Archives de Tag: libraire

Librairie L’autre Rive, Toulouse

Par défaut

          La librairie L’Autre Rive est une jeune librairie toulousaine située tout près du Saint-Cyprien, sur les avenues Etienne Billières. Elle a ouvert il y a quelques années à présent mais ce n’est qu’il y a peu que j’ai appris son existence. Je suis donc allée y faire un tour. Présentations.

millelib_header_91

          L’Autre Rive est une librairie d’assez petite taille qui propose aussi bien de la littérature générale que des essais, beaux livres, BD ou jeunesse. Elle n’est pas particulièrement visible et j’étais sans doute déjà passée devant sans la remarquer. Cette fois, je l’ai enfin repérée, et testée sur le champ ! La première impression est agréable. La librairie n’est pas très grande mais agréablement agencée, avec différents espaces ouverts mais assez bien délimités. Cette configuration des lieux les rends assez accueillants. Mais l’atout majeur de cette librairie, ce sont ses libraires ! Une équipe de jeunes passionnés aussi accueillants que compétents.

          Dès l’entrée, j’ai reçu un accueil charmant et la libraire s’est empressée de voler à mon secours, avide de me prodiguer ses conseils, par ailleurs très judicieux. Je savais ce que je venais chercher mais j’ai écouté attentivement ses avis, fort bien argumentés, et en ai profité pour discuter un peu. Tant d’enthousiasme et une telle envie le partager sont un véritable plaisir. Une librairie comme je les aime, où priment le conseil et la proximité avec le client. Cette librairie, quoiqu’un peu éloignée de mes quartiers de prédilection, deviendra sans doute un passage quasi-obligé lors de mes escapades toulousaines. Un accueil chaleureux et des conseils avisés qui donnent envie d’aller chez son libraire. 

200909042099

Librairie L’Autre Rive

24 avenue Etienne Billières

31300 Toulouse

La mort des libraires ?

Par défaut

          Il y a peu, Télérama proposait un dossier sur la disparition progressive des librairies indépendantes. En effet, la situation de ces commerces de proximité est précaire. Les marges des libraires sont faibles, les loyers élevés et la concurrence rude. Et la hausse de la TVA sur les livres n’est pas pour arranger la situation. Dans une société où on veut tout tout de suite, on se tourne de plus en plus vers les grandes surfaces culturelles ou les sites de vente en ligne pour subvenir à un désir immédiat (pour un livre qu’on laissera finalement sans doute moisir des mois avant de l’ouvrir), oubliant que si notre libraire n’a pas l’objet de notre désir en stock il peut aussi le commander dans un délai somme toute très court.

          Mais l’évolution de la société est-elle la seule responsable de cette situation ? Le site La lettre du libraire pose la question. Les libraires n’auraient-ils pas également une part de responsabilité dans cette débâcle ? En effet, l’article met en avant deux points importants :

– le secteur ne s’adapte que très lentement aux évolutions de son milieu. Par exemple, l’utilisation d’Internet commence à peine à se généraliser, avec des années de retard sur les librairies en ligne.

– la librairie est souvent considérée comme un temple du savoir inaccessible au commun des mortels. Les « faibles lecteurs » (grande majorité de la population) sont intimidés par ce lieu où le silence règne et où il se sentent souvent méprisés par le maître des lieux.

          Peut-être certains s’insurgeront : « le libraire est une pauvre victime innocente ! » Si la situation est aujourd’hui difficile, il est vrai que la librairie n’est peut-être pas toujours très accessible à un public « populaire ». Et les libraires ne sont pas toujours très accueillants. Ils ont trop souvent tendance à prendre de haut le lecteur, oubliant qu’ils sont aussi et avant tout autant des conseillers que des commerçants. Il y a aussi ceux qui ont été embauchés pour leurs compétences en caisse plus que pour leur amour de la lecture (je donnerai comme exemple le vendeur de la petite librairie en face de chez moi qui ignore tant l’existence de Raymond Queneau que celle de Truman Capote – si si, je vous assure).

          Il y a toutefois une bonne nouvelle là-dedans : si les libraires ont leur part de responsabilité, ils ont par la même occasion une marge de manoeuvre pour tenter de rectifier le tir. Déjà des libraires créent des évènements pour se rapprocher du client : signatures, expositions, animations pour les enfants. On trouve parfois des coins lecture dans les librairies, leur rendant leur fonction de lieu de rencontre, ce qui les différencie de leurs concurrents et en fait tout le charme.

          Alors, plus aucun espoir pour nos librairies ? Si les lecteurs font l’effort d’aller chez leur libraire plutôt qu’en grande surface, ou de commander sur son site plutôt que sur une librairie en ligne; si on se sort de la tête que les grandes surfaces culturelles ont « plus de stock » alors que bien souvent, elles n’ont finalement qu’on choix très ciblé (personnellement, il est bien rare que j’y trouve mon bonheur) ; si on considère le libraire aussi comme quelqu’un qui est là pour nous conseiller et nous ouvrir de nouveaux horizons ; si le libraire accepte ce rôle ; si les librairies redeviennent des lieux de vie ; bref, si lecteurs comme libraires y mettent un peu du leur, alors il y a quand même un vague espoir pour qu’on puisse continuer à acheter ses livres chez des gens compétents et passionnés.

          Comme d’autres (voir l’article de I heart books à ce sujet), faisons nous aussi le choix quand nous en avons la possibilité de n’acheter nos livres qu’aux libraires indépendants et permettons leurs ainsi de ne pas mettre la clef sous la porte tout de suite. Redécouvrons la joie de discuter avec des gens qui aiment leur métier. C’est parfois difficile de trouver LA librairie qui nous correspond, mais vous verrez, c’est un effort largement récompensé.