Cinéma

Qu’est ce qu’on a fait au bon dieu ?

          Claude et Marie Verneuil sont très « vieille France ». Issus de la bourgeoisie, ils espéraient voir leurs 4 filles prendre leur chemin et épouser de bons catholiques. Après que les 3 premières ont épousé un musulman, un juif et un chinois, tous les espoirs reposent sur la petite dernière. 

474265.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          On a entendu parler de cette comédie partout avant le début de l’été. Impossible de passer à côté. Bien que ceux de mes amis qui l’avaient vue m’en ait dit du bien, je dois admettre que je n’avais aucunement l’intention d’aller la voir. Je ne suis pas très bon public pour les comédies et suis plutôt adepte d’un humour grinçant, j’avais donc peur de ne guère apprécier ce film-là. Toutefois, selon mon habitude, un jour où je passais devant le cinéma et qu’il n’y avait pas grand chose qui me tentait, dans une soudaine envie de légèreté, je me suis lancée. Après tout, si ce film avait fait rire la moitié de la France, pourquoi pas moi ?

205430.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Pourtant, très vite j’ai senti que mes pires craintes étaient fondées et que je n’allais clairement pas rire de bon cœur. Contrairement à ce que j’avais entendu dire, le film ne nous épargne aucun cliché. Il est vrai cependant que tout le monde en prend pour son grade : les noirs, les chinois, les arabes, les juifs et les bourgeois. Le film manque malheureusement de finesse pour démonter les a priori et se contente de les aligner dans des situations qui prêtent (théoriquement du moins) à sourire. Rares sont les moments que j’ai trouvé drôles même si ça s’arrange un peu sur la fin, qui s’avère d’ailleurs sans surprise.

210275.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Du point de vue de la réalisation, rien de bien original à signaler, c’est banal, avec des images plutôt plates et un jeu d’acteurs inégal où les jeunes s’en sortent plutôt mieux que leurs aînés. L’histoire est téléphonée, et on voit venir les rebondissements longtemps, longtemps à l’avance. Même si je ne cours pas après, j’ai dû voir trop de comédies pour me laisser surprendre visiblement. Même si quelques scènes sont assez bien vues – moi qui déteste les engueulades au cinéma, j’ai été servie ! – j’ai rarement souri et me suis ennuyée ferme. Un film qui joue avec les clichés sans réussir totalement à s’en extirpé et s’avère au final tristement banal. Un succès qui m’a totalement échappé.

Cinéma

Tristesse club, une comédie douce-amère qui m’a laissée sur ma faim

Comédie dramatique française de Vincent Mariette avec Ludivine Sagnier, Laurent Lafitte, Vincent Macaigne

          Léon et Bruno sont frères mais ne se parlent plus guère. Ils vont pourtant se retrouver pour l’enterrement de leur père. Là-bas, ils vont découvrir qu’ils ont une demie-sœur et que leur père n’est pas vraiment mort. Ils vont partir ensemble à leur recherche et apprendre à se découvrir ou se redécouvrir. 

200011.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Si je ne suis pas très férue de comédies, je me suis laissée tenter par celle-là. J’aime généralement bien les comédies douces-amères et elle me semblait tout à fait en faire partie. J’aime beaucoup le trio d’acteurs (surtout Laurent Lafitte, il faut bien l’avouer) et la bande-annonce me semblait plutôt prometteuse. De plus, j’en avais plutôt entendu dire du bien, je n’avais donc aucune raison de ne pas aller voir de quoi il retournait. Pourtant, je dois avouer que j’ai été assez déçue. Je n’ai que très rarement ri (voire pas du tout d’ailleurs) et je me suis ennuyée ferme d’un bout à l’autre…

118452.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Je n’ai pas cru une seconde en cette histoire ni dans ses personnages que je n’ai d’ailleurs pas trouvés particulièrement bien interprétés. Les blagues sont dans l’ensemble tombées à plat et quelques moments frôlent le grotesque. Pourtant, dans l’ensemble, le film reste assez sensible, jouant sur les failles de personnages qui se cherchent. Malheureusement, je n’ai pas réussi à m’intéresser à leur histoire j’ai trouvé qu’elle peinait à trouver un ton juste. Faute de trouver ce film réellement mauvais, il m’a plutôt semblé fade. Je suis totalement passée à côté.

Cinéma

La crème de la crème

Comédie dramatique française de Kim Chapiron avec Thomas BlumenthalAlice IsaazJean-Baptiste Lafarge

540023

          Et si les lois du marché s’appliquaient aux relations amoureuses ? C’est la théorie que comptent bien expérimenter Dan, Kelliah et Louis, étudiants dans une prestigieuse école de commerce. Tout se vend et tout s’achète mais dans quelle limite ?

la-creme-de-la-creme

           A priori, ce film n’est pas exactement le style que j’affectionne mais j’étais curieuse de voir ce que ça pouvait donner. La jeunesse dépravée est un sujet assez fascinant même si ça fait rarement de bons films. Je trouvais toutefois intéressant de voir les dessous des grandes écoles qui derrière leur réputation de sérieux hébergent souvent de sacrés fêtards. Ce film m’a laissé une impression un peu mitigée. L’idée de départ pouvait sembler assez séduisante, pourtant, ça a comme un air de déjà vu. Le film apparaît comme un rien superficiel, malgré une volonté de se montrer novateur. Toutefois, il se laisse regarder non sans un certain plaisir. Il y a pas mal de bonnes idées (le parallèle entre les relations amoureuses et les lois du marché ne manque pas de sel) mais elles ne sont malheureusement pas suffisamment exploitées. On reste un peu trop à la surface des choses, n’allant jamais vraiment au bout des idées. Le réalisateur semble se chercher et ne pas oser aller à fond la carte de la provocation.

creme_de_la_creme_a

          Il y a une belle énergie dans ce film et les jeunes acteurs sont convaincants. C’est d’ailleurs ce qui fait son charme. Je craignais un peu que cette jeunesse dorée ne me soit franchement antipathique. Certes, je n’ai guère d’affinités avec les personnages mais ils ont tous leurs petites faiblesses qui les rend finalement assez attachants. Le déroulement de l’histoire est prévisible mais fonctionne tout de même plutôt bien. La romance qui plane est peut-être de trop et donne au film un côté naïf qui colle mal avec ses prétentions de subversion mais c’est également ce qui rend ses personnages parfois touchants et pas simplement têtes à claques. Le film joue aussi sur les effets de modes avec des Twitter, Facebook et langages SMS cités à tout va. Ca veut faire jeune mais ça en fait trop et manque de naturel. Un peu plus de sobriété dans la forme n’aurait pas fait de mal. Malgré un manque de maturité évident, ce film a toutefois des qualités avec une belle idée de départ et des acteurs prometteurs. Ce n’est pas du grand cinéma mais on passe un bon moment.

Cinéma

The Grand Budapest Hotel

Comédie américaine de Wes Anderson avec Ralph FiennesTony RevoloriF. Murray Abraham 

239820.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Monsieur Gustave était le célèbre concierge du Grand Hotel Budapest et Zero Moustafa fut son lobby boy. Ensemble, ils vont vivre de grandes aventures à travers la république de Zubrowka après que madame D ait légué un tableau à la valeur inestimable à l’homme aux clefs d’or.

137574.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          J’avais beaucoup aimé le précédent film de Wes Anderson, Moonrise Kingdom, et j’avais entendu lire le plus grand bien de celui-ci, me donnant plus envie encore de le voir. J’ai tardé à aller le voir et comme je ne suis pas franchement en avance dans mes chroniques – histoire de changer – j’arrive un peu après la bataille. J’ai du mal à trouver que dire de ce film tant les critiques élogieuses ont été nombreuses ! Je ne peux que me joindre au chœur des louanges. Sans surprise, j’ai beaucoup aimé ce film à l’humour savoureux. Les décors en carton pâte, l’élégance venue d’un autre temps, les courses poursuites truculentes : autant d’ingrédients qui donnent à ce film un charme désuet et absolument irrésistible.

523835.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Mais sous son apparente légèreté, le film ne manque pourtant pas de consistance, voire même d’un certain sérieux. En effet, sous couvert de comédie, le fond est plutôt grave et l’histoire principale laisse apparaître en toile de fond la montée d’une dictature qui s’apparente grandement au nazisme. De plus, Wes Anderson signe un cinéma bourré de références qui ravira les amateurs. La mise en scène est très soignée et l’univers très coloré est un régal. Le panel d’acteurs est franchement exceptionnel, on se délecte du plaisir qu’ils semblent prendre à jouer cette histoire survoltée. Je ne sais pas si je dirais qu’il s’agit d’un très grand film mais j’ai passé un excellent moment et je le reverrais même avec plaisir : une comédie juste comme je les aime.

Cinéma

Un week-end à Paris

Comédie britannique de Roger Michell avec Jim Broadbent, Lindsay Duncan, Jeff Goldblum

21038781_20130911124359576.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Pour fêter ses 30 ans de mariage, un couple d’anglais vient passer un week-end à Paris, ville qui avait hébergé leur lune de miel. Il redécouvrent la ville mais aussi peu à peu le bonheur d’être ensemble.

21040249_20130913162544432.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          La bande-annonce m’avait donné envie de voir ce film qui s’annonçait comme une comédie douce-amère plutôt sympathique. J’étais donc assez enthousiaste avant d’entrer dans la salle. Malheureusement, ça n’a guère duré… Pourtant, ça commence plutôt bien. Je m’attendais à quelque chose de plus mordant mais les premières scènes sont assez agréables. Ce couple qui ne semble plus vraiment s’aimer a quelque chose de touchant et les répliques ne sont pas dénués d’un certain humour. On s’attend à ce que ça monte en puissance peu à peu, au fur et à mesure de leur rapprochement et on se dit, qu’il va être agréable de rire avec eux.

549356.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Et puis ça se gâte quelque peu. On verse plus dans les engueulades et de la méchanceté gratuite que dans l’humour tendre et léger. Ensuite vient la rencontre avec un ami et un passage absolument interminable… Ca parle pour ne rien dire et on s’ennuie ferme. Ce n’est qu’à la toute fin qu’on trouve un peu l’esprit qu’on avait espéré rencontrer dans ce film qui est sinon bien fade. Je ne suis pas la seule dans la salle à avoir piqué du nez devant cette comédie sans grand intérêt. L’idée était alléchante mais le résultat est loin d’être à la hauteur : dommage.