Archives de Tag: roman

Une Vie de Guy de Maupassant

Par défaut

          À dix-sept ans, Jeanne quitte enfin le couvent. Dans le désœuvrement des jours et la solitude des espérances, elle attend l’amour… Elle a si souvent pressenti le frémissement des cœurs, l’élan des âmes, espéré ces bonheurs-là. Aussi, lorsqu’il paraît, le reconnaît-elle sans peine. L’être créé pour elle… Le même écho s’éveille en leurs cœurs.
Le mariage scellera leur amour. Mais que suit-elle, lorsque le voile se déchire, des grandes étreintes, des secrets d’alcôves, des désirs d’hommes ? Que sait-elle de l’amour sinon sa poésie ? Alors ils se regardent… Les illusions, à peine écloses, déjà se fanent et bientôt ne sont plus. C’est une vie qui se déroule…

Couverture de Une vie, Le livre de Poche

          Je continue ma série « classiques de la littérature » avec cette fois un roman de Guy de Maupassant. Pourquoi celui-ci plutôt qu’un autre ? un peu par hasard à vrai dire. Je le connaissais de nom mais je n’avais aucune idée de quoi ça pouvait bien parler. Heureusement d’ailleurs que je n’avais pas lu le résumé ci-dessus sinon je n’aurais jamais ouvert ce roman. Si j’ai lu beaucoup de nouvelles de Maupassant, je connais en revanche très mal ses romans. Je garde de Pierre et Jean lu au lycée le souvenir d’un ennui mortel et je comptais bien essayer de me réconcilier avec les romans de l’auteur. Je ne savais pas trop à quoi m’attendre avec celui-ci dont je ne connaissais pas l’histoire mais j’espérais retrouver toute la justesse et la noirceur de ses nouvelles. J’ai donc commencé ma lecture dans un bel élan d’enthousiasme (oui, encore).

          Je dois avouer avoir été un peu déçue. Le début est assez « mignon », pour ne pas dire mièvre, avec cette jeune fille naïve qui sort du couvent et tombe amoureuse pour la premier fois avec de grands élans de romantisme. Pas franchement ma tasse de thé (ou ma bolée de cidre en l’occurrence). Comme on s’en doute, l’idylle est de courte durée et tout ça tourne assez mal. Toutefois, si c’est loin d’être tout rose et que ça décrit sans doute très bien l’isolement d’une bourgeoise du XIX° siècle maltraitée par son mari, on ne me pas dire que j’aie éprouvé une énorme compassion pour le personnage que je trouve grosso modo fade et sans intérêt. Les deux sont assez caricaturaux dans leur genre et ce n’est pas franchement évident de s’y reconnaître. Heureusement, le style très maîtrisé et la brièveté de ce roman le rendent agréable à lire et ne permettent pas vraiment d’avoir le temps de se lasser. Si ce livre ne manque pas de qualités, notamment stylistiques, je trouve qu’il n’a pas la force des nouvelles de l’auteur.

Portrait de Guy de Maupassant

On pleure parfois les illusions avec autant de tristesse que les morts.

_______________

Ses relations avec Julien avaient changé complètement. Il semblait tout autre depuis le retour de leur voyage de noces, comme un acteur qui a fini son rôle et reprend sa figure ordinaire. C’est à peine s’il s’occupait d’elle, s’il lui parlait même ; toute trace d’amour avait subitement disparu ; et les nuits étaient rares où il pénétrait dans sa chambre.

_______________

Elle semait partout des souvenirs comme on jette des graines en terre, de ces souvenirs dont les racines tiennent jusqu’à la mort.

C’est le coeur qui lâche en dernier

Par défaut

          Stan et Charmaine ont été touchés de plein fouet par la crise économique. Aussi, lorsqu’ils découvrent à la télévision une publicité pour une ville qui leur promet un toit au-dessus de leurs têtes, ils signent sans réfléchir.
          À Consilience, chacun a un travail, avec la satisfaction d’œuvrer pour la communauté, et une maison. Un mois sur deux. Le reste du temps, les habitants le passent en prison… où ils sont également logés et nourris ! Le bonheur.

          Je n’avais jamais rien lu de Margaret Atwood mais après avoir vu l’adaptation de La servante écarlate en série télé (gros gros coup de coeur 2017 que je vous encourage vivement à découvrir), j’avais hâte de m’attaquer à un de ses romans qui sont pour le moins nombreux. J’ai donc commencé par le dernier, sorti lors de la rentrée littéraire de septembre. Un sacré pavé dont je ne savais à vrai dire absolument rien en dehors de l’identité de son auteur. Surprise totale donc. Et je peux vous dire qu’elle fut bonne !

C'est le coeur qui lâche en dernier

          Tout d’abord, j’ai beaucoup aimé le style, clair et précis, d’un réalisme confondant. L’histoire se passe aux Etats-Unis après la crise de l’immobilier, on y suit un couple qui a perdu sa maison et vit dans sa voiture. L’auteur construit un univers dystopique si proche du notre qu’on peine parfois à se rappeler où se situe exactement la barrière entre la fiction et la réalité. Le moins qu’on puisse dire c’est que c’est extrêmement crédible et pensé dans les moindres détails. Elle nous livre un portrait juste et intransigeant de la société de consommation et ses dérives.Ca fait froid dans le dos…

          Les personnages en revanche ne m’ont pas été particulièrement sympathiques. C’est un peu ce qui m’a manqué dans ce roman, pouvoir m’identifier un minimum à eux, ressentir leur détresse. Là je les ai trouvés plutôt agaçant et assez éloignés de mes préoccupations. Mais je suppose qu’aux Etats-Unis où la situation a été vécue par des millions de gens, ce texte prend une toute autre dimension. Mais ce léger manque d’empathie pour les personnages ne m’aura pas empêché d’admirer l’esprit d’analyse de l’auteur et la mécanique impeccable qu’elle met en place page après page. Un roman glaçant, criant de vérité.

Portrait de Margaret Atwood

Tout le monde paraît très heureux : quand on a deux vies, il y a toujours la perspective d’autre chose. C’est comme être en vacances tous les mois. Mais quelle est la vie où on est en vacances et celle où on est actif ? Charmaine n’en sait trop rien.

_______________

Vous voulez qu’on vous confisque vos décisions pour ne pas être responsable de vos actes ? C’est parfois tentant, vous le savez.

Le comte de Monte-Cristo

Par défaut

          Le comte de Monte-Cristo est un livre sur la vengeance, sur l’argent et l’intelligence. C’est aussi l’histoire d’une métamorphose, celle d’Edmond, un jeune homme vertueux qui après avoir subi une terrible injustice se mue en machine à punir.

          Il y a peu, après presque 2 ans à ne lire quasi que de la littérature ultra-contemporaine (à savoir des romans à peine sortis), j’ai pris la grande décision de faire une pause avec le XXI° siècle et de me remettre aux classiques. Je me suis fait une longue liste de romans qui me tentaient depuis longtemps et que je n’avais jamais ouverts. Ou de livres lus à 10/12 ans et que je voulais redécouvrir adulte. J’ai mis tout ça sur ma liseuse, et c’est parti ! J’ai commencé par le Comte de Monte Cristo d’Alexandre Dumas père. Un monument de la littérature française, le must du roman d’aventure. Bref, j’avais hâte.

Le comte de Monte Cristo

          J’ai beaucoup aimé le début et ses personnages attachants. Évidemment, le bonheur est de courte durée, sinon il n’y aurait pas d’histoire. Bon, c’est là que ça se gâte. Assez vite ça en prend un sérieux coup côté crédibilité… Quant au style, il ne va pas franchement en s’améliorant non plus. Le personnage principal semble tout à coup changer totalement de caractère. Je veux bien que la prison vous change un homme mais enfin là on frôle la schizophrénie quand même… Le mec super sympa et attachant du début devient un sacré con imbu de lui-même. Pas du bol, c’est lui le héros, on n’a pas fini de devoir le supporter. Et je peux vous dire que ce n’est pas facile à toutes les pages ! Bon, heureusement, il est aussi devenu riche entre-temps, ça l’a rendu passablement fascinant.

          Le style est souvent assez médiocre, mais surtout, il est extrêmement inégal. Il y a quelques passages de génie et d’autre qui frôlent la littérature de bas étage. Surprenant dirons-nous. Du côté de l’histoire, on ne lésine pas sur les grosses ficelles et les retournements de situation improbables. La crédibilité semble être le dernier des soucis de l’auteur (et on ne parle même pas de la psychologie des personnages à peu près inexistante). Sans compter que c’est parfois pompeux et moralisateur, surtout sur la fin. Bref, c’est à se demander parfois comment ce texte a bien pu devenir un classique. Sauf que malgré tout, c’est terriblement prenant. Ces péripéties à n’en plus finir, ces aventures improbables, ces histoires de vengeance, c’est qu’on y prend goût ! J’ai trouvé à la lecture de ce texte des airs de plaisir coupable. Sauf qu’en plus il est de bon ton de dire en société qu’on l’a lu alors pourquoi s’en priver ?

Portrait d'Alexandre Dumas

Le bonheur est comme les palais des îles enchantées dont les dragons gardent les portes. Il faut combattre pour le conquérir…

_______________

La civilisation nous a donné des besoins, des vices, des appétits factices qui ont parfois l’influence de nous faire étouffer nos bons instincts et qui nous conduisent au mal.

Underground Railroad de Colson Whitehead

Par défaut

          Cora, seize ans, est esclave sur une plantation de coton dans la Géorgie d’avant la guerre de Sécession. Abandonnée par sa mère lorsqu’elle était enfant, elle survit tant bien que mal à la violence de sa condition. Lorsque Caesar, un esclave récemment arrivé de Virginie, lui propose de s’enfuir, elle accepte et tente, au péril de sa vie, de gagner avec lui les États libres du Nord. De la Caroline du Sud à l’Indiana en passant par le Tennessee, Cora va vivre une incroyable odyssée.

          Je suis un peu absente en ce moment. Je lis peu, je ne vais pas au ciné et je n’ai à vrai dire pas spécialement envie d’écrire. C’est la première fois en quoi ? 7 ans et quelques de blog maintenant. Par contre je vous rassure j’ai envie de faire plein d’autres choses comme boire du thé au coin du feu ou préparer dans sablés de Noël. J’ai juste comme une envie de me déconnecter un peu d’internet (ce que je fais d’ailleurs). Mais il se trouve qu’il reste quand même quelques livres de la rentrée littéraire dont je ne vous ai pas encore parlé il se pourrait bien que ce soit le moment avant que la suivante n’arrive. Eh oui, encore ! J’ai énormément lu en cette rentrée, on n’en voit plus le bout !

Underground Railroad

          C’est un libraire toulousain qui m’a conseillé ce roman dont j’avais déjà un peu entendu parler, en termes fort élogieux. Mais comme ma mémoire me joue des tours, je n’avais pas grande idée de quoi ça pouvait bien parler. Je l’ai pris quand même parce que j’aime bien les surprises. J’avoue que tout ça m’avait l’air bien sérieux et qu’après plusieurs romans assez sombres j’aurais eu envie de plus de légèreté, j’ai donc eu un peu de mal à me plonger dedans. C’est particulièrement bien écrit. J’ai beaucoup aimé le style, très fort. Mais surtout, l’histoire est absolument passionnante. Difficile de le lâcher une fois qu’on l’a commencé, bien que ce soit quand même assez dense.

          Je n’avais jamais entendu parler de l’underground railroad, ce chemin de fer clandestin – parfois souterrain – qui aidait les esclaves à fuir le Sud des Etats-Unis vers le Nord, voire le Canada et à gagner ainsi leur liberté. J’ai vu pas mal de films sur cette période (et lu quelques livres) sans que jamais il ne soit évoqué. J’ai adoré découvrir ce pan de l’Histoire. C’est fascinant. Ca m’a donné envie d’en apprendre plus sur ce réseau et son fonctionnement. Un fond historique fort donc et des personnages qu’on suit avec une certaine angoisse. Le style est assez froid, c’est peut-être le seul « défaut » de ce roman, qui s’attache bien plus au fond historique qu’aux personnages eux-mêmes. Ce n’est à vrai dire pas tellement dérangeant. Un très beau roman, instructif et prenant.

Colson Whitehead

Le maître répétait souvent que la seule chose qui soit plus dangereuse qu’un nègre avec un fusil, leur dit-il, c’était un nègre avec un livre.

_______________

Le Blanc passe ses journées à essayer de vous tuer lentement, et parfois de vous tuer plus vite. Pourquoi lui faciliter la tâche ?

La ville sans juifs d’Hugo Bettauer

Par défaut

          En 1922, Hugo Bettauer, journaliste, romancier, grand provocateur, imagine une étonnante satire politique. Alors que Vienne traverse une grave crise économique et sociale, les autorités arrivent à une conclusion imparable : pour sortir du marasme, il suffit de faire partir tous les habitants juifs.

La ville sans juifs

          Quand j’ai vu que ce roman au titre assez parlant avait été écrit dans les années 20 par un autrichien, je dois dire que j’ai été particulièrement intriguée. Je ne pensais dans un premier temps pas le lire, étant en ce moment plus attirée par d’autres sujets. Finalement, il a rejoint ma deuxième sélection de la rentrée littéraire. Il faut bien admettre que ce texte a de quoi surprendre et s’avère assez visionnaire, du moins dans son point de départ. L’auteur imagine que les juifs sont expulsés de Vienne et doivent partir par convois (avec leur argent toutefois). Mais la ville décline tant sans eux, qu’on finit par les rappeler et « tout est bien qui finit bien ».

          Malheureusement, l’Histoire aura été autrement plus cruelle. C’est toutefois intéressant de voir dans ce roman les prémices de ce qui allait suivre avec la dénonciation d’un antisémitisme galopant. Le style n’est pas exceptionnel mais l’auteur fait preuve d’une certaine légèreté qui n’est pas désagréable. Et sous ces airs de farce, ce texte ne tombe pas moins juste, même s’il reste très en deçà de la vérité. Il permet d’analyser avec le recul la montée de l’antisémitisme. L’ensemble est parfois un peu naïf mais le texte n’en garde pas moins des qualités, notamment concernant l’analyse de la société viennoise. Même si ce n’est pas un grand roman, il a le mérite d’éclairer une période obscure et d’analyser avec plus ou moins de finesse la société dans laquelle le nazisme a éclot.

Portrait d'Hugo Bettauer

Le dernier jour de l’année fut pour Vienne un jour de fête comme jamais la ville joyeuse et légère n’en avait encore vécu. En réquisitionnant tous les moyens de transport, avec l’aide de locomotives prêtées par les Etats voisins et non sans avoir pris le soin d’interrompre tout autre trafic de voyageurs et de matériel, on avait, ce jour-là, réussi à expédier les derniers Juifs par trente trains gigantesques.