Archives de Tag: contes

Jean GIONO, Le noyau d’abricot

Par défaut

          Quatre nouvelles inédites de Jean Giono. Des textes de jeunesse qui s’inscrive dans la tradition des contes orientaux et persans : un ancien amant changé en noyaux d’abricot, l’origine des oliviers, comment lutter contre l’ennui avec un brin de raisin ou encore le destin qui se venge d’un prince. Un programme appétissant !

          On sent à la lecture que ces textes ne sont pas aboutis. Ca manque un peu de maturité (ou de maturation ?). On y retrouve un peu l’esprit des premiers textes de Giono, Colline, Regain ou Le serpent d’étoiles. Des grandes envolées lyriques que j’apprécie assez peu. Le meilleur de l’auteur n’est donc pas là, mais c’est quand même toujours le même plaisir de retrouver un peu par hasard un auteur qu’on aime et qu’on avait un peu délaissé. Ces textes ont le charme des retrouvailles qu’ont toujours les inédits.

         Pour ceux qui ne connaîtraient pas Giono et voudraient le découvrir, 3 grands textes : Le hussard sur le toit, évidemment ! on ne le présente plus, Un roi sans divertissement, plus sombre, près du polar, et mon préféré, Deux cavaliers de l’orage, un texte magnifique sur la rivalité entre frères.

La princesse ayant envie…

La Princesse ayant envie de goûter aux bergerades, avait mis une jupe de fausse futaine et chaussé de mignons sabots tournés dans un billot de cèdre saint que ses vaisseaux avaient pris aux lointaines îles.

Elle possédait une ferme dans l’enceinte de son parc, car ce besoin bucolique la poignait assez souvent, et ce jour-là – un jour qui palpitait à la limite de l’automne – elle vint sous la treille déguster les lourdes panses de ses raisins muscat.

Fabliaux et contes du Moyen Age

Par défaut

          Un recueil de contes et fabliaux du Moyen Age paru dans la collection livre de poche. Des textes courts dont la morale est représentative d’une époque méconnue. Les textes ont été traduit en français moderne pour une meilleure compréhension.

          Un livre surprenant. Je lis très peu (voire pas) de littérature médiévale et je ne connais qu’assez mal cette époque. Ces contes faciles à lire sont extrêmement surprenants. Le rapport à la religion, à la femme, au pouvoir, tout y est passé en revue, le plus souvent avec un certain humour. Une lecture agréable et un bon moyen de découvrir à la rencontre d’une époque.

J’ai prêté ce livre avant d’avoir fait l’article, me voilà donc dans l’impossibilité de mettre un extrait mais ça viendra !