Archives de Tag: aquarelle

Bel oiseau long courrier

Par défaut

          Quand on m’a offert ce livre, j’ai de suite été séduite par son grand format paysage, son beau papier épais et sa couverture très élégante. Les planches de dessins de grues réalisées par Gaëlle Pelachaud sont accompagnées d’un poème de Françoise Clédat. Les illustrations à l’intérieur sont tout aussi belles que la couverture. Des oies à l’esthétique épurée vraiment magnifiques. Gros coup de cœur pour l’esthétique de ce livre. A tel point que je l’ai exposé plusieurs semaines dans notre salon pour mieux en profiter !

Couverture de Bel oiseau long courrier

          Je n’ai pas lu l’histoire de suite. Elle m’a moins séduite que les dessins. C’est très lyrique et je n’ai pas toujours vraiment vu où ça voulait en venir. Si la poésie des mots n’est pas dénuée de charme, ce n’est pas le type de texte auquel je suis la plus sensible. Merci à ma cousine pour ce beau cadeau qui m’a permis au passage de découvrir le magnifique travail des éditions Tarabuste. Gros coup de cœur pour la mise en page et les illustrations qui sont incroyablement belles, pleines de finesse et d’élégance.

Illustration de Bel oiseau long courrier

Du printemps et des migrants,
de toute éternité,
au jour qui allonge sans bruit,
leur cri à celui de l’oie mêlé,
à leur guise et dans les airs,
elles s’élèvent grues…

Le Nao de Brown – Glyn DILLON

Par défaut

          Nao, jeune anglo-japonaise, souffre de TOC, des obsessions violentes et morbides qui la forcent à accomplir d’étranges rituels mentaux pour se contrôler. Entre son travail dans un magasin de jouet et sa carrière d’illustratrice qui peine à décoller, elle est aussi à la recherche du grand amour. Quand elle va le rencontrer, celui-ci va s’avérer des plus bizarres.

naodebrown

          Cette BD a reçu la Prix spécial du jury à Angoulême cette année. Je l’ai reçue dans le cadre de l’opération « Priceminister, la BD fait son festival ». Une chronique qui a pris un peu de retard étant donné l’arrivée tardive du colis mais ça, y est, je l’ai enfin lue ! Je viens de finir ce roman graphique de tout de même 200 pages et je dois admettre avoir bien du mal à voir un avis se dégager… Pour commencer, le dessin est absolument magnifique ! Un univers très particulier, plein de poésie, avec un trait tout en finesse. Des aquarelles qui a elles seules méritent amplement le détour !

Nao-Of-Brown-page3-540x738

          Quant à l’histoire, c’est un peu plus compliqué. Tout n’étant pas simple dans la tête de cette jeune fille (qui pourtant à première vue à l’air saine d’esprit), les digressions sont nombreuses et parfois troublantes… J’ai par moments eu un peu de mal à me faire à ces changements de cap constants. Heureusement, il y a tout de même une trame assez solide à laquelle se raccrocher, et elle s’avère assez prenante pour ne pas nous perdre en route.

716807800.2

          Je reprocherais peut-être à cette histoire de se perdre un peu parfois dans des détails sur des choses qui apparaissent comme secondaires, alourdissant un peu la lecture. Toutefois, on ne peut que reconnaître la grande originalité de cet univers si particulier. Les troubles mentaux y sont abordés avec humour et poésie, un traitement intéressant qui parviens à faire entrer le lecteur dans le monde déroutant de Nao. Au final une BD qui malgré quelques longueurs sort très clairement du lot avec un graphisme exceptionnel et une histoire hors-normes. Une lecture agréable et enrichissante.

Nao-Brown-2

Ah la difficulté de noter un texte pareil ! Mais puisque l’opération Priceminister l’exige… Je lui mettrai 18/20 avec mention spéciale pour son originalité : des univers comme celui-là, on n’en croise pas tous les jours !