Archives de Tag: aventure

L’enfant de poussière

Par défaut

          Orphelin des rues qui ignore tout de ses origines, Syffe grandit à Corne-Brune, une ville isolée sur la frontière sauvage. Là, il survit librement de rapines et de corvées, jusqu’au jour où il est contraint d’entrer au service du seigneur local.

          Changement de style avec ce roman. Je lis peu de fantasy et quand je m’y frotte, c’est généralement avec de grands noms du genre (comme La compagnie noire notamment). Il est assez rare que je lise de jeunes auteurs dans ce domaine. Ce livre m’est arrivé un peu par hasard et puisque j’étais à peu près à jour dans la lecture des sorties de printemps, je me suis lancée. Et j’ai franchement bien fait ! J’ai de suite beaucoup accroché, aussi bien avec le style qu’avec l’histoire.

Couverture de l'Enfant de poussière

          Au début, j’ai craint que ça ne prenne rapidement une tournure un peu facile. En effet, les personnage du jeune orphelin n’est pas sans écureuils et ce n’est pas toujours évident de sortir de ce qui a déjà été écrit et réécrit. Finalement, ça se passe plutôt bien (pour le lecteur en tout cas). Ca ne tombe pas non plus trop vite dans la facilité du paranormal pour occuper le lecteur. Pourtant le roman n’est pas avare en péripéties mais dans l’ensemble elles sont plutôt intelligemment amenées (même si on peut déjà sentir arriver un lourd secret pour la suite, à voir comment cette partie va être gérée sur le temps).

          J’ai bien aimé le rythme soutenu et les relations toujours un peu obscures entre les personnages : ça se passe rarement comme prévu et ils ont pour la plupart plusieurs facettes. Le parcours de notre jeune héros est hautement improbable mais assez bien amené pour qu’on se laisse prendre au jeu. La seule chose qui m’a parfois gênée, c’est son jeune âge, pas toujours en accord avec ses aventures (mais ça doit être un temps et un lieu où on est un peu plus dégourdis que par chez nous a 10 ans) et l’impression qu’il lui arrive quand même beaucoup, beaucoup de choses sur une période restreinte, ça donne un petit sentiment de précipitation assez particulier.

Portrait de Patrick K Dewdney

          Le seul vrai reproche que j’ai à faire à ce roman ne vise pas son auteur mais son éditeur : il est absolument truffé de fautes. Par pitié ne faites pas l’impasse sur la correction, ça se voit et c’est un peu la base du métier quand même. J’avais rarement lu un roman publié avec autant d’erreurs, j’ai même dû vérifier que je n’avais pas en main les épreuves non corrigées (mais non…). Ca gâche quand même pas mal le plaisir de la lecture. M’enfin, j’étais suffisamment prise dans l’histoire pour passer outre, c’est dire si j’étais accrochée ! La fin nous laisse dans un suspense insoutenable et attendre le tome 2 risque d’être long. Un gros plaisir de lecture avec un personnage attachant et des aventures qui nous replongent en enfance. A découvrir.

Nous avons enduré la Nuit. Nous avons enduré la Peste. Notre plus grand défi aujourd’hui consiste à nous endurer nous-mêmes.

______________

Il venait de saisir la nuance entre le courage et l’obstination. C’est la liberté. Pour être courageux, il faut être libre.

Avengers Infinity War

Par défaut

          Film d’action américain d’Anthony et Joe Russo avec Robert Downey Jr., Chris Hemsworth, Mark Ruffalo
Les Avengers et leurs alliés devront être prêts à tout sacrifier pour neutraliser le redoutable Thanos avant que son attaque éclair ne conduise à la destruction complète de l’univers.

affiches d'Avengers infinity war

          Allez, un sujet qui fâche aujourd’hui parce que ça faisait longtemps ! D’une manière générale je suis assez bon public pour les films Marvel même s’ils en sortent tellement que je n’arrive plus à suivre. Et de l’avis général, celui-ci était de loin le meilleur de cette loooongue série. Forcément, je ne pouvais pas rater ça (bon, en même temps, ce n’est pas comme si j’avais raté beaucoup de Marvel avant non plus). J’étais donc chaude bouillante et m’apprêtais à passer un grand moment de détente, le cerveau mis sur off à regarder des combats palpitants pour la survie de l’humanité.

Image d'Avengers infinity war

          J’ai bien vite déchanté. Ne jamais trop attendre d’un film, je devrais le savoir pourtant, c’est le meilleur moyen d’être déçue ! Franchement, dès le début, je me suis ennuyée ferme. Il y a beaucoup, beaucoup, beaucoup de personnages dans ce film. A vrai dire ils ont tenté d’y caser tous les personnages Marvel. Ce qui fait que pour certains j’ai trouvé leur rôle anecdotique ou leur histoire bâclée. J’ai trouvé que voir un nouveau mec (voire plusieurs) débarquer toutes les 2 minutes donnait un côté brouillon au film. A moins d’être vraiment un énorme fan de Marvel, je ne vois absolument pas l’intérêt.

Image d'Avengers infinity war

          Trop de personnages donc mais aussi trop d’effets spéciaux, trop de musique pompeuse qui malmène les tympans, trop de blagues qui tombent à côté de la plaque à moitié du temps, trop de batailles qui à la longue finissent par lasser. Oui oui, il y a tellement d’action non stop que j’ai fini par trouver ça monotone et m’ennuyer. Je crois bien que c’est la première fois que je m’ennuie par trop plein d’action… Bref, trop de tout quoi, c’est un immense fourre-tout absolument épuisant. En même temps, rien qu’à voir l’affiche j’aurais dû me méfier, tout est dit.

Image d'Avengers infinity war

Marvel Studios’ AVENGERS: INFINITY WAR..L to R: Star-Lord/Peter Quill (Chris Pratt), Rocket (voiced by Bradley Cooper), Mantis (Pom Klementieff), Gamora (Zoe Saldana), Groot (voiced by Vin Diesel) and Drax (Dave Bautista)..Photo: Film Frame..©Marvel Studios 2018

          Pour le reste, j’ai trouvé ça assez creux. Il y a une tentative de rendre les personnages plus attachants avec des moments « émotion » mais ils tombent souvent à plat. En effet, ils sont casés à l’arrache entre deux bastons et il me faut un peu plus qu’un mec la larme à l’oeil sur fond de violons pour passer de l’action à des choses plus profondes. Et puis bon, dans le genre clichés, ça n’y va pas franchement de main morte ! Sans compter que ce n’est pas toujours hyper bien joué. Il y a également quelques longueurs qu’on aurait pu nous épargner. Finalement, ce qu’il y a de plus intéressant dans ce film, c’est son grand méchant avec des valeurs (discutables, certes, mais tout de même) et sa fin inhabituelle (même si elle sent la suite à plein nez). Bref, un grand moment d’ennui et à mes yeux clairement pas le meilleur Marvel, seuls les inconditionnels de la franchise s’y retrouveront.

Michel Strogoff, de Jules Verne

Par défaut

          Les provinces sibériennes de la Russie sont envahies par des hordes tartares. Le traitre Ivan Ogareff projette d’entamer l’empire moscovite ! Le frère du tsar est en péril à Irkoutsk et les communications sont coupées. Comment le prévenir ? Pour passer, en dépit des difficultés sans nombre et presque insurmontables, il faudrait un courrier d’une intelligence et d’un courage quasi surhumains. Le capitaine Michel Strogoff est choisi et part, porteur d’une lettre du tsar, en même temps qu’une jeune Livonienne, la belle Nadia, et que deux journalistes, l’Anglais Harry Blount et le Français Alcide Jolivet…

Couverture de Michel Strogoff

          Classiques toujours. Le dernier de cette première série de (re)découverte des classiques de la littérature. J’avais lu Michel Strogoff étant enfant et j’en gardais un excellent souvenir, j’étais donc très curieuse de le relire avec des yeux d’adultes. Contre toute attente, je me souvenais assez précisément de l’histoire. Je me rappelais d’un roman d’aventure et d’une histoire d’amour et je pensais que si je l’avais lu avec autant de plaisir à 10 ans le style devait être plutôt facile à lire. J’espérais y prendre le même plaisir qu’étant enfant et raviver mes souvenirs.

          Si je ne m’étais pas trop trompée du côté de l’histoire (je me rappelais grosso modo des moments les plus marquants), pour le style j’ai été très étonnée de constater que non, ce n’était pas particulièrement facile à lire. C’est un style classique, parfois pompeux, dans l’ensemble assez lourd et qui a plutôt mal vieilli. Ca manque clairement de mordant et de légèreté. Sans compter qu’il y a des tournures parfois assez alambiquées et du vocabulaire qui m’échappe encore aujourd’hui. Bref, un style très « XIX° ». C’est bien écrit mais ce n’est pas le comble de la modernité. Je suis fort étonnée que ça ne m’ait absolument pas frappée à l’époque et que j’aie trouvé ça tout à fait normal. Comme quoi, les enfants, tant que l’histoire est bien, ça se fiche pas mal de galérer avec le style. J’essaierai de me rappeler devant le prochain bouquin alambiqué que j’étais autrement plus patiente  10 ans…

          Côté histoire, il y a quand même de quoi faire dans ce roman. Il y a un héros qui assure (du genre fort et courageux), il se trouve une acolyte toute faible à protéger (bon, c’est un peu sexiste, ok mais pour l’époque on va dire que ça passe). Ca y va fort sur la péripétie, le méchant très méchant et tout et tout, franchement, c’est génial ! Et en plus ça se passe en Russie avec des tartares, ça fait une occasion de se cultiver un peu. Gros gros plaisir de lecture. Même si ça passerait encore mieux avec un style plus actuel. Un roman d’aventure efficace dont l’écriture a sans doute un peu vieilli et qui m’a permis de me rendre compte à quel point mes goûts en littérature allaient de plus en plus (un peu trop ?) vers la simplicité.

Portrait de Jules Verne

Eh ! Que diable ! Il faut bien bouillir quelquefois ! Dieu nous aurait mis de l’eau dans les veines et non du sang, s’il nous eût voulus toujours et partout imperturbables !

_______________

Michel Strogoff avait le tempérament de l’homme décidé, qui prend rapidement son parti, qui ne se ronge pas les ongles dans l’incertitude, qui ne se gratte pas l’oreille dans le doute, qui ne piétine pas dans l’indécision.

Oliver Twist

Par défaut
          Dans un orphelinat de l’Angleterre victorienne, Oliver Twist survit au milieu de ses compagnons d’infortune. Mal nourri, exploité, il est placé dans une entreprise de pompes funèbres où, là encore, il ne connaît que privations et mauvais traitements. Oliver endure tout, jusqu’au jour où une provocation de trop le pousse à s’enfuir vers Londres. Epuisé, affamé, il est recueilli par une bande de jeunes voleurs.
Couverture d'Oliver Twist de Charles Dickens

          Je continue mon exploration de la littérature classique avec cette fois une histoire réputée sordide. Les premières pages d’Oliver Twist sont un vrai régal. Charles Dickens y fait preuve d’un humour noir qui m’a ravie au plus au point. C’est du grand art. Je ne m’attendais pas à trouver autant de dérision et de mauvais esprit dans ce livre. Cet homme est un génie. Malheureusement, plus l’histoire avance et plus le style prend un tour sérieux. Le second degré pointe bien encore parfois le bout de son nez mais de plus en plus timidement jusqu’à disparaître tout à fait. Cruelle désillusion… J’ai toutefois continué ma lecture, non sans plaisir.

          L’histoire est donc celle d’un petit orphelin, comme chacun sait, placé chez une horrible femme et qui après s’être enfui doit trouver le moyen de survivre seul à Londres. Pas très joyeux, vous en conviendrez. Les rebondissements se succèdent à un rythme effréné avec une crédibilité de plus en plus douteuse. Et surtout, plus ça avance et plus ça vire mièvre… J’ai également trouvé que les personnages étaient bien souvent trop stéréotypés (même si à vrai dire ça leur confère un certain charme). Malgré tout, on se lasse prendre par l’histoire de ce petit garçon si touchant. Si dans l’ensemble j’ai apprécié cette lecture, ce sont toutefois les premières pages qui m’ont le plus convaincue par leur ton grinçant.

Charles Dickens

Le fait est qu’on eut beaucoup de peine à décider Olivier à remplir ses fonctions respiratoires, exercice fatigant, mais que l’habitude a rendu nécessaire au bien-être de notre existence.

_______________

Ton lit est sous le comptoir. Tu n’as pas peur de coucher au milieu des cercueils, je suppose ? D’ailleurs qu’importe que cela te convienne ou non ? Tu ne coucheras pas ailleurs.

Le comte de Monte-Cristo

Par défaut

          Le comte de Monte-Cristo est un livre sur la vengeance, sur l’argent et l’intelligence. C’est aussi l’histoire d’une métamorphose, celle d’Edmond, un jeune homme vertueux qui après avoir subi une terrible injustice se mue en machine à punir.

          Il y a peu, après presque 2 ans à ne lire quasi que de la littérature ultra-contemporaine (à savoir des romans à peine sortis), j’ai pris la grande décision de faire une pause avec le XXI° siècle et de me remettre aux classiques. Je me suis fait une longue liste de romans qui me tentaient depuis longtemps et que je n’avais jamais ouverts. Ou de livres lus à 10/12 ans et que je voulais redécouvrir adulte. J’ai mis tout ça sur ma liseuse, et c’est parti ! J’ai commencé par le Comte de Monte Cristo d’Alexandre Dumas père. Un monument de la littérature française, le must du roman d’aventure. Bref, j’avais hâte.

Le comte de Monte Cristo

          J’ai beaucoup aimé le début et ses personnages attachants. Évidemment, le bonheur est de courte durée, sinon il n’y aurait pas d’histoire. Bon, c’est là que ça se gâte. Assez vite ça en prend un sérieux coup côté crédibilité… Quant au style, il ne va pas franchement en s’améliorant non plus. Le personnage principal semble tout à coup changer totalement de caractère. Je veux bien que la prison vous change un homme mais enfin là on frôle la schizophrénie quand même… Le mec super sympa et attachant du début devient un sacré con imbu de lui-même. Pas du bol, c’est lui le héros, on n’a pas fini de devoir le supporter. Et je peux vous dire que ce n’est pas facile à toutes les pages ! Bon, heureusement, il est aussi devenu riche entre-temps, ça l’a rendu passablement fascinant.

          Le style est souvent assez médiocre, mais surtout, il est extrêmement inégal. Il y a quelques passages de génie et d’autre qui frôlent la littérature de bas étage. Surprenant dirons-nous. Du côté de l’histoire, on ne lésine pas sur les grosses ficelles et les retournements de situation improbables. La crédibilité semble être le dernier des soucis de l’auteur (et on ne parle même pas de la psychologie des personnages à peu près inexistante). Sans compter que c’est parfois pompeux et moralisateur, surtout sur la fin. Bref, c’est à se demander parfois comment ce texte a bien pu devenir un classique. Sauf que malgré tout, c’est terriblement prenant. Ces péripéties à n’en plus finir, ces aventures improbables, ces histoires de vengeance, c’est qu’on y prend goût ! J’ai trouvé à la lecture de ce texte des airs de plaisir coupable. Sauf qu’en plus il est de bon ton de dire en société qu’on l’a lu alors pourquoi s’en priver ?

Portrait d'Alexandre Dumas

Le bonheur est comme les palais des îles enchantées dont les dragons gardent les portes. Il faut combattre pour le conquérir…

_______________

La civilisation nous a donné des besoins, des vices, des appétits factices qui ont parfois l’influence de nous faire étouffer nos bons instincts et qui nous conduisent au mal.