Archives de Tag: Autriche

La ville sans juifs d’Hugo Bettauer

Par défaut

          En 1922, Hugo Bettauer, journaliste, romancier, grand provocateur, imagine une étonnante satire politique. Alors que Vienne traverse une grave crise économique et sociale, les autorités arrivent à une conclusion imparable : pour sortir du marasme, il suffit de faire partir tous les habitants juifs.

La ville sans juifs

          Quand j’ai vu que ce roman au titre assez parlant avait été écrit dans les années 20 par un autrichien, je dois dire que j’ai été particulièrement intriguée. Je ne pensais dans un premier temps pas le lire, étant en ce moment plus attirée par d’autres sujets. Finalement, il a rejoint ma deuxième sélection de la rentrée littéraire. Il faut bien admettre que ce texte a de quoi surprendre et s’avère assez visionnaire, du moins dans son point de départ. L’auteur imagine que les juifs sont expulsés de Vienne et doivent partir par convois (avec leur argent toutefois). Mais la ville décline tant sans eux, qu’on finit par les rappeler et « tout est bien qui finit bien ».

          Malheureusement, l’Histoire aura été autrement plus cruelle. C’est toutefois intéressant de voir dans ce roman les prémices de ce qui allait suivre avec la dénonciation d’un antisémitisme galopant. Le style n’est pas exceptionnel mais l’auteur fait preuve d’une certaine légèreté qui n’est pas désagréable. Et sous ces airs de farce, ce texte ne tombe pas moins juste, même s’il reste très en deçà de la vérité. Il permet d’analyser avec le recul la montée de l’antisémitisme. L’ensemble est parfois un peu naïf mais le texte n’en garde pas moins des qualités, notamment concernant l’analyse de la société viennoise. Même si ce n’est pas un grand roman, il a le mérite d’éclairer une période obscure et d’analyser avec plus ou moins de finesse la société dans laquelle le nazisme a éclot.

Portrait d'Hugo Bettauer

Le dernier jour de l’année fut pour Vienne un jour de fête comme jamais la ville joyeuse et légère n’en avait encore vécu. En réquisitionnant tous les moyens de transport, avec l’aide de locomotives prêtées par les Etats voisins et non sans avoir pris le soin d’interrompre tout autre trafic de voyageurs et de matériel, on avait, ce jour-là, réussi à expédier les derniers Juifs par trente trains gigantesques.