Les petits mouchoirs, de Guillaume CANET

Par défaut

          Comédie dramatique de Guillaume Canet avec François Cluzet, Marion Cotillard, Benoît Magimel, Gilles Lellouche, Jean Dujardin…

          Après le grave accident de moto d’un des membres du groupe, une bande de copains décide de partir quand même en vacances au bord  de la mer comme chaque année. Mais les choses commencent à changer entre eux et ils seront amenés à réfléchir sur leur amitié.

          Ce film est toujours à la limite : à la limite de l’humour lourd, à la limite du mièvre, à la limite du cliché ; mais par je ne sais trop quel miracle il arrive à rester du bon côté de cette ligne imaginaire et ne sombre jamais dans le mauvais goût. On rit (un rire un peu forcé parfois, il faut bien le dire) aux blagues des personnages, on ne s’ennuie pas malgré ses 2 heures et on est (presque) ému à la fin. Bref, plutôt une réussite donc. On prend plaisir à retrouver Benoît Magimel. Les histoires de trentenaires adolescents attardés, de bandes de copains, tout ça, ça ne m’emballe pas trop et il y en a marre de voir Marion Cotillard partout, elle me sort par les yeux. Malgré un a priori assez négatif, j’ai passé un bon moment. Un film ni indispensable, ni inoubliable mais agréable.

"

    • Contente de te voir par ici 🙂
      J’ai Inception mais j’aurais préféré qu’elle soit pas dedans, j’ai vraiment envie de la baffer.
      J’avoue, c’est pas pire que Tautou qui a l’air totalement cruche avec son sourire figé. Pfff… quelle belle brochette de nunuches !

  1. Bas je viens de voir le film donc histoire de je vais te donné ma critique au passage .

    Alors les petits mouchoirs.
    Deja j’ai trouvé la scene d’intro superbe le plan séquence a Alma (je sais pas a quel heure ils l’ont tourné pour que la lumiere soit aussi juste, on sent la fraîcheur sur le pont, bref ça me parle se pont je les traversé mainte fois au même, mais je l’ai trouvé niquel)

    Apres oui c’est tres long, mais en meme temps 2h30 pour un film ou les personnages sont (trop ?) longtemps dans une non évolution c’est dommage . Parce que je trouve marlgé tout qu’il y a de tres belles scenes, et certain acteur qui joue tres justement (mention special pour Gille Lellouche) ou d’autres ce debattent avec des personnages bloqué dans un mal être où l’on éprouve aucune compassion par exemple le personnage de Francois Cluzet .

    La question que je me pause quand même c’est: c’est quoi cette vision du couple ? On a deux couples stables, qui ne s’aime plus. Qui dans un cas reste ensemble mais dont l’un des partit ne supporte plus l’autre. Et dans l’autre cas de figure ou l’un et l’autre sont littéralement devenu des étrangers . Et ou les personnes transi d’amour son celle qui sont séparé, le taré des texto (tellement bloqué dans ses problèmes qu’il ne voit pas le monde autour de lui, et n’écoute personne) et donc le personnage de Gille Lellouche auto destructeur, tout deux amoureux de femme fantome .

    Une tres belle bande son (qui a du coûter bonbon)
    Je crois que c’est un film, ou on rentre dedans ou on y rentre pas . Pour ma part, j’ai mit le temps mais j’y suis rentrée .
    Ouai une bande d’égoïste qui part, au lieu de rester a Paris. Qui réussissent pas a faire face a leur ami en train de mourir, parce que faut pas se voiler la face la mort et la maladie mette mal a l’aise. Et tout le monde n’est pas au garde a vous dans la chambre de l’hosto ou a tes coté quant la merde arrive. Est se qu’il ne l’aime pas pour autant . Surement pas. Ils sont pour beaucoup, trop englué dans leur propre problème, et cet accident est un détonateur a bcp de chose (dont la steroline de Magimel).
    Il y a beaucoup de question de societe, autant sur le couple, que sur l’amour, que sur la force du groupe, de l’argent .
    Et parce qu’on est pas tous parfait, qu’on fait tous des conneries et c’est aussi bien au cinemas de voir pour une fois un film ou tout les personnages ne font pas ‘se qui ce convient de faire’ mais un choix irreversible avec le quel ils devront tous vivre, parce que la vie aussi c’est parfois ca .

    • Je suis assez d’accord sur le principe. Après j’ai trouvé ça moyennement réussi. Je n’ai ni détesté ni vraiment aimé. Moyen quoi. Pas mal de bonnes idées, des maladresses aussi. Les personnages m’étaient antipathiques (les bandes de bobos parisiens et moi…). J’ai trouvé ça pas mal dans l’ensemble, ça échappe à la plupart des clichés et ce n’est pas condescendant. Ca évite d’être trop lourd aussi. Pour c’est resté un peu à l’état de brouillon : ça aurait demandé une réécriture pour affiner le tout.

      • Pour moi le gros problème c’est la durée, on a quand même 40 minutes pour posé des personnages qui était pausé des la sortit de l’hôpital. Donc pourquoi cette perte de temps, pourquoi ce choix de resté encré sans évolué aussi longtemps. Pour emmerder le public ?
        Bobo … Bobo, ouai je t’avoue que le bobo pour moi ca veut tout et rien dire ca

  2. Ah mon com il s’est validé sans que je lui demande rien !
    Donc ouai le bobo, c’est quand meme une pseudo idée. Qui au font ou c’est que c’est?
    Qui est bobo, qui ne l’est pas. Ne crois tu pas que tu es un peu bobo toi meme.

    • Le bobo parisien type est coupé en 2 : le côté « bohème » me laisse perplexe, étant créé de toute pièce sur une vision stéréotypée à mi chemin entre l’écologie (« je porte du chanvre mais ne trie pas mes poubelles ») et le bouddhisme (« l’encens, ça sent bon ») et le côté chic étant hors de ma portée (le café bio à 5€ la tasse sur une table bancale dans un faux vieux troquet de Belleville, très peu pour moi). Bien sûr, il y a tout un tas de nuances qui rendent le concept très flou. J’en fais partie au sens strict je pense, pas dans la représentation admise par l’inconscient collectif. Bref, le terme était peut-être mal choisi de toute façon, mais je n’avais rien sous la main de pas trop dégradant qui puisse exprimer le fond de ma pensée. Je ne me sens aucune affinité avec ces trentenaires en crise, ce genre de bande d’ados attardés. N’ayant pas été ce type d’ado là (tu es bien placée pour savoir que ma « bande » était très limitée et n’était pas exactement du genre « on picole sur la plage »), je me sens totalement exclue de ce gene d’histoires. Ca ne me rappelle rien. Ou plutôt si, ça me rappelle les autres, ce que je trouvais stupides et qui ne pouvaient pas me voir en peinture. pas de très bons souvenirs quoi…

  3. Tu sais très ce que je pense de ce genre de bande, et pourtant a l’occasion je me sens ado attardé parce que j’ai du grandir trop vite. Alors peut etre, ou peut etre pas, qu’a 35 ans passé je me pauserais le meme type de question existentiel qu’aujourd’hui. L’enfer c’est les autres. Et leur enfer c’est les autres .
    Apres ca cerne tres bien a type de population, parce que justement dans leur bande tous ne sont pas tuné, comme le fait remarqué Cluzet qui ‘invite’ genereusement tout le monde, parce que beaucoup n’ont pas sa reussite. Et ca sa me parle, ce genre de con qui te fait sentir pauv merde parce qu’il a eut la diligence de te payé ta despé .

    Mais oui t’as vision du bobo est une autre que la mienne, le coté ecolo deja pour moi c’etait passé au dessu. Enfin a l’epoque des permiers bobo (les pionniers de monmartre donc lol, ou de montparnasse) le bio c’etait pas encore in.
    Apres dans les bobo ceux dont j’ai la vison t’a l’heritage mai 68 et le coté gauchiste, gauche caviard et ca sa me parle peut etre pas personnelement, mais parce qu’a une epoque j’etais entouré par se genre de personne.

    Cependant je crois que l’une comme l’autre, meme si nous avons vecu avec des groupes, n’en sont pas ‘membre fondateur’, je me sens tjs plus a l’aise avec une personne que dans la chimie d’un groupe. Parce qu’un groupe pense trop ensemble et que parfois ca me pause des problemes, j’aime a pensé seul et pas parce que machin a dit que .
    Tu voix ce que je veux dire ?

    • Très bien oui. J’ai jamais fait partie d’un groupe de toute façon. J’ai été une pièce rapportée souvent, dans plein de groupes, c’était parfois agréable, parfois moins, mais je me suis jamais sentie comme en faisant vraiment partie (même si parfois la totalité des autres membres pouvaient me considérer comme un membre « fondateur »). Je sais pas, ça doit être un problème de perception, j’ai du mal à m’envisager comme autre chose qu’un être individuel. Je me sens aussi ado parfois (je le suis d’ailleurs) mais je pense que je ne ressentirais jamais ce sentiment d’appartenance à une « communauté ». Je peux avoir plein d’amis, mais pas de cette manière-là. C’st pas un drame hein, mais des fois ça aide pas à comprendre les aures (ou les films).

  4. Oui je partage ce point de vu, meme si je peux passé des tres bon moment avec un groupe,je ne me sentirais pas autant a ma place que juste avec un ou une amie. Et de toute facon quoi qu’il en soit on est tjs seul avec soit meme, on a tellement de mal a reelement comprendre (et non pas projeter) une personne. Alors 15, 20.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.