Mes lectures

Ce matin-là, Gaëlle Josse

Qui ne s’est senti, de sa vie, vaciller ? Qui ne s’est jamais senti « au bord de » ? Qui n’a jamais été tenté d’abandonner la course ?
Clara, trente-deux ans, travaille dans une société de crédit.
Compétente, investie, efficace, elle enchaîne les rendez-vous et atteint ses objectifs.
Un matin, tout lâche. Elle ne retourne pas travailler. Des semaines, des mois de solitude et de vide s’ouvrent devant elle.

The end s’affiche en noir et blanc sur l’écran de la télévision, en majuscule fixes et tremblotantes, pendant que la musique du générique enveloppe la pièce d’un envol symphonique, cordes, trompettes et cavalcade. Clara passe le dimanche soir chez ses parents, une habitude.

Lire la suite « Ce matin-là, Gaëlle Josse »
Mes lectures

Ensemble là-bas, Arnaud Delattre

À l’aube du XVIIe siècle, alors que le royaume de France d’Henri IV ambitionne de coloniser l’Amérique du Nord, le jeune Thibaud Bouchard travaille tous les jours au fond d’une mine de cuivre près de Lyon, au péril de sa vie, pour nourrir femme et enfants. Son désir le plus fort est de sortir sa famille de la misère qui les accable depuis des générations. Aidé par un prêtre érudit, il devra faire de nombreux sacrifices pour atteindre le but qu’il s’est fixé : changer leur destinée.

Le sujet de ce roman me tentait beaucoup. J’ai nourris un certain intérêt pour les mines depuis quelques temps, j’aime les romans historiques et l’aventure, tous les ingrédients semblaient réunis. J’avais hâte de découvrir ce roman. J’ai été particulièrement déçue. Pas tant par l’histoire que par l’écriture. Je n’ai pas du tout aimé. De temps en temps, ça rentre dans des détails sans grand intérêt (l’année de construction des abbayes semble virer à l’obsession pour l’auteur notamment) mais à côté de ça ça survole les émotions des personnages. Ce n’est franchement pas très bien écrit.

Lire la suite « Ensemble là-bas, Arnaud Delattre »
Mes lectures

Les déviantes, Capucine Delattre

Le monde d’Anastasia s’est effondré.
À 29 ans, elle avait l’argent, la stabilité, le prestige. Hier encore, elle exerçait de hautes fonctions dans une grande entreprise. Une conquérante, Anastasia. Toujours en avance sur le reste de son monde. Même pour son cancer du sein.
Pour la première fois de sa vie, la voilà limitée. Pourtant, la maladie n’est pas le sujet de son histoire. Plutôt un point de départ, un détonateur. Un accélérateur. Un catalyseur.

J’avais entendu dire beaucoup de bien de ce premier roman. Encore une fois, un sujet plutôt intime mais qui me semblait cette fois abordé sous un angle qui pouvait m’intéresser. L’autrice est très jeune et j’avais un peu peur d’une vision stéréotypée de la maladie. Je me suis malgré tout lancée, une fois de plus, la curiosité l’a emporté. Et ça commençait plutôt très bien ! L’écriture est pour le moins brillante ! Dans un premier temps, j’ai été séduite. D’autant plus que malgré un sujet délicat, la description de la maladie est souvent assez juste. Sur la fatigue, sur le fait de se replier sur soi, beaucoup de choses que les malades chroniques connaissent bien et qu’on retrouve ici.

Lire la suite « Les déviantes, Capucine Delattre »
Mes lectures

Les démons, Simon Liberati

Dans la somnolence magique de leur domaine familial, Serge, Alexis et Taïné traînent leur désœuvrement. Taïné a la beauté empoisonnée d’un tableau préraphaélite ; Serge est un prince des ténèbres ; quant à Alexis, le plus jeune et le plus fou, il se jette à corps perdu dans l’amour et la provocation. La séduction de leur jeunesse tourne à la cruauté muette. La tragédie frappe cette fratrie en ce printemps 1967, et accélère la bascule vers une époque nouvelle : celle, pop et sensuelle, de la drogue, du plaisir et de la guerre du Viêt Nam.

Lire la suite « Les démons, Simon Liberati »
Mes lectures

Philippe Rey

Philippe Rey a créé sa maison d’édition en 2002. Aujourd’hui le catalogue se compose de plus de 450 titres. La maison d’édition met l’accent sur des projets neufs et surprenants. Mais surtout, l’équipe prend de temps d’accompagner les auteurs et d’offrir à chaque titre une promotion en librairie et auprès des autres acteurs du livre. La maison défend toujours très bien ses textes, ce que j’apprécie particulièrement. L’essentiel de son travail est axé autour de la littérature. J’apprécie particulièrement leurs traductions d’auteurs américains avec notamment Joyce Maynard et Joyce Carol Oates parmi leurs auteurs.

Chaque livre est avant tout une rencontre entre un auteur et les éditeurs de la maison. Nous lui apportons un travail soigné que tout bon texte mérite, un travail artisanal dont nous sommes fiers.

Lire la suite « Philippe Rey »