Archives de Tag: La Villette

Du cirque contemporain comme s’il en pleuvait

Par défaut

La 7° vague, Théâtre du Centaure

Bon, bon, bon… Je suis fort embêtée au moment de vous parler de ce spectacle. J’en attendais beaucoup. La photo de l’affiche est magnifique et ça me rappelait à première vue l »univers très sombre du spectacle de Bartabas que j’avais vue l’année dernière (ou celle d’avant, peu importe). Grave, grave erreur. Ayant fait de l’équitation pendant longtemps, je suis restée assez sensible aux spectacles équestres dont je ne me lasse jamais. Ca m’émerveille toujours de voir ce qu’on peut faire avec un cheval entre les doigts. Pourtant, cette fois, même avec beaucoup de bonne volonté, impossible de rentrer dans cet univers très particulier. Je ne devais pas avoir lu le résumé du spectacle (ou très mal) parce que je m’attendais à tout sauf à entendre parler trading. Le début est très lent avec une musique assez insupportable, c’est très très lent à démarrer. Ensuite, vient un long monologue sur le cours de la bourse qui m’a laissée pantoise. D’un point de vue des prouesses à cheval, j’ai également été déçue. Au début les chevaux ne servent pas à grand chose, les prouesses viennent plus tard avec quelques figures de haute école mais dans l’ensemble c’est un peu pauvre. Du côté des acteurs/cavaliers, ça m’a semblé inégal, l’un m’a paru bien meilleur que l’autre. Je n’ai pas bien compris où ce spectacle voulait en venir et je me suis ennuyée ferme de bout en bout. Une grosse déception.

La 7e vague

Les 7 planches de la ruse, Aurélien Bory

En allant voir ce spectacle, je m’attendais à quelque chose dans le style de ? que j’avais vu il y a quelque temps au 104. Je ne sais pas où j’étais aller chercher une idée pareille parce que ça n’a à peu près rien à voir… Enfin, il y a des jeux d’équilibre improbables dans les deux et ça passe au même endroit, ça a dû suffire à alimenter ma confusion. Peu importe. J’avoue avoir été assez étonnée par cette performance. Je dois admettre avoir mis un certain temps à comprendre cet univers un peu particulier. Les lumières sont très travaillées, avec un jeu de clair-obscur particulièrement intéressant. Le spectacle commence quasiment dans le noir, avec une joueuse de luth assise sur une espèce d’estrade en bois qui bouge peu à peu. On s’aperçoit au fur et à mesure que celle-ci est en réalité faite d’énormes morceaux de bois tel un tangram géant (ces 7 formes qu’on assemble pour en construire d’autres que j’adorais enfant et dont j’avais totalement oublié l’existence). A travers des tableaux qui rendent hommage à différents aspects de la culture chinoise, les artistes jouent avec l’espace. Ils semblent tellement à l’aise avec l’équilibre et la gravité qu’on en oublierait presque la difficulté. Si ce spectacle peut dérouter par sa lenteur extrême, il ne manque ni de beauté, ni d’humour, ni d’originalité. Un objet étrange à la croisée de plusieurs disciplines qui ne laisse pas indifférent.

Le 7 planches de la ruse

Il n’est pas encore minuit…, Compagnie XY

On passe cette fois à de l’acrobatie, ce qui est sans doute ce que je préfère en matière de cirque. La troupe est assez nombreuse et j’ai trouvé le début plutôt brouillon. Il évoque une scène de bagarre qui m’a mise un peu mal à l’aise. Fort heureusement, après quelques minutes d’introduction que je n’ai pas trop aimées, les acrobaties s’enchaînent et on ne peut être qu’ébloui. Il y en a dans tous les coins et j’avoue avoir eu un peu de mal à suivre dans un premier temps, je suis toujours déroutée quand il y a plusieurs choses à voir à la fois. Je m’y suis finalement habituée, d’autant plus que la disposition de la scène permet quand même d’avoir une jolie vue d’ensemble. Techniquement parlant, ce spectacle est l’un des plus impressionnant que j’aie eu l’occasion de voir. On est ébloui de bout en bout par leurs prouesses et par la déconcertante facilité avec laquelle ils semblent les accomplir. Ils semblent littéralement voler et enchaînent les acrobaties pour notre plus grand plaisir. La compagnie a un mode de fonctionnement horizontal : ses 22 membres doivent se mettre d’accord sur chaque aspect du spectacle. Autant dire que les discussions doivent parfois être compliquées ! C’est cela qu’il retranscrivent dans leur mise en scène : la bagarre d’abord, puis peu à peu des choses qui se mettent en place pour arriver à un résultat finalement harmonieux et un spectacle très abouti. Tout autant que par leurs performances, j’ai été impressionnée par le plaisir qu’ils semblaient prendre à être sur scène ensemble. C’est rare que ça saute à ce point au yeux. J’ai vraiment beaucoup aimé ce spectacle drôle, inventif et très beau. On en prend plein la vue de bout en bout. On en redemande !

Il n'est pas encore minuit

©Christophe Raynaud de Lage

Paris de nuit, Compagnie Recirquel

On change de registre avec ici quelque chose de relativement plus classique. On est en tout cas dans une petite troupe de cirque hongroise plus éclectique que les précédentes avec un spectacle qui rejoint un peu plus le cirque traditionnel. L’univers lui est celui du cabaret, pour un mélange de genres très réussi. Ce spectacle nous replonge dans les années folles avec une mise en scène inspirée par les photographies de Brassaï. Musique et danse y rencontrent des acrobaties parfois impressionnantes. Si le main à main déçoit comparé à celui de l’incroyable troupe XY, les funambules sont plutôt bons et il y a de très beaux numéros de tissus, cerceau ou mât. Les artistes parviennent à insuffler à ces tours de force beaucoup de poésie. Il y a également un excellent numéro clownesque dans les airs dont je ne vous parlerai pas plus pour ne pas gâcher le plaisir de la découverte mais que j’ai vraiment adoré. Si les numéros sont un peu inégaux, aucun n’est raté ou ne détonne vraiment. La musique et la mise en scène très travaillées donnent un aspect particulièrement festif à l’ensemble. J’ai trouvé le tout très beau, tour à tour drôle, impressionnant ou poétique. On est très près de la scène et si on voit ainsi plus les défauts du spectacle, la possibilité de boire une coupe de champagne attablé à quelques centimètres à peine des artistes (tous plus beaux et souriants les uns que les autres) ajoute clairement au capital sympathie du spectacle, d’autant plus que le lieu est assez magique. Un spectacle original qui malgré quelques numéros en demi-teinte m’a souvent impressionnée et m’a séduite par sa mise en scène parfaitement maîtrisée. Un moment magique qu’on voudrait voir prolongé.

A découvrir jusqu’au 3 janvier au Cabaret Sauvage.

Paris de nuit

L’oubliée, un joli spectacle à La Villette

Par défaut

          Premier spectacle de Raphaëlle Boitel, venue du cirque, « L’oubliée » est conçue comme  » un conte onirique qui explore les errances de l’inconscient à travers trois destins de femmes ».

320x,10615-diapo14

© Frank Berglund

          Je vois assez peu de danse même si j’ai fait pas mal d’efforts cette année – et je vous préviens, vous allez en bouffer toute la saison prochaine parce que j’ai pris un abonnement des plus costauds ! Quand j’ai été invitée à la première de ce spectacle j’étais donc très contente de d’avoir l’occasion de découvrir quelque chose d’un peu plus contemporain que ce que je vais voir habituellement. En plus l’affiche était splendide, je ne pouvais qu’être ravie ! Pourtant, dans les faits, mon enthousiasme a été plus mitigé. Si je sais ce que j’ai réellement aimé dans ce spectacle, ce qui fait que ça n’a pas complètement fonctionné sur moi est un peu plus confus et mettre tout ça en ordre est un peu délicat. Je vais quand même essayer.

320x,9831-diapo5

© Vincent Beaume

          Commençons donc par le plus facile, les aspects positifs. Visuellement, ce spectacle est de toute beauté, avec un éclairage très travaillé et particulièrement réussi. La mise en scène joue beaucoup sur le clair/obscur et il y a des tableaux très artistiques que j’ai beaucoup appréciés. Ce qui m’a manqué, c’est un lien entre ces moments disparates. Au début du spectacle, la mise en scène et une voix off nous laissent supposer qu’on va suivre une histoire et si ça semble en effet être le cas au début, on en perd très vite le fil, ce qui assez déstabilisant. Je crois que j’aurais finalement préféré que les différents univers visuels soient clairement séparés plutôt que de chercher vainement un lien qui n’existe pas. D’ailleurs, il aura fallu que j’écrive cet article et aille chercher des infos sur le spectacle pour comprendre qu’il s’agissait de l’histoire de 3 femmes. J’ai vraiment eu le sentiment de passer totalement à côté de la trame de cette mise en scène.

320x,9829-diapo10

© Frank Berglund

          Ce qui dans la mise en scène fait office de lien entre les tableaux, ce sont les personnages qui courent constamment d’un bout à l’autre de la scène sans que j’aie jamais vraiment compris pourquoi. Je suppose que ça doit avoir une signification (la fuite ? la recherche effrénée de quelque chose ?) mais ça m’est assez vite sorti par les yeux. J’ai trouvé que ça avait un intérêt artistique pour le moins limité et que ça avait en plus tendance à détourner l’attention des choses autrement plus belles ou spectaculaires qui pouvaient se dérouler sur scène au même moment. Enfin, moi et mes lubies, vous savez : pas d’engueulades au cinéma, pas de gens qui courent dans tous les sens, je suis un peu obtuse parfois, je l’admets ! Le choix de la musique ne m’a toujours convaincue non plus, je l’ai souvent trouvée un peu répétitive et entêtante. Heureusement, il n’y a rien à redire sur les parties dansées, souvent très aériennes, et c’est tellement beau visuellement que ça compense tout de même certains défauts. Malgré certaines faiblesses et un manque d’unité, un spectacle visuellement irréprochable qui offre quelques très beaux moments.

DSC_0239

L’oubliée

Grande Halle de La Villette

Paris 19°

Jusqu’au 12 juillet

20€