vrai régal. Pas le temps de s’ennuyer dans cette lecture où les aventures s’enchaînent à une vitesse folle. Ca manque de personnages féminins qui sont quasi absents en dehors de la prostituée de la bande, qui devient leur mère de substitution et s’avère indispensable à la survie de cette improbable compagnie. Mais bon, déjà on peut supposer que c’était un univers essentiellement masculin donc ça reste à peu près crédible et puis ils sont tous si nuls et peu apte à la survie qu’on ne regrette presque pas l’absence de femme pour rattraper leurs conneries. Ca reste sexiste, ne nous leurrons pas, mais l’auteur épargne si peu ses personnages que ça me fait quand même rire.

Seule la fin, surprenante, m’a peut-être paru un peu bâclée. Là où l’aller prend plus de 400 pages, le retour tient en dix à peine. Décevant. Il faut croire qu’ils avaient déjà épuisé leur déveine. Cela dit, le chemin ayant été décrit avec une telle abondance de détails, on comprend que l’auteur ait abrégé les souffrances de nos héros une fois le retour à la maison décidé. Entre nature hostile, indiens surentraînés et mexicains armés jusqu’aux dents, ce roman donne un aperçu vitaminé des terres arides du Sud-Ouest américain de l’époque.

Portrait de Larry McMurtry

Le Texas était le genre d’endroit où les gens pouvait choisir un qualificatif et devenir tranquillement ce qu’ils avaient imaginé. Ils apprendraient ensuite les rouages de leur nouveau métier.


Bigfoot se posta à la limite du campement, s’allongea à plat ventre et posa l’oreille au sol.
-Il écoute les vers de terre? Il compte partir à la pêche? Demanda Gus à Call, dérouté par un tel comportement.


Je vous regardeais vous entraîner au tir hier, vous autres les Bleus. La moitié d’entre vous seraient incapables de se tirer dans le pied, même avec le canon posé dessus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.