Archives de Tag: Edward Snowden

Snowden

Par défaut

Biopic américain d’Oliver Stone avec Joseph Gordon-Levitt, Shailene Woodley, Melissa Leo
Patriote idéaliste et enthousiaste, le jeune Edward Snowden semble réaliser son rêve quand il rejoint les équipes de la CIA puis de la NSA. Il découvre alors l’ampleur insoupçonnée de la cyber-surveillance. Choqué par cette intrusion systématique dans nos vies privées, Snowden décide de rassembler des preuves et de tout divulguer. Devenu lanceur d’alerte, il sacrifiera sa liberté et sa vie privée.

Snowden, affiche

          Il y a deux ans, j’étais allée voir le documentaire sur Edward Snowden, Citizenfour. Et ç’avait été une grosse claque. Je n’avais pas suivi l’affaire de très près. J’en avais bien sûr entendu parler et je connaissais le gros de l’affaire mais j’étais bien loin d’en maîtriser les détails. Il faut dire que c’est un gros morceau et que mes compétences techniques sont plus que limitées donc bon, pas toujours simple de s’y retrouver. Enfin grosso modo j’avais résumé ça en : tout le monde est écouté, tout le temps, partout, le mec qui a averti la planète entière est considéré comme un traitre et coincé en Russie et grosso modo on s’en contre-fout. Ca aurait dû faire sauter le système une info pareille, les médias auraient dû nous matraquer jusqu’à ce qu’on comprenne l’ampleur de problème et qu’on se révolte. Au lieu de ça, il ne s’est pas passé grand chose. Le documentaire a le mérite de mettre tout ça au clair. Les détails de l’affaire et comment Snowden a fait pour alerter les médias sans se faire pincer. Du grand art. La parano de ce mec lui a rendu un sacré service ! C’est un peu ardu des fois, surtout au début mais au moins on arrive à se faire une idée de l’ampleur du scandale.

Snowden, Oliver Stone

          Quand le film est sorti, j’étais donc curieuse de savoir comment il allait aborder le sujet et ce qu’il allait apporter par rapport au documentaire. J’avoue que je n’étais pas contre l’idée de quelques chose d’un peu plus grand public histoire de ressortir en ayant l’impression d’avoir tout bien compris cette fois. Très vite je me suis rendu compte que le parti pris était assez différent, même si sur le coup je n’ai pas été sure d’apprécier la tournure que prenait l’histoire. On commence par le jeune Edward voulant s’engager dans les forces spéciales. Patriote à mort. On ne peut pas dire que cette partie là m’ait beaucoup réjouie. Mais bon, laissons le temps à l’histoire. Finalement, ce n’est pas si inintéressant que ça. Le film se concentre sur le parcours de Snowden, sur la manière dont il est arrivé là, ce qui a fait de lui un lanceur d’alerte. On suit sa carrière assez chaotique (mais c’est très loin d’être un petit analyste comme l’ont parfois présenté les médias, ce mec est un pur génie, ce qui semble quand même vachement mieux coller avec les infos qu’il a sorties), sa vie de couple (bon, ça perso ça ne m’a pas passionnée), ses découvertes et la naissance de ses doutes. C’est plutôt intéressant de découvrir l’homme derrière tout ça, même si ça suppose qu’il m’ait été assez antipathique pendant les 2/3 du film.

Snowden, Oliver Stone

          J’ai trouvé que c’était très bien joué. Dans l’ensemble le casting est assez brillant. Le personnage de Snowden est particulièrement fouillé. Dommage qu’il n’en aille pas de même de sa copine, clairement laissée de côté. On la voit beaucoup mais elle ne sert à peu près à rien (à part à faire la gueule), elle aurait mérité un rôle plus fourni. La réalisation est assez classique mais ça fonctionne et il y a quelques passages visuellement intéressants. Le film manque un peu de rythme par moments, il aurait gagné à être plus nerveux mais on ne s’ennuie pas vraiment pour autant, même dans les passages moins prenants et le tout reste de bonne facture. Ce n’est pas un grand film mais Oliver Stone ne démérite pas. L’histoire se concentre plus sur l’évolution de Snowden et la manière dont il fait sortir les informations que sur le détail de celles-ci, même si c’est introduit au fil du film de manière assez réussie. On découvre un Snowden tout en nuances, brillant, totalement parano, patriote et agaçant parfois mais qui a fait montre d’un rare courage. Finalement, en prenant le parti de nous présenter l’homme plus que ses révélations, ce film complète parfaitement le documentaire. Et cette fois encore, j’en suis ressortie avec la conviction qu’on devrait tous s’intéresser de plus près au cas Snowden.

Citizenfour, un documentaire à voir de toute urgence

Par défaut

          2013, Edward Snowden s’apprête à divulguer des informations secret-défense volées à la NSA et à déclencher un des plus gros scandales qui ait éclaboussé les Etats-Unis. Il contacte la documentariste américaine Laura Poitras sous le nom de code de « Citizenfour ». Elle le rejoint à Honk-Kong pour filmer en temps réel ses révélations.

304608.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Fut un temps où je voyais pas mal de documentaires, une inclinaison qui m’est un peu passés avec le temps. Un peu par paresse intellectuelle sans doute, un peu parce que ceux qui m’intéressent ne sont pas toujours projetés près de chez moi aux horaires qui m’intéressent et que le week-end, je n’ai pas toujours la motivation de traverser tout Paris pour aller voir quelque chose qui va me demander de me triturer les méninges. Je sais, c’est mal. Toutefois, quand j’ai entendu parler de celui-ci (indépendamment de son succès aux Oscar), je me suis dit qu’il fallait ab-so-lu-ment que je le voie. En effet, l’affaire Snowden m’intéresse particulièrement. Je l’ai suivie de plus ou moins près et je dois avouer que les révélations aussi bien que la faille de sécurité monumentale qu’elle a mise en avant m’ont effarée. J’étais vraiment curieuse de voir comment cette affaire était sortie et de m’y intéresser plus en détail.

097277.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Ce qui est absolument passionnant dans ce documentaire, c’est qu’il n’est pas fait à posteriori. La réalisatrice a suivi Edward Snowden dès qu’il a décidé de divulguer des informations confidentielles récoltées au sein de la NSA. Il l’a contactée avant de sortir les informations et elle a donc pu le suivre dans la naissance de cette affaire qui allait devenir un scandale planétaire. Voir les coulisses est toujours instructif et c’est particulièrement rare dans ce genre de cas. Je dois avouer à ma grande honte que je me suis endormie au début du film j’ai donc raté une bonne partie de la mise en place des révélations. Ce n’est certes pas la partie la plus intéressante mais quand même, je suis dégoûtée d’avoir bêtement raté ça ! Il faut dire qu’au début j’ai trouvé que les sous-titres défilaient très vite et que c’était parfois assez technique quand même ce qui fait que j’avais des difficultés à tout lire et à tout comprendre. Heureusement, petit à petit on s’habitue un peu et ça va mieux.

094152.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          On a beau connaître les révélations de Snowden, l’ampleur du scandale surprend encore. On ressort de là avec l’impression de vivre dans le monde de 1984 d’Orwell. On a connu plus rassurant… J’ai été on ne peut plus impressionnée par le courage de cet homme. Son sang-froid est assez impressionnant. Il semble avoir pensé à tout et avoir une détermination sans faille. Trahir le gouvernement américain n’est pas une mince affaire et j’ai trouvé sa droiture bouleversante. C’est bien de découvrir un peu l’homme derrière le lanceur d’alertes car ça semble être quelqu’un de vraiment exceptionnel. La manière dont il a mené cette affaire est assez bluffante. D’un point de vue formel, le documentaire est bien réalisé. La réalisatrice suit Snowden au jour le jour et ça crée un certain suspens qui donne du peu de rythme à ce film qui en n’en a pas de trop. Pour une grande partie, ce documentaire est fait de plans serrés (plus ou moins) sur Snowden et ses comparses (journalistes) qui expliquent le déroulé des opérations. Il y a quand même quelques jolis plans. Et puis surtout, elle met son sujet bien en valeur, ce qui est quand même l’essentiel pour un documentaire.

089621.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Si ce film a eu l’Oscar du meilleur documentaire, c’est sans doute pour son incroyable valeur historique. Filmer la naissance d’un pareil scandale comme ça, de l’intérieur, c’est juste exceptionnel. La documentariste prend le parti de ne pas se pencher de près sur les détails de ce monumental (le mot est bien faible mais je n’en connais aucun qui pourrait faire l’affaire) réseau d’espionnage. Elle parvient à nous faire comprendre l’ampleur du scandale et le gros du fonctionnement du système sans nous assommer avec la technique. La première partie est un peu longue et barbante mais plus on avance dans ce film, plus on se rend compte de l’aspect absolument vertigineux de cette affaire et plus on s’attache également à cet homme intelligent et courageux qui a décidé de tout risquer pour la révéler au monde. On peut trouver que c’est un peu lent parfois, qu’il y a quelques maladresses mais ce qu’ils accomplissent ensemble est tout simplement prodigieux et on a conscience à chaque instant d’être devant un document à la valeur inestimable. Le portrait d’une grande humanité d’un homme en train d’écrire l’histoire. Édifiant.