Archives de Tag: hilary swank

The Homesman, beau mais tellement lent…

Par défaut

Drame historique américain de et avec Tommy Lee Jones avec Hilary Swank, David Dencik, Meryl Sreep

106160.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          J’avais hâte de voir ce film qui a priori ne pouvait que me plaire. Le genre, l’histoire, les acteurs, tout me tentait ! J’étais presque certaine d’aimer. Grave erreur, ne jamais partir trop sûr de soi… Je dois avouer que je ne sais trop que vous dire de ce film (d’ailleurs, j’aurais dû vous parler aujourd’hui de « Pas son genre » mais j’ai laissé ma chronique en plan, me disant que vu l’heure tardive, autant écrire sur quelque chose qui ne va pas me prendre la nuit…). Bien que très enthousiaste en entrant dans la salle, je me suis endormie au bout de quelques minutes à peine. Ca commençait mal. Quand je me suis réveillée, au bout d’une durée indéterminée, je n’avais pas franchement l’impression d’avoir raté quoi que ce soit. Voilà qui n’augurait pas d’un rythme trépidant.

040515.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          S’il m’est si difficile de parler de ce film, c’est parce que je n’ai rien à lui reprocher. Et pourtant, je me suis ennuyée ferme ! L’histoire semblait assez porteuse, les personnages sont bien construits et esthétiquement, c’est irréprochable. L’interprétation des deux acteurs principaux est impressionnante et les personnages gagnent en épaisseur et en subtilité au fil du récit. La construction de leur relation est très bien menée et pleine de finesse. Le hic, c’est que j’ai eu le plus grand mal à m’y intéresser. Je suis restée coincée au degré zéro de l’émotion.

311294.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Mais pourquoi ? A vrai dire, je n’en sais rien moi-même ! A peu près toutes les personnes qui ont vu ce film ont eu l’air de l’adorer et en chantent les louanges – ce que je comprends dans une certaines mesure. C’est comme si les ingrédients étaient tous là mais qu’il manquait le liant. C’est beau (bien que paradoxalement ce coin des Etats-Unis semble particulièrement dépourvu de charme), c’est bien fait, c’est impeccable mais ça manque cruellement de vie ! Bref, pour le dire vulgairement : on s’emmerde. J’ai regardé ce film sans déplaisir mais sans parvenir non plus à me sentir un tant soit peu concernée. Heureusement, les images sont belles. 

Ecrire pour exister, de Ichard LAGRAVANESE

Par défaut

          Comédie dramatique américaine de Richard LaGravenese avec  Hilary Swank, Patrick Dempsey, Ricardo Molina

          Une jeune femme inexpérimentée choisit de débuter sa carrière d’enseignante dans un collège malfamé. Bien vite, elle va perdre ses illusions et se rendre compte que la littérature est bien le dernier des soucis de ces jeunes qui nagent en pleine guerre des gangs. Professeurs et élèves vivent dans deux mondes totalement différents mais elle va tout faire pour tenter d’aller à leur rencontre.

          L’absence de télé m’a permis de regarder quelques uns des DVD que j’avais en stock, dont celui-ci. On a déjà vu ce genre de films très idéalistes de nombreuses fois. Rien de bien original. A la différence près peut-être que celui-ci est tiré d’une histoire vrai. Je n’ai toutefois pu m’empêcher de penser qu’on avait dû en rajouter une couche dans la guimauve en cours de route. Il me semble en effet pour le moins improbable qu’en deux ans ‘aucun de ces jeunes ne se soit rebellé en cours de route, n’ait abandonné, ne soit mort tué par balle… Je reste donc un peu septique sur tout cet amour. Et je suis quasiment certaine que sur le moment les élèves n’étaient pas suivis en permanence par des violons. Cette manie d’en rajouter dans le pathos avec de la mauvaise musique me tape décidément de plus en plus sur les nerfs.

          Mis à part un léger problème de crédibilité (tout se passe trop bien pour sembler réel) dû sans doute à des raccourcis un peu rapides et cette manie de tout noyer dans de la musique mièvre, le film est plutôt prenant. L’histoire est forte. Tout d’abord, les incursions dans le système scolaire américain sont toujours surprenantes. Ensuite, bien qu’un brin idéaliste, cette histoire marche assez bien. La guerre des gangs est abordée d’un point de vue extérieur, en mettant en avant les personnalités de ces adolescents. Malgré les évidents défauts de réalisation (bien trop hollywoodienne pour faire réellement un bon film), ce film demeure assez convainquant et m’a donné envie d’en savoir plus sur l’histoire de ces jeunes. Un film moyen mais une histoire qui fonctionne. Un peu trop mélo mais agréable à regarder.