Archives de Tag: denis podalydès

Lucrèce Borgia, une mise en scène grandiose à la Comédie Française

Par défaut

          Lucrèce Borgia est une femme incestueuse, cruelle et avide de pouvoir. Avec son frère, elle a eu un fils, Gennaro, qui ignore tout de l’identité de ses parents. Elle l’aborde lors d’un bal masqué mais les amis du jeune homme la reconnaissent et l’humilient. Son mari quant à lui la soupçonne d’infidélité. Elle ne pense plus alors qu’à se venger et conquérir l’amour de son fils.

borgia_2

© Christophe Raynaud de Lage.

         Je n’avais pas entendu dire que du bien de cette pièce, jugée trop fade par la critique qui ne semblait de plus guère apprécier que le rôle de Lucrèce Borgia soit tenu par Guillaume Gallienne. Connaissant son art pour le travestissement, même si je me méfie beaucoup des rôles de femmes joués par des hommes (ou l’inverse d’ailleurs), j’étais assez confiante sur ce plan-là. Pourtant, même si je partais plutôt optimiste, je n’imaginais pas du tout ce qui m’attendait ! Denis Podalydès a frappé très fort avec un univers qui fascine dès les premières secondes. En effet, s’il peut y avoir à redire sur certains points, ce qui fascine dans cette pièce, se sont avant tout les somptueux décors et les magnifiques costumes signés Christian Lacroix.

3917035_wikispectacle-14052201-rdl-0766

© Christophe Raynaud de Lage.

          Dès que le rideau s’est levé, j’ai été subjuguée par la beauté du décor ! Une grande gondole au centre de la scène mais surtout un fond imitant le ciel avec un éclairage comme je ne me rappelle pas en avoir déjà vu au théâtre. Le jeu des clairs/obscurs est de toute beauté et crée une ambiance réellement féerique. La pièce est accompagnée par une musique qui souligne agréablement le propos. Les costumes quant à eux sont admirables. Ils restent relativement sobres, étant essentiellement noirs, mais les coupes sont magnifiques. Je dois avouer que j’aime un théâtre assez classique avec de grands décors et de beaux costumes qui nous mettent dans l’ambiance autant qu’ils nous font rêver : j’ai été servie !

© Christophe Raynaud de Lage.

© Christophe Raynaud de Lage.

          J’aime beaucoup l’histoire des Borgia, que je trouve tout à fait fascinante ! Il faudrait d’ailleurs que je me trouve quelque chose à lire sur le sujet. Les acteurs sont convaincants, avec une mention spéciale à Eric Ruf que je trouve toujours aussi formidable ! Guillaume Gallienne est assez juste dans le rôle de Lucrèce Borgia même si j’aurais aimé une interprétation plus en retenue. Je ne crois pas que la colère ou la douleur doivent nécessairement passer par les cris. Mais cette tendance à en faire trop est coutume à la Comédie Française et reste ici somme toute assez discrète. L’interprétation, plus puissante qu’émouvante, n’en demeure pas moins de qualité. Je me suis laissée embarquer par cette histoire très forte malgré quelques scènes qui manquent un brin de subtilité dans le jeu. Tout m’a ravie dans cette pièce : des décors aux costumes en passant par le magnifique éclairage. C’est tellement beau que j’ai été déçue de voir le rideau retomber et que j’hésite à reprendre une place pour l’année prochaine. Du théâtre comme je l’aime !

gp1314_lucreceborgia2

Lucrèce Borgia de Victor Hugo

Mise en scène de Denis Podalydès avec :

Comédie Française

Salle Richelieu

Place Colette – 75001 Paris

Jusqu’au 20 juillet

La Place Royale

Par défaut

          Alidor aime Angelique mais veut retrouver sa liberté, préférant être malheureux mais libre qu’heureux attaché à une femme. Il décide alors de la quitter et d’offrir le coeur de sa belle à son meilleur ami, Cléandre. Mais rien ne se passe comme prévu et, se retrouvant seule, Angélique décide d’épouser Doraste, le frère de sa confidente. Après de nombreux quiproquos et rebondissements, qu’adviendra-t-il finalement de nos amoureux ?

LA PLACE ROYALE REPETITIONS-

          Je ne connaissais pas du tout ce texte de jeunesse de Corneille mais le résumé me semblait des plus alléchants, bien que je ne sois pas très friandes de comédies (plutôt tragi-comédie pour cette pièce-ci d’ailleurs). Je ne savais donc pas trop à quoi m’attendre mais partais avec un a priori positif. Dès le lever de rideau, j’ai été agréablement surprise par le décor, simple et dépouillé. Plus que Place des Vosges on se croirait plutôt dans un vestiaire de piscine mais on comprend l’idée : c’est un lieu de passage. Les acteurs sont en tenue décontractée, jean/baskets, la mise en scène prend clairement le parti-pris de la modernité. A différents moments, la pièce sera d’ailleurs agrémenté de succès des années 80 (on a même une boule à facette pour le bal) qui lui siéent particulièrement bien. Je suis généralement très réticente face aux tentative de modernisation des textes classiques mais celle-ci est particulièrement réussie. En faisant ni trop, ni trop peu, elle garde l’esprit de la pièce, et lui donne une belle énergie.

Corneille-jeune-auteur-d-aujourd-hui_article_main

          Le texte en lui-même m’a également beaucoup surprise : quelle modernité ! Il y a des répliques qui semblent écrites aujourd’hui et non il y a trois siècles ! L’amie d’Angélique possède de nombreux amants et ses réflexions à leur sujet sont des plus goûteuses (et osées !). J’ai ri franchement à plusieurs reprises et n’ai cessé de m’étonner de l’actualité de ce texte aujourd’hui encore. Seule la fin a un peu vieilli, pour le reste, le spectateur se reconnaîtra forcément dans l’un des personnages : la jeune fille qui multiplie les amants, l’amoureuse qui veut se marier à tout prix, le phobique de l’engagement, l’amoureux éconduit… autant de portraits intemporels. La pièce a beaucoup de rythme, les répliques s’enchaînent souvent avec drôlerie, pour une histoire bien plus profonde qu’il n’y paraît. Car au fond, ce jeu de l’amour entraîne bien des souffrances et tout ne finit pas toujours bien. Les acteurs sont impeccables et servent avec énergie ce texte rythmé. La mise en scène et la musique ne font qu’ajouter à a modernité et au dynamisme de cette pièce qui est un vrai régal. Sans nul doute le meilleur moment théâtre de l’année. 

LA PLACE ROYALE -

La Place Royale, de Pierre Corneille

Théâtre du Vieux Colombier (Comédie Française)

21 rue du Vieux-Colombier, Paris 6°

Jusqu’au 13 janvier, 29€

Mise en scène d’Anne-Laure Liégeois avec :

Et sans le rôle de Polymas : Muriel Piquart

LA PLACE ROYALE -

Du vent dans mes mollets

Par défaut
              Comédie française de Carine Tardieu Agnès Jaoui, Denis Podalydès, Isabelle Carré.

          Rachel a 9 ans et n’est pas très populaire dans son école. Et puis elle va rencontrer Valérie, une petite fille extravertie qui va devenir sa meilleure amie et changer le cours de sa vie. Ensemble, elles feront les 400 coups et multiplieront les fous rires. Que serait l’enfance sans une bonne copine ?

          La bande-annonce de ce film adapté d’un roman du même nom, très fraîche, m’avait séduite, ainsi que le casting des plus tentants. Cette comédie s’annonçait légère, intelligente et teintée d’un brin de nostalgie. Avec juste le recul et la tendresse nécessaire pour en faire autre chose qu’une carte postale superficielle et nous livrer un film à la fois drôle et intelligent. Bon, visiblement, je me suis emballée pour rien. Ce film est d’un ennui mortel. Honnêtement, j’ai à peine souri face à cette comédie tristement banale.

          Certes, les acteurs font de leur mieux pour sauver ce film de la catastrophe. Ils le tiennent tant bien que mal à bout de bras et si les adultes ne s’en sortent pas trop mal, les fillettes livrent quant à elles une prestation médiocre. Le scénario aurait pu être intéressant mais aurait mérité d’être un peu plus creusé. On reste à la surface des choses et finalement, même si tout ça est bien mignon, c’est surtout du réchauffé. Le décor début des années 80 et les couleurs légèrement sépias ne suffisent pas à donner du charme. Tout comme un sourire d’enfant et quelques étourderies de petite fille ne peuvent à eux seuls faire une bonne comédie. Une bonne idée, mais un film qui parvient à en faire à la fois trop et pas assez pour un résultat bien fade et convenu.

           Première le dit mieux que moi, je me permets donc de reprendre leur critique : « C’est au tour de la malheureuse Carine Tardieu de nous horripiler avec sa comédie émotionnelle saturée de chichis visuels et musicaux, de compositions esthétisantes calculées jusqu’à la névrose et de péripéties où l’humour sonne aussi faux que le drame. » Et pour faire bonne mesure, reprenons le bon mot du Parisien : « Il y a des histoires qui font sans doute d’excellents livres mais qui, une fois portées à l’écran, peuvent provoquer de l’urticaire (…) ce film, comme son final, nous a donné froid aux mollets. »