Archives de Tag: tradition

Au pied de la falaise – Möko

Par défaut

          A travers un véritable cycle de vie, Akou n’a de cesse d’apprendre : apprendre l’étroitesse du lien qui unit la vie à la mort lors de la perte de son grand-père ; apprendre aux côtés de son père, chef de village ; apprendre le pouvoir de l’ombre et de la lumière ; apprendre à travers un rituel initiatique à devenir un Homme ; apprendre l’amour, la vie de famille, l’entraide… et apprendre à nouveau à perdre…

Couverte d'Au pied de la falaise de Möko

          On m’a offert ce roman graphique pour mon anniversaire en m’en disant le plus grand bien. J’avais hâte de le découvrir, d’autant plus que les dessins sont magnifiques. J’avoue avoir eu un peu de mal au début. Je n’arrivais pas vraiment à rentrer dedans, à savoir où ça menait. Je trouvais les historiettes sympas mais voilà, ce n’était pas non plus le gros coup de cœur. J’aimais bien mais sans plus quoi. J’ai tout de même continué ma lecture, espérant que ça s’arrangerait un peu au fil des pages. Et j’ai bien fait !

          Au fur et à mesure, une trame se dessine, on comprend mieux le lien entre les scénettes et on commence à comprendre les personnages, leur univers, leur culture. C’est un peu long à se mettre en place mais ça vaut le coup d’être un peu patient tellement chaque élément finit par prendre sens pour former un tout très cohérent. Le personnage principal est attachant et j’ai eu beaucoup de mal à le quitter en fermant ce livre.

          J’ai beaucoup aimé les dessins, très beaux et poétiques, et le texte assez concis sonne très juste. Mais le projet est bien plus vaste avec également de la musique et de la danse conçues pour accompagner le texte. J’ai écouté l’album juste après avoir fini ma lecture et je dois avouer avoir été séduite par le résultat. Un magnifique projet qui allie plusieurs disciplines et un roman graphique aussi esthétique que touchant (pour en savoir plus, c’est ici). Malgré un début en demie-teinte, un vrai coup de cœur.

Planche d'Au pied de la falaise de Möko

Ma famille, c’est comme une maison où les enfants sont les briques de terre qui délimitent la grandeur du foyer. Je ne suis que le toit de paille qui les protégera de toutes les intempéries… le pilier central étant Ma Soleil !

______________

La bêtise, c’est comme l’huile… on a beau nettoyer, il en restera toujours un peu dans une calebasse qui en a contenu.

Le courage qu’il faut aux rivières

Par défaut

          Elles ont fait le serment de renoncer à leur condition de femme. En contrepartie, elles ont acquis les droits que la tradition réserve depuis toujours aux hommes : travailler, posséder, décider. Manushe est l’une de ces « vierges jurées » : dans le village des Balkans où elle vit, elle est respectée par toute la communauté. Mais l’arrivée d’Adrian, un être au passé énigmatique et au regard fascinant, va brutalement la rappeler à sa féminité.

Le courage qu'il faut aux rivières, couverture

          Eh oui, on est en février et je n’ai toujours pas fini de vous parler de mes lectures de la rentrée littéraire de septembre… Déjà parce qu’il y en avait beaucoup et qu’entre le temps de les choisir, de les lire et d’en parler, je ne suis jamais bien rapide, et puis le blog a été « cassé » pendant 2 mois sans que je sache pourquoi, ce qui n’a pas idée (je n’ai toujours pas trouvé l’origine du problème mais en tout cas ça semble fonctionner de nouveau normalement). Je reprends donc où je m’étais arrêtée. Et ça tombe plutôt bien parce qu’on reprend avec un très beau livre, un de mes coups de cœur de cet automne. Quand j’ai entendu parler de ce roman, je me suis de suite dit qu’il fallait que je le lise. En effet, il y a quelques temps, j’avais vu un film que j’avais beaucoup aimé sur le même sujet et j’étais très curieuse de creuser un peu le sujet.

          Le moins qu’on puisse dire, c’est que je n’ai pas été déçue. Le premier roman d’Emmanuelle Favier est magnifique. Il permet de mieux découvrir cette tradition qui peut nous sembler si étrange. Ces femmes qui pour échapper à un mariage souvent très jeunes décident de prendre le statut d’homme et de faire disparaître toute trace de leur féminité. J’ai trouvé intéressant de suivre le quotidien d’une de ces femmes, de découvrir la vie rude qu’elle mène. Mais aussi ses sentiments et les questionnements qui surgissent lorsqu’un évènement inattendu survient. La communauté des hommes qui semblait l’avoir intégrée redevient méfiante, semble se souvenir qu’elle n’est pas réellement des leurs. Je ne vous en dirai pas plus pour ne pas gâcher le suspens mais j’ai trouvé cette histoire magnifique. C’est sobre, tout en retenue. C’est passionnant à la fois d’un point de vue culturel et humain, avec une histoire prenante et un personnage attachant. C’est souvent dur, pas de mièvrerie ou de complaisance ici. Un très beau premier roman sur un sujet difficile et passionnant, une des plus belles découvertes de cette rentrée littéraire.

Portrait d'Emmanuelle Favier

D’une voix forte, elle profère les paroles rituelles, jure par la pierre et par la croix de rester vierge, de ne jamais contracter d’union ni fonder de famille. Elle regarde vers le bas, évitant les yeux ourlés de mauve de celui qu’elle fuit par le pouvoir des mots prononcés.

_______________

Elle avait voulu nier le poids maudit sur les épaules, fuir le châtiment nécessaire, mais l’ordre des choses la rattrapait, figé par la coutume dans son obstination morbide, aux griffes plus puissantes que la raison.

Le Japon au Jardin d’acclimatation

Par défaut

          Durant tout le mois d’avril, le Japon s’est invité au Jardin d’acclimatation. Un petit vent d’exotisme qui souffle sur ce très chic jardin parisien. Des animations culturelles (cérémonie du thé, musique traditionnelle, défilé en costumes…) et des stands de produits japonais qui promettaient le dépaysement. Je suis donc allée voir ce qu’il se passait.

          Dès l’entrée, j’ai été très déçue par ce « jardin japonais » : de petits stands alignés le long d’une allée. La décoration n’atteint pas des sommets, ça reste somme toute assez neutre. Je m’attendais à plus de dépaysement. Sur les stands en question, beaucoup de babioles : carrés de tissus, bijoux fantaisie vus et revus, poterie… Tout ce qui était un peu attrayant comme les estampes ou certaines boîtes à thé étaient absolument hors de prix (400€ le dessin à l’encre de chine de petit chat c’est légèrement excessif…).

          Finalement, la moitié des produits présentés sont disponibles dans n’importe quel bon magasin de déco (pour les bols, dont le choix était ridiculement limité, ou les bijoux en tissus par exemple), pour le reste, la maison du Japon est mieux fournie. Les commerçants étaient de plus extrêmement peu aimables. Ils parlaient entre eux en japonais sans accorder le moindre intérêt au potentiel client, ne serait-ce que pour répondre à son bonjour. Côté nourriture, un choix désespérément pauvre. J’avais hâte de m’attaquer à de bonnes brochettes boeuf/fromage, que nenni ! Il y avait essentiellement des boulettes à l’oeuf à prix d’or. Une sortie qui ne valait même pas les 3 malheureux euros de l’entrée.