Archives de Tag: tournée

Les Wriggles

Par défaut

          Je les avais découverts sur le tard, j’étais déjà à la fac quand une amie m’a fait écouter. Sans être une immense fan, j’ai souvent écouté leurs chansons. De suite j’ai apprécié leur humour tendre et décalé. Mais aussi et surtout leurs textes plus engagés, plus profonds sous des airs de ne pas y toucher. Bien souvent, ça touche à des sujets plus sensibles qu’il n’y paraît sous le vernis du rire et de la poésie.

Affiche de tournée les Wriggles

          Cinq clowns tristes que j’aurais aimé entendre sur scène. Seulement voilà, à l’époque j’habitais Aix-en-Provence, pas exactement le cœur battant de la scène musicale française. Puis je suis venue à Paris, j’ai cru que j’aurais l’occasion de les voir jouer, mais j’étais à peine arrivée qu’ils s’étaient déjà séparés. C’était il y a 10 ans. Je n’écoute plus leurs textes que rarement et pour les Wriggles ça restait un peu une rencontre ratée. Pour rappel, à l’époque, ça ressemblait à ça :

          Alors quand j’ai été invitée à les voir en concert à Bobino pour leur retour sur scène après une si longue rupture, j’ai sauté sur l’occasion. Je n’allais quand même pas laisser passer la chance des les voir « en vrai » après tant d’années ! Bon, il faut bien l’admettre, malgré une certaine excitation, j’avais aussi un peu peur. Les retours après des séparations, on sait ce que ça donne : trop souvent ce vieux goût de réchauffé, un peu comme des frites passées au micro-ondes toutes mollassonnes. Les corps ont vieilli, les vieilles querelles ne sont pas toujours enterrées et le retour est plus dû au besoin de renflouer les caisses après 10 piges à se la couler douce qu’à l’envie de se retrouver. Bref, la déception guettait.

Les Wriggles, complètement red

          Je suis arrivée mi-surexcitée, mi-septique donc. Avec ma copine de fac qui me les avait fait découvrir il y a temps d’années. Il ne me reste que deux copine de fac, énorme que coup de bol qu’elle vive justement à Paris et qu’elle ait été dispo. Rien que pour ça, cette soirée vaudrait forcément le coup. Sur scène, toujours les mêmes costumes, le bonheur de retrouver des voix familières, plus difficiles de reconnaître les têtes après tant d’années surtout que deux ont changé. On retrouve ce qui avait fait leur succès, l’humour noir, la dérision, la tendresse aussi. Les nouvelles chansons sont dans la veine des anciennes, ça parle d’actualité, c’est assez réussi. Je me demande presque si ce n’est même pas mieux écrit.

Les Wriggles, 2019

Les Wriggles ©Pidz

          Ils ne jouent pas trop la carte des vieux succès pour ce retour, ils en casent un ici ou là mais ils font surtout la part belle à la nouveauté et donnent envie de redécouvrir leur univers qu’ils ont visiblement su recréer et faire évoluer sans se trahir. Dans la salle, beaucoup de gens entre 30 et 40 ans. On est là, nostalgiques, à retrouver des airs de notre adolescence. Heureux aussi. Surtout heureux après une si longue absence, de retrouver le même esprit 10 ans après. C’est un beau moment. Finalement je n’ai pas été déçue. J’ai aimé les textes, j’ai apprécié les talents d’acteurs qui font beaucoup au spectacle. J’ai aimé l’ambiance si particulière de la salle, mélange de nostalgie et de joie de la découverte. C’était chouette et on est ressortis en ce disant qu’on avait bien de la chance quand même. Sur ce je vous laisse, je me suis donné envie de réécouter leur nouvel album. Quant à vous vous pouvez les voir ou les revoir en tournée dans toute la France.

Le cirque Gruss, Origines

Par défaut

          Il y a peu j’ai eu l’immense chance de découvrir le cirque Gruss et ses coulisses. Adolescente j’ai fait beaucoup d’équitation, j’étais une fidèle lectrice de Cheval mag, les murs de ma chambre étaient couverts d’affiches représentant des frisons, des andalous ou des quaterhorse, j’adorais aller voir des spectacles équestres. Une vraie passion. Je n’avais pourtant jamais eu l’occasion de voir le cirque Gruss, qui est dans le milieu une vraie légende. J’étais donc ravie de voir leur nouveau spectacle.

Affiche du spectacle Origines

          Ces dernières années, si j’ai vu beaucoup de spectacles de cirque, je me suis plutôt tournée vers le cirque contemporain et des créations inventives qui mêlent bien souvent les genres. Il y avait fort longtemps que je n’avais plus mis les pieds sous un chapiteau traditionnel (sauf chez les Romanes, mais c’est encore autre chose). Pourtant, les Gruss sont à part dans l’univers du cirque où ils se sont fait un nom (et quel nom !) essentiellement par leur maîtrise des acrobaties à cheval.

Origines, cirque Gruss

          Nous avons eu le chance de pouvoir assister aux répétitions et visiter les écuries. La famille Gruss s’est montré très accueillante et ç’a été très agréable de partager ce moment avec eux et d’en apprendre plus sur leur façon de travailler. Ancienne cavalière (assez médiocre toutefois), j’ai été fascinée par l’étendue de leur talent. On sent une réflexion très intéressante sur la manière de travailler avec le cheval et une grande complicité avec leurs montures qui fait plaisir à voir. Un vrai régal.

Origines, cirque Gruss

          Mais les non cavaliers se régaleront tout autant du spectacle. La première partie du dernier spectacle des Gruss est historique et reprend la naissance et l’évolution du spectacle équestre. L’occasion évidemment de présenter des numéros époustouflants. Un peu classique à mon goût mais très bien fait. Le niveau est assez incroyable. La seconde partie est plus moderne et dynamique, avec une mise en scène très actuelle.

Origines, cirque Gruss

          La dernière génération s’en donne à cœur joie avec des numéros plus spectaculaires les uns que les autres. Ils se font plaisir sur scène, aucun doute, la relève est assurée ! Ils sont à Paris en hiver puis en tournée dans toute la France avant de prendre leurs quartiers d’été dans le Sud-Est. Un très beau spectacle que j’ai pris beaucoup de plaisir à découvrir et une ambiance familiale et chaleureuse parfaite pour les fête. Un joli cadeau pour toute la famille.