Happiness therapy

Par défaut

Comédie dramatique américaine de David O. Russell avec Bradley Cooper, Jennifer Lawrence, Robert De Niro

Happiness-Therapy-Affiche

          La femme de Pat l’a quittée et après avoir perdu son travail et sa maison, il doit revenir vivre chez ses parents. D’un optimisme à toute épreuve, il est décidé à reconquérir sa femme et retrouver son ancienne vie. En route, il rencontre Tiffany, une jeune femme aussi larguée que lui avec qui va se nouer une étrange relation qui va les aider à reprendre en main leurs vies.

happiness-therapy

          Je ne suis pas une grande adepte des comédies romantiques mais celle-ci m’avait l’air de vraiment sortir du lot et c’est avec grand enthousiasme que je me suis rendue au cinéma pour la voir. La bande-annonce m’avait donné l’impression d’un concentré de bonne humeur et d’un film un peu décalé, exactement ce qu’il me fallait pour égayer ce début d’année un peu triste. Décalé, ce film l’est pour le moins ! En revanche, je m’attendais à un tout autre style, ce qui m’a quelque peu déstabilisée. On est très très loin des standards de la comédie romantique, on est même plus proche du drame par moments. La première partie du film m’a très souvent mise mal à l’aise. Aussi plein d’énergie et de bonne volonté que soit le personnage principal, il est complètement ravagé et sa nouvelle amie est guère mieux. Quand aux parents et amis qui tentent d’aider, ils ne s’en sortent pas toujours très bien.

Happiness-Therapy-la-bande-annonce_scalewidth_460

          Comme vous le savez peut-être, j’ai un petit problème avec les engueulades au cinéma ; une sorte de grave allergie, ça me stresse, me hérisse le poil et me met dans un état de stress et d’agacement pour lequel le retour en arrière est rarement possible. Même si je dois admettre que les moments de tension du film sont rondement menés, truffés d’humour et criants de vérité, j’ai toutefois eu le plus grand mal à les apprécier à leur juste valeur et ça a un rien gâché mon plaisir. Malgré ce léger contre-temps, j’ai grandement apprécié ce film aussi frais que terriblement original. Les rapports humains y sont disséqués avec une grande justesse. Les personnages sont tous un peu cassés et maladroits mais profondément optimistes, ce qui donne une belle énergie au film qui n’est pas avare en scènes cocasses. Si la fin est un peu traditionnelle par rapport au développement, on reste quand même clairement au dessus de la mêlée des nombreuses comédie américaines. Un excellent film qui surprend par sa justesse et son subtil dosage entre profondeur de fond et légèreté de ton – dont ressortie étrangement bouleversée.

"

  1. salut madimado,
    ah ben on est parfaitement sur la même longueur d’ondes sur ce film là…mon avis rejoint pas mal le tien…j’ai été aussi un peu décontenancé par la première partie, pas forcément par la teneur sombre ,mais par leur folie évidente, à des années lumières des comédies habituelles américaines sur le sujet ( j’ai pensé à un film de Laurence Feirrera Barbosa les gens normaux n’ont rien d’exceptionnels);..par contre je suis moins géné que toi par les scènes d’engeulades au cinéma ( plus dans la vie par contre :o) donc j’ai pas bloqué la dessus..; globalement le film est une très belle réussite, tant mieux pour la comédie romantique qui avait besoin d’un peu de renouveau!!!bonne soirée à toi

    • J’ai volontairement un peu zappé cette partie dans mon article histoire de laisser une part de surprise à ceux qui ne l’auraient pas vu mais la folie est aussi clairement ce qui m’a surprise et décontenancée. J’ai trouvé ce film très surprenant et dans l’ensemble ça marche plutôt très bien ! Bonne soirée à toi aussi.

    • Beaucoup plus sombre que l’image que j’en avais mais finalement c’est plutôt mieux 🙂 Bonne soirée à toi aussi et surtout merci pour ce 3000° commentaire =D

  2. Pingback: Mars, le bilan | Madimado's Blog

  3. Inclassable, déroutant mais ô combien attachant,  » Happiness Therapy  » déjoue tous les codes de la comédie romantique pour mieux nous surprendre et nous faire succomber. Un moment magique, au milieu du film :  » Girl from the north country  » par Johnny Cash et Bob Dylan.
    Un oscar pleinement mérité pour une Jennifer Lawrence à fleur de peau.

  4. Pingback: Programme culturel 2014 et petit bilan de l’année écoulée | Madimado's Blog

  5. Pingback: Décembre, le bilan | Madimado's Blog

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s