Archives de Tag: biopic

Mary Shelley et Frankenstein

Par défaut

Mary Shelley

          Drame historique britannique de Haifaa Al Mansour avec Elle Fanning, Douglas Booth, Tom Sturridge

          En 1814, Mary Wollstonecraft Godwin entame une relation passionnée et scandaleuse avec le poète Percy Shelley et s’enfuit avec lui. Elle a 16 ans. Condamné par les bienpensants, leur amour tumultueux se nourrit de leurs idées progressistes. En 1816, le couple est invité à passer l’été à Genève, au bord du lac Léman, dans la demeure de Lord Byron. Lors d’une nuit d’orage, à la faveur d’un pari, Mary a l’idée du personnage de Frankenstein. Dans une société qui ne laissait aucune place aux femmes de lettres, Mary Shelley, 18 ans à peine, allait révolutionner la littérature et marquer la culture populaire à tout jamais.

Affiche du film Mary Shelley

          Je suis assez mitigée sur ce film et ne sais pas trop que penser. J’étais curieuse de le découvrir, ayant lu Frankenstein adolescente et ignorant à peu près tout de son autrice. J’aime généralement les biopics d’auteurs, j’étais donc très curieuse. Je dois avouer que j’ai été assez impressionnée dans l’ensemble par les choix de vie de Mary Shelley, fort peu conventionnels. Et encore le mot est faible, ils étaient tout bonnement scandaleux pour l’époque ! Cela m’a donné envie d’en savoir plus sur elle, elle semblait assez peu soucieuse des convenances, ce qui attire toujours ma sympathie et m’impressionne assez fortement.

Image extraite du film Mary Shelley

          Malheureusement j’ai eu l’impression que le film fournissait une version de sa vie très partiale. Il semblerait que sa relation avec Shelley ait été certes tumultueuse mais surtout assez libre. Dans le film, elle est présentée comme subissant constamment cette relation et comme particulièrement malheureuse du comportement de son amant. Je soupçonne vaguement que la réalité a dû être plus nuancée et plus complexe. L’image de cruche pétrie de romantisme me semble assez mal coller avec les faits, d’où une impression très bizarre durant tout le film d’un personnage dont la psychologie ne collerait jamais avec les actes. On espère un personnage féminin fort et indépendant – ce qu’était a priori Mary Shelley – et on se retrouve dans le schéma de la fille délaissée qui chouine pour obtenir des miettes de l’attention de son amant. Cette vision simpliste des choses m’a révoltée. Ne peut-on pas imaginer que si elle a choisi de s’enfuir en dépit des convenances, de parcourir l’Europe avec son amant et de traîner ses guêtres avec des esprits aussi libres que le fût Lord Byron, malgré les difficultés que cela a pu comporter, elle y trouvait un minimum son compte, au moins d’un point de vue intellectuel ?

Image du film Mary Shelley

          C’était pour l’aspect purement historique et psychologique (un petit tour sur internet m’aura appris par la suite qu’en effet, de nombreuses libertés ont été prises avec la vérité et qu’il y a beaucoup de raccourcis dans cette histoire – probablement beaucoup trop même pour se faire une idée de l’incroyable personnalité de la jeune femme). Malheureusement, la réalisation n’arrange pas les choses. C’est terriblement convenu ! C’est assez plat et très très classique. Ce que j’ai trouvé dommage pour parler de gens au mode de vie si débridé. Ca ne leur rend vraiment pas hommage. Que ce soit sur la forme où sur le fond, le film ne parvient pas à se dépêtrer des codes qu’il devrait pourtant briser. En bref, on s’ennuie un peu. La musique ne m’a guère convaincue (comme toujours me direz-vous), quant aux acteurs, je reste là aussi assez dubitative. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’ils sont mauvais mais la nuance n’est pas forcément au rendez-vous. M. Shelley semble incapable de montrer le moindre sentiment quand Mme semble incapable de la moindre fougue.

Image extraite du film Mary Shelley

          Malgré un nombre de défauts assez incroyables pour ce film, il n’est pas aussi soporifique qu’on pourrait le craindre. Bien qu’édulcorée, l’histoire n’en demeure pas moins intéressante et pleine de rebondissements. Si les personnages ont été revus pour coller mieux à l’inconscient collectif pour une raison qui continue à m’échapper (monsieur est un connard, madame une pauvre fille qui s’est fait avoir), ils n’en demeurent pas moins assez intéressants si on essaie de combler les lacunes béantes laissées par l’écriture. L’aspect féministe dont on parlait tant au sujet de ce film m’a échappé. L’idée est bien présente au début dans le ton larmoyant brouille franchement les pistes. Bien que la notion de féminisme soit sans cesse soulignée avec un total manque de subtilité, je n’ai pas vraiment trouvé qu’elle soit particulièrement mise en avant dans l’écriture.

Image extraite du film Mary Shelley

          Il y a toutefois une chose que j’ai particulièrement appréciée dans ce film : il m’a donné terriblement envie de relire Frankenstein dont il éclaire l’écriture d’un jour nouveau. La genèse de la création est absolument passionnante. Ca tombe bien, elle est le fil rouge du film ! C’est de très loin l’aspect le plus réussi, même si là encore, après quelques recherches, de grandes libertés ont été prises avec les faits, à la fois pour simplifier et pour plus de drama (comme s’il n’y en avait pas eu assez dans la vue de cette femme !). Le résultat est toutefois là : si j’ai trouvé pas mal de défauts à ce film, très moyen quant à la réalisation et qui m’a laissé de gros doute quant à l’honnêteté intellectuelle du fond, il m’a donné envie de relire Frankenstein et de me pencher de plus près sur la vie de son auteur (avec une vraie biographie bien austère s’il le faut). Il a attisé ma curiosité, et rien que pour ça, ça valait le coup.

Frankenstein ou le Prométhée moderne

          Victor Frankenstein, scientifique genevois, est recueilli sur la banquise par un équipage faisant route vers le Pôle Nord. Très tourmenté, il livre son histoire au capitaine du bateau : quelque temps auparavant, il est parvenu à donner la vie à une créature surhumaine. Mais celle-ci sème bientôt la terreur autour d’elle…

          Et dooooonc… puisque j’en crevais d’envie et que je voyais tout à coup sa création sous un jour nouveau, je me suis empressée de relire Frankenstein. En fouillant ma bibliothèque, je me suis aperçue qu’à 12 ou 13 ans (voire même avant ? impossible de me rappeler !) j’avais lu la version abrégée. Je me suis donc procuré la version « normale » pour cette relecture. J’ai voulu me procurer une version bilingue pour essayer de le lire en anglais mais la mise en page était super mal foutue. De toute façon vu le niveau de langue en français, en anglais je n’aurais pas compris un traître mot ! Pas de regrets donc. Enfin pas trop en tout cas.

Couverture de Frankenstein

          J’avais beaucoup aimé cette lecture étant adolescente, je l’avais trouvé exaltante, j’avais compati à la solitude du monstre autant qu’à la frayeur de son créateur. Après avoir vu le film, je m’attendais à retrouver toutes ces émotions, en ayant en plus les clefs nécessaires pour mieux les analyser, c’était si prometteur. C’est donc le moment de vous dire que j’ai détesté. J’ai trouvé ce bouquin absolument imbuvable de bout en bout. Le point positif ? le style ! Sans hésiter, c’est beau, mais que c’est beau… On ne croise clairement pas une plume pareille tous les jours, stylistiquement, c’est splendide (et pourtant, j’ai quelques doutes sur la qualité de la traduction de l’époque). Le problème ? Tout le reste.

          Les personnages sont caricaturaux. Ils sont tous beaux, brillants et gentils. Sauf le monstre qui devient méchant parce qu’il n’a pas eu d’amour mais il fallait bien un contre exemple sinon il n’y aurait pas d’histoire. Par contre je trouve qu’il apprend foutrement vite. Je n’ai jamais essayé d’assembler des membres privés de vie dans ma chambre pour m’en faire un copain mais quelque chose me dit qu’il y aurait bien peu de chances que ça devienne un esprit aussi brillant – mais aussi torturé, peut-être bien en revanche. Tous les personnages sans exceptions sont imbus d’eux-mêmes, narcissiques à souhaits et ne semblent s’intéresser qu’à leur petite existence et éventuellement celle de leurs proches quand ils lèvent les yeux 2 secondes pour arrêter de se regarder le nombril. Ils passent alors leur temps à se congratuler mutuellement. Charmant tableau.

Frankenstein's_monster_(Boris_Karloff)

          Ca blablate, ça blablate, tout le monde s’entre-félicite et le roman est terriblement long à en venir aux faits. Vraiment très très très long… J’ai continué ma lecture, attendant avec impatience l’incroyable tirade du monstre. Mais bon, finalement il ressemble à son maître : il s’extasie de sa propre intelligence et chouine quand ça ne va pas comme il veut. Certes, lui au moins a de bonnes raisons mais ça ne le rend pas beaucoup plus sympathiques. C’est presque un exploit finalement, j’ai détesté tous les personnages de ce roman. Sauf le bon copain, lui il est potable, juste un peu con et très mal entouré. Je veux bien croire que c’est sa solitude qui a valu à Mary Shelley d’écrire ça mais son entourage d’intellos ravagés par l’alcool a visiblement bien déteint sur les personnages quand même ce qui nuit fortement à la tension dramatique.

          Pas simple d’apprécier ce texte si on n’est pas un fanatique de romantisme débridé, sauf si on est encore jeune et idéaliste puisque ça semblait fonctionner sur moi quand j’étais pré-ado et qu’après avoir mené ma petite enquête, je ne suis pas la seule à avoir ressenti ce texte très différemment à l’âge adulte. Les amateurs de lyrisme pourraient également y trouver leur compte parce que le moins qu’on puisse dire c’est que ça ne fait pas dans la dentelle de ce côté-là (mais bordel que c’est beau – insupportable mais beau). Grosse déception que ce Frankenstein malgré une plume splendide. En revanche, ça ne m’a pas fait passer l’envie de me pencher de plus près sur la vie de Mary Shelley.

Portrait de Mary Shelley

Les travaux des hommes de génie, même poursuivis dans de fausses directions, ne manquent presque jamais de se révéler, en fin de compte, nettement bénéfique au genre humain.

_______________

Si je suis méchant, c’est que je suis malheureux. Ne suis-je pas repoussé et haï par tous les hommes ? Toi, mon créateur, tu voudrais me lacérer et triompher de moi ; souviens-t’en et dis-moi pourquoi il me faudrait avoir davantage pitié de l’homme qu’il n’a pitié de moi ?

Moi, Tonya

Par défaut

          Biopic, comédie dramatique américaine de Craig Gillespie avec Margot Robbie, Allison Janney, Sebastian Stan
En 1994, le milieu sportif est bouleversé en apprenant que Nancy Kerrigan, jeune patineuse artistique promise à un brillant avenir, est sauvagement attaquée. Plus choquant encore, la championne Tonya Harding et ses proches sont soupçonnés d’avoir planifié et mis à exécution l’agression…

Affiche du film Moi, Tonya

          Je dois bien admettre que je n’étais pas au comble de l’enthousiasme en allant voir ce film. J’aime bien le patinage artistique mais je ne savais pas de qui ça causait (je suis un peu jeune pour avoir suivi l’affaire) et bon, un biopic sur une patineuse, j’avais peur de m’ennuyer un peu. Mais il se trouve aussi que ça allait être ma première expérience de film en anglais non sous-titré et vu mon faible niveau (catastrophique ?), un truc un minimum terre à terre ne semblait pas être de trop. Ca semblait assez adapté. Et puis comme mon acolyte était super motivé, autant suivre le mouvement. Je vous jure, un film en anglais, j’avais peur.

Image extraite du film Moi, Tonya

          Dès les premières minutes, j’ai été conquise. J’ai de suite su à quel point j’avais sous-estimé ce film. Non, ce n’est pas juste un biopic sur Tonya Harling, star controversée du patinage des années 90, au franc-parler excessif assorti de relations houleuses avec son entourage. C’est un excellent film noir d’un cynisme sans pareil. Je suis restée scotchée. Bon, évidemment, comme ce n’est pas aussi « premier degré » que prévu, le pendant c’est que le niveau d’anglais est un peu plus élevé que ce que j’espérais : argot à la pelle et débit de mitraillette au programme ! Heureusement que les images parlent d’elles-mêmes parce que franchement, côté vocabulaire j’étais totalement larguée !

Image extraite du film Moi, Tonya

          Le film est construit comme un thriller. Avec des interviews de Tonya et de ses proches face caméra qui laissent supposer un drame à venir dont ils viendraient témoigner. Ils viennent ponctuer l’histoire de la patineuse, qu’on suit depuis son enfance et ses premiers pas sur la glace. Le tout crée une ambiance particulière et une certaine tension. Mais surtout ça donne un sacré rythme à l’ensemble. Les personnages sont hauts en couleurs. Le franc parler et le cynisme sont de sortie ! Ca crée une galerie hautement improbable dans le milieu tout lisse et tout propre du patinage artistique. Le tout tenu par un casting impeccable. La mère notamment est assez géniale dans son genre. Le décalage est tout à fait délectable.

Image extraite du film Moi, Tonya

          Certains trouveront le film méchant (il l’est) et assez peu subtil (c’est sûr qu’il tient plutôt du char d’assaut que de la ballerine) mais j’ai trouvé que c’était justement ce qui faisait son charme : aux antipodes du politiquement correct, irrévérencieux à souhaits, ce film ose tout avec une énergie communicative. Plutôt audacieux pour le biopic d’une patineuse. C’est aussi inattendu que jouissif et l’ensemble est plutôt bien réalisé, avec un sens du rythme et un dynamisme qui rattrapent quelques lourdeurs. Il y a dans la biographie de Tonya Harling un potentiel digne des meilleurs polars. Drôle, incisif, bien construit, c’est la meilleure surprise de ce début d’année.

Le grand jeu

Par défaut

Drame, biopic américain de Aaron Sorkin avec Jessica Chastain, Idris Elba, Kevin Costner
L’histoire vraie d’une jeune femme surdouée devenue la reine d’un gigantesque empire du jeu clandestin à Hollywood ! En 2004, la jeune Molly Bloom débarque à Los Angeles. Simple assistante, elle épaule son patron qui réunit toutes les semaines des joueurs de poker autour de parties clandestines. Virée sans ménagement, elle décide de monter son propre cercle. Très vite, les stars hollywoodiennes, les millionnaires et les grands sportifs accourent. Le succès est immédiat et vertigineux. Acculée par les agents du FBI décidés à la faire tomber, Molly Bloom va devoir se battre.

Le grand jeu, affiche

Quand je suis allée voir ce film, je n’avais à vrai dire aucune idée de ce dont il retournait, mis à part que l’affiche était plutôt sympa et qu’il y avait Jessica Chastain. Un peu léger me dirais-vous. J’y suis quand même allée, puisque c’était proposé gentiment et que j’étais en manque de cinéma, pourquoi se priver ? Découverte totale donc. Le début m’a agréablement surprise, c’est rythmé, il y a de l’humour, ça semble bien parti. Malheureusement, cette belle énergie se dissipe pendant que le film avance, j’aurais aimé que ça reste aussi caustique jusqu’au bout.

Le grand jeu, image extraite du film

 

L’histoire est quand même assez prenante, une participante aux JO en ski de bosses qui après un accident se voit contrainte de changer de voie et délaisse ses études de droit pour organiser des parties de poker clandestin, ça ne manque pas de piquant ! Le personnage est assez insaisissable et sa lutte contre le FBI semble une cause perdue d’avance. J’ai bien aimé son parcours, même si bien sûr le charisme de Jessica Chastain aide bien. D’une manière générale d’ailleurs le casting reste quand même un des atouts du film. Sans être exceptionnel et malgré un côté parfois un peu trop lisse, le film est assez prenant et s’avère divertissant.

Trois déceptions ciné

Par défaut

Cessez le feu

Affiche du film Cessez le feuDrame français d’Emmanuel Courcol avec Romain Duris, Céline Sallette, Grégory Gadebois
1923. Georges, héros de 14 fuyant son passé, mène depuis quatre ans une vie nomade et aventureuse en Afrique lorsqu’il décide de rentrer en France. Il y retrouve sa mère et son frère Marcel, invalide de guerre muré dans le silence. Peinant à retrouver une place dans cet Après-guerre où la vie a continué sans lui, il fait la rencontre d’Hélène, professeure de langue des signes avec qui il noue une relation tourmentée…

           Un film avec Romain Duris et Céline Salette, voilà qui était prometteur. Le sujet, sur le retour d’un homme de la guerre de 14 et ses traumatismes, me tentait aussi, j’avais donc hâte de voir ce que ça donnait. Je ne connaissais pas les détails de l’histoire mais ça avait l’air pas mal. Bon, la réalité s’est avérée fort décevante… Comment vous exprimer l’étendue de me désarroi devant ce désastre ? Je n’ai à peu près rien aimé dans ce film : histoire confuse, scénario inexistant, acteurs qui semblent perdus, rien ne va. Dommage vu le casting et le potentiel de l’histoire. Ca tient presque de l’exploit un ratage pareil. C’est très décousu, Duris et Salette en font des caisses et paraissent souvent à côté de la plaque, seul Grégory Gadebois s’en sort honorablement. Et bon franchement certains passages sont téléphonés et on peine à s’intéresser au sort des protagonistes. La seule chose que j’ai aimée, c’est la scène finale. Voilà voilà… Enorme déception que ce premier film poussif et décousu.

Django

Affiche du film DjangoBiopic français d’Etienne Comar avec Reda Kateb, Cécile de France, Beata Palya
En 1943 pendant l’occupation allemande, le tsigane Django Reinhardt, véritable “guitare héros”, est au sommet de son art. Chaque soir il fait vibrer le tout Paris aux Folies Bergères avec sa musique swing alors qu’en Europe, ses frères sont pourchassés et massacrés. Lorsque la propagande allemande veut l’envoyer à Berlin pour une série de concerts, il sent le danger et décide de s’évader en Suisse aidé par une de ses admiratrices, Louise de Klerk.

           J’aime beaucoup la musique de Django Reinhart (que je connais par ailleurs bien trop peu), j’avais donc envie d’en apprendre plus sur lui à travers ce film. Et puis je me disais que si la réalisation était moyenne, il y aurait toujours la musique pour rattraper le coup. C’était bien optimiste. Pour être franche, je me suis ennuyée ferme ! Avant de voir le film, j’étais assez convaincue par le choix de Reda Kateb pour jouer Django. Mais il s’avère être au degré zéro de l’expressivité et j’ai trouvé le personnage plutôt antipathique. Quant à l’histoire, en soi elle serait intéressante mais ça traîne franchement en longueur et j’aurais aimé arriver à me sentir un peu plus concernée. Même la musique n’est pas à la hauteur de ce que j’espérais, s’il y a quelques moments pas mal – voire vraiment sympas, dans l’ensemble ça ronronne un peu. Seule la toute fin est très belle. Un film sur Django qui manque autant de rythme, c’est bien le comble.

Le procès du siècle

Affiche du film Le procès du siècleDrame, biopic américano-britannique de Mick Jackson avec Rachel Weisz, Tom Wilkinson, Timothy Spall
Deborah Lipstadt, historienne et auteure reconnue, défend farouchement  la mémoire de l’Holocauste. Elle se voit confrontée à un universitaire extrémiste, avocat de thèses controversées sur le régime nazi, David Irving, qui la met au défi de prouver l’existence de la Shoah. Sûr de son fait, Irving assigne en justice Lipstadt, qui se retrouve dans la situation aberrante de devoir prouver l’existence des chambres à gaz.

           Généralement, je vais voir les films qui traitent de le seconde guerre mondiale et plus encore des procès qui ont suivi (ou de la recherche des fuyards). J’avais donc hâte de voir celui-ci, d’autant plus que je trouvais cette histoire complètement folle. J’ai été ravie d’en apprendre plus sur ce procès totalement improbable, en revanche, d’un point de vue cinématographique j’ai été moins convaincue. C’est très linéaire et assez plan plan. Bon, il faut admettre aussi qu’il n’y a finalement pas une matière énorme, surtout que le synopsis tue tout suspens dans l’œuf. Ca reste intéressant de voir comment s’est déroulé ce procès et quelles stratégies ont été mises en œuvre pour le gagner. C’est plutôt bien interprété mais c’est vrai que ça traîne peut-être un peu en longueur. Si j’ai bien aimé, on est loin de coup de cœur escompté.

L’homme aux mille visages

Par défaut

Biopic policier espagnol d’Alberto Rodriguez avec Eduard Fernández, José Coronado, Marta Etura
Francisco Paesa, ex agent secret espagnol, est engagé pour résoudre une affaire de détournement d’argent risquant d’entrainer un scandale d’Etat. L’homme y voit l’opportunité de s’enrichir tout en se vengeant du gouvernement qui l’a trahi par le passé. Débute alors l’une des plus incroyables intrigues politiques et financières de ces dernières années : l’histoire vraie d’un homme qui a trompé tout un pays et fait tomber un gouvernement.

Affiche du fim L'homme aux mille visages

          Après avoir délaissé les salles obscures pendant des mois, voilà que d’un coup je ne les quitte plus (quitte à y faire la sieste). Je n’ai donc pas fini de vous parler de cinéma, d’autant plus qu’en ce moment je lis plutôt lentement et n’ai donc pas grand chose à vous présenter comme nouveautés de ce côté-là. Et puis comme je ne sors plus… reste donc le cinéma. Une belle série d’articles rien que pour vous. Comme à mon habitude, je suis allée voir ce film sans avoir la moindre idée de quoi il pouvait bien s’agir, juste parce que l’horaire me convenait et que j’ai bien les polars. L’histoire avait finalement tout pour plaire. Espèce de film d’espionnage peuplé de crapules en tous genres qui jouent à cache cache avec la police et ourdissent des complots.

Image du film L'homme aux mille visages

          Dans les faits, ç’a été un peu plus compliqué… Il y a des choses intéressantes dans ce thriller plutôt efficace mais j’ai eu du mal à m’installer dedans. C’est très sombre et assez tortueux. Je ne connaissais rien à cette histoire et pas grand chose non plus à la période et j’avoue avoir parfois dû me concentrer sérieusement pour arriver à suivre (sans être toujours bien sûre d’y être arrivée d’ailleurs). Difficile du coup de se laisser porter par cette intrigue folle qui est un vrai labyrinthe et a tendance à perdre le spectateur en route. L’ambiance est plutôt pesante, les personnages peu sympathiques et la mise en scène quelque peu vieillotte, même si au final ça colle assez bien avec la période concernée. Bien qu’il se passe pas mal de choses, j’ai parfois trouvé le temps un peu long devant ses manigances sans fin. L’histoire a un gros potentiel mais le tout est un peu pesant même si le résultat n’est pas mauvais. Impression mitigée donc sur ce film dense, complexe et sombre : pas toujours simple à suivre.

Enregistrer

Enregistrer