Archives de Catégorie: Jeunesse

L’ours et l’enquiquineuse

Par défaut

L’ours n’aime pas les enquiquineurs. D’ailleurs, pour être tranquille, il a même affiché un panneau sur sa porte :
NE PAS DÉRANGER.
Mais voilà qu’un jour une souris frappe à sa porte.
Une souris minuscule, grise et les yeux malicieux !

Couverture de l'album L'ours et l'enquiquineuse

Allez, en cette période bien morose d’entre deux tours, je me suis dit qu’un mini article sur un album tout mignon ne nous ferait pas de mal. Et puis ça faisait longtemps que je n’avais pas parlé jeunesse. Ce petit livre pour enfants n’a pas été sans me rappeler Ernest et Célestine, que j’adorais étant petite. Un ours et une souris, forcément… Bon, évidement, pas facile de faire le poids face à pareille référence mais bon, ce n’est quand même pas si mal. Ne serait-ce que parce que l’ours bourru et la souris hyper sociable sont attachants.

L’histoire est très mignonne. Vraiment très mignonne. J’ai beaucoup aimé. Pour le reste, le dessin à l’aquarelle est plus coloré et moins poétique que dans Ernest et Célestine mais l’histoire est suffisamment choupinette pour nous faire oublier un peu nos attentes en matière de style. Je pense aussi que ça s’adresse à des enfants un peu plus jeunes (même si je suis très mauvaise jauger). Finalement, ce que j’ai le moins aimé, c’est le titre, même s’il colle pas mal au contenu. D’autres tomes sont disponibles, que je n’ai pas eu l’occasion de découvrir. Une petite lecture qui fera passer un bon moment aux enfants mais aussi à leurs parents.

Dernières lectures jeunesse

Par défaut

Max et les Maximonstres, Maurice Sendak

Max et les MaximonstresJ’avais beau en avoir entendu parler en cours lors de mes études d’édition, je n’avais jamais lu ce grand classique de la littérature jeunesse. Il est connu surtout par les professionnels pour ses illustrations qui prennent une place croissante de page en page pendant toute la première moitié du livre, avant de décroître de la même manière dans la seconde partie. Malheureusement, je n’ai pas trop accroché avec le dessin, trop terne à mon goût, et qui manque de poésie. L’histoire ne m’a pas emballée plus que ça non plus. Je dois avouer que je n’ai pas vraiment compris où l’auteur voulait en venir. Je dois être trop vieille pour comprendre. Si la mise en page a fait date, elle a depuis vieilli et on fait aujourd’hui des choses plus dynamiques en terme d’intégration des illustrations. Une petite déception. 

Gruffalo et Petit Gruffalo, Julia Donaldson

GruffaloJe suis un peu vieille pour avoir lu Gruffalo dans mon enfance et je suis loin d’être une experte en littérature jeunesse, secteur que je délaisse très largement. J’étais donc passée totalement à côté. Même si je lui reconnais des qualités, ce livre ne m’a pas non plus totalement convaincue. C’est l’histoire d’une petite souris qui fait peur à toute la forêt avec la légende du Gruffalo. Jusqu’au jour où elle le rencontre. Elle va devoir ruser pour en venir à bout. Les dessins sont classiques mais efficaces. L’histoire quand à elle est mignonne et met en avant le côté très rusé de la petite souris. Pour ma part, je l’ai trouvée assez méchante à vrai dire. Le tome 2 reprend un peu la même trame avec une réussite moindre je trouve : même si on reste dans la même lignée, il manque l’effet de surprise. Deux livres plutôt mignons à lire à vos enfants.

Les coulisses du livre jeunesse, Gilles Bachelet

Les coulisses de la littérature jeunesseDe mes dernières lectures jeunesse, clairement celle que j’ai préférée. Quasi que des illustrations ici (et leur titre), chacune faisant référence à un ou plusieurs classiques jeunesse (dont Gruffalo justement, ce qui m’a poussé à le lire). On s’amuse à chercher les références, plus ou moins facile à dénicher. Heureusement pour moi qui ne suis pas très douée pour ce genre d’exercice, elles sont répertoriées en fin d’ouvrage. Une manière d’aborder la littérature jeunesse très ludique et qui ne peux que ravir les grands enfants que nous sommes. Ca convient sans doute moins au plus petits, à moins de les avoir abreuvés d’albums dès leur plus jeune âge et qu’ils ne soient incollables sur les héros préférés. Personnellement, j’aurais adoré étant enfant retrouver tous mes albums préférés dans un livre où j’aurais dû les reconnaître, je ne dois pas être la seule dans ce cas. Un petit amusant pour les petits et grands incollables en albums jeunesse.

3 albums et BD pour vos enfants

Par défaut

          Voici trois livres pour vos enfants : un album plutôt dédiés aux petits, un conte illustré pour les un peu plus grands et une BD pour tous les âges. Trois styles très différents qui j’espère sauront vous séduire.

Annabelle et les cahiers volants

Annabelle a un gros problème : tous les soirs, ses cahiers s’envolent ! Mais personne ne veut la croire, et surtout pas la maîtresse… Pourquoi est-elle la seule à voir ses feuilles partir vers le ciel ?

Annabelle et les cahiers volantsJ’ai bien aimé cet album que j’ai trouvé assez poétique. Les illustrations à l’aquarelle sont toutes douces. Je crois que c’est le genre d’images que j’aimerais montrer à mes enfants avant qu’ils aillent dormir (enfin, je suppose en tout cas). L’histoire est très mignonne. J’ai bien aimé cette petite fille tête en l’air et ses cahiers qui disparaissent. Je suis sure que beaucoup d’enfants s’y retrouveront. Il y a beaucoup de poésie dans cet album, aussi bien dans le texte que dans les illustrations. Si la conclusion m’a un peu laissée sur ma faim, j’ai tout de même trouvé que c’était un beau livre. Un album très mignon pour endormir vos enfants.

Les derniers géants

C’est au cours d’une promenade sur les docks que j’achetai l’objet qui devait à jamais transformer ma vie : une énorme dent couverte de gravures étranges. L’homme qui me la vendit en demandait un bon prix, prétextant que ce n’était pas une vulgaire dent de cachalot sculptée, mais une  » dent de géant « …

Les derniers géantsJ’aime énormément François Place. Ces talents de conteur sont incroyables et ses illustrations à l’aquarelle sont d’une grande finesse. Il y a toujours une grande place accordée au texte chez lui. J’avais beaucoup aimé Le vieux fou de dessin, un grand album japonisant sur un élève d’Hokusai. Pour les plus grands, Le secret d’Orbae m’avait tout autant convaincue, j’avais donc hâte de commencer cette nouvelle lecture. Comparés à la plupart des albums, ceux de François Place demandent qu’on prenne son temps. Les textes sont longs et le niveau de détail des dessins mérite qu’on s’y arrête. J’ai été assez fascinée par cette histoire de géants. C’est exactement le genre d’histoire que j’aurais aimé qu’on me lise quand j’étais enfants, et que je prends toujours autant de plaisir à découvrir aujourd’hui. Il y a dedans à la fois de l’aventure, de la poésie et une belle profondeur. Un conte magnifique et richement illustré à lire absolument.

Asrérix : Le papyrus de César

César s’apprête à publier ses « Commentaires sur la Guerre des Gaules ». Bonus Promoplus, son conseiller et éditeur, lui conseille d’occulter alors un chapitre intitulé « Revers subis face aux irréductibles gaulois d’Armorique », car selon Promoplus, ce passage fait tache sur le curriculum de César !

Asrérix : Le papyrus de CésarIl y avait longtemps que je n’avais pas lu d’Astérix. Enfant, c’était une de mes séries préférées – avec Lucky Luke et Tintin – mais je n’avais pas du tout été convaincue par ceux sortis dans les années 2000 et j’avais fini par délaisser la série. Je ne comptais pas particulièrement lire celui-ci mais il se trouve que mon père l’a acheté et quand je l’ai vu à la maison, je n’ai bien sûr pas pu résister ! Je dois avouer avoir été ravie de retrouver les héros de mon enfance. Rien que les noms me font toujours autant rire ! Le dessin a un peu changé, sans que j’arrive exactement à définir ce qui n’est plus pareil. En même temps c’est logique puisqu’Uderzo a passé la main en 2013. Que les fans se rassurent, le changement reste toutefois assez subtil pour ne pas être dérangeant. L’histoire ne pouvait que me plaire : c’est ni plus ni moins qu’une intrigue dans le monde de l’édition. J’avoue m’être délectée de cette incursion des mes héros de jeunesse dans ce secteur qui fut le mien. C’est souvent très drôle et particulièrement bien vu. Il y a bien sûr des choses meilleures que d’autres mais j’ai trouvé que dans l’ensemble le scénario se tenait et fonctionnait bien. Et quelle joie de retrouver nos irréductibles gaulois ! Un 36° tome dont j’ai adoré le sujet et qui m’a souvent fait rire : de quoi me réconcilier avec la série. 

Quatre beaux romans pour vos ados

Par défaut

Les disparus du Clairdelune, de Christelle Dabos

 

          Fraîchement promue vice-conteuse, Ophélie découvre à ses dépens les haines et les complots qui couvent sous les plafonds dorés de la Citacielle. Dans cette situation toujours plus périlleuse, peut-elle seulement compter sur Thorn, son énigmatique fiancé ? Et que signifient les mystérieuses disparitions de personnalités influentes à la cour ? Sont-elles liées aux secrets qui entourent l’esprit de famille Farouk et son Livre ? Ophélie se retrouve impliquée malgré elle dans une enquête qui l’entraînera au-delà des illusions du Pôle, au cœur d’une redoutable vérité.

Les disparue du Clairdelune, Christelle DabosJ’attendais avec impatience le tome 2 de la série La passe-miroir. En effet, j’avais beaucoup aimé le premier tome, Les fiancés de l’hiver et j’avais hâte de savoir si la suite serait à la hauteur. L’attente a été un peu longue mais au moins l’auteur a pris son temps pour ne pas décevoir ses lecteurs. Le résultat est plutôt réussi. Je n’ai pas relu le tome 1 avant de m’attaquer à celui-ci et j’avais peur d’être un peu perdue : l’intrigue est complexe et je n’avais plus tous les détails en tête, loin s’en faut. L’auteur s’en sort bien, parvenant à nous rappeler les grandes lignes de l’histoire peu à peu sans tomber dans la lourdeur. Je suis de suite retombée dans cette univers très attachant. J’ai aimé redécouvrir ces personnages qui gagnent peu à peu en complexité. L’intrigue, proche de la trame policière, nous tient en haleine de bout en bout. Le style est quant à lui toujours aussi limpide et agréable.
Dans l’ensemble j’ai beaucoup aimé cette suite et j’ai été soulagée de voir qu’on restait dans la lignée du premier tome. Toutefois, j’ai eu l’impression qu’on était un léger cran en dessous par moments. Il manque bien sûr le plaisir de la découverte. Les premiers tomes d’une saga nous ouvrent les portes d’un nouvel univers et ont de ce fait toujours un charme particulier et difficilement égalable. J’ai également trouvé que l’intrigue manquait peut-être un peu de crédibilité par moments. Notre jeune héroïne était sensée être une oie blanche et la voilà en train d’enquêter sur des disparitions mystérieuses dans les sphères les plus dangereuses. Non seulement j’ai trouvé que ça allait parfois un peu loin mais son côté godiche faisait partie de son charme qui disparaît un peu ici au profit d’une personnalité plus affirmée. Enfin, dernier point qui m’a un peu gênée, un aspect plus fleur bleue difficilement évitable vu la trame principale du roman mais dont je me serais bien passée. Heureusement, ça reste léger. Malgré quelques petites faiblesses, un second tome où l’on retrouve l’univers attachant du premier et qui donne envie de se plonger dans la suite.

Ophélie le dévisagea avec un mélange de répulsion et de pitié, comme si elle avait devant elle un sinistre directeur de pompes funèbres.
– Je n’aimerais vraiment pas vivre dans vos souliers.
Thorn était un homme si peu expressif qu’Ophélie interpréta d’abord sa raideur immobile comme une attente ; quand elle s’aperçut qu’il la fixait intensément sans plus ciller ni respirer, elle comprit que, en réalité, elle lui avait coupé le souffle.
– Je vous concède qu’ils ne sont pas très confortables, finit-il par articuler au bout d’un très long silence. Un peu plus que cela, même.

La fabrique du doute, de paolo Bacigalupi

 

          Toute la vie d’Alix n’est qu’un mensonge. C’est ce que ne cesse de dire le jeune homme mystérieux qui la traque et porte des accusations troublantes contre son père. Elle commence alors à enquêter : son père serait à la tête d’une entreprise qui manipule l’information à des fins lucratives. Est-il possible qu’il couvre les méfaits d’entreprises qui ont entraîné la mort de centaines de personnes ? Le séduisant Moïse et le groupe radical de militants adolescents dont il est le leader, pourraient-ils être dans le vrai ? Alix doit faire un choix, et le temps lui est compté. Mais prendra-t-elle le risque de dénoncer le père qui l’aime et l’a élevée ?

La fabrique du doute, Paolo BacigalupiJe dois bien admettre que quand j’ai reçu ce roman je n’étais guère emballée. Le titre, le résumé, rien ne me tentait plus que ça. Et puis la littérature pour ados et moi, bon, ça fait deux. J’en lis un peu mais sans plus et souvent sans grande conviction. En terme de thriller, j’ai tendance à être assez traditionnelle. J’aime que ce soit bien sombre. Je n’étais pas sure que ce soit conciliable avec une version pour ados qui risquait fort de contenir sa traditionnelle histoire d’amour à l’eau de rose (c’est d’ailleurs plus ou moins le cas). Mais bon, l’éditeur m’avait gentiment envoyé le roman, j’avais du temps pour le lire, je me suis lancée. Eh bien j’ai été assez agréablement surprise. Certes, il y a des choses un peu bateau dans ce texte : la petite fille bien sage et son lycée pour gosses de riches, le petit frère turbulent, les copines, l’amour. La base quoi – enfin, version américaine. Toutefois, c’est loin de se limiter à ça.
Le roman aborde des sujets que j’ai rarement trouvé dans des livres pour adolescents et encore moins sous forme de thriller. Il y est question des falsifications des études réalisées par les labos pharmaceutiques pour la mise sur le marché des médicaments. Un sujet pour le moins d’actualité… La jeune Alix va devoir décidé à qui elle accorde sa confiance et sa loyauté. J’ai aimé qu’on suive son évolution, ses doutes quand elle découvre la vérité à la fois sur qui croire et sur l’attitude à adopter. Le sujet se prête particulièrement bien au thriller et fait froid dans le dos. L’écriture est agréable et le récit bien mené. Si j’ai eu quelques doutes au début, j’ai vite eu envie de découvrir la suite de l’histoire, qui réserve de bonnes surprises et ouvre des pistes de réflexion intéressantes sur des sujets de fond.

La paroi de verre qui avait naguère fait le bonheur d’Alix lui donnait soudain l’impression d’être vulnérable. Qu’est-ce qui pouvait empêcher quelqu’un de prendre un marteau, tout simplement, et de la fracasser ?

_______________

Le langage est la façon dont on pirate le cerveau des autres. C’est la façon dont on leur fait voir les choses de façon dont on veut qu’ils les voient.

Qui es-tu Alaska ? de John Green

 

          Miles Halter a seize ans et n’a pas l’impression d’avoir vécu. Assoiffé d’expériences, il décide de quitter le petit cocon familial pour partir loin, en Alabama au pensionnat de Culver Creek. Ce sera le lieu de tous les possibles, du Grand Peut Etre. Et de toutes les premières fois. C’est là aussi, qu’il rencontre Alaska. La troublante, l’insaisissable et insoumise, drôle, intelligente et follement sexy, Alaska Young.

Qui es-tu Alaska, John GreenJe n’avais jamais rien lu de John Green mais j’avais vu les adaptations au cinéma de Nos étoiles contraires et La face cachée de Margo, ce qui m’avait plutôt donné envie de me plonger dans un de ses romans pour voir un peu comment écrivait le monsieur. J’ai choisi celui-là complètement au pif. J’ai trouvé l’écriture assez agréable et on suit les personnages avec un certain plaisir. La première moitié m’a bien plus. J’ai moins accroché avec la deuxième, qui est pourtant moins classique et aborde des sujets importants. Le personnage d’Alaska m’a rappelé celui de Margo par bien des aspects, notamment son côté aussi fascinant qu’insaisissable. Je dois avouer que je n’ai retrouvé dans aucune de ces deux histoires la sensibilité et l’émotion de Nos étoiles contraires que j’avais contre toute attente beaucoup aimé.
La construction de ce roman le rend assez prévisible, le drame étant annoncé dès le départ, avec parfois un peu trop d’insistance. L’élément pivot est toutefois assez inattendu dans un roman pour ados. La manière dont le sujet est traité est un peu inégale, avec des choses très justes mais parfois un petit manque d’émotion qui aurait pourtant été à sa place. Ceci dit, éviter le larmoyant ne peut être foncièrement une mauvaise chose même si c’est un choix presque étrange dans ce cas précis. Le personnage et son mal-être m’ont parfois agacée dans cette seconde partie même si cela est amplement justifié par l’histoire. Même si je n’ai pas été plus touchée que ça, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de bonnes choses dans ce livre. Un roman qui aborde un sujet sensible avec une certaine finesse. Une assez bonne surprise.

Alors je suis retourné dans ma chambre et je me suis écroulé sur mon lit, en me disant que si les gens étaient de la pluie, j’étais de la bruine et elle, un ouragan.

_______________

On passe sa vie coincé dans le labyrinthe à essayer d’en sortir, en se régalant à l’avance de cette perspective.
Et rêver à l’avenir permet de continuer, sauf qu’on ne passe jamais à la réalisation. On se sert de l’avenir pour échapper au présent.

Une petite chose sans importance, de Catherine Fradier

 

          Atteint du syndrome d’Asperger, Sacha porte à quatorze ans un regard décalé et innocent sur le monde. Retiré de l’école, il vit avec sa mère, médecin humanitaire. Lors d’une mission en République démocratique du Congo, il sympathise avec Destinée, une enfant soldat. Les deux ados se retrouvent embarqués dans une aventure dangereuse, pleine de suspense et d’émotions, pour échapper aux griffes de trafiquants sans scrupule ?

Une petite chose sans importance, Catherine FradierPour des raisons un peu obscures, je suis toujours attirée par les films ou livres sur l’autisme – même si finalement j’en ai vu/lu très peu – j’ai donc de suite eu envie de lire ce roman jeunesse dont le héros est atteint du syndrome d’Asperger. D’ailleurs, je n’ai pas de suite compris qu’il s’agissait d’un roman jeunesse, il aura fallu pour cela que je commence ma lecture (je ne suis pas d’une rapidité d’analyse confondante en ce moment…). Je me suis de suite beaucoup attachée au personnage principal. Sa logique particulière, ses tocs et ses problèmes de communication on trouvé un certain écho en moi et j’y ai bizarrement trouvé une espèce de réconfort. L’écriture très claire et agréable ne gâche rien. Dans l’ensemble je dois dire que j’ai beaucoup apprécié ce roman qui traite d’un sujet assez délicat.
L’histoire est assez improbable, partant a mi-chemin sur le terrain de l’aventure. Pourtant, si ça semble peu crédible, le rythme et la qualité du style ont fait que je ne m’en suis pas du tout formalisée, au contraire, j’ai apprécié trouver un peu d’action avec un personnage principal tellement à contre-courant des héros habituels. Je crois que j’aurais aimé que les troubles soient un peu plus explicités encore, même si ce n’est pas évident puisqu’on suit le récit du point de vue de l’enfant. Point de vue par ailleurs fort intéressant, permettant de montrer que les autres sont aussi incompréhensibles pour lui qu’il l’est pour eux. Et puis cela permet aussi d’en faire un personnage somme toute « normal » et non pas un enfant qui apparaîtrait comme particulièrement étrange. Un roman assez atypique et franchement réussi malgré quelques (très très) légères réserves qui permet d’aborder le question de l’autisme avec une certaine légèreté. Vivement la suite !

Apprendre à vivre avec Asperger n’est pas le plus difficile. C’est avec les autres qu’il faut apprendre à vivre, et parfois les autres n’y tiennent pas vraiment.

Quelques BD jeunesse

Par défaut

Pas mal de BD jeunesse lue dernièrement (ou moins dernièrement d’ailleurs) dont je ne vous ai pas parlé, essentiellement parce qu’il s’agit en grande majorité de suite de séries et que je n’avais pas grand chose à ajouter à mes avis précédents. Voici donc un petit résumé rapide de ces lectures.

CVT_Chimeres1887-tome-3_1341Chimère(s) 1887, t3 La furie de Saint-Lazare

J’avais bien aimé les deux premiers tomes même s’ils m’avaient un peu laissée sur ma faim (mes critiques ici et ). Les graphismes sont très beaux mais l’histoire est un peu longue à démarrer. Je trouve le personnage principal très sympathique et l’univers des maisons closes ne manque pas de piquant. J’ai retrouvé dans ce tome 3 ce que j’avais aimé dans les deux premiers et l’histoire prend peu à peu de l’ampleur même si j’avoue que j’ai trouvé par moment qu’elle s’écartait un peu de son sujet avec une trame policière assez compliquée. J’attends de lire le tome 4 pour voir ce qu’il advient de la petite Chimère qui a bien grandi. Affaire à suivre.

Saiina, t1 MémoglioCouv_35390

Voilà une BD qui m’a pas mal déçue. Je m’attendais à quelque chose qui mette en scène les arts martiaux avec des dessins un peu style manga. Pour les dessins c’est plus ou moins ça, même s’ils m’ont moyennement convaincue, ils sont un peu « plats ». Du côté de l’histoire, je n’ai pas du tout accroché. Les monstres que l’héroïne tue à tout va genre jeu video m’ont assez peu inspirée. J’avoue que j’ai beaucoup de mal avec ce type d’univers. J’ai peiné à m’intéresser à l’histoire vengeresse de notre jeune héroïne. Une BD ultra violente au scénario assez simpliste qui ne m’a pas emballée.

9782205063578Pico Bogue, t3 Question d’équilibre

J’avais beaucoup aimé les premiers tomes de Pico Bogue, qui avait été un gros coup de cœur (mes critiques des tomes 1 et 2). C’est un humour fin et plein de tendresse. On se délecte de ses bêtises et on retrouve dans ce troisième tome la recette gagnante des deux premiers. J’aime beaucoup les dessins à l’aquarelle qui donnent une certaine douceur à l’ensemble. Je ne me lasse pas des aventures de ce petit garçon espiègle. La bonne nouvelle c’est que je n’ai pas encore tout lu !

Mortelle Adèle, t7 Pas de pitié pour les nazebroques et 8 Parents à vendre51zSiXWUAQL._AC_UL320_SR240,320_

Mortelle Adèle est également un de mes gros coups de cœur – ma critique du tome que j’ai préféré est à découvrir ici. L’humour est un peu moins fin que pour Pico Bogue mais cette gamine est une vraie tornade et elle est tellement attachante ! Le dessin est très coloré et assez réussi. J’adore son humour caustique : un peu de mauvais esprit ne fait pas de mal. Le tome 7 se passe à l’extérieur et si je l’ai trouvé très drôle il n’est pourtant pas mon favori, je préfère quand elle martyrise ses parents. Ca tombe bien, ils reviennent dans le tome 8.  Une série pleine d’humour que j’apprécie toujours autant.

9782203089754_1_75_1La mythologue en BD, t2 Le retour à Ithaque

J’avais beaucoup aimé le premier tome des aventures d’Ulysse. Le dessin ne me plaisait pas plus que ça au début mais j’ai fini par m’habituer. J’ai retrouvé dans ce second tome la recette gagnante du premier. C’est une manière ludique de découvrir la mythologie et commencer par l’Odyssée m’a semblé très judicieux. Les aventures d’Ulysse sont un vrai régal. J’ai adoré les redécouvrir dans ces pages. Une collection pour le moins prometteuse.