Archives de Tag: scandale

Spotlight

Par défaut

          Drame, thriller américain de Tom McCarthy  avec Michael Keaton, Mark Ruffalo, Rachel McAdams
Spotlight retrace la fascinante enquête du Boston Globe qui a mis eu jour un scandale sans précédent au sein de l’Eglise Catholique. Une équipe de journalistes d’investigation a enquêté pendant 12 mois sur des suspicions d’abus sexuels au sein d’une des institutions les plus anciennes et les plus respectées au monde.

Affiche du film Spotlight

          Je ne vous avais pas parlé de ce film lors de sa sortie, alors que je l’avais beaucoup aimé. A vrai dire c’était parce qu’ayant vu une série australienne sur le même sujet, j’espérais faire un article thématique sur l’Eglise et les scandales pédophiles. Je n’ai finalement trouvé que peu de matière, en littérature notamment, et je n’ai pas pris le temps de pousser mes recherches. J’ai d’ailleurs été étonnée que le sujet fasse couler aussi peu d’encre. Et puis le temps a passé, j’ai fini par laisser tomber l’idée de l’article thématique pour le moment et il a fallu que je regarde le film une seconde fois (ce que je fais très rarement) avant de pouvoir vous en parler.

Image extraite du film Spotlight

          Je dois avouer que j’ai adoré ce film. D’un point de vue formel, il est très classique. Cela ne me dérange pas particulièrement. Simple et efficace, c’est bien aussi. Il ne se perd pas en blabla inutile. J’ai bien aimé son côté assez concis, ce qui n’a pas dû être simple vu l’ampleur du dossier. Un aspect que je n’avais analysé au premier visionnage. L’histoire est très forte, et je trouve que la sobriété de la mise en scène la met en avant. Le casting est très réussi. Pas mal de visages connus (beaucoup vus essentiellement dans des séries pour moi, mais de quelles qualité !) et une très belle interprétation.

Image extraite du film Spotlight

          Mais ce qui marque, c’est le contenu. J’ai été horrifiée par cette histoire. Il ne s’agit pas d’un prêtre pédophile isolé mais d’un véritable phénomène de masse, caché par l’Eglise depuis… euh… toujours ? Je ne vais pas vous en dévoiler plus sur les détails des découvertes journalistiques – même si depuis le problème a été soulevé par l’émission Cash Investigation notamment, je vous laisse la surprise – mais j’ai été estomaquée par ces révélations. L’ampleur du scandale est telle que j’ai eu du mal à l’encaisser. On se prend vraiment au jeu de piste dans lequel ces journalistes sont plongés et j’ai été très émue – et choquée – par ces révélations. Un film classique sur la forme mais essentiel sur le fond.

Enregistrer

Snowden

Par défaut

Biopic américain d’Oliver Stone avec Joseph Gordon-Levitt, Shailene Woodley, Melissa Leo
Patriote idéaliste et enthousiaste, le jeune Edward Snowden semble réaliser son rêve quand il rejoint les équipes de la CIA puis de la NSA. Il découvre alors l’ampleur insoupçonnée de la cyber-surveillance. Choqué par cette intrusion systématique dans nos vies privées, Snowden décide de rassembler des preuves et de tout divulguer. Devenu lanceur d’alerte, il sacrifiera sa liberté et sa vie privée.

Snowden, affiche

          Il y a deux ans, j’étais allée voir le documentaire sur Edward Snowden, Citizenfour. Et ç’avait été une grosse claque. Je n’avais pas suivi l’affaire de très près. J’en avais bien sûr entendu parler et je connaissais le gros de l’affaire mais j’étais bien loin d’en maîtriser les détails. Il faut dire que c’est un gros morceau et que mes compétences techniques sont plus que limitées donc bon, pas toujours simple de s’y retrouver. Enfin grosso modo j’avais résumé ça en : tout le monde est écouté, tout le temps, partout, le mec qui a averti la planète entière est considéré comme un traitre et coincé en Russie et grosso modo on s’en contre-fout. Ca aurait dû faire sauter le système une info pareille, les médias auraient dû nous matraquer jusqu’à ce qu’on comprenne l’ampleur de problème et qu’on se révolte. Au lieu de ça, il ne s’est pas passé grand chose. Le documentaire a le mérite de mettre tout ça au clair. Les détails de l’affaire et comment Snowden a fait pour alerter les médias sans se faire pincer. Du grand art. La parano de ce mec lui a rendu un sacré service ! C’est un peu ardu des fois, surtout au début mais au moins on arrive à se faire une idée de l’ampleur du scandale.

Snowden, Oliver Stone

          Quand le film est sorti, j’étais donc curieuse de savoir comment il allait aborder le sujet et ce qu’il allait apporter par rapport au documentaire. J’avoue que je n’étais pas contre l’idée de quelques chose d’un peu plus grand public histoire de ressortir en ayant l’impression d’avoir tout bien compris cette fois. Très vite je me suis rendu compte que le parti pris était assez différent, même si sur le coup je n’ai pas été sure d’apprécier la tournure que prenait l’histoire. On commence par le jeune Edward voulant s’engager dans les forces spéciales. Patriote à mort. On ne peut pas dire que cette partie là m’ait beaucoup réjouie. Mais bon, laissons le temps à l’histoire. Finalement, ce n’est pas si inintéressant que ça. Le film se concentre sur le parcours de Snowden, sur la manière dont il est arrivé là, ce qui a fait de lui un lanceur d’alerte. On suit sa carrière assez chaotique (mais c’est très loin d’être un petit analyste comme l’ont parfois présenté les médias, ce mec est un pur génie, ce qui semble quand même vachement mieux coller avec les infos qu’il a sorties), sa vie de couple (bon, ça perso ça ne m’a pas passionnée), ses découvertes et la naissance de ses doutes. C’est plutôt intéressant de découvrir l’homme derrière tout ça, même si ça suppose qu’il m’ait été assez antipathique pendant les 2/3 du film.

Snowden, Oliver Stone

          J’ai trouvé que c’était très bien joué. Dans l’ensemble le casting est assez brillant. Le personnage de Snowden est particulièrement fouillé. Dommage qu’il n’en aille pas de même de sa copine, clairement laissée de côté. On la voit beaucoup mais elle ne sert à peu près à rien (à part à faire la gueule), elle aurait mérité un rôle plus fourni. La réalisation est assez classique mais ça fonctionne et il y a quelques passages visuellement intéressants. Le film manque un peu de rythme par moments, il aurait gagné à être plus nerveux mais on ne s’ennuie pas vraiment pour autant, même dans les passages moins prenants et le tout reste de bonne facture. Ce n’est pas un grand film mais Oliver Stone ne démérite pas. L’histoire se concentre plus sur l’évolution de Snowden et la manière dont il fait sortir les informations que sur le détail de celles-ci, même si c’est introduit au fil du film de manière assez réussie. On découvre un Snowden tout en nuances, brillant, totalement parano, patriote et agaçant parfois mais qui a fait montre d’un rare courage. Finalement, en prenant le parti de nous présenter l’homme plus que ses révélations, ce film complète parfaitement le documentaire. Et cette fois encore, j’en suis ressortie avec la conviction qu’on devrait tous s’intéresser de plus près au cas Snowden.