Archives de Tag: BD

Comme convenu

Par défaut

          L’histoire très largement autobiographique du déménagement de l’auteur à San Francisco en 2013 avec sa famille, en tant que co-fondatrice d’un studio de jeux vidéo… Et les déconvenues qui en découleront

Comme convenu

          On m’avait pas mal parlé de cette BD. Mon copain travaille dans le jeu vidéo et donc cette histoire de créateurs de jeu qui montent une boîte et partent vivre en Californie était sensée lui parler. J’étais très curieuse de voir ce que ça allait donner et j’ai pour tout dire été assez déçue. Je m’attendais à quelque chose de très drôle et à beaucoup d’auto-dérision. Je crois que c’est le style graphique qui me faisait dire ça. Un dessin assez frais, avec un côté presque enfantin plutôt sympa. Ca me rappelait un style un peu à la Bagieu ou dans cette veine là. Sauf que c’est finalement moyennement le cas dans le texte.

Comme convenu

          Le plus souvent, quand on lit un livre, on s’attache un minimum aux personnages principaux. Dans une BD auto-biographique ça aide quand même sacrément à apprécier en tout cas. Là, ç’a été tout le contraire. Le personnage apparaît comme foncièrement naïf, ce qui le rend très agaçant. Quand à son compagnon, il est parfaitement inexistant : il est là mais semble totalement dépourvu de caractère. Seul le chat est sympathique. Je pense que les petits défauts de chacun sont accentués mais au lieu de les rendre attachants ou de nous faire sourire, c’est parfaitement agaçant.

Comme convenu

Bon, dans l’ensemble, leur expérience n’est pas inintéressante. Ca pourrait arriver à tout le monde et je suis la première à admettre que j’aurais pu me faire avoir de la même manière et accepter à peu près n’importe quoi sous prétexte que mon travail me plaît. Ca m’a d’ailleurs rappelé quelques souvenirs. La seule différence c’est que j’en aurais rajouté deux tonnes dans l’auto-dérision et le cynisme si j’avais dû en parler. Il y a une vague tentative mais ça ne va pas assez loin et ça tombe complètement à plat. Trop gentillet. Je jetterai peut-être un œil quand même au blog pour voir comment ça finit parce que là ça nous laisse sur notre faim. Une BD en demie-teinte. Ca sonne juste, ça respire le vécu, mais on s’ennuie un peu et on s’agace des travers des personnages. Dommage, il y avait un beau potentiel.

Magasin général

Par défaut

          J’avais entendu dire beaucoup de bien de cette BD mais je n’avais jusque-là jamais eu l’occasion de la lire. J’ai donc entamé cette lecture avec un enthousiasme certain. Je dois avouer que le premier tome m’a un peu déçue. Si je n’avais eu que celui-là sous la main, je n’aurais sans doute pas poursuivi ma lecture. C’est un peu long à démarrer et je n’ai pas vu de suite ce que ça avait d’exceptionnel. Comme souvent dans les premiers tomes, l’histoire met un peu de temps à se mettre en place.

Magasin général

         Le dessin est classique et très soigné. On ne peut pas dire qu’il soit très original mais j’ai apprécié sa précision et son côté un peu rétro qui cadre si bien avec l’histoire. Comme j’avais les neuf tomes sous la main, j’ai continué ma lecture. L’univers est un peu long à se construire mais on s’attache peu à peu aux personnages en apprenant à les découvrir. Chacun a son caractère, ses qualités, ses défauts et ses failles : ils sont terriblement humains. Leurs relations ne manquent pas d’intérêt… et de surprises !

Magasin général

         Il y a beaucoup de charme dans les expressions typiquement québecoises qui jalonnent ce texte et lui donnent une touche toute particulière. Les petits travers de chacun les rendent terriblement attachants et les relations entre les uns et les autres sont plus vraies que nature, avec leurs bons et leurs mauvais moments. On croirait presque faire nous aussi partie de cette vie de village.

Magasin général

         Certains tomes sont plus réussis que d’autres, il y a des personnages qu’on aime plus au moins mais dans l’ensemble on prend plaisir à lire cette BD pleine de rebondissements. Tripp et Loisel parviennent à nous amener mans leur monde délicieusement rétro qu’on ne quitte qu’à regrets. Une série qui nous fait souvent sourire et nous immerge dans un Québec d’un autre temps : c’est drôle et plein de tendresse, on en redemande.

Machines à dessiner aux Arts et Métiers

Par défaut

Machines à dessiner, une exposition exceptionnelle, fruit d’une collaboration avec François Schuiten et Benoît Peeters, auteurs des Cités obscures et de Revoir Paris. Pivot de l’exposition, le dessin s’y dévoile comme une activité à la fois technique et poétique, entre précision et imagination.

Machines à dessiner, affiche

          Voilà pour le pitch officiel (que je vous ressors parce que je ne l’aurais pas mieux dit). Je dois avouer que je ne connaissais pas les deux commissaires d’expo mais bon, ma culture BD n’est pas très étendue. En revanche, j’avais déjà eu l’occasion d’aller aux Arts et Métiers et j’avais a-do-ré. J’avais hâte d’y revenir. Le sujet de l’exposition me tentait bien m’étant un peu intéressée au dessin plus jeune. En plus, les visites guidées sont gratuites, rien de tel pour découvrir ! Ca fait une éternité que je n’avais plus vu d’expositions, plus d’un an et demi je crois. Moi qui adore ça, ça me manquait terriblement. Malheureusement je ne peux plus rester debout très longtemps donc c’est un peu compliqué mais en évitant les heures de pointe et en se jetant sur le premier espace libre pour s’asseoir, ça ne se passe pas si mal.

Machines à dessiner

          J’ai vraiment beaucoup aimé cette exposition originale et très bien mise en scène avec un très gros travail sur les lumières notamment. Il y a des machines surprenantes et variées, qui aident à dessiner ou inspirent le dessin. Elles sont confrontées aux magnifiques dessins François Schuiten dont j’ai adoré le style précis et élaboré : ça m’a donné très très envie de découvrir ses BD (j’en ai ramené une à la maison par la même occasion). La visite guidée était très intéressante et permet de bien comprendre les enjeux de l’exposition, tout en mettant en valeur les pièces phare. Je me suis donc moins intéressée que d’habitude aux panneaux explicatifs qui m’ont toutefois eu l’air bien faits et complètent bien les explications du guide sur les objets qui ne sont pas présentés pendant la visite.

Machines à dessiner

          La visite guidée est en partie ciblée sur l’évolution du dessin technique et les innovations qui en ont résulté. C’est étonnamment passionnant. Bien sûr les grosses machines bizarres ne sont pas non plus en reste et fascinent le visiteur. Les vidéos sur les dessins de François Schuiten et ses méthodes de travail complètent parfaitement le tout. A l’entrée on nous remet un crayon à papier, et à la sortie, se sont les feuilles qui nous attendent avec plein d’objets étranges à dessiner pour nous essayer à ce style assez industriel. Eh bien j’avoue que c’est compliqué. Mais je me suis prise au jeu et ça m’a même donné envie de me remettre au dessin, que j’ai abandonné depuis bien trop longtemps ! J’ai trouvé ça très sympa de se confronter à la difficulté et d’avoir une partie plus manuelle et conviviale, c’est une bonne idée. Une exposition fascinante et originale qui a su me faire rêver.

Machines à dessiner

Machines à dessiner

Musée des Arts et Métiers
60 rue Réaumur
75003 Paris

Du 25 octobre 2016 au 26 mars 2017
Tlj de 10h à 18, 21h30 le jeudi, fermé le lundiPlein tarif 6€ pour l’exposition seule, 9€ avec les collections permanentes
Visite guidée tlj à 15h30 sauf jours fériés

Trois BD historiques

Par défaut

Communardes ! L’aristocrate fantôme

1871. Élisabeth Dmitrieff, une belle jeune femme russe devient la présidente du premier mouvement officiellement féministe d’Europe. Véritable passionaria socialiste et va-t-en-guerre, elle est envoyée par Karl Marx lui-même ! Sa beauté et sa verve, qui la distinguent des autres insurgées.

Communardes ! L'aristocrate fantomeVoici une BD que j’ai beaucoup aimée. Elle appartient à une série sur les femmes qui en 1871 se sont engagées dans la Commune de Paris. Vous pouvez en apprendre plus sur la naissance de cette série de Wilfrid Lupano ici. Elle compte trois tomes – dont L’aristocrate fantôme – dessinés chaque fois par un dessinateur différent, avec des histoires indépendantes, chacune sur une communarde. Le dessin est assez classique et très travaillé, j’ai vraiment beaucoup aimé (il est ici signé Anthony Jean). Il nous replonge immédiatement dans cette ambiance de révolte. Le personnage de l’aristocrate fantôme est fascinant. Je connais assez mal la période de la Commune et j’ai été ravie d’en apprendre plus à travers ce personnage haut en couleurs. Cette lecture m’a donné très envie de lire les autres tomes de la série, même si les histoires sont indépendantes. Une BD historique et féminine qui m’a pleinement convaincue.

Le maître d’armes

1537. Au fin fond du Jura, un envoyé de l’Église exacerbe la haine religieuse de montagnards catholiques afin qu’ils lancent une chasse à l’homme contre un jeune protestant et son guide. Leur crime ? Vouloir faire passer une Bible traduite en français jusqu’en Suisse pour la faire imprimer. Une hérésie ! Commence une traque impitoyable.

Le maitre d'armesAutre BD, autre contexte avec cette fois une lutte entre rapière et épée. Moi qui suis assez amatrice d’histoires de capes et d’épées, je ne pouvais qu’être séduite par ce récit. J’ai vraiment beaucoup aimé cette histoire signée Joël Parnotte (au dessin) et Xavier Dorison (au scénario). Visuellement, c’est très beau, avec un univers particulièrement riche. Les personnages ne manquent pas de caractère et sont attachants. Le dessin est magnifique, c’est bien écrit et quelle histoire ! De l’action, de l’aventure, ça nous tient en haleine de bout en bout. J’ai été totalement embarquée par ce récit qui nous entraîne dans un autre temps. Outre l’aspect guerrier, le côté historique avec les débuts du protestantisme est absolument passionnant. Pour la peine j’ai vraiment regretté qu’il n’y ait qu’un seul tome, j’aurais bien continué l’aventure en compagnie du maître d’armes moi. Une BD comme je les aime, aussi belle que palpitante, un gros coup de cœur ! 

Les aigles de Rome

À l’heure où Rome et l’histoire antique suscitent à nouveau l’engouement du public, Marini seul aux commandes, nous propose une toute nouvelle série ancrée au cœur de l’Empire romain. Un récit initiatique où l’on retrouve les ingrédients des meilleures aventures : combats, obstacles, rivalité, amitiés, amour.

Les aigles de Rome t1J’ai beaucoup moins accroché avec le premier tome de cette BD de Marini qui dormait depuis longtemps dans ma bibliothèque. Là aussi on est sur un dessin classique mais pour la peine, il l’est trop, même pour moi. Je ne lui trouve absolument aucun charme, aucune poésie. Quant au texte, il est très rare que j’y prête réellement attention dans une BD. Je me dis rarement que c’est bien ou mal écrit, tant que l’histoire fonctionne j’oublie très facilement le style, mais là, j’ai fait exception : c’est très mal écrit. On ne peut pas dire que ce soit criant de vérité. L’histoire avance par à coups, on change sans cesse de lieu, j’ai trouvé que ça empêchait de se plonger dans l’histoire et de s’attacher aux personnages. Ca ne m’a absolument pas donné envie d’aller au bout de cette lecture (et ce n’est que le tome 1) qui plairait peut-être plus à  un public adolescent par les thèmes abordés (la guerre, l’amour, l’amitié). Une BD avec laquelle je n’ai pas du tout accroché, à tous points de vue.

Quelques moments de perplexité…

Par défaut

          Parmi les dernières choses lues/vues, malgré une majorité de bonnes surprises, quelques beaux ratés, parce qu’il en faut bien de temps en temps je suppose…

Bridget Jones : Folle de lui , Helen Fielding

Veuve, 51 ans, mère de deux enfants en bas âge, mais toujours en quête de l’homme idéal: Bridget is back !
Elle n’est plus obsédée par ses kilos, plutôt par les réseaux sociaux, le nombre d’amis qu’elle a sur Facebook (ce qui ne peut que mal se passer, vu son niveau en informatique) et ses enfants qui la font tourner en bourrique.

Bridget Jones, Folle de lui, couvertureJ’avais lu les tomes 1 et 2 à l’adolescence et j’avais beaucoup aimé. Pas forcément de la grande littérature mais ça fonctionne : un style léger et plein d’humour, une anti-héroïne très attachante et une construction assez originale en avaient fait un best-seller. Difficile de ne pas s’y retrouver un peu quelque part. Le film (vu avant de lire le livre d’ailleurs) m’avait aussi bien fait rire. Une sorte d’anti-coup de blues du tonnerre. J’étais donc ravie d’entamer la lecture de ce 3° tome 10 ans après avoir lu les premiers. Malheureusement, dès les premières phrases, ç’a été la douche froide. Le style est d’une pauvreté ! Je me suis dit que je ne devais pas être dans un bon jour, que ce n’était peut-être pas si nul mais vraiment, avec toute la bonne volonté du monde, je n’ai pas pu… Le style est infect et du côté de l’histoire, ça a bien changé aussi. Elle a des gamins et son problème principal est de savoir si elle doit parler des poux de ses mioches à son plan cul plus jeune qu’elle. Palpitant, vraiment. Un vrai calvaire. J’en suis même venue à me demander si ç’avait bien été écrit par la même personne mais oui, elle n’a pas changé. Je ne peux pas m’empêcher maintenant de me dire que s’il le faut je détesterais les 2 premiers tomes si je devais les lire aujourd’hui. Je ne sais pas si j’ai envie d’aller y jeter un oeil pour vérifier, j’ai peur de gâcher de bons souvenirs inutilement. En attendant ce tome 3 restera définitivement une lecture inachevée je pense. Une lecture atterrante sans commune mesure avec ce que l’auteur nous avait jusque-là proposé.

Enfin, c’est normal de chercher une excuse pour annuler le rendez-vous avec votre toy boy parce qu’il y a des poux chez vous, non ? Pourquoi est-ce que je persiste à me mettre dans des situations impossibles ?

Le génie des alpages, t2 : Comme des bêtes, F’Murr

Prenez un berger. Un chien. Des moutons. Un aigle. Des touristes. Un lion.
Secouez le tout et vous obtiendrez un curieux assemblage.

Le génie des alpages, couvertureVoilà une BD humoristique qui m’a laissée… hum… sans voix ! J’avais déjà vu cette série à plusieurs occasions mais je n’avais pas le souvenir de l’avoir déjà ouverte, j’étais donc plutôt contente d’avoir l’occasion d’améliorer ma culture BD. Le 1° tome de cette série de F’murr est sorti en 1973 et le plus récent en 2007. Les personnages de ces albums qui se déroulent dans les alpages sont un berger rêveur, sont chien adepte de calembours et de mécanique de précision et son troupeau de brebis autogéré qui passent leur temps à faire de mauvaises blagues aux touristes et aduler le bélier Romuald qui se la coule douce. Dans l’idée, il y avait de quoi me séduire avec cette BD pleine de références littéraires, philosophiques ou historiques. Malheureusement, non seulement celles-ci m’ont souvent échappé mais surtout je n’ai absolument pas compris ce qu’il pouvait bien y avoir de drôle dans ces saynètes dont l’humour m’a totalement échappé. J’ai eu beau m’acharner, je suis totalement passée à côté, il y avait longtemps que je ne m’étais pas sentie autant en décalage avec un truc sensément drôle. Grand moment de solitude…

Bon ça y est ! Full de brelan à la dame roquée … et mat. Tu perds !! Voilà !

La minute de silence, Francis Masse

La flottille d’entretien, armée d’astiqueurs voguant sur des maisons en pierre, est confrontée à deux dangers : les renégats Crassignols, véritables doubles maléfiques qui menacent de plus en plus la propreté du monde, et les tire-larfeuilles, monstres sous-marins aux allures de Dupon(t)d hergéens. Pour faire face à ces ennemis, la flottille, véritable chantre de l’Art Ménager, n’a d’autre choix que de braver « La minute de silence », zone maritime honnie par les marins, qui étouffe et rature les discours et palabres…

La minute de silence, couvertureAutre grand moment de solitude, dans un genre très différent, La minute de silence. Le moins qu’on puisse dire c’est que cette BD est très très originale. Les dessins sont de qualité, avec un énorme degré de précision, et l’histoire sort franchement de l’ordinaire. Elle sort tellement de l’ordinaire qu’à vrai dire je n’ai à peu près rien compris ! C’est inventif, bourré de références mais ça reste quand même assez obscur (à mes yeux tout du moins). Il y a une histoire de monde de bateaux de pierre qui avancent à la propreté, c’est à peu près tout ce que j’ai saisi… Même le résumé est plus précis, c’est dire ! J’ai apprécié le soin apporté au dessin et le style très soutenu du texte ainsi que son humour mais je n’ai quand même pas réussi à venir à bout de cette BD pour le moins déconcertante. Une explication de texte n’aurait pas été de trop ! Difficile à suivre mais on ne pourra pas lui reprocher son manque d’originalité au moins !

Théo et Hugo dans le même bateau

Drame français de Olivier Ducastel, Jacques Martineau avec Geoffrey Couët, François Nambot, Mario Fanfani
Dans un sex-club, les corps de Théo et de Hugo se rencontrent, se reconnaissent, se mêlent en une étreinte passionnée. Passé l’emportement du désir et l’exaltation de ce premier moment, les deux jeunes hommes, dégrisés, dans les rues vides du Paris nocturne, se confrontent à leur amour naissant.

Théo et Hugo dans le même bateau, afficheJ’avais plutôt entendu dire du bien de ce film et ayant consacré mon mémoire à Hervé Guibert et la littérature sur le sida, le sujet m’intéressait particulièrement. Malheureusement j’ai bien vite déchanté. Le début est interminable. Les mecs à poils qui se draguent m’intéressent assez peu (ou n’importe qui d’autre d’ailleurs, ce n’est pas une question de genre). Les 5 premières minutes ça allait, ensuite je me suis lassée, d’autant plus que la lumière rouge et la musique techno n’avaient rien pour me séduire. La rencontre est filmée de manière totalement ridicule, avec un espèce de halo de lumière autour de la tête des deux hommes. Kitch au possible. Ensuite, c’est encore pire. Les dialogues sont incroyablement creux (mon passage préféré, c’est un grand moment de poésie à bord d’un Vélib’). J’ai trouvé relativement improbable le déroulé des événements, sans compter que c’est extrêmement mal joué. Vers la moitié j’ai lâché l’affaire et, fait rare, j’ai quitté le cinéma pour aller me réconforter avec une crêpe (par ailleurs dégueulasse, mauvais karma). Je n’ai absolument pas compris d’où sortaient les bonnes critiques sur ce film parfaitement insipide. Dommage, l’histoire avait pourtant un certain potentiel.