Archives de Catégorie: Bars, restaurants

Les lieux dans lesquels j’aime sortir

Lulu white : la Nouvelle-Orléans à Pigalle

Par défaut

          Il n’y a pas très longtemps, je vous parlais du Dirty Dick, un bar à cocktail de Pigalle où le rhum coule à flots. Comme celui-ci était fermé au mois d’août – tout comme le Lipstick, son voisin d’en face – et qu’on commençait à connaître la carte du Glass par cœur, on a commencé à chercher un nouveau point de chute. Et c’est ainsi que le Lulu White a croisé notre route. Nous étions passés devant maintes fois sans jamais le remarquer et je dois avouer que même en le cherchant, tomber dessus n’était pas une mince affaire. Nous avons tout même fini par le trouver et ç’aurait été bien dommage de rater ça ! Je n’avais pas pris mon appareil, toutes les photos proviennent donc de la page Facebook du bar.

11193216_428218277303234_1941516346477961775_n

          L’accueil est très accueillant, un plaisir. Il faut dire qu’il n’y avait pas foule autour du zinc en ce mois d’août. La salle est petite mais vraiment très belle, avec une ambiance feutrée et une déco qui fait très Amérique des années 20 (à la louche). Elle pourrait un peu rappeler l’esprit du Moon Shiner, en plus intime. Le nom du bar vient d’une figure haute en couleur de la Nouvelle-Orléans des année 10, souvent qualifiée de prostituée de luxe et connue pour ses excentricités. J’ai beaucoup aimé l’éclairage au dessus du bar, très réussi. D’ailleurs celui-ci est au centre, prenant toute la place ou presque. A la carte, essentiellement (exclusivement ?) des cocktails à base d’absinthe. Nous ne sommes pas deux grands amateurs mais nous nous sommes laissés tenter. Nous avons opté pour deux breuvages très différents, dont un à base de thé fumé. Tous deux étaient excellents, extrêmement originaux et très rafraîchissants.

10420392_388499744608421_2949611116264240171_n

          Le barman a pris le temps de longuement discuter avec nous, nous ventant la concurrence et nous signalant les meilleurs bars du coin où aller traîner en fonction de nos envies. Très très sympa ! On est repartis avec un paquet d’adresses sous le coude. Le mardi soir, le bar organise de petits concerts de jazz et propose un plat unique pour se restaurer. Je n’ai pas encore eu l’occasion de tester mais ça ne saurait tarder. Seul petit bémol, les quantités des cocktails, un peu chiches pour des prix assez élevés. Malgré cela, le lieu est tellement chouette que j’ai hâte d’y retourner même si je me doute qu’il doit être autrement plus fréquenté une fois la rentrée passée. Des cocktails originaux dans un lieu aussi beau qu’accueillant : que demander de plus ?

11855629_453595611432167_2777865507091331114_n

Le Lulu White

12 rue Fochot

75009 Paris

Colorova, la pâtisserie/salon de thé colorée

Par défaut

          Ca faisait un petit moment que j’entendais parler de Colorova et de ses pâtisseries. Moi qui suis toujours à l’affût d’un salon de thé pour mes goûters, j’ai fini par le tester. J’y suis allée avec Laura du De ma plume à vos oreilles : une très chouette rencontre. Mais c’est une autre histoire. Comme le nom le laisse supposer, le lieux est très coloré : bois clair et tissus bariolés au programme. Nous nous sommes installées à une petite table et avons commandé chacune un thé et une pâtisserie. J’hésitais à prendre un gâteau aux fruits exotiques (quelque chose comme mangue/passion/coco) mais j’ai finalement – sans grande surprise – craqué pour une tarte au citron et sésame noir : un vrai délice. La nougatine au sésame adoucit la crème au citron très acidulée pour un résultat tout en légèreté très convainquant. Ca avait un sérieux goût de reviens-y.

10543623_786805708042767_2053870105748667590_n

          Le service était agréable et on nous a laissé papoter tranquillement jusqu’à l’heure de fermeture sans nous pousser à la consommation. Les prix sont corrects pour le quartier et la maison propose également une petite formule le midi ainsi que des petits déjeuners et brunchs. Le choix de pâtisseries est limité mais nous n’avons eu aucun mal à trouver notre bonheur (c’est même plutôt le choix qui a été difficile) et on peut également déguster des cakes et autres gourmandises. J’ai été très agréablement surprise par la qualité des pâtisseries proposées et je n’hésiterai pas à y retourner si je suis de passage dans le quartier. J’ai également beaucoup aimé pouvoir observer ce qui se passait en cuisine. Une adresse très sympa avec des pâtisseries de haut vol : idéal pour un goûter chaleureux et coloré.

Colorova

47 Rue de l’Abbé Grégoire

75006 Paris

01 45 44 67 56

Michel Sarran, la grande table toulousaine

Par défaut

          Pour l’anniversaire de ma maman, nous sommes allés manger en famille chez Michel Sarran. Malgré ses deux étoiles, ce n’était pas spécialement le chef qui me faisait le plus rêver. Je ne sais pas si je craignais plus que ce soit trop classique ou trop m’as-tu vu. J’y allais donc circonspecte. J’ai très vite laissé tomber mes réticences en voyant aussi bien le décor que ce qu’il y avait dans nos assiettes ! J’ai beaucoup aimé la décoration de la salle, à la fois moderne et accueillante. Il faut dire que les touches de couleurs sont apportées par des fauteuils violets (et verts), à savoir ma couleur préférée, je ne pouvais qu’être conquise. Une première impression plutôt favorable donc. Ca a continué à la découverte du menu. Je m’attendais à ce que ce soit exorbitant. Bon, certes ce n’est pas donné, nous sommes dans un étoilé tout de même, mais 100€ le soir pour un menu en 5 services, c’est raisonnable étant donné le standing de la maison. Nous n’avions donc plus qu’à nous régaler.

© Jean-Jacques GELBART

© Jean-Jacques GELBART

          Ca commence fort avec les amuse-bouches dont une bière de tomate particulièrement surprenante. L’entrée du menu ne me tentait pas du tout, j’ai donc demandé s’il était possible de changer. On m’a de suite proposé autre chose. J’ai ainsi pu déguster le poulet au citron et à l’huile d’argan, un plat signature qui s’avère être un véritable délice. L’assiette était magnifique et c’est sans nul doute le meilleur poulet qu’il m’ait été donné de déguster : j’en aurais bien demandé une seconde part ! Si la suite était à l’avenant, ce plat demeure celui qui m’a le plus marqué, tant par le visuel que par les saveurs. Les portions sont assez copieuses et je n’ai pas regretté de ne pas avoir pris le « grand » menu. Mon seul petit regret reste sur le dessert. Il était très bon, à base de cassis et violette, mais j’aurais souhaité en déguster un deuxième pour pouvoir réellement juger du niveau des pâtisseries qui m’ont semblé un peu en deçà, non pas par leur goût mais plutôt par leur complexité. Mais cela reste à vérifier, c’est là l’amoureuse des desserts qui pinaille.

© Jacques VIEUSSENS

© Jacques VIEUSSENS

          Un repas succulent donc, qui fut une excellente surprise. Qui plus est, le service est adorable, avec un sommelier qui est venu discuter à notre table dès qu’il m’a entendue parler de pâtisserie et m’a abreuvée de conseils quant aux grandes maisons parisiennes. Une proximité que j’ai beaucoup appréciée et qui a grandement contribué à l’excellent souvenir que je garde de ce dîner. Les conseils en vin étaient par ailleurs très bons. Finalement, malgré mes réticences, je n’ai rien eu à reprocher à ce restaurant qui s’avère être une excellente adresse (je sais, c’est un 2 étoiles, on aurait pu s’en douter). Michel Sarran propose une cuisine inventive et maîtrisée, aussi riche en couleurs qu’en saveurs. Un menu sans fausses notes. Je compte bien y retourner un midi pour le menu à 55€ entrée/plat/dessert, vin et café. Ca fait certes une brèche dans le budget mais étant donnée la qualité, ça mérite bien quelques sacrifices. A noter que le restaurant possède une terrasse dans une jolie cour intérieure pour l’été. Une excellente adresse, accueillante et raffinée où j’ai hâte de retourner. A tester sans hésiter à la première occasion.

© Laurent Barranco

© Laurent BARRANCO

Michel Sarran 

21, boulevard Armand Duportal
31000 TOULOUSE

05 61 12 32 32

Fermé le mercredi midi et le week-end

Acide dépoussière la pâtisserie

Par défaut

          Acide, c’est la nouvelle pâtisserie que a eu la curieuse idée de venir s’installer au cœur des Batignolles. Après une boutique de macarons, le chef propose un salon de thé avec formule repas le midi, goûter, brunch le dimanche et quelques douceurs à emporter. Vous vous doutez que je n’ai pas pu résister !

acide-macaron

          L’offre de gâteaux à emporter est assez limitée avec 5 ou 6 choix chaque jour qui évoluent au fil des saisons. J’ai commencé par tester un cheesecake au cassis : d’une légèreté incomparable, j’avais l’impression de manger un nuage. Pour mon deuxième essai, j’étais un peu sceptique, rien ne me tentait mais j’ai quand même emporté un mont-blanc griotte. Venant de moi qui n’aime pas le crème de marron, le choix peut sembler surprenant mais je me suis dit que venant d’un bon chef, je pourrais être surprise. Eh bien ç’a été le cas ! C’était absolument délicieux. La crème de marron en mousse était aérienne et peu sucrée et s’alliait parfaitement à l’acidité des griottes. Une belle réussite.

Matoso_20111209_7198_portraitweb

          Après ce gros coup de cœur, j’ai décidé d’aller plus loin et d’y manger un midi. Une carte très réduite avec une salade du jour, croque, focaccia ou fregola (ça hume bon l’Italie tout ça). J’ai opté pour la salade du jour avec du quinoa et plein d’ingrédients que j’ai oubliés depuis. C’était copieux, bien présenté et très bien assaisonné. Simple, sain et efficace. En dessert j’ai pris un gâteau à la mangue délicieux accompagné d’un thé tout aussi bon. La couleur et le goût sont au rendez-vous ! La formule  plat-dessert-café ou thé est à 15€. Plutôt honnête, surtout que les pâtisseries à l’unité ne sont pas données.

IMG_1454

          La maison propose également des viennoiseries, des glaces, un goûter et un brunch le dimanche, un peu cher (comme ailleurs quoi…) mais qui semble tellement bon et en plus change toutes les semaines. Je pense que je vais finir par craquer et le tester. La maison propose aussi des macarons qui sont réputés pour être parmi les meilleurs de Paris. Je n’irai pas jusque-là. Ils sont certes très bons, avec une texture intéressante mais côté goût ils sont un peu inégaux. Il y a du moyen comme de l’excellent. N’hésitez quand même pas à les tester, ça reste plutôt le haut du panier en la matière. Jonathan Blot propose des pâtisseries légères et inventives dans un lieu accueillant. Un jeune pâtissier prometteur au coin de ma rue : une chance dont je ne me lasse pas.

gâteau-teaser-1024x724

Acide

24 rue des Moine
75017 Paris (salon de thé)

10 rue du Bac
75007 Paris (boutique uniquement)

Le Washington Poste : une adresse sympa aux Champs-Elysées

Par défaut

          Aujourd’hui, je vous parle d’un bar abordable (enfin, selon les critères parisiens) tout près des Champs-Elysées. Si si, c’est possible ! Quand j’ai entendu parler de ce petit miracle, je n’ai pas résisté à la tentation d’aller voir de quoi il retournait. Nous sommes arrivés un peu tard et les cuisines étaient fermées, je ne pourrai donc pas vous parler de la qualité de leurs plats. La carte est classique : burgers, tartare, pizzas, salades… Comptez 15€ pour un plat. La formule entrée/plat ou plat/dessert est à 20€ et entrée/plat/dessert à 25€. Les verres de vin sont autour de 5€.

washington-poste-paris1

          Côté boissons, le kir est à 4,50€ si ma mémoire est bonne. Impossible de me rappeler du prix des cocktails, 8 ou 10€ il me semble. La carte est touffue avec des propositions plutôt originales. J’ai particulièrement apprécié un breuvage à base de mûre, très réussi. J’ai beaucoup aimé la déco des lieux avec ses murs en briques, ses tables en bois et ses fauteuils en cuir. Même le costume des serveurs est rétro. L’ambiance est assez sympa ce qui est exceptionnel dans le coin. L’endroit ouvre très tôt et propose également dites petits-déjeuners. Un bar-restaurant agréable à des prix abordables : une chose rare dans le quartier.

washington-poste-paris-brasserie1

Washington Poste

3, rue Washington

75008 Paris

Ouvert tous les jours de 6h à 2h