Archives de Catégorie: Culture en vrac

Expos, théâtre, séries TV, musique : la page du fourre-tout culturel !

Le cirque Gruss, Origines

Par défaut

          Il y a peu j’ai eu l’immense chance de découvrir le cirque Gruss et ses coulisses. Adolescente j’ai fait beaucoup d’équitation, j’étais une fidèle lectrice de Cheval mag, les murs de ma chambre étaient couverts d’affiches représentant des frisons, des andalous ou des quaterhorse, j’adorais aller voir des spectacles équestres. Une vraie passion. Je n’avais pourtant jamais eu l’occasion de voir le cirque Gruss, qui est dans le milieu une vraie légende. J’étais donc ravie de voir leur nouveau spectacle.

Affiche du spectacle Origines

          Ces dernières années, si j’ai vu beaucoup de spectacles de cirque, je me suis plutôt tournée vers le cirque contemporain et des créations inventives qui mêlent bien souvent les genres. Il y avait fort longtemps que je n’avais plus mis les pieds sous un chapiteau traditionnel (sauf chez les Romanes, mais c’est encore autre chose). Pourtant, les Gruss sont à part dans l’univers du cirque où ils se sont fait un nom (et quel nom !) essentiellement par leur maîtrise des acrobaties à cheval.

Origines, cirque Gruss

          Nous avons eu le chance de pouvoir assister aux répétitions et visiter les écuries. La famille Gruss s’est montré très accueillante et ç’a été très agréable de partager ce moment avec eux et d’en apprendre plus sur leur façon de travailler. Ancienne cavalière (assez médiocre toutefois), j’ai été fascinée par l’étendue de leur talent. On sent une réflexion très intéressante sur la manière de travailler avec le cheval et une grande complicité avec leurs montures qui fait plaisir à voir. Un vrai régal.

Origines, cirque Gruss

          Mais les non cavaliers se régaleront tout autant du spectacle. La première partie du dernier spectacle des Gruss est historique et reprend la naissance et l’évolution du spectacle équestre. L’occasion évidemment de présenter des numéros époustouflants. Un peu classique à mon goût mais très bien fait. Le niveau est assez incroyable. La seconde partie est plus moderne et dynamique, avec une mise en scène très actuelle.

Origines, cirque Gruss

          La dernière génération s’en donne à cœur joie avec des numéros plus spectaculaires les uns que les autres. Ils se font plaisir sur scène, aucun doute, la relève est assurée ! Ils sont à Paris en hiver puis en tournée dans toute la France avant de prendre leurs quartiers d’été dans le Sud-Est. Un très beau spectacle que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir et une ambiance familiale et chaleureuse parfaite pour les fête. Un joli cadeau pour toute la famille.

Les franglaises

Par défaut

          Ca faisait longtemps que j’entendais parler de ce spectacle, plusieurs années pour tout vous dire, pourtant je ne savais pas exactement de quoi il retournait. Je me rappelais avoir vu des affiches mais je n’avais aucun souvenir d’extrait de spectacle. En même temps je n’ai pas la télé donc ce n’est pas non plus très surprenant. Quand on m’a proposé de venir les découvrir sur scène, je me suis donc penchée de plus près sur la question. Le concept et simple : des chansons en anglais célèbres, traduites (et chantées) en français. Ca avait l’air marrant, j’y suis allée.

Affiche des Franglaises à Bobino

          J’avais un peu peur que sur tout un spectacle, ce qui est rigolo 5 min s’avère un peu lassant… J’y allais donc sans être bien sure d’arriver à rentrer dans leur univers. Franchement, dès les premières minutes, mes doutes se sont dissipés. Ils ont une énergie folle et une belle présence sur scène. Le début du spectacle invite le public à participer, ce qui tend de suite à mettre une bonne ambiance. Très vite on s’aperçoit que nos gais lurons sont aussi (et surtout) de bons musiciens, on est là pour rigoler, mais pas que, on écoute aussi de la bonne musique mais en VF s’il vous plaît.

Les Franglaises

          Au cas où vous en douteriez les chansons en anglais ne sont guère plus spirituelles que leurs consœurs françaises. Les traductions sont très bien faites et les interprétations ne manquent pas d’humour. La première partie du spectacle n’aura été pour moi qu’un long fou-rire. La seconde partie est plus mise en scène, on se rapproche du théâtre. J’avoue avoir un peu moins accroché pour une raison toute simple : je hais les engueulades, même factices, ça me met extrêmement mal à l’aise et je les évite autant que possible au cinéma comme au théâtre (mais pas tant que ça dans la vie bizarrement, allez comprendre !).

Les franglaises

          Malgré ce petit bémol qui m’a un peu gâché la fin du spectacle où les cris hystériques sont trop nombreux à mon goût, l’humour est toujours au rendez-vous et on ne se lasse pas d’entendre nos chansons préférées avec des paroles qu’on peut enfin comprendre. On en profite pour en découvrir certaines sous un tout autre jour… J’ai tellement aimé que j’ai bien failli acheter le livret de paroles à la fin pour les apprendre par cœur et pouvoir chanter à tue-tête les paroles françaises chaque fois que j’en aurais l’occasion. Je ne l’ai pas fait mais je regrette amèrement. Un très bon spectacle, drôle, enlevé et original que je ne peux que vous recommander.

Galerie d’anatomie comparée

Par défaut

          Je n’étais encore jamais allée au Museum et sa célèbre galerie d’anatomie comparée (et de paléontologie). J’ai donc profité de la venue de ma petite cousine à Paris pour y remédier. Bon, à vrai dire, je ne suis toujours pas allée visiter la partie museum qui abrite entre autres les expsitions, ce qui nous intéressait, c’étaient les squelettes. Mais c’est déjà une sacrée visite !

Galerie de paléonthologie Paris

          Les lieux sont impressionnants ! Une immense salle remplie de squelettes, de toutes tailles, dont certains sont vraiment monumentaux. L’effet est saisissant ! Le lieu en lui-même est magnifique, avec une belle ossature métallique et une jolie lumière. C’est fou comme pouvoir comparer des squelettes d’espèces proches peut parfois s’avérer édifiant. Il y a également des organes exposés dans les vitrines latérales mais j’avoue que ça me passionne un peu moins.

Galerie d'anatomie comparée

          A l’étage, on passe aux modèles supérieurs avec les grands animaux qui ont peuplé la préhistoire et… les dinosaures ! il y a de belles pièces et des explications très intéressantes. Pour les enfants, des fiches permettent d’apprendre à reconnaître les principaux animaux exposés tout en s’amusant. Il y a beaucoup de choses à voir et si on se penche sur les panneaux explicatifs (pour relativement peu nombreux), la visite est bien plus longue que je n’aurais cru. Gros coup de cœur pour ce lieu fascinant.

galerie de paléontologie

Galerie d’anatomie comparée

2 rue Buffon
75005 Paris

Ouvert tlj sauf le mardi de 10h à 18h

Plein tarif, 9€

Terres d’Arle

Par défaut

          Il y a de cela deux ans, j’ai découvert Caverna, un jeu dans la lignée du célèbre Agricola, toujours par Uwe Rosenberg. Le principe est un peu le même, sauf qu’en plus de cultiver des champs et élever du bétail, on doit aussi creuser des mines, en bons nains qui se respectent. A 7 joueurs qui ne se connaissaient pas et pour la plupart ne connaissaient pas le jeu, c’est une longue, très longue aventure qui s’annonce. Les parties sont annoncées en 120 min, pour notre première on a mis quelque chose comme 5h. Je ne regrette rien, j’ai a-do-ré. Malheureusement, nous avons rarement l’occasion de sortir des monstres pareils, on a donc décidé d’emprunter la version à 2 joueurs d’Agricola, Terre d’Arle, pour les longues soirées d’hiver (ou les courtes soirées d’été, peu importe).

Terres d'Arle

          Pas de mines dans Terre d’Arle (sans « s » parce qu’on n’est pas en Camargue mais en Frise). Comme dans Agricola, on est des fermiers, on cultive donc des champs, on élève du bétail et on fait un peu de commerce. Sauf que là, on n’est que deux. La boîte est assez volumineuse (doux euphémisme) et les règles sont d’une incroyable longueur. C’est terriblement fastidieux à lire et pourrait en décourager plus d’un. Le plus simple reste encore de mettre le plateau en place – ce qui n’est déjà pas une mince affaire – et d’aviser ensuite. Une fois qu’on a tous sous les yeux, c’est finalement assez intuitif, le plateau étant extrêmement bien conçu. Après un ou deux tours de jeu, vous n’aurez normalement quasiment plus besoin de vous reporter aux règles. C’est dur de s’y mettre mais finalement, une fois qu’on y est, ça se passe bien.

Terres d'Arle

Le plateau qui fait peur !

          Le temps dans Terre d’Arle se divise en deux saisons où on peut effectuer des actions différentes. Et on se rend compte une fois qu’on connaît le jeu et qu’on commence à vouloir élaborer des stratégies que ça passe très vite. Le plateau est très bien conçu et après quelques tours pour se familiariser avec le jeu, c’est assez fluide et il n’y a que très rarement besoin de se reporter aux règles : tout est écrit devant vous. Les parties peuvent aller relativement vite (ça reste un gros jeu, inutile d’espérer le finir en 1/2h), à condition de ne pas passer des heures à réfléchir avant chaque action, ce qui s’avère parfois difficile tant il y a de possibilités. Nombreuses sont les stratégies qui peuvent mener à la victoire, même si certaines nous on semblé un peu plus évidentes que d’autres. Rien n’est jamais gagné d’avance et dans l’ensemble, la plupart des parties que nous avons faites étaient assez équilibrées malgré des stratégies totalement divergentes. Même après plusieurs parties, on prend toujours autant plaisir à sortir ce jeu. Un gros gros coup de cœur.

Cuisine et confessions

Par défaut

          Je vous en ai déjà parlé ici et , depuis que j’ai découvert la compagnie québécoise Les sept doigts de la main, je suis instantanément tombée amoureuse. J’avais adoré Traces. J’avais ri, j’avais été impressionnée et clairement j’en suis ressortie en me disant que même si la mise en scène était parfois un peu brouillon, c’était le meilleur spectacle de cirque que j’avais jamais vu – et de loin ! Je le pense toujours d’ailleurs. J’ai vu des mises en scènes plus léchées, des spectacles plus décalés encore, des numéros plus impressionnants… Mais un spectacle qui allie à la fois une telle variété, un tel dynamisme, un tel niveau de performance et de l’humour en prime, ça non, je n’ai pas trouvé.

Affiche de Cuisine et confessions

          Quand j’ai entendu dire qu’ils avaient un spectacle sur la cuisine, j’ai aussitôt regardé les dates. A l’époque, le plus près était un festival en Belgique. Entre le transport, le logement et le prix des billets ça faisait un sacré budget. Ca me démangeait (très fort même) mais au prix d’un effort surhumain, j’ai décidé d’être raisonnable. Quand j’ai appris qu’ils passaient à Paris et que deux invitations m’attendaient, j’étais au comble du bonheur. Je pense que mes cris de joie résonnent encore aux oreilles de mes pauvres voisins. Parce que je vous le dis, pour moi, Cuisine et confessions et sans hésiter le spectacle de cette fin d’année ! La troupe que nous avons vue n’est pas tout à fait celle des photos, ça change souvent dans la compagnie. Ca n’a pas grande importance mais je tenais toutefois à le signaler pour les plus pointilleux.

Cuisine et confessions

          Évidement, j’aurais pu être déçue. C’est le risque quand on attend quelque chose avec une telle impatience. Et bien pas-du-tout. J’ai une fois de plus adoré. Je ne sais pas si je ne le mettrais pas en n°1 dans mon cœur même… Tout n’était pas parfait, il y a eu pas mal de petits ratés dans cette représentation (je remarque que c’est souvent le cas pour les 1e, même quand le spectacle tourne déjà depuis longtemps et c’est peut-être dû aussi aux changements dans la troupe). Mais ça allie cirque et cuisine, avec un décor qui a forcément tout pour me plaire et qui une fois de plus s’avère très ingénieux : comment je pourrais résister ? C’est bien simple, je ne peux pas et au bout de 5 min je me prenais déjà à rêver d’une coloc avec des gens qui feraient des acrobaties dans notre cuisine géante tout en discutant et cuisinant. C’est un joyeux bordel à la bonne humeur communicative. J’ai trouvé la musique très bien choisie et comme chaque fois j’ai été admirative de leur inventivité.

Cuisine et confessions

          Malgré quelques petits ratés, j’ai beaucoup aimé le numéro d’acrobaties où ils sautent dans des cerceaux (admirez la précision du style, je n’ai aucune idée de comment on appelle ça). Le numéro de diabolo est assez dingue aussi et… endiablé ! Un des meilleurs que j’aie pu voir. Mais mon numéro favori a sans doute été celui de tissus. C’est souvent assez lent mais là il est très bien amené, dynamique, poétique, et très impressionnant. Je n’en avais jamais vu d’aussi réussi. S’il y a quelques temps morts, dans l’ensemble le spectacle est très rythmé. Il y a de l’humour mais aussi pas mal d’émotion. Chaque artiste raconte son rapport à la cuisine et certains témoignages sont assez poignants. Chaque spectacle de la compagnie intègre en partie l’histoire de ses artistes et j’ai trouvé que c’était celui où cette partie était la plus réussie. On repart avec l’impression de les connaître un peu. Maintenant j’ai encore plus envie d’aller voir les autres spectacles de la troupe il paraît qu’il y en a un qui passe à Moscou en ce moment… A moins que je ne retourne voir celui-ci pour Noël ? J’ai ri, j’ai été émue, j’ai été impressionnée : ce spectacle m’a totalement conquise : courrez-y !

Cuisine et confessions
Les 7 doigts de la main

Bobino
14-20 rue de la Gaîté
75014 Paris

Jusqu’au 12 janvier 2019
De 16 à 58€