Archives de Tag: grève

Une chambre en ville

Par défaut

Drame, comédie musicale, français de Jacques Demy avec Dominique Sanda, Richard Berry, Michel Piccoli – 1982

21038593_20130910172454739.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Nantes, 1955. Les chantiers navals sont en grève. François est un jeune métallo fiancé à Violette et loue une chambre en ville. Le jour où il rencontre Edith, c’est le coup de foudre. Mais il ne sait pas qu’elle est la fille de sa logeuse et qu’elle a un mari jaloux ; pourtant, il ne peut déjà plus se passer d’elle.

18871964.jpg-r_640_600-b_1_d6d6d6-f_jpg-q_x-20071210_103418

          Quand j’ai décidé d’aller voir ce film, c’était pour parfaire un peu ma culture « classique » dirons-nous. J’ignorais totalement qu’il s’agissait d’une comédie musicale sinon je serai allée voir autre chose. Dès les premières minutes, j’ai su que j’allais terriblement souffrir ! D’une manière générale je suis très méfiante vis à vis des comédie musicales. Je trouve que c’est un exercice particulièrement difficile. En effet, il ne faut pas sacrifier le fond à la forme, oubliant un peu le scénario en route ; pas plus qu’on ne peut se permettre de privilégier celui-ci pour laisser de côté l’univers musical qui doit être de suffisamment bonne qualité pour nous embarquer dans son univers.

18871972

          Ici Jacques Demy a clairement privilégié l’histoire à ses chansons qui ne sont clairement pas écrites. Il s’agit de simplement de dialogues chantés ce qui est à mon sens un vrai carnage. La plupart des gens s’habituent assez vite et ne font rapidement plus attention, personnellement, je ne peux pas, j’ai l’impression d’être au milieu d’un mauvais dessin animé avec des voix d’adolescents en pleine mue : c’est plus que mes pauvres oreilles ne peuvent supporter. C’est dommage car il y avait du bon dans ce scénario (que je n’ai du coup suivi que de loin, je dois l’admettre…). L’histoire est assez classique mais pose tout de même des questions intéressantes et universelles sur le travail, l’amour, la jalousie ou le conflit des classes. Dommage que ce film ait été chanté, sans cela il m’aurait certainement plu.