Don’t starve

Par défaut

          On change un peu d’univers avec aujourd’hui un petit jeu de survie. Quand on me l’a présenté, j’ai trouvé que ça avait l’air tout mignon et j’ai choisi de m’y mettre pour occuper les journées de grosse fatigue. J’ai de suite bien aimé les graphismes 2D et je me suis dit que ça me changerait un peu. Finalement, ce jeu très simple en apparence s’est avéré plus retords que prévu. Le mécanisme de base est simple et intuitif : on clique sur les éléments du décor pour les ramasser, ils se mettent automatiquement dans l’inventaire et lorsqu’on a récolté ce qu’il faut on peut produire des objets.

          Pour assurer sa survie il faut de la nourriture et du bois pour faire du feu (qui rend les aliments meilleurs mais surtout éloigne les monstres la nuit). Voilà pour la base de la base. Ensuite ça se complexifie peu à peu. En effet, l’hiver arrive vite et il faut de bonnes réserves de bois et de provisions mais aussi de quoi résister au froid. Sans oublier de se mettre à l’abri des attaques et de trouver des armes pour se défendre. Vos journées vont être bien occupées ! Le tout dans un univers burtonnien assez délectable.

Don't Starve

          Comme je le disais, les mécaniques de jeu sont simples, on le prend très vite en main même si on n’est pas un joueur invétéré. En revanche, si comme moi on préfère explorer la map plutôt que de mettre en place un plan d’action précis et efficace, on pourrait bien avoir quelques surprises l’hiver venu (toujours cette bonne vieille histoire de cigale et de fourmi en somme). Toutefois, avec un peu d’expérience – et donc beaucoup d’acharnement – on finit par progresser. En revanche, si vous parvenez à dépasser les 100 jours de survie, sachez que vous êtes ensuite plus ou moins intouchables, ce qui rend les choses assez monotones.

          Ma phase préférée du jeu reste clairement le début avec l’exploration. Certains personnages sont également plus agréables à jouer que d’autres. Le jeu assure un peu d’imprévu avec quelques monstres deci delà. Le jeu est parfois un peu répétitif mais on est généralement assez agacé d’être mort bêtement (de froid, de faim ou de dépression) pour avoir envie de recommencer une partie aussi sec.Je me suis fait avoir plus d’une fois à recommencer une partie par pur esprit de revanche.

          J’ai testé les différentes extensions et là, c’est une autre paire de manches ! Reign of giants est la moins difficile à gérer, elle reste relativement proche de l’univers de départ, même si elle le complexifie pas mal, rendant les choses autrement plus ardues. En plus des hivers, il faut maintenant gérer les étés qui s’avèrent encore pires avec leurs boules de feu qui tombent du ciel. Je n’ai pas réussi à en passer un seul…

          Quant à Shipwrrecked, non seulement il y a le système été/hiver de l’enfer mais en plus tout se passe sur l’eau avec des îlots minuscules et des singes qui piquent tout. Je passe mon temps à me perdre à la recherche de ressources et meurs lamentablement de faim ou de dépression en quelques jours. Bien trop ardu pour moi ! Il existe également une version à plusieurs joueurs que je n’ai pas eu l’occasion d’essayer. Que vous préfériez la version basique ou une variante plus complexe, seul ou à plusieurs, si vous avez du temps devant vous, Don’t Starve s’avère un jeu efficace et passablement addictif.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.