Archives de Tag: saga

L’enfant de poussière

Par défaut

          Orphelin des rues qui ignore tout de ses origines, Syffe grandit à Corne-Brune, une ville isolée sur la frontière sauvage. Là, il survit librement de rapines et de corvées, jusqu’au jour où il est contraint d’entrer au service du seigneur local.

          Changement de style avec ce roman. Je lis peu de fantasy et quand je m’y frotte, c’est généralement avec de grands noms du genre (comme La compagnie noire notamment). Il est assez rare que je lise de jeunes auteurs dans ce domaine. Ce livre m’est arrivé un peu par hasard et puisque j’étais à peu près à jour dans la lecture des sorties de printemps, je me suis lancée. Et j’ai franchement bien fait ! J’ai de suite beaucoup accroché, aussi bien avec le style qu’avec l’histoire.

Couverture de l'Enfant de poussière

          Au début, j’ai craint que ça ne prenne rapidement une tournure un peu facile. En effet, les personnage du jeune orphelin n’est pas sans écureuils et ce n’est pas toujours évident de sortir de ce qui a déjà été écrit et réécrit. Finalement, ça se passe plutôt bien (pour le lecteur en tout cas). Ca ne tombe pas non plus trop vite dans la facilité du paranormal pour occuper le lecteur. Pourtant le roman n’est pas avare en péripéties mais dans l’ensemble elles sont plutôt intelligemment amenées (même si on peut déjà sentir arriver un lourd secret pour la suite, à voir comment cette partie va être gérée sur le temps).

          J’ai bien aimé le rythme soutenu et les relations toujours un peu obscures entre les personnages : ça se passe rarement comme prévu et ils ont pour la plupart plusieurs facettes. Le parcours de notre jeune héros est hautement improbable mais assez bien amené pour qu’on se laisse prendre au jeu. La seule chose qui m’a parfois gênée, c’est son jeune âge, pas toujours en accord avec ses aventures (mais ça doit être un temps et un lieu où on est un peu plus dégourdis que par chez nous a 10 ans) et l’impression qu’il lui arrive quand même beaucoup, beaucoup de choses sur une période restreinte, ça donne un petit sentiment de précipitation assez particulier.

Portrait de Patrick K Dewdney

          Le seul vrai reproche que j’ai à faire à ce roman ne vise pas son auteur mais son éditeur : il est absolument truffé de fautes. Par pitié ne faites pas l’impasse sur la correction, ça se voit et c’est un peu la base du métier quand même. J’avais rarement lu un roman publié avec autant d’erreurs, j’ai même dû vérifier que je n’avais pas en main les épreuves non corrigées (mais non…). Ca gâche quand même pas mal le plaisir de la lecture. M’enfin, j’étais suffisamment prise dans l’histoire pour passer outre, c’est dire si j’étais accrochée ! La fin nous laisse dans un suspense insoutenable et attendre le tome 2 risque d’être long. Un gros plaisir de lecture avec un personnage attachant et des aventures qui nous replongent en enfance. A découvrir.

Nous avons enduré la Nuit. Nous avons enduré la Peste. Notre plus grand défi aujourd’hui consiste à nous endurer nous-mêmes.

______________

Il venait de saisir la nuance entre le courage et l’obstination. C’est la liberté. Pour être courageux, il faut être libre.

La compagnie noire – 1, de Glen COOK

Par défaut

          La compagnie noire est une troupe de mercenaires que sa réputation précède partout où elle passe. Elle se met au service du plus offrant, en l’occurrence la Dame, un être maléfique qui tient à étendre son pouvoir. Toubib écrit les annales de la compagnie et on suit leurs aventures à travers ses yeux. Si la Compagnie n’a pas de morale, ses hommes ont le sens de l’amitié. Une qualité qui va s’avérer encombrante.

          Dans ce premier opus, on démarre au moment où la Compagnie Noire est enrôlée par la Dame, du côté réputé mauvais donc. On suit ensuite leur lutte contre le camp adverse, entre coups bas et batailles rangées. L’épisode se clôt sur une grande bataille entre les deux camps dont je ne vous dévoilerait pas l’issue. J’ai beaucoup aimé ce livre. Il commence au coeur de l’action, on ne comprend pas de suite les tenants et les aboutissants de l’histoire mais qu’importe, ça avance et on est emportés par le feu de l’action, on apprend sur le tas. C’est sans doute le gros gros point fort de ce livre : pas de descriptions assommantes pour poser le décor, on voit les choses de l’intérieur, avec tout le parti pris que cela suppose, ce qui rend la lecture très dynamique. Le style agréable et varié ne gâche rien à l’affaire.

         Pour ce qui est de l’histoire en elle-même, la base est classique : le Bien contre le Mal. Ce qui est plus original c’est que les héros ne se positionnent pas vraiment. Ils sont mercenaires, l’idéologie ne rentre pas en ligne de compte pour eux. Ils sont donc du côté qui paie le mieux (ou qui veut bien les embaucher). Cet aspect amoral me ravit, ça nous évite les sempiternelles leçons de moral qu’on nous sert habituellement dans ce genre d’ouvrages. Pour le reste, le tout se tient bien, la trame est très bien construite et avance rapidement, sans jamais vouloir trop en dire. J’aime particulièrement ces zones d’ombre qui laissent un peu de place à l’imagination. On se laisse très vite prendre à ce livre et très vite on ne peut plus le lâcher.

Prenons les petits enfants. A de rares exceptions près, ils sont mignons, adorables, de vrais amours, aussi doux que du miel battu au beurre. Alors d’où viennent tous les êtres malfaisants ?

_______________

T’as que deux façon de t’éclipser avant la fin de notre contrat. Mort ou les pieds devant.

_______________

Le Mal dépend de quel côté on se trouve, de quel côté on pointe son doigt accusateur.