Archives de Tag: équitation

Continuer

Par défaut

          Drame, aventure franco-belge de Joachim Lafosse Virginie Efira, Kacey Mottet Klein, Diego Martín
     Sibylle, mère divorcée, ne supporte plus de voir son fils adolescent sombrer dans une vie violente et vide de sens. Elle va jouer leur va-tout en entraînant Samuel dans un long périple à travers le Kirghizistan. Avec deux chevaux pour seuls compagnons, mère et fils devront affronter un environnement naturel aussi splendide qu’hostile, ses dangers, son peuple… et surtout eux-mêmes ! 

Affiche du fillm Continuer

          Vous le savez, je ne vais plus trop au cinéma. C’est dingue comme les douleurs chroniques rendent tout compliqué, il est loin le temps où j’étais capable de traverser Paris un dimanche matin pour aller découvrir un obscur film japonais… Ma maman quant à elle, continue à y aller régulièrement, quand je décide de l’accompagner elle a donc généralement déjà vu la plupart des films qui m’intéressent. Elle souhaitait voir Continuer, je n’étais franchement pas motivée (je ne suis pas une inconditionnelle de Mauvignier…) mais bon, c’était là, à l’heure qui nous convenait, on ne l’avait vu ni l’une ni l’autre, je me suis laissée convaincre…

Image extraite du film Continuer

          Sans surprise aucune, je n’ai pas aimé. Les drames familiaux, ce n’est pas ma tasse de thé. Mais bon, je comptais sur le côté cheval + beaux paysages pour rattraper le coup. C’est un peu raté. Alors, pas le décor, c’est foutrement beau. Aride mais beau. Le côté cheval par contre m’a laissée perplexe. Le mec est un cavalier qui s’y connaît vachement en monture et il achète des bestioles qui ressemblent à des espagnols pour traverser le désert ?! Ah c’est sûr qu’ils sont jolis ses chevaux mais ça ressemble plus à des bêtes faites pour le spectacle qu’à de robustes destriers faits pour piétiner de la caillasse. Un des deux passe son temps à piaffer, à la fin du film j’en pouvais plus de voir des allures de hautes écoles là où on voudrait un mérens bien plan plan histoire de faire un minimum crédible.

Image extraite du film Continuer

          En parlant crédibilité, on se demande bien comment ils transportent la bouffe pour leurs canassons avec leurs deux sacoches minuscules et comment ils peuvent faire de grosses flambées tous les soirs alors qu’il n’y a pas une brindille à l’horizon. Le problème quand je m’ennuie devant un film, c’est que je finis par faire gaffe aux « détails » et là franchement, ils sont pas hyper soignés… Il y a 2 acteurs, 2 chevaux et 10 lignes de dialogues dans ce film, il aurait peut-être été bon de faire un minimum d’efforts de vraisemblance. Visiblement c’est trop demander, pourquoi s’encombrer de considérations si terre à terre ?

Image extraite du film Continuer

          J’ai eu beaucoup de mal à croire à la relation entre cette mère et son fils. Je sais qu’elle ait sensé l’avoir eu jeune (et que dans la « vraie » vie les âges collent) mais elle fait moins que son âge, lui fait plus, à aucun moment je n’ai réussi à les imaginer mère et fils. J’ai trouvé que c’était plutôt mal joué et que cette relation n’avait aucune profondeur. Cris, silence, échange de platitudes et on recommence. Les maigres dialogues sont creux, assaisonnés d’un peu de violons par-ci par-là pour signaler les séquences émotions. Notamment lors d’un plan interminable sur une foutue tasse de café. Moi aussi je suis émue quand je bois mon café du matin, surtout devant un paysage grandiose, mais de là à sortir les violons ? Sérieusement ? A quel moment le mec s’est dit que c’était une bonne idée ?

Image extraite du film Continuer

          Il y a quelques moments vaguement touchants sur la relation entre ce gamin tête à claques et ses chevaux. Ou entre la mère et les gens qui les accueillent durant leur voyage. Sinon le reste du temps ça s’agite beaucoup pour pas grand chose. Moi qui déteste les engueulades au cinéma, j’étais ravie. Il n’y a que ça et des silences pesants. Le paysage occupe un peu mais il s’avère assez monotone à la longue… J’ai rarement trouvé 1h20 aussi longue. Pas que je me sois réellement ennuyée. Non, j’ai juste trouvé que ça n’avait aucun intérêt. Un film qui promettait une relation familiale forte dans un paysage de rêve : il sonne faux, ne parvient pas à émouvoir et n’offre guère plus qu’une grosse heure de somnolence à son spectateur.

Jappeloup

Par défaut

Drame, biopic français de Christian Duguay avec Guillaume Canet, Marina Hands, Daniel Auteuil

          Après avoir passé son adolescence à faire des concours hippiques, Pierre Durand est devenu avocat. Un jour, il décide de lâcher sa carrière pour revenir à la compétition avec un jeune cheval auquel pas grand monde ne croit : Jappeloup.

Jappeloup-affiche

20418886.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxPierre Durand et Jappeloup : un couple mythique. Ensemble, ils ont tout gagné et fait une carrière exceptionnelle. Tout cavalier, si piètre soit-il, ne peut que se prendre à rêver devant pareille destinée. Pour ma part, il y a fort longtemps que j’ai arrêté l’équitation après des années de pratique assidue mais la bande-annonce m’a de suite donné envie d’aller le voir au cinéma. Après avoir un peu traîné, voilà qui est chose faite ! Un film sans prétention mais que j’ai vraiment beaucoup aimé ! J’ai passé les deux heures sur un petit nuage, à frisonner de peur d’un refus devant chaque obstacle et à me réjouir du succès grandissant de ce drôle de duo.

_esc1686_ret_eperon

20418781.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx          Je me suis complètement laissée embarquer par ce film. Guillaume Canet y campe un Pierre Durand très convaincant, avec ses doutes et ses faiblesses ; une part d’ombre bien exploitée qui donne au film toute sa profondeur. L’histoire est bien menée, sans en faire trop dans le suspens inutile (ben oui, parce que bon, on sait comment ça finit quand même) et le sentimentalisme outrancier. Certes, il y a quelques scènes un rien larmoyantes, mais ça reste léger léger. En revanche, le tout est extrêmement bien filmé. Sans tomber dans le film esthétisant, il y a quand même un jeu de lumière intéressant et quelques très beaux plans. Et pour le reste, tout tient bien sûr sur cette histoire en or. Qu’on soit cavalier ou pas, on ne peut qu’admirer un tel parcours ! Le film reste un peu sage et n’est sans doute pas un chef-d’oeuvre, mais il s’avère un excellent divertissement qui nous embarque dans son univers pendant deux heures. Un film qui m’a fait vibrer et m’a donné en vie de me remettre en selle !