Expositions

Le salon Art3f s’installe porte de la Villette

          Hier soir j’ai pu découvrir en avant première le salon Art3f. Je dois avouer que n’étant pas une grande adepte d’art contemporain, je me méfiais un peu. J’avais peur de ne rien aimer, de m’ennuyer, bref les classiques quoi. Finalement, ç’a été plutôt une bonne surprise. Tout n’était pas encore accroché mais j’y ai vu des choses franchement intéressantes. Je ne suis pas connaisseuse en la matière mais il y a quand même quelques œuvres que j’ai beaucoup appréciées. J’y suis allée accompagnée d’un amateur qui lui aurait bien ramené la moitié des toiles avec lui, je me suis dit que c’était bon signe. Ca méritait bien un petit article pour vous présenter ce salon qui ouvrait ses portes ce soir. Vous excuserez la piètre qualité des photos, une fois de plus j’avais oublié mon appareil…

20150902_194701

          Art3f, c’est un salon créé par des passionnés venus de Mulhouse (3f comme 3 frontières). Après plusieurs salons en Province, ils débarquent à la capitale, porte de la Villette. Ils ont voulu recréer l’ambiance des salons provinciaux, avec leur convivialité, aux portes de Paris. Le salon réunit des galeristes et des artistes sur 200 stands parmi lesquels assez peu de galeries parisiennes. Si la peinture représente la grande majorité des œuvres exposées, on y trouve aussi des sculptures, photographies et céramiques. Il y a une véritable volonté de présenter un art « abordable », avec des pièces comprises en moyenne entre 2 000 et 10 000€. J’ai trouvé des choses très sympa à partir de 200€ et un dessin magnifique à 600€. Je n’ai pas spécialement les moyens de me les offrir en ce moment mais en d’autres circonstances j’aurais tout à fait pu craquer – il y a d’ailleurs un tableau qui me trotte sacrément dans la tête, je ne sais pas comment je vais bien pouvoir me débarrasser de cette envie quasi-irrépressible de l’acheter.

20150902_201635

          Nous avons eu l’occasion de découvrir le salon la veille de son ouverture. Si nous n’avons pas pu tout voir puisque beaucoup d’exposants n’étaient pas encore arrivés, voir le montage du salon était une expérience très enrichissante. Il nous a été présenté par un de ses créateurs – Serge Beninca, deux galeristes – Jean-Luc Clergue et Valérie Bacques, et deux artistes – Carment Selma et Paxal. C’était très intéressant de les entendre parler de leur métier. Du fait que le salon soit encore vide, nous avons pu flâner dans les allées et parler beaucoup plus facilement avec les gens, ce que j’ai vraiment apprécié. Le salon se veut convivial, et j’espère que cette proximité se retrouvera durant le week-end malgré un flot de visiteurs plus important. Le salon comprend également deux pôles de restauration avec un bar à huîtres et sushis. Animations et concerts de jazz seront au rendez-vous. Les enfants pourront également s’initier à l’art grâce à des ateliers. Une portée familiale que j’ai bien aimée. N’hésitez donc pas à vous rendre sur ce salon éclectique et chaleureux où vous devriez vous sentir à votre aise, amateurs d’art contemporain ou pas. 

20150902_193530

Art3f

Du 3 au 6 septembre 2015

Porte de la Villette

Paris Event Center

75019 Paris

Découvrez les dates en province sur leur site

2 invitations pour 2 personnes à gagner : dites-moi en commentaire pourquoi vous aimeriez y aller

art3G- photo 05

Expositions

Lorna Simpson et Ahlam Shibli au Jeu de Paume

Lorna Simpson : Pour la première fois en Europe, une exposition d’envergure était consacrée cet été à l’oeuvre de l’artiste américaine. Née en 1960 à Brooklin, elle allie son travail photographique ou ses vidéos à de courts textes, sur les thèmes des origines, du genre, de la culture ou de l’identité. La représentation du corps est très présente, presque toujours en noir et blanc, dans un jeu de contraste. Elle se prend également parfois comme propre sujet, travaillant sur le souvenir. Les quelques images que j’avais vu de l’exposition me faisaient envie et je m’étais dit que pour une fois j’allais aller voir ce qu’il se passait du côté du jeu de Paume. S’il y a en effet quelques très belles images, je dois avouer être restée dans l’ensemble plutôt hermétique au travail de l’artiste, assez conceptuel dont le sens m’a souvent échappé. Mis à part quelques beaux tirages, seul l’incroyable montage d’autoportraits m’a impressionnée voire touchée. Dans l’ensemble, une exposition qui m’a laissée un peu perplexe malgré des aspects intéressants et une indéniable esthétique.

LornaSimpson_004 3433697_7_d3fc_1957-2009-detail-2009-lorna-simpson-achete_dc8eb150469f23378a96c89e44d49426 1305-JEU-DE-PAUME-LANDING-PAGE-IMAGES-700X437-FA-1 

Ahlam Shibli : Le Jeu de Paume a consacré une exposition a cette photographe palestinienne née en 1970 qui travaille surtout sur la notion de foyer et ses contradictions. Six séries de photographies étaient proposées sur les territoires palestiniens occupés, le souvenir de la 2nde Guerre Mondiale en France ou encore la place de corps travesti dans la société orientale. Si tout ne m’a pas emballé dans ce travail, les scènes de guerre notamment me laissant assez froide, certaines choses m’ont toutefois interpellée. Certaines photographie des orphelins dans un internats polonais sont intéressantes et j’ai beaucoup aimé la série sur les travestis, que j’ai trouvé particulièrement belle. Si j’ai apprécié certains aspects du travail de cette photographe, j’ai trouvé qu’on était plus proche du reportage que d’une vision artistique à proprement parler, me laissant un peu sur ma faim malgré quelques beaux clichés.

AShibli_17  AShibli_16  Eastern LGBT_21

Expositions

Soleil froid – Julio Le Parc

          Le Palais de Tokyo nous propose une nouvelle exposition originale et surprenante : Soleil froid. Julio Parc nous emmène dans un monde étrange, avec des oeuvres basées sur des jeux de lumière où « tout est lumineux. Mais rien n’y raconte le jour : il n’y a ni heure ni ombre. »

visuel_palais-Tokyo.jpg

           Honnêtement, l’art contemporain et moi, ça a toujours fait deux. Pourtant, voilà plusieurs expositions au Palais de Tokyo qui me tentaient bien ; j’ai donc fini par me laisser convaincre. Un nom poétique, quelques photos prometteuses, et me voilà embarquée ! Je n’étais pas allée au Palais de Tokyo depuis des lustres ; des travaux ont été faits entre-temps, qui semblent devoir rester éternellement inachevés (je sais, c’est un style mais bon hein, c’est moche, c’est moche…), et surtout, les prix en ont profité pour considérablement augmenter. Dès l’entrée, l’exposition surprend. On commence par une pièce dans laquelle sont accrochés au des miroirs mobiles sur lesquels se reflètent la lumière : mal de mer assuré !

2183-07

           Tout le reste est à l’avenant… Beaucoup de jeux de lumières et de courbes. Sans exagérer, j’ai eu la nausée pendant une bonne partie de l’exposition. La plupart des oeuvres, m’ont laissée perplexe, même si certaines exercent une sorte de fascination. Un univers mi ambiance de boîte de nuit, mi psychédélique qui ne m’a pas franchement emballée. Dans un deuxième temps, l’exposition propose des jeux type fête foraine. L’idée est plutôt séduisante mais avec toute la bonne volonté du monde, ça ne m’a pas franchement amusée tant les interactions sont limitée. Une exposition qui m’aurait sans doute fait rire, si le prix d’entrée avait été plus raisonnable mais tout ça pour ça ? Bof… 

dsc0187

Soleil froid

Palais de Tokyo

13, avenue du Président Wilson

75016 Paris

De midi à minuit tous les jours, sauf le mardi

10 €

Expositions

Gerhard Richter – Panorama

          Gerhard Richter est un artiste contemporain qui a beaucoup travaillé sur la photographie. Non pas qu’il soit photographe lui-même mais il reproduit avec une impressionnante précision des clichés du bout de son pinceau. Mais son travail ne saurait ce résumer à cela et cette rétrospective le prouve si besoin était.

          Je connaissais peu l’oeuvre de cet artiste avant d’aller voir cette exposition. J’en avais à peine entraperçu 2/3 toiles dans un reportage sur Arte qui m’avait donné envie d’en savoir plus. Panorana est une rétrospective de son oeuvre qui en présente des aspects très divers. Cet artiste allemand est né en 1932 et son travail est reconnu pour son originalité et sa diversité. Il travaille aussi bien sur des oeuvres figuratives qu’abstraites. Le Centre Pompidou nous offre la possibilité de découvrir le parcours de cet artiste hors normes.

               

          Je suis assez hermétique à l’art abstrait, autant vous dire donc que j’ai près d’un siècle de retard côté peinture. Toutefois, je fais un effort de temps en temps pour améliorer ma piètre culture en matière d’art contemporain. Grand bien m’en a pris ! J’ai beaucoup aimé cette exposition qui comprend essentiellement de la peinture mais aussi quelques installations un brin obscures (un miroir, des vitres qu’on peut voir sur la photo ci-dessus, un pièce métallique…). Le travail de reproduction photographique est très impressionnant par sa minutie et la qualité de l’exécution : de loin impossible de deviner qu’il ne s’agit pas d’une photo. Cependant, plus que les simples reproductions, j’ai préféré le travail sur le flou et surtout les oeuvres abstraites réalisée par dessus une toile figurative. Un mélange de techniques qui m’a particulièrement séduite. Une très belle exposition.

               

Gerhard Richter « Panorama »

Centre Pompidou

19 rue Beaubourg

75004 Paris

Jusqu’au 24 septembre