Archives de Tag: Dessin animé

Dragons 2, un dessin animé familial réussi

Par défaut

Film d’animation, aventure, fantastique, américain de Dean DeBlois

          Les courses de dragons sont devenues très populaires sur l’île mais Harold préfère explorer les environs sur le dos de Krokmou pour découvrir de nouvelles régions… et vivre de nouvelles aventures. Un jour, ils découvrent des chasseurs qui aident un mystérieux personnage à créer une armée de dragons. Il va leur falloir réunir tout leur courage pour les combattre.

538891.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          J’avais bien aimé le premier volet de cette série et j’avais entendu le plus grand bien de cette suite aux critiques pour le moins élogieuses. Je n’avais pas spécialement prévu d’aller le voir mais après une assez longue période sans cinéma, j’avais envie d’un film léger pour me remettre dans le bain. Même si quelques passages sont un peu longs ou convenus, je me rangerai dans l’ensemble à l’avis collectif. J’ai vu le film en 3D et je dois avouer qu’une fois de plus, à part nous vendre des lunettes (que j’avais penser à amener avec moi pour une fois) et filer mal au crâne au spectateur, je ne vois absolument pas ce qu’elle amène. Il faut vraiment arrêter avec cette mode stupide de la 3D à tout va. Enfin, au moins pour une fois le scénario n’est pas délaissé pour les prouesses techniques…

182712.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          J’ai trouvé que l’histoire fonctionnait bien, même si c’est parfois convenu : on alterne action et émotion avec une régularité qui pourrait devenir lassante. Mais bon, je n’oublie que je ne suis pas exactement la cible pour ce genre de film et qu’à 8 ans, je n’y aurais sans doute vu aucune objection et aurait versé ma petite larme aux moments clefs. En revanche, ayant toujours été du genre timorée, je crois bien que la plupart des scènes de combat entre dragons (et elles sont très nombreuses !) m’auraient terrifiée. Il faut dire que je me faire la réflexion quasiment à chaque fois que je vois un film d’animation jeunesse : les dessins animés de notre enfance n’étaient pas si violents non ? J’ai l’impression que de nos jours les enfants voient des images violentes beaucoup plus tôt et sont bien moins impressionnables ! Du coup la limite entre animation jeunesse et adulte à tendance à se faire un peu plus floue je pense.

456469.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          On pourrait peut-être reprocher à ce film d’être un peu répétitif mais ça ne m’a pas gênée. Il tourne quasi-exclusivement autour des combats de dragons, ce qui peut lasser mais pour ma part je les ai trouvé bien réalisés. Je pense qu’ils sont à même d’impressionner les plus jeunes et de les faire rêver. Les deux combats les plus importants sont un peu long et manquent sans doute un peu de suspens mais dans l’ensemble je dois bien admettre que j’ai trouvé ce film très agréable. Je n’irais pas non plus crier au chef-d’oeuvre, il reste assez convenu et manque un peu de relief par moments mais ses personnages sont attachants et quel enfants (même grand) ne serait pas impressionné par les dragons ? Un univers enchanteur et un héros charismatique rattrapent les petites faiblesses de ce dessin animé pour en faire un bon divertissement.

Jack et la mécanique du coeur

Par défaut

Film d’animation français de Stéphane Berla et Mathias Malzieu avec les voix de Mathias Malzieu, Olivia Ruiz, Grand Corps Malade, Jean Rochefort.

524458.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Jack est né à Édimbourg le jour le plus froid du monde. Tellement froid que son cœur a gelé. Le docteur Madeleine réussit à le sauver en le remplaçant pour une horloge mais attention, la mécanique est fragile et il faut la ménager. Pour cela, il y a trois règles à respecter : Ne pas toucher les aiguilles – Maîtriser sa colère – Ne jamais tomber amoureux. Mais c’était sans compter sur Miss Acacia, la chanteuse de rue que Jack serait prêt à suivre au bout du monde…

Jack-et-la-Mecanique-du-Coeur-2014-01-25-12h39m55s87

          J’aime beaucoup l’univers de Mathias Malzieu, le charismatique leader de Dionysos. J’ai d’abord découvert le célèbre groupe de rock survolté avant de tomber sur ses textes poétiques. J’avais lu le premier, Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi, à sa sortie et malgré quelques maladresses, j’avais trouvé qu’il y avait un énorme potentiel dans ce livre-là. Un talent qui s’est confirmé peu de temps après avec La mécanique du cœur, un conte sombre et tendre à la fois. Et si je n’avais pas aimé (mais alors pas du tout) Métamorphose en bord de cielson dernier roman, Le plus petit baiser jamais recensé a été un énorme coup de cœur ! Sans compter que les chocolats créés par Hugo et Victor pour l’accompagner qui étaient juste divins… Bref, arrêtons-là le flot de louanges, d’autant que le principal concerné risque de les lire et que ça en devient presque indécent. Vous l’aurez compris, j’aime généralement ses trouvailles farfelues et quand j’ai vu qu’il ajoutait une corde à son arc en adaptant un de ses romans sur grand écran, je ne pouvais qu’aller voir ce que ça donnait.

          Étrangement, je n’étais pas d’un optimisme débordant en arrivant dans la salle. Il faut dire que les images de synthèse ne m’emballaient guère et que pour ce que j’en avais vu, le style ne m’inspirait pas outre mesure. Et puis que de louanges partout sur internet du style : « tellement émouvant », « j’ai eu la larme à l’œil du début à la fin », « c’est si beau, merci Mathias pour ce grand moment d’émotion », et autres élans d’enthousiasme dont je me méfie au plus haut point. Déjà, quand tout le monde aime, souvent, je suis la rabat-joie qui trouve à y redire et puis tout cela manquait un peu de nuance à mon goût. Enfin, le film était en quelque sorte une double adaptation étant donné qu’un album était sorti en même temps que le roman, reprenant la même histoire. L’univers étant très rock et très tourmenté, il me semblait difficile de faire un film destiné aux enfants sans le dénaturer un peu. Je n’étais donc pas sans craintes comme vous pouvez le constater…

245705.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Et puis, dès les premières images, j’ai retrouvé l’ambiance du livre. Certes, les images de synthèse ne sont pas trop ma tasse de thé, mais on est rapidement pris dans l’histoire et on en oublie vite qu’on aurait sans doute préféré quelque chose de plus « adulte » dans le dessin. L’histoire et la musique ont été remaniées (pour ne pas dire édulcorées) pour être accessible au jeune public. Pourtant, on reconnaît sans peine les mélodies et les moments forts du conte qui ne sont pas dénaturés par cette adaptation. J’ai d’ailleurs redécouvert que j’aimais beaucoup la voix de Mathias Malzieu (c’est pénible les gens avec autant de qualités à la fin ! ). On va de trouvailles en trouvailles dans ce film et on s’émerveille de mille détails. Certains étaient déjà dans le roman, d’autres sont venus s’y ajouter pour créer un univers visuel extrêmement riche et franchement fascinant. Je me suis souvent dit que ça ne devait pas être simple tout les jours de vivre dans la tête de Mathias Malzieu, on en a un bon exemple à l’écran : ça grouille de bizarreries dans tous les sens, c’est absolument génial et vaguement effrayant !

          L’histoire est très prenante, on vibre pour ce pauvre Jack que la vie n’a pas épargné. Retrouvera-t-il Miss Acacia ? Pourront-il s’aimer ? Le suspens est insoutenable. La fin, très poétique, est une réussite. La musique du film fait pour beaucoup à son charme avec des mélodies entraînantes. Ce sont les mêmes voix que sur l’album qu’on retrouve, ce qui lui donne un charme supplémentaire pour ceux qui connaissaient déjà les musiques de La mécanique du cœur. J’ai beaucoup aimé entre autres choses le train accordéon, le fameux bouquet de lunettes ou la référence à Méliès… Et un détail peut-être mais dans le livre j’imaginais Madeleine très vieille alors que là, elle est tout simplement magnifique ! Un petit rien qui m’a ravie, par étrange identification à mon homonyme.

208008.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx          Malgré tout, j’aurai sans nul doute préféré à cette version familiale un film destiné aux adultes, avec la musique d’origine et un univers visuel plus sombre. Si j’ai beaucoup aimé ce film, je ne me suis pas vraiment laissée émouvoir, certainement en raison d’un côté un rien trop lisse à mon goût. J’aurais aimé ressortir les yeux embués par cette belle histoire mais ce ne fut pas le cas. L’adaptation reste toutefois une belle réussite qui ravira les enfants comme leurs parents. Mathias Malzieu confirme son talent dans un nouveau domaine où sa créativité trouve la place de s’épanouir, venant encore étoffer son univers si reconnaissable. Je serais curieuse de voir ce que donnerait un film un peu moins grand public et surtout, j’espère maintenant ardemment une adaptation du plus petit baiser. Je suis ressortie de la salle le cœur léger et le sourire aux lèvres, une petite musique et plein d’images poétiques en tête, agréablement surprise par cette très jolie mécanique.

Pixar au musée d’art ludique

Par défaut

          Le musée d’art ludique a ouvert ses portes il y a peu tout près de la gare Austerlitz. Il proposera des expositions autour de la bande dessinée, le manga, le jeu vidéo ou le film d’animation. Pour son inauguration et les 25 ans des studios, il propose une grande exposition dédiée à Pixar. Je ne pouvais pas ne pas aller voir comment tout ça se présentait !

exposition-pixar-01

          Je vous le dis de suite, cette exposition m’a laissée un avis très mitigé : j’ai oscillé entre une immense admiration et une frustration extrême qui frisait la colère. J’ai eu beau laisser passer plusieurs semaines avant de vous en parler (on ne sait jamais, des fois quand les choses décantent…) mais j’en suis toujours au même point. La première impression d’abord : on est de suite propulsé dans l’univers Pixar, ce qui est une bonne chose. Le programme, résumé à l’entrée en 3 ou 4 lignes est des plus alléchants. Dans la première salle, on en prend de suite plein les yeux avec aussi bien des dessins que des moulages ou des petites vidéos : on retombe immédiatement en enfance et on saute de tous côtés avec les yeux qui brillent. Les salles suivantes nous ravissent tout autant. On adore voir les moulages des personnages, ou des dessins qui nous montrent quelle tête ils auraient pu avoir, et puis il y a des couleurs partout. En plus on se rappelle au passage plein de choses qu’on avait oublié dans chacun de nos dessins animés préférés et on a soudain envie de tous les revoir. Et puis, passé ce moment d’euphorie, un doute nous vient…

pixar-exposition-ratatouille-cite-de-la-mode

          …  mis à part la petite introduction à l’entrée, a-t-on croisé la moindre ligne de texte ? A-t-on vu une explication quelque part ? Sait-on au juste ce qu’on regarde ? Nous nous concertons, regardons autour de nous, mais l’évidence est là : les œuvres sont livrées à elles-mêmes. Une fois ce constat fait, notre enthousiasme en prend un coup. En effet, on aurait adoré en savoir plus sur toutes ces belles choses. Je me suis posé des dizaines de questions au cours de cette exposition : combien de temps prend un projet ? comment se passent les décisions autour du dessin d’un personnage ? quels sont les plus gros succès Pixar ? et d’ailleurs, Pixar, c’est naît comment et aujourd’hui, ça ressemble à quoi ? est-ce que le travail évolue d’un dessin animé à un autre ? et le passage au numérique, ça change quoi ? J’étais accompagnée de grands fans de Pixar mais même eux étaient loin d’avoir les réponses à toutes les questions qui fusaient dans nos esprits survoltés.

91480854_o

          Je sais que c’est une évidence pour beaucoup mais déjà, un petit blabla pour expliquer ce que sont les studios Pixar et quelles sont leurs créations n’aurait pas été du luxe, histoire qu’on arrête de les confondre avec Disney. Parce que l’air de rien, je suis sure que ce n’est pas clair pour tout le monde. Ensuite, on a l’immense chance d’avoir sous les yeux toutes les étapes du travail animateurs, j’aurais tellement aimé qu’on m’explique plus précisément comment ça se passait ! J’ai adoré voir différentes versions d’un personnage qui ne ressemblent en rien à celui qu’on connaît, mais ç’aurait été encore mieux avec 2 lignes de baratin sur la manière dont ce travail se fait sur chaque projet. On ne peut que supposer, essayer de deviner à travers les images les différentes étapes de la création, l’ambiance qui règne dans les bureaux, l’importance de telle ou telle étape… C’est terriblement frustrant.

93917850_o

          J’aime ressortir d’une exposition en me sentant moins bête mais sans être guidée, c’est assez difficile. J’aurais tellement aimé trouver quelques anecdotes sur tel ou tel dessin animé pour pouvoir frimer devant les copains dans des soirées. Je ne sais pas moi, savoir comment est née l’idée de tel ou tel personnage, comment tel autre a failli s’appeler, qu’une fin différente a été envisagée pour un film, que sais-je encore ? je suis sure qu’il y a des dizaines, des centaines même, de détails de la sorte qui m’auraient passionnée ! et ils n’en n’ont pas mis un seul ?! Ca suffit à gâcher mon plaisir… J’ai d’ailleurs commencé à regarder un documentaire sur Pixar pour arranger ça. Je comptais ressortir avec 2/3 babioles à la boutique du musée, selon mon habitude mais elle est extrêmement chiche : aucun intérêt, nous avons donc passé notre chemin, plus abattus que jamais. Heureusement que le zootrope et l’artscape ont fini la visite en beauté ! L’exposition est magnifique, très riche et très variée (les puristes ont regretté qu’il n’y ait pas plus de storie boards, étonnamment peu présents), on est émerveillé de bout en bout. Pourtant, si l’enfant qui sommeille en nous est comblé, l’adulte regrette de ne pas y puiser un quelconque savoir. Le prochain accrochage sera sur les super héros Marvel, je me demande déjà si je dois y courir ou passer mon chemin… 

PXRSHORTS_Y1_13_002-500x302

Pixar, 25 ans d’animation

Jusqu’au 2 mars 2014

Art Ludique, le musée

34, quai d’Austerlitz

75013 Paris

Ouverts tous les jours (voir ici pour les horaires)

14€, 8,5€ pour les – de 12 ans

Moi Moche et Méchant 2 – L’espion qui l’aimait

Par défaut

          Gru a abandonné le crime pour s’occuper de Margo, Édith et Agnès ; il est passé de super-méchant à super-papa. Mais alors qu’il commençait à se faire à sa nouvelle vie, une organisation secrète vient demander son aide pour résoudre une série de crimes spectaculaires. Il accepte et aidé de ses Minions et de Lucy, sa nouvelle coéquipière, l’ancien criminel va pour la première fois changer de camp.

17755_507038492677389_1672012163_n

          Je n’avais pas vu le premier au cinéma mais même si ça rend toujours moins bien sur une télé, je l’avais bien aimé. J’avais entendu dire du bien de cette suite et après la déception de Frances Ha j’ai donc décidé d’aller voir celui-ci dans la foulée pour me remonter le moral. C’est sûr que c’est un tout autre style ! J’avais trouvé le premier plutôt réussi, avec un humour décalé assez inhabituel dans l’univers des dessins animés. Les suites s’avérant souvent décevantes, je ne m’attendais donc pas à un chef-d’oeuvre et espérais juste passer un bon moment. Finalement ce fut une très bonne surprise et je crois même que je l’ai préféré au premier. J’ai en tout cas beaucoup, beaucoup ri ! Je ne suis visiblement pas la seule, toute la salle en a fait autant, petits et grands semblent l’avoir apprécié pareillement.

Moi-moche-et-mechant-2-

          Il faudrait que je revoie le premier pour pouvoir comparer mais il est possible que l’humour de ce second opus soit un peu moins fin, en revanche, le rythme est enlevé et même si les ficelles sont parfois un peu grosses, on se laisse prendre au jeu avec plaisir. Si j’ai apprécié ce film, c’est surtout pour la tendresse un peu bourrue dont fait preuve Gru envers ses trois filles. Cette maladresse dans les rapports aux autres donne naissance à une forme d’humour que j’apprécie particulièrement et qui est ici comme un fil conducteur.  Il y a de l’action, de l’humour, de la tendresse et si on n’échappe pas à quelques clichés on ne sombre ni dans la mièvrerie, ni dans la vulgarité. Un très bon dessin animé qui plaît aux petits comme aux plus grands. 

Le magasin des suicides

Par défaut

          Film d’animation français, comédie musicale de Patrice Leconte.

          Dans une ville où tout espoir a disparu, les Tuvache tiennent au magasin d’aide au grand saut. Corde, poison ou pistolet, chez eux on trouve tout ce qu’il faut pour trépasser. Leur vie est bien réglée jusqu’à ce qu’arrive dans la famille un bébé souriant, la joie de vivre incarnée, qui va venir déranger cette mécanique bien huilée. La famille tente bien de corriger le petit mais c’est trop tard, le ver est dans le fruit…

          Ce film d’animation me tentait bien, cynisme et humour noir semblant être au rendez-vous. Je m’attendais à une sorte de Famille Adams version dessin animée… Je suis donc allée voir ce qu’il en était. Ce film est assez euh… surprenant ! J’ai plutôt aimé le début. Mais j’avoue que le côté comédie musicale est déroutant et s’il peut être sympathique les 5 premières minutes (10 pour les plus indulgents), il tourne vite au calvaire. L’animation est sympa-sans-plus. Elle m’a vaguement rappelé quelque chose sans que je puisse identifier quoi au juste, ce qui est d’ailleurs assez frustrant. L’univers assez coloré et les chansons franchement mièvres viennent totalement parasiter l’idée de départ et la décalage entre la forme et le fond ne fonctionne absolument pas.

         Je me suis endormie au bout de 20min, petite demi-heure de sieste salvatrice, ce qui ne m’arrive à peu près jamais devant un film, et je n’ai eu aucun mal à reprendre l’histoire sensiblement au point où je l’avais laissée (à savoir, nulle part). C’est vous dire l’épaisseur du scénario et sa tension dramatique. Il faut dire que c’est adapté d’un roman de Jean Teulé, ça aurait dû me mettre la puce à l’oreille… Je me suis malheureusement réveillée à temps pour un final pathétique, désespérément convenu et dégoulinant de bons sentiments. A un moment je me suis demandée si ce n’était pas à prendre au 18° degré et si Patrice Leconte ne se moquait pas de son propre film. Mais je ne pense pas que l’auto-dérision puisse atteindre de tels sommets d’ineptie. Si vous ne vous êtes pas encore déplacés, vite, passez votre chemin.