Mes lectures

Les optimistes, Rebecca Makkai

Chicago, 1985. La carrière de Yale Tishman, jeune galeriste, s’apprête à décoller lorsque l’épidémie de sida frappe Chicago de plein fouet. Très vite, le virus s’immisce dans son entourage, et tout s’effondre autour de Yale. Bientôt, il ne lui reste plus que Fiona, la petite soeur de son meilleur ami Nico.
2015. Fiona se rend à Paris, à la recherche de sa fille devenue membre d’une secte. Logée chez une vieille connaissance, elle s’autorise enfin à revenir sur le traumatisme de sa jeunesse.

Le sujet de ce roman m’intéressait particulièrement. En effet, mes lecteurs les plus anciens et les plus fidèles s’en souviennent peut-être, mais il y a fort longtemps, j’ai consacré mon mémoire de master à la littérature sur le sida. Vous pouvez d’ailleurs retrouver mon article faisant un petit résumé de mes découvertes ici. Si avec le temps j’ai arrêté de me ruer sur chaque livre ou film traitant du sujet, je continue toutefois à m’y intéresser et j’étais ravie de m’y replonger avec ce roman.

Couverture du roman Les optimistes de Rebecca Makkai

Je dois admettre que les premières pages ne m’ont guère convaincue. Le personnage, une sorte d’intello mondain, m’a agacée très fort des le début. Pour tout dire ils m’ont quasiment tous agacée très fort des le début. Aucune identification aux personnages, pas même la moindre petite trace de sympathie. Je me suis dit que ça allait être compliqué. D’autant plus que c’est quand même un sacré pavé…

Par acquis de conscience, j’ai continué ma lecture en me disant que quand même ça m’intéressait de voir comment le sujet était traité. J’ai beaucoup lu sur cette période, mais essentiellement des textes écrits par des malades (ou éventuellement leur conjoint), des récits vus de l’intérieur, j’étais curieuse de voir un regard extérieur, qui aurait du recul sur les évènements. Et j’ai bien fait de persister ! Petit à petit, j’ai commencé à m’intéresser un peu plus à cette bande d’amis que le sort n’a pas épargné et qui s’est pris l’arrivée de la maladie de plein fouet.

Le récit est très différent de ce que j’ai pu lire jusqu’à maintenant et c’est justement ce que j’attendais de ce texte. Beaucoup de récit sur le sida tendent à magnifier la maladie, en faisant une sorte d’allié privilégié de l’artiste, le forçant à plus d’intensité dans le peu de temps qui lui est alloué. Ici c’est la peur qui prédomine. L’incompréhension parfois aussi. Et bien sûr l’infinie tristesse de vois ses proches disparaître les uns après les autres sans savoir qui sera le prochain. Bien que j’aie eu du mal à rentrer dedans et qu’on puisse lui reprocher quelques longueurs, j’ai beaucoup aimé ce texte qui dresse un magnifique portrait de l’époque. Un roman marquant.

Portrait de Rebecca Makkai

Avant j’avais peur que Reagan appuie sur le bouton rouge, tu sais ? Et je craignais les astéroïdes, et tout. Et puis j’ai compris un truc. Si tu devais choisir quand, dans la chronologie de la Terre, tu devais vivre, est-ce que tu ne choisirais pas la fin des temps ? Comme ça, tu n’aurais rien loupé. Si tu meurs en 1920, tu passes à côté du rock’n’roll. En 1600, tu rates Mozart. Pas vrai ? Je veux dire, les horreurs aussi s’accumulent, mais personne ne veut mourir avant la fin de l’histoire.

_______________

Curieusement, à ses yeux, les amis étaient des gens que l’on rencontrait tôt et avec qui on restait à jamais lié. Peut-être était-ce pour cette raison que sa solitude le frappait de plein fouet. Il ne se voyait pas sortir pour sélectionner une toute nouvelle cohorte d’amis.

Mes lectures

Les épidémies en quelques romans

Puisque c’est de saison, j’ai concocté une petite liste de lecture autour des épidémies.  Je n’ai lu quasi aucun de ces livres mais je vais essayer de m’en procurer quelques-uns (en version numérique, histoire de ne pas mettre mon postier en danger) pour m’y atteler avant la fin du confinement. Des classiques, du contemporain, du suspense : il y en a un peu pour tous les goûts. Peu de femmes se sont attaquées au sujet en revanche.

La peste écarlate, Jack London

Sur le sujet, vous pouvez également retrouver ma sélection de livres et de films sur le sida dans cet article.

D’une manière générale, les scénarios d’épidémie ne m’attirent pas trop, je n’ai donc que peu de références en la matière. Côté film, j’ai récemment vu Contagion et Perfect sense sur le sujet (j’ai d’ailleurs particulièrement apprécié ce dernier). Je sais qu’il y en a bien d’autres mais ce sont les seuls auxquels je pense spontanément.

Enfin, on sort de l’épidémie mais deux jeux me viennent à l’esprit en ce moment autour de la survie (il y en a bien d’autres, évidemment !) : Dead of winter, un jeu de plateau dans lequel on tente d’échapper à une invasion de zombies et The long dark, un jeu vidéo dans lequel un pilote dont l’avion s’est écrasé quelque part au Canada doit survivre seul après une catastrophe planétaire. Plus « mignon », vous pouvez aussi apprendre à survivre avec Don’t starve, un jeu addictif qui vous occupera de longues heures. Enfin, dernier jeu de saison : Era. Je n’ai pas encore eu l’occasion d’y jouer mais il me fait de l’œil depuis quelques temps. Le but du jeu ? Construire une ville de sorte à éviter la propagation des maladies. Quand je l’ai repéré, je ne pensais pas qu’il serait aussi vite d’actualité !

J’espère que vous trouverez dans cet article un peu d’inspiration pour occuper les prochaines semaines. N’hésitez pas à ajouter vos suggestions en commentaire. Bon confinement à tous !

Mes lectures

Le chant des revenants, Jesmyn Ward

          Jojo n’a que treize ans mais c’est déjà l’homme de la maison. Son grand-père lui a tout appris : nourrir les animaux, s’occuper de sa grand-mère, veiller sur Kayla sa petite sœur. De son autre famille, Jojo ne sait pas grand-chose. Ces blancs n’ont jamais accepté que leur fils fasse des enfants à une noire. Quant à son père, Michael, il le connaît peu, d’autant qu’il purge une peine de prison. Et puis il y a Leonie, sa mère qui n’avait que dix-sept ans quand elle est tombée enceinte de lui. Elle aimerait être une meilleure mère. Quand elle apprend que Michael va sortir de prison et qui décide d’embarquer les enfants en voiture pour un voyage plein de dangers, de fantômes mais aussi de promesses…

          J’avais entendu dire le plus grand bien de ce roman. Il a d’ailleurs obtenu plusieurs prix récemment. J’ai donc entamé ma lecture avec un enthousiasme certain qui malheureusement est bien vite retombé. Je ne sais absolument pas quoi penser de ce texte. C’est original, on peut s’accorder là-dessus, mais pour le reste, je suis perplexe. Je n’ai pas trop accroché avec le style. C’est bien écrit pourtant. Mais je ne sais pas pourquoi, les mots peinaient vraiment à m’évoquer des images, ce qui complique quand même pas mal la lecture…

Couverture du roman Le chant des revenants de Jesmyn Ward

          Difficile pour moi de parler de ce roman. Je ne sais pas trop qu’en penser dans la mesure où j’y ai trouvé des choses intéressantes et une plume particulière mais où je n’ai pas trop réussi à rentrer dedans. Je l’ai quand même fini mais sans grande conviction. J’ai trouvé le début très abrupt. J’ai eu un peu de mal à savoir à quelle époque et dans quel milieu on se situait. Il m’a fallu du temps pour trouver mes repères et j’ai bien cru que j’allais me décourager avant d’y arriver. Finalement j’ai fini par comprendre à peu près de quoi il retournait mais si cette sensation d’être bousculée s’est un peu estompée, elle n’a jamais tout à fait disparu durant ma lecture.

          Le personnage principal est un petit garçon attachant, ce qui est clairement le point fort du texte. Même si par moments il a fini par m’agacer, dans l’ensemble on s’identifie quand même pas mal à lui et on a envie de le protéger de cette vie qui ne lui a pas fait beaucoup de cadeaux. En y réfléchissant les personnages sont tous plutôt réussis, chacun dans son genre. La grand-mère malade apporte une certaine douceur, le grand-père bourru est protecteur, la mère est clairement l’élément perturbateur du récit, le père est quand à lui largement absent. Ca pourrait paraître un peu cliché mais la galerie de personnage est une réussite. Une histoire de famille dysfonctionnelle et d’une mère paumée dépassée par les événements que j’ai trouvé souvent bancale mais qui dans l’ensemble s’avère assez crédible.

          En soi ça avait tout pour me plaire avec le recul. J’aime bien les drames et je me rends compte que je lis souvent des textes autour de la famille en ce moment. Mais voilà, le style m’a freinée, j’ai peiné à rentrer dans l’histoire, je n’ai pas trouvé cette lecture très agréable. Et quand j’ai commencé à l’apprécier un peu plus, un côté ésotérique est venu se greffer au récit et m’a fait de nouveau décrocher. Je ne m’y attendais pas et je n’ai pas réussi à apprécier la poésie du style qui m’a totalement laissée de marbre. Si ce roman a clairement des qualités et n’est pas inintéressant, à aucun moment je n’ai réussi à réellement l’apprécier. Je dois toutefois reconnaître à l’auteur un univers bien à part et un style qui n’est pas dénué d’une certaine beauté. La brutalité du style et l’aspect mystique m’ont déconcertée et je me suis sentie malmenée de bout en bout. Une lecture déroutante, je suis clairement passée à côté de ce texte déconcertant.

Portrait de Jesmyn Ward

Des fois, on a beau chercher, le monde ne nous donne pas ce dont on a besoin. Des fois, il refuse.

_______________

Je vieillissais la bouche tordue par l’amertume de ce qui m’était servi au grand banquet de la vie : moutarde brune et kakis verts, acides, pleins de promesses trahies et de déceptions.

_______________

Il a su voir au-delà de ma peau café sans lait, de mes yeux noirs, de mes lèvres prune, et il m’a vue moi. Il a vu que j’étais une blessure ambulante, et il est venu me panser.

Cinéma

Dallas Buyers Club

Drame, biopic, américain de Jean-Marc Vallée avec Matthew McConaughey, Jennifer Garner, Jared Leto

007448.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

           Ron Woodroof est un cow-boy, un vrai. Sa vie se partage entre les femmes et le rodéo. Mais a 35 ans, il apprend qu’il a le sida. On est en 1986 et la maladie est réputée pour toucher essentiellement le milieu gay. Quand on lui annonce qu’il lui reste 30 jours à vivre, cet homophobe convaincu va décider de ce battre en recourant à des traitements alternatifs. Il les vendra également à d’autres malades, au risque de déclencher les foudres des autorités.

432893.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Bien que j’aie plein de critiques de films en retard, je ne résiste pas à l’envie de vous parler en premier de celui-ci tant je l’ai apprécié. Vu dès sa sortie, pour une fois au moins je serai à peu près dans les temps et j’écris mon article alors qu’il est encore en salles. En espérant convaincre certains d’entre vous de s’y précipiter. Ceux qui me suivent depuis longtemps le savent peut-être, j’ai consacré mon mémoire de Master à Hervé Guibert et la littérature sur le sida (lire mon dossier sur le sujet ici). Ce sujet m’interpelle donc particulièrement et je ne pouvais pas rater un film consacré à cette maladie. On est au début des années sida, période sur laquelle je me suis particulièrement penchée pour mes travaux. Dans le rôle phare, Matthew McConaughey, un acteur qui ces dernières années s’est imposé parmi les grands noms du cinéma américain avec tournant important dans sa filmographie et des choix intéressants. Ajoutez à ça des critiques élogieuses et tous les éléments étaient réunis pour me pousser dans les salles au plus vite !

408516.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Ce film dont j’attendais pourtant beaucoup ne m’a pas déçue. La réalisation est assez classique, pas de grands effets ou d’esthétisme outrancier. L’histoire, inspirée de faits réels, est très forte, mais la force du film est pourtant ailleurs. En effet, tout cela aurait semblé un peu fade sans l’incroyable prestation des acteurs. Matthew McConaughey et Jared Leto (que je n’avais même pas reconnu) sont exceptionnels. On a trop rarement l’occasion de voir prestations pareilles. Tous deux sont totalement habités par leur rôle et l’incarnent avec une conviction fascinante. Ils les rendent incroyablement vivants. Matthew McConaughey mériterait de rafler l’Oscar à Leo, tant il crève l’écran. Les personnages sont loin d’être des héros, ils ont leurs fêlures et n’en sont que plus attachants. J’ai trouvé que ce film n’en faisait pas trop dans le message politique ni dans le pathos ; l’histoire se suffit à elle-même, pas besoin d’en rajouter. Et ça fonctionne sacrément bien ! Le réalisateur parvient à capter cet incroyable élan de vie qui semble porter beaucoup de malades du sida. C’est fort et émouvant, c’est terriblement beau. Mon énorme coup de cœur de ce début d’année. 

Matthew McConaughey, Jennifer Garner, Jared Leto
Cinéma

Alabama Monroe

Drame belge de Felix Van Groeningen avec Johan Heldenbergh, Veerle Baetens, Nell Cattrysse

ALABAMA+MONROE

         Elle travaille dans un salon de tatouage, il joue du banjo dans un groupe de country ; entre eux c’est de suite le coup de foudre, une passion dévorante qui rien ne semble pouvoir arrêter. La musique rythme leur vie et elle rejoint rapidement le groupe comme chanteuse en plus de son travail. Très vite, une petite fille viendra par surprise parfaire leur bonheur ; ils l’appelleront Maybelle.

alabamamonroe2

          Ceux qui me suivent le savent sans doute, en ce moment, non seulement j’ai tendance à voir les films assez longtemps après leur sortie mais en plus, ayant du retard dans mes articles, je traîne pour vous en parler. Ce film-ci est sorti il y a plusieurs semaines déjà et je n’avais pas encore réussi à le voir mais bien qu’ayant encore deux articles ciné en attente, j’ai décidé de vous en parler le plus rapidement possible, avant qu’il ne disparaisse totalement des écrans. En effet, ç’a été pour moi un véritable coup de foudre et j’ai eu envie de le partager avec vous tant que quelques salles le passaient encore. Le synopsis est très mystérieux et il est difficile d’en dire plus sur ce film sans en dévoiler certaines ambiguïtés qui en font aussi le charme. Toutefois, pas de demi-mesure possible, soit on reste dans le flou le plus total, soit on dévoile tout le ressort de l’histoire. Aucun suspens d’ailleurs, tout est dit dès les premières images mais comme le titre, l’affiche et le résumé jouent le mystère, que ceux qui préfèrent ne pas en savoir plus sur le contenu de l’histoire sautent le prochain paragraphe et nous retrouvent au suivant.

20531913.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Le film est construit de manière un peu décousue, par flash-backs ; des allers-retours continuels entre différentes époques de leur vie de couple, qui sont parfois un peu déroutants. A 6 ans, Maybelle tombe malade, une leucémie. Elle va devoir commencer une chimiothérapie et son état se dégrade. Ses parents vont tout faire l’aider à affronter ça et à garder malgré tout la joie de vivre. Quant à eux, ils vont devoir apprendre à reconstruire leur couple autour de la maladie. Après un si grand bonheur, le malheur éloigne-t-il ou rapproche-t-il encore plus ? Comment le couple survit-il face à la maladie se son enfant ? Bien sûr, ce n’est pas la première fois que le cinéma aborde le sujet, mais c’est ici fait avec beaucoup de finesse et d’originalité à la fois, un mélange de fraîcheur et de gravité qui m’a un peu prise de court et m’a très agréablement surprise. En allant voir ce film, je ne savais pas à quoi m’attendre. J’avais vu l’affiche, très belle et mystérieuse, le titre qui l’est tout autant et lu le synopsis qui ne nous apprend pas grand chose. La curiosité et les critiques élogieuses me poussaient à aller voir de quoi il s’agissait.

avis-alabama-monroe-the-broken-circle-breakdo-L-pRrCDn

          La réalisation m’a réellement étonnée, et m’a un peu perdue aussi parfois, bien que cela ait finalement assez peu d’importance. Un grand soin est apporté aux images avec des plans splendides. Les personnages – une tatoueuse et un joueur de banjo – sortent de l’ordinaire et fascinent. Je suis tout particulièrement tombée sous le charme de l’actrice principale, simplement exceptionnelle. Le film est rythmé par le son de la country, des airs tantôt endiablés, tantôt mélancoliques, qui en valeur, souvent par des jeux de contrastes, cette histoire entre peine et bonheur. Jamais on ne sombre dans le pathos, la délicatesse est de mise, avec une belle réflexion sur le couple, la douleur et les croyances intimes de chacun. J’ajouterai même qu’on y trouve un pointe d’engagement pour le plus grand plaisir des spectateurs pointilleux dans mon genre.

ALABAMA+MONROE+PHOTO3

          Comme souvent face à un coup de cœur, difficile d’en parler sans avoir l’impression de trahir ce qu’on a ressenti, et surtout, vient la crainte de créer un attente trop grande chez le lecteur et une inévitable déception. Car on aime des choses simples, et ce sont de celles-là qu’il est le plus difficile de parler. J’espère donc vous avoir donné envie d’aller découvrir Alabama Monroe, et que ceux qui le verront l’apprécieront autant que moi car ce fut pour moi un grand moment de cinéma. Un de ces films trop rares qui font passer par un large panel d’émotions et dont l’univers nous poursuit longtemps après être sorti de la salle. Une construction un peu décousue mais des images magnifiques, une musique entraînante et une histoire à fendre le cœur pour ce film splendide qui aura réussi à me faire verser plus d’une larme.