Archives de Tag: fantastique

Lost River, le premier film prometteur de Ryan Gosling

Par défaut

Drame, thriller américain de Ryan Gosling avec Christina Hendricks, Saoirse Ronan, Iain de Caestecker

          Dans une ville qui se meurt, Billy, mère célibataire de deux enfants, est entraînée peu à peu dans les bas-fonds d’un monde sombre et macabre, pendant que Bones, son fils aîné, découvre une route secrète menant à une cité engloutie. Billy et son fils devront aller jusqu’au bout pour que leur famille s’en sorte.

242531.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

        Avec plusieurs mois de retard – histoire de changer – je vous parle d’un de mes gros coups de cœur de cette année 2015. Je dois avouer que quand j’ai appris que Ryan Gosling sortait son premier long métrage, je ne savais pas trop ce qu’on pouvait en attendre. Je ne suis pas une de ses plus ferventes admiratrices en tant qu’acteur, même si dans l’ensemble aimé les films que j’ai vus avec lui. Je l’associe grosso modo à des films violents à l’esthétique bien léchée. J’étais donc très curieuse de savoir ce qu’il ferait une fois derrière la caméra, d’autant plus que la bande-annonce est assez mystérieuse. L’acteur est encore jeune et les premiers films sont rarement des chefs-d’œuvres. Les critiques mitigées n’ont fait qu’attiser plus encore ma curiosité. J’ai été très agréablement surprise. Un vrai coup de foudre. J’ai été heureuse d’avoir pu le voir au cinéma car il s’agit d’un film d’ambiance qui m’aurait sans doute bien moins convaincue à la télé où vu la taille réduite de mon écran il aurait été difficile d’être aussi immergée.

        Si j’espérais plus ou moins quelque chose de comparable à The place beyond the pines dans le style (bien que j’aie trouvé ce film ultra violent, je ne sais pas pourquoi c’est un peu l’image que j’avais en tête en débarquant dans la salle de cinéma), j’ai été servie. Pas que ce soit exactement le même délire mais dans son genre c’est tout aussi esthétisant et dérangeant. L’histoire est dérangeante et l’univers très noir. J’ai été particulièrement surprise de trouver autant de couleur pour le retranscrire. J’ai adoré cette explosion de couleur continuelle qui donne un côté presque pop à ce film pourtant on ne peut plus sombre. L’histoire est étrange et quelque peu décousue mais un fil la tient en place, évitant de perdre le spectateur (enfin, pas tous). Elle prend souvent des tours surprenants, tantôt burlesques, tantôt macabres. La violence est omniprésente mais portée par une image impeccable qui lui confère une certaine beauté.

235802.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          La photo est clairement le gros point fort de ce film. Chaque image semble pensée pour choquer ou éblouir. Une succession de plans hyper léchés tout à fait fascinante, portée par une musique qui n’est pas en reste. Le casting est également impeccable, avec une Christina Hendricks toujours aussi captivante. Ce premier film est pour le moins surprenant, chaque détail semble penser et repensé pour dérouter le spectateur et le faire plonger dans cet univers à la fois sombre et poétique. C’est foisonnant, étrange et il se dégage de se chaos une surprenante beauté. Un cinéma hyper exigeant qui ne saurait conquérir tout le monde. On aime ou on déteste, il me semble difficile d’y rester indifférent. Si le fond se perd un peu dans une forme tentaculaire, on ne saurait nier que le jeune réalisateur se démarque clairement d’un cinéma américain parfois trop aseptisé. Un premier film pour le moins étonnant et clairement captivant. Une très belle surprise.

Le voleur d’ombres : j’ai lu (et aimé !) mon premier Marc Lévy

Par défaut

          Enfant, il vole les ombres des gens qu’il croise… et chacune de ces ombres lui confie un secret. Malgré lui, il entend les rêves, les espoirs et les chagrins de ceux qu’il aime. Que faire de cet étrange pouvoir…? 

           Je dois avouer que je n’avais jamais lu de Marc Lévy avant ça et franchement, ça ne me tentait pas des masses. Les grands succès populaires sont une source quasi-inépuisable de déception pour moi, j’ai donc tendance à les fuir. Pas que je me sente à part ou au dessus du lot mais c’est vrai que j’ai toujours aimé une littérature assez exigeante (je n’ai peut-être pas un Bac +5 en la matière pour rien non plus hein) et qui donc peine souvent à rencontrer son public. Plus un roman a de succès, plus il a de chance d’être moyen. Pas mauvais non. Juste fade. Il y a fort heureusement quelques exceptions mais elle sont rares. Et puis c’est vrai que je prends plus de plaisir à découvrir un auteur qui doit avoir à peine 500 lecteurs qu’à passer après 200 000 autres mais ça c’est juste un petit délire personnel. Bref, Marc Lévy n’était donc pas arrivé dans ma bibliothèque jusque-là. Parce qu’on ne peut pas dire du mal d’un auteur avant de l’avoir lu et que des fois c’est très tentant, une année, j’avais décidé de lire un titre des chaque gros vendeur du moment qui étaient grosso modo Lévy, Pancol, Gallay, Pancol et Musso – et Nothomb mais elle je connais déjà. Je me suis arrêtée après le premier titre. Encore une résolution mise au placard, même si je n’ai pas dit mon dernier mot.

9782266216760FS

           Mon papa qui est un gros lecteur, aime bien Marc Lévy mais je ne lui en avais jamais emprunté. Il y a peu, je me suis rendue chez une amie prof de lettre sans rien à lire, je lui demande de me prêter quelques chose et pof, elle me sort un Marc Lévy, que voulez-vous, je ne pouvez quand même pas refuser. J’ai été très surprise de constater que le style n’était pas si mauvais. Bon, je n’irais pas jusqu’à dire que c’est bien écrit mais franchement, ça passe tout seul : à aucun moment je ne me suis dit que c’était moyen. Ce n’est pas un style recherché mais c’est simple et efficace et c’est déjà pas mal ! L’histoire est assez sympa. Le petit héros est très attachant. Je dois avouer que j’ai un peu eu l’impression d’être face à un roman jeunesse. Ca n’a rien de péjoratif, simplement, la sobriété du style et le côté un peu fantastique de l’histoire m’ont fait penser aux romans que j’adorais quand j’avais 10 ou 12 ans. Etant donné que, si je ne m’abuse, l’auteur a commencé à écrire pour son fils, ça ne paraît pas totalement illogique non plus. Ce n’est pas dénué de quelques niaiseries mais c’est assez bien amené pour être plus mignon qu’agaçant.

           Bien sûr, je comprends les critiques négatives. On ne va pas parler de grande littérature, il n’aura pas le prix de l’Académie française pour la pureté de sa langue (quoi que quand on voit que Joël Dicker l’a eu avec un style franchement pourri en l’occurrence, tout est possible), il n’entrera probablement pas dans la postérité à part comme plus gros vendeur de ce début de XXI° s. mais honnêteté, c’est loin d’être ce qu’on fait de plus mauvais dans le genre. J’en ai lu des torchons mais là, on a juste affaire à un roman gentillet. Pas de quoi en dire ni du bien ni du mal, sauf si on est agacé par son succès. Si on veut du Balzac, c’est raté mais ça se laisse lire avec un certain plaisir, même pas tellement coupable. Je crois que c’est le genre de livre que je recommanderais typiquement à quelqu’un qui m’aime pas lire : c’est assez facile et court pour ne pas décourager mais c’est écrit dans un français tout à fait acceptable et on prend vraiment plaisir à suivre cette histoire. Franchement, je me suis surprise à vouloir connaître et à le finir très rapidement. Un roman sans grande prétention mais qui ne manque pas d’une certaine poésie et s’avère au final assez efficace. Contre toute attente, un bon moment de lecture.

8382

C’est drôlement dangereux de s’attacher à quelqu’un, c’est incroyable ce que ça peut faire mal. Rien que la peur de perdre l’autre est douloureuse. Sans nouvelles d’elle ; tout s’écroulait autour de moi. C’est moche de guetter un signe de quelqu’un pour se sentir heureux .

_______________

Il ne faut jamais comparer les gens, chaque personne est différente. L’important est de trouver la différence qui vous convient le mieux.

38 mini westerns (avec des fantômes)

Par défaut

          De Mathias Malzieu, j’avais beaucoup aimé Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi et Le plus petit baiser jamais recenséIl y a longtemps que ces 38 mini westerns avaient rejoint ma bibliothèque mais je ne les en avais jamais délogés jusque-là. Je m’attendais un peu à un condensé de l’univers si déjanté de l’auteur je crois et en même temps à quelque chose d’un peu différent. Je dois avouer que j’ai été un peu déçue. Les histoires qui se succèdent dans ce petit livre sont très courtes et toujours aussi loufoques. Elles m’ont souvent donné l’impression de n’être que des idées jetées sur le papier en attendant d’être développées ailleurs.

          L’univers de Mathias Malzieu est très riche et je trouve que le roman se prête mieux à ses bizarreries, il laisse le temps de s’immerger dans ce monde où naissent 20 idées à la seconde. La nouvelle ne permet pas de les développer et m’a laissée un peu sur ma faim. Le titre est également un peu trompeur. Il y a quand même quelques bonnes idées et on retrouve sa plume si particulière. Trois ou quatre de ces histoires sortent du lot. Finalement, ça m’a presque plus fait penser à de la poésie. Même si je préfère les romans de l’auteur à ces courts-textes, la lecture est agréable et divertissante. Les fans de la première heure seront sans doute conquis, les autres peut-être un peu moins. 

38-mini-westerns

C’était la première fois que je faisais un cadeau d’amoureux et dans chaque maillon du bracelet, il y avait un morceau de mon coeur.

_______________

Elle sourit, un sourire à double sens, pile entre « Tu te fous de moi… » et « Tu t’en sors bien ».

Coraline – Neil Gaiman

Par défaut

          Coraline et ses parents viennent de déménager. Elle explore les environs et apprivoise peu à peu sa nouvelle maison et ses étranges voisins. Mais ce qui l’intrigue par dessus tout, c’est la porte condamnée dans le salon : derrière un monde magique et effrayant l’attend.

9782290040638FS          Je n’avais jamais rien lu de Neil Gaiman, ce fut donc une découverte. Tous ceux qui avaient lu ce livre m’en avaient dit le plus grand bien. J’ai dans un premier temps été un peu surprise de me trouver face à un roman jeunesse, je ne sais pas pourquoi mais je ne m’y attendais pas vraiment (pourtant l’épaisseur et le sujet auraient pu me guider…). Le style est donc assez simple bien qu’agréable, ce qui m’a un peu prise au dépourvu. Mais finalement, après quelques pages, je suis rentrée dans l’univers de cette petite fille attachante et ce roman m’a rappelé ceux que je dévorais enfant ou même adolescente.

          On se laisse prendre dans l’aventure de Coraline. On a peur avec elle, on vibre à ses aventures. Le personnage est charismatique, on prend cette fillette en affection, on s’imagine comme elle explorer cette maison et son jardin et inventer des vies étranges à ses habitants. Quand on passe de l’autre côté, j’ai trouvé que la peur était bien retranscrite. Peut-être que la façade mielleuse de cet univers sombre et pervers aurait pu mettre un peu plus longtemps à se fissurer pour mieux nous tromper, mais ce n’est là qu’un léger bémol. J’ai beaucoup aimé cette histoire où l’imagination et le courage tiennent une grande place et je sais que je l’aurais plus aimée encore si je l’avais lue à l’âge de Coraline.

AVT_Neil-Gaiman_7914

Certains prétendent, déclara-t-il d’un ton onctueux comme de la soie huilée, que cette tendance, chez les chats, à jouer avec leur proie est en réalité une preuve de compassion : après tout, cela permet de temps en temps à notre amusant petit casse-croûte de s’enfuir. Ça t’arrive souvent, toi, que ton dîner s’échappe ?

_______________

S’il te plaît…Comment t’appelles-tu? Moi c’est Coraline. »
Le chat bâilla sans se presser, voire avec application, en dévoilant une bouche et une langue extraordinairement roses. « Un chat, ça n’a pas de nom, répondit-il enfin.
– Ah bon?
– Non. C’est bon pour vous autres, les noms. Parce que vous ne savez pas qui vous êtes. Mais nous, nous le savons; alors nous n’en avons pas besoin. »

Wolverine, le combat de l’immortel

Par défaut

Film d’action fantastique américain de James Mangold avec Hugh Jackman, Tao Okamoto, Rila Fukushima

Wolverine-le-combat-de-l-immortel-de-James-Mangold-avec-Hugh-Jackman-et-Tao-Okamoto-2-h-08_portrait_w674

          Wolverine part retrouver un de ses vieux amis au Japon pour lui faire ses adieux. Pour la première fois, notre héros est vulnérable et ses ennemis vont s’avérer aussi nombreux qui puissants et insaisissables. Heureusement, il saura en route se faire quelques alliés. Un combat à mort qui va entraîner une véritable remise en question.

The-Wolverine-le-Combat-de-lImmortel-650x434

          Le dernier Wolverine n’était déjà pas franchement une réussite et celui-ci me semblait avoir un synopsis  des plus fumeux. Mais bon, non seulement je suis bon public pour ce genre de films mais en plus j’adore ce personnage bourré de testostérone avec des griffes qui lui sortent des mains, un super blouson en cuir et des cheveux qui décoiffent. Je sais, mes arguments sont légers mais bon, c’est un divertissement, je n’y vais pas pour la portée philosophique du message mais pour passer deux heures agréables devant un film bourré d’effets spéciaux avec un acteur bien bâti au premier plan. Quelles  que soient donc les faiblesses du scénario, il y avait peu de chances que mes maigres attentes se trouvent déçues. Pourtant je dois admettre m’être posée bien des questions face à certaine choses qui m’ont parfois surprise ou dérangée pour au final un résultat qui m’a laissée perplexe.

25435-wolverine-combat-immortel

          On reprochait au film précédent de traîner un peu en longueur. Dans celui-ci au contraire, les scènes d’action se multiplient ; un dynamisme qui dans l’ensemble est agréable, d’autant plus qu’il y a pas mal de variété de l’une à l’autre pour faire le spectacle. L’idée de faire de cet immortel un être vulnérable est également intéressante. Elle est sensée le rendre plus humain et donner une certaine profondeur psychologique au personnage. Malheureusement elle est très mal exploitée et ce qui aurait dû être le vrai point fort du film et aurait pu le faire sortir du simple divertissement n’est finalement qu’à peine esquissé, créant chez le spectateur une certaine frustration, si ce n’est l’incompréhension, tant il aurait été simple de creuser un peu plus le sujet. Pour le reste, on est dans un film d’action assez classique, ce qui est plutôt une bonne surprise, même si on aurait sans doute préféré échapper à quelques clichés, il m’a semblé que c’était un moindre mal. En revanche, à vouloir faire trop spectaculaire, on frôle parfois le ridicule et la fin en fait un peu trop mais je crois que je m’attendais à un scénario bien plus « manga » pour cette escapade japonaise et que j’ai été surprise par la très relative sobriété du scénario à défaut de l’être par sa consistance. Un film qui se laisse regarder et fera passer un assez bon moment aux inconditionnels du genre mais ne mérite pas franchement le déplacement.