Archives de Tag: roman

Textes courts

Par défaut

          Voici des textes courts reçus lors de la rentrée littéraire de janvier pour la plupart. Je dois avouer que j’ai un peu de mal à lire en ce moment, j’ai beaucoup de mal à me concentrer plus de 5 minutes. Ces textes courts on donc été particulièrement bienvenus entre deux lectures plus conséquentes.

 

Chronique des bords du Rhin, de Sylvain Tesson

 

          Une chronique du vieux Rhin, dont les bords cachent une vie âpre et grouillante. Tendez l’oreille, écoutez dans la brume le pas d’un promeneur ou le remous d’une ondine… Amours, disparitions, crimes et secrets, c’est tout un fleuve de petites et grandes histoires qui traverse ces pages.

Chroniques des bords du Rhin, Sylvain Tesson, couvertureJe suis une grande fan de Sylvain Tesson. J’aime son côté aventureux, son écriture puissante, ses aphorismes bien sentis. Il fait partie de ces écrivains qui me font rêver. J’ai été super heureuse de trouver ces deux nouvelles par surprise dans ma boîte aux lettres. Ca c’est le genre de surprise qui illumine une journée ! Je n’ai malheureusement pas du tout accroché avec la première nouvelle. Une histoire de nymphe, c’est mignon, c’est poétique mais impossible de m’y intéresser. Moi qui aime son côté parfois un peu aride, là on en est loin. En revanche, le seconde nouvelle m’a beaucoup plus convaincue. On n’est plus dans le lyrisme débridé de la première, même si ça reste un style plus doux que ce à quoi Tesson nous a habitués. J’ai beaucoup aimé l’histoire et sa chute assez surprenante. Un recueil qui change un peu de ce qu’on connaît de l’auteur et permet de découvrir une autre facette de son écriture.

Les Hommes, qui s’imaginent toujours que la Nature attend qu’ils s’occupent d’elle, entreprirent en effet de corriger le cours du vieux fleuve comme s’il ne coulait pas comme il l’eût fallu !

Contes du Soleil Noir : Crash, d’Alex Jestaire

 

          La vie précaire d’une jeune mère isolée tourne au cauchemar après un accident. Clouée sur son lit d’hôpital, face à la télévision, elle se dissout peu à peu dans le flux de l’information mondiale catastrophiste.

Contes du Soleil noir, Crash, Alex JestaireJe ne savais pas trop qu’attendre de ce court roman qu’un article m’avait donné envie de lire. Le sujet me tentait bien mais je ne savais pas trop si c’étaient des nouvelles ou une série de courts romans dont je détenais le premier tome (ce qui est finalement le cas). En tout cas, j’étais intriguée. J’ai de suite beaucoup aimé le style, efficace. L’univers aussi, même si au début on ne va pas trop où on va, j’ai bien aimé l’incertitude qui se met en place. La première moitié m’a particulièrement accrochée. J’ai eu un peu plus de mal avec certains aspects de la fin mais ça n’en demeure pas moins intéressant. Et original. On s’attache aux personnages, des sujets d’actualité sont évoqués. Malgré quelques légères réserves, ça m’a donné très envie de découvrir la suite. Et ça tombe bien, elle sort bientôt.

Elle se représente son cerveau comme une grille Excel sous Windows – une grille qui aurait un bogue.

Contes du soleil noir : Invisible, d’Alex Jestaire

 

          À la dérive dans les rues de Bruxelles, un SDF prend conscience qu’il est en train de devenir invisible aux yeux des passants ? réellement invisible. Facétieux, il tire parti de cette nouvelle donne en se jouant des barmen, des touristes, des policiers et des femmes?

Contes du soleil noir, Invisible, Alex JestaireJe n’ai pas lu les 2° et 3° tomes de la série pour passer directement au suivant. L’avant-dernier donc. Pur hasard à vrai dire mais peu importe, les histoires ne se suivent pas, même si l’esprit reste sensiblement le même. Là encore j’ai aimé l’histoire fortement ancrée dans la réalité malgré une touche de fantastique (mieux intégré que dans le premier d’ailleurs je trouve). Très sombre, très juste et assez dérangeant. Si je n’ai pas toujours aimé le style parfois un peu cru, je dois avouer que c’est percutant. Les plus démunis se retrouvent sur le devant de la scène. Ca pose les bonnes questions, ça dérange. Il y a une ambiance particulière qui se dégage de ces textes forts au style marqué. Une littérature actuelle et engagée, brute, qui ne laisse pas indifférent.

 

Le papillon, d’Andrus Kivirähk

 

          Estonie, début du XXe siècle. Un soir, au sortir de l’usine dans laquelle il travaille, August rencontre par hasard le directeur du théâtre l’Estonia. Il quitte son emploi d’ouvrier et intègre la troupe, qui s’avère aussi loufoque qu’hypersensible.

Le papillon, Andrus Kivirähk, couvertureDu même auteur, j’avais lu L’homme qui savait la langue des serpents. Un énorme coup de cœur, rien que d’y repenser j’ai envie de le relire ! J’avais donc hâte de lire ce texte, qui est le premier qu’il a écrit. Je dois malheureusement admettre que j’ai de suite été déçue par le style. Je n’ai pas retrouvé le côté enlevé et exubérant que j’avais tant aimé c’est plus… classique. Voire même un peu lourd. J’ai arrêté ma lecture, n’étant vraiment pas inspirée. Je l’ai reprise plus tard par acquis de conscience et j’ai apprécié certains passages plutôt poétiques. Et puis j’ai retrouvé les mêmes défauts dans d’autres. Je me suis finalement arrêté à mi-chemin de cette lecture, faute d’arriver à rentrer vraiment dans cet univers, bien qu’on y décèle des traces des prémices de ce que j’ai tant aimé dans son autre roman.

C’est un fait que nous étions alors la seule tache de couleur, le seul papillon au milieu de la rumeur monotone de la ville, le grelot frivole qui réveillait l’âme humaine en danger de se figer dans le morne quotidien.

Le Pactole

Par défaut

          Bea, Melody, Jack et Leo n’ont pas grand-chose en commun si ce n’est le joli héritage laissé par leur père, qui doit leur être distribué le jour des quarante ans de la benjamine. Mais le jour J, c’est la soupe à la grimace. Les trois « petits » découvrent que leur aîné, Leo, séducteur et égoïste, a dilapidé le magot. Les hostilités sont lancées ; la fratrie exige que Leo la rembourse.

Le Pactole, couverture

          A priori, on n’est pas trop là dans mon type de littérature mais je ne sais pas trop pourquoi ce roman me tentait bien. Sans doute parce qu’un des personnages avait des liens avec le milieu de l’édition. Et puis cette histoire d’héritage, je me disais que ça pouvait être sympa. Je n’avais finalement pas eu l’occasion de le lire mais il se trouve qu’on me l’a offert pour mon anniversaire. Le moment ou jamais de me rattraper donc ! Je dois admettre que je ne sais pas trop que dire de ce roman. Du bon et du moins bon, au final je ne suis pas trop sure de savoir ce que j’en ai pensé.

          Le style est léger mais j’ai été plutôt agréablement surprise : c’est enlevé, ça se lit bien. L’intrigue est assez simple mais efficace, même s’il n’y a pas un gros suspens quant à sa résolution. Les personnages sont relativement réussis, chacun avec sa tonne de défauts. Ils sont peut-être un brin caricaturaux mais ça fonctionne plutôt bien et leurs relations sont clairement ce que ce roman a de plus réussi. En revanche, il y a eu un moment où j’ai eu un peu de mal avec la chronologie alors que c’est a priori très simple.

          Finalement, cette lecture s’est avérée agréable. Pour un premier roman, Cynthia d’Aprix Sweeney s’en sort plutôt bien. La première partie fonctionne bien, ensuite il y a quelques moments de flottement mais dans l’ensemble, ça se laisse lire avec un certain plaisir. Ce ne sera toutefois pas une lecture marquante, malgré un certain potentiel, le tout manque un peu de caractère pour convaincre totalement. Ca reste toutefois une lecture agréable qui offre un moment de détente appréciable.

Cynthia d'Aprix Sweeney

Quoi qu’il dise, quelle que soit sa réaction,la décision lui appartenait. A elle et à elle seule. Elle ôta la capuchon de son stylo,raya « célibataire » et écrivit « mère ».

Enregistrer

La vie sexuelle des soeurs siamoises

Par défaut
          Lucy, coach de fitness narcissique, méprise les gros, les faibles, les ratés. Or elle va se trouver mise au défi de transformer Léna, le genre de fille qu’elle n’aurait même jamais pensé croiser. Dans une Floride décadente obsédée par le corps, s’engage entre les deux femmes une amitié ambivalente et extrême qui va les métamorphoser.

          Voilà un livre dont le titre ne laisse pas indifférent : on ne peut plus racoleur. Je dois avouer que ça a plutôt marché puisque je suis allée lire la quatrième de couverture, qui m’a suffisamment séduite pour me donner envie d’en savoir plus. Je n’avais rien lu de l’auteur – Irvine Welsh – mais il était connu pour Transporting, adaptés avec succès au cinéma. J’étais donc très curieuse même si a priori le sujet ne m’emballait pas plus que ça (vous voyez un peu comme je peux me laisser appâter par un titre bizarre ?). Il n’y avait plus qu’à espérer une bonne surprise. Mais vu comment ça partait, je doutais fort que ce soit le genre de livre qui laisse indifférent.

Couverture de la Vie sexuelle des soeurs siamoises

          Je pense que cet article sera assez court parce que je ne sais pas trop quoi vous dire. Je n’ai pas trop aimé le style. Je n’ai pas trouvé ça mauvais non plus. Juste trop ordurier à mon goût, j’aime les styles  assez rond et là le personnage principal parle comme un charretier, même moi à côté je suis un modèle de retenue et de délicatesse, c’est dire… Cela au moins c’est énergique. Le personnage ne manque pas de vie. Elle est en revanche assez antipathique. Tout comme son acolyte. Pas franchement simple de s’attacher à la sportive psychorigide et à l’obèse dépressive. En même temps ça ne semble pas être le but, l’auteur ne se fatigue pas à essayer de nous les rendre sympathiques.

          Sous ses airs de joyeuse farce, ce roman aborde toutefois des sujets de société tels que l’obsession du corps, les dérives de la société de consommation ou notre besoin effréné d’obtenir la reconnaissance de nos pairs. Ce n’est pas toujours présenté avec beaucoup de délicatesse mais ça dérange : ça sonne juste. Plus on avance dans le livre, plus un malaise se met en place, contre-balancé toutefois (ou renforcé ?) par une impression de grand n’importe qui va croissant. L’autre grand n’importe quoi de ce livre, c’est l’orthographe : c’est bourré de fautes. J’en ai rarement vu autant, ça me désespère. J’ai même vérifié plusieurs fois que je n’avais pas affaire à des épreuves non corrigées mais non… Alors, ce roman ? Eh bien c’est surprenant. Pas mon genre, dingue, violent mais original, tant par l’histoire que par le ton. Divertissant aussi. C’est déjà beaucoup.

Portrait d'Irvine Welsh

Photo Murdo MacLeod

Non, j’aime pas, j’adore, putain ! Il faut les pousser à se rendre compte à quel point leurs culs sont répugnants, et mon regard fait un tour de la table, et je reprends d’une voix plus basse, plus rocailleuse : — Mais j’ose espérer que vous avez bien compris que je plaisantais avec mon histoire de requins, et j’attends leur réaction.

Valet de pique

Par défaut

          Quel auteur n’envierait-il pas le sort de Andrew J. Rush ? Écrivain à succès de romans policiers, père de famille heureux, il vit dans une petite ville du New Jersey. Mais Andrew a un secret que même ses plus proches ignorent : sous le pseudonyme de Valet de pique, il écrit des romans noirs, violents, pervers, qui scandalisent autant qu’ils intriguent le monde littéraire.

Couverture de Valet de pique de Joyce Carol Oates

          J’ai découvert les romans de Joyce Carol Oates il n’y a pas si longtemps et j’ai de suite adoré sa prose. Un univers très sombre et une sacrée plume ! Je me suis donc jetée sur son dernier livre (à retardement toutefois, trop de lectures m’attendaient). J’avais super hâte de le lire ! Bon, je dois admettre qu’au premier abord ce n’est pas exactement mon Oates préféré. Le sujet m’a moins accrochée que d’habitude. Pourtant, ça parlait d’un écrivain, ça aurait dû me plaire mais bon, en comparaison avec les précédents, c’était bien gentillet. Ca ne m’a pas emballée plus que ça.

          Le personnage principal m’a vite été assez antipathique. Un écrivain riche à qui tout réussit et qui se regarde le nombril, pas franchement mon truc. Maaaiiis, même si le personnage m’a agacée et que l’univers était trop lisse à mon goût, j’ai pourtant dévoré ce roman. Etrange non ? Je l’ai lu en à peine 24h. Certes, il n’est pas très long, mais tout de même. Donc je n’ai pas aimé plus que ça mais j’ai été suffisamment prise par l’histoire pour ne plus pouvoir lâcher ce roman. Très étrange. Comme quoi, même quand Oates s’attaque à des histoires moins tordues (quoi que…), elle continue à nous fasciner.

Portrait de Joyce Carol Oates

Être un « personnage public » revient à porter une cible dans le dos. C’est le revers de la célébrité, on attire l’attention des déséquilibrés.

Enregistrer

Chanson douce

Par défaut

           Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

Couverture de chanson douce

           Ma maman m’avait offert ce roman cet hiver et bien qu’on m’en ait dit le plus grand bien, je n’avais pas encore pris le temps de le lire. J’étais à peu près à jour dans les nouveautés, j’ai donc décidé de me lancer. Dès les premières phrases, j’ai été séduite par le style. C’est très très bien écrit. Je trouve toujours difficile de décrire un style. Là les premiers mots qui me viennent à l’esprit sont fort, puissant, mais aussi plein de finesse et pas dénué d’une certaine simplicité. On entre directement dans le vif du sujet avec l’un des premiers chapitres les plus marquants qu’il m’ait été donné de lire. Ca commence fort, très fort. On est de suite happés par ce drame et on n’a ensuite qu’une envie : comprendre.

           Le roman s’ouvre un drame donc et revient ensuite à ses origines. Il retrace le chemin qui y a conduit. C’est extrêmement sensible. Ca nous amène au cœur de la folie à travers un personnage extrêmement seul qui paraît si équilibré mais qu’on sent déraper peu à peu. J’ai beaucoup aimé la manière dont le sujet était traité et la relative identification avec le personnage. Je dois admettre que c’est aussi assez perturbant. Il y a un certain suspense qui se met en place – bien qu’on connaisse l’issue dès le départ – et à partir de la moitié du roman l’ambiance se fait pesante. Plutôt stressant comme histoire… Ca m’a donné très envie de lire le 1° roman de Leïla Slimani. Un très beau roman, original et très bien écrit. Un Goncourt amplement mérité.

Portrait de Leila Slimani

On se sent seul auprès des enfants. Ils se fichent des contours de notre monde. Ils en devinent la dureté, la noirceur mais ne veulent rien savoir.

_______________

Nous ne serons heureux, se dit-elle alors, que lorsque nous n’aurons plus besoin les uns des autres. Quand nous pourrons vivre une vie à nous, une vie qui nous appartienne, qui ne regarde pas les autres. Quand nous serons libres.