Archives de Tag: sentiments

06h41 – un joli roman signé Jean-Philippe Blondel

Par défaut

          Cécile Duffaut, mère de famille et chef d’entreprise, rentre chez elle après un week-end chez ses parents. Elle prend le train de 06h41. A côté d’elle, la place est libre. Jusqu’à ce que vienne s’y installer Philippe Leduc, son amour de jeunesse. Entre eux, le silence s’installe.

          Je dois avouer que ce livre ne me tentait que très moyennement lorsque je l’ai entamé. Je me demande d’ailleurs ce qui a bien pu me pousser à cette lecture. Peut-être était-ce parce que je cherchais quelque chose de léger et vite lu. Ou j’ai peut-être eu une soudaine envie de lire quelques-uns des 34 livres offerts par Pocket. Je ne sais plus. Toujours est-il que ce choix me semble avec le recul saugrenu. Grand bien m’en a pris toutefois car c’est une jolie surprise qui m’attendait dans ces pages. Je n’aime généralement pas trop les romans intimes. C’est vrai que mon truc ç’a toujours été plus le social, tendance qui se renforce avec le temps. Je craignais donc un peu le pire et j’ai été très surprise de constater que cette lecture était vraiment agréable.

          Le style tout d’abord m’a bien accrochée. Simple mais pas simpliste, l’écriture est fluide. Ensuite on alterne le point de vue entre deux personnages. Je ne sais pas pourquoi, c’est un procédé que j’ai toujours apprécié (peut-être parce qu’il rompt la monotonie du récit ?). Souvent dans ces cas-là, on a quand même une préférence pour l’un des personnages. Même si ç’a un peu été le cas ici, pour une fois, elle n’était pas trop marquée et j’ai apprécié les parties consacrées chacun des deux protagonistes. J’ai trouvé que cette histoire transpirait la mélancolie et racontait des choses simples qu’on a tous connues. Des questions qu’on s’est tous posées. C’est pour ça que ça fonctionne si bien. L’auteur parvient à créer une sorte de bulle qui dure le temps d’un trajet en train et à nous faire rentrer dedans avec ses personnages. Un petit livre que j’ai beaucoup aimé. Subtil et délicat.

jean-phillipe-blondel

Les enfants, c’est comme ça. Comme les ballons d’hélium dans les cathédrales. On les lâche, ils s’envolent mais restent quand même à portée de vue, on leur fait des signes, on leur rend visite, ils sont tout en haut, ils sont loin, encore coincés sous nos arcs gothiques. Et un jour, on ne comprend pas pourquoi exactement, ils ne sont plus dans notre sphère.

______________

Je me demande ce qui restera de notre couple quand notre fille sera partie de la maison. Si ça se trouve, on va se planter deux grosses bises sur les joues en se félicitant, « bon boulot avec la môme, maintenant tchao, on peut être fiers », et se séparer sans autre forme de procès parce que ça fait tellement longtemps qu’on ne sait plus qui est l’autre exactement, ce qu’il aime, ce dont il a envie. Ou alors on va rester en cohabitation, des moules sur un rocher, à attendre la prochaine marée.

Ces instants-là

Par défaut

          « Elle grandit dans le nord de la Norvège, entre une mère insaisissable mais présente, une petite sœur qu’elle protège, un père qu’elle méprise avant de le haïr. Elle n’est pas coupable du mal qu’il lui fait. Puis elle aime le rock, la danse, les mains de l’apprenti électricien. Elle surnage face à la honte, part à la ville étudier. Son père est loin, c’est bien, mais son jeune fils aussi est loin. Elle lit, et brave son silence dans l’écriture. Elle se marie, publie, devient écrivain. »

ces-instants-la          J’ai reçu ce live dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire de PriceMinister qui propose chaque année un livre en échange d’une critique et une note. Beaucoup, beaucoup de romans me tentaient dans la sélection de cette année. Finalement,j’ai choisi ce roman parce que je ne connais pas du tout la littérature norvégienne et que les romanciers nordiques réservent souvent de bonnes surprises. L’année dernière, La lettre à Helga, reçu dans le cadre de ces mêmes matchs, avait été un de mes gros coups de cœurs de la rentrée. J’ai donc décidé de rester dans la même veine pour cette année en espérant avoir une aussi heureuse surprise. Si ça n’a pas été le même coup de foudre que pour le roman de l’année dernière, j’ai quand même bien aimé celui-ci qui sort assez de ce que j’ai l’habitude de lire.

           Le style est très déroutant. On est dans une narration à la 3° personne et en même temps plus ou moins dans la tête du personnage (point de vue interne et narrateur hétérodiégétique pour ceux qui veulent la version technique). Ca crée un mélange de proximité et de distanciation assez étrange. Il se dégage une certaine froideur de cette écriture. On sait ce que pense le personnage, on suit ses actes, et pourtant il reste assez énigmatique et ne suscite pas une sympathie folle (pas chez moi en tout cas). Ca m’a beaucoup désarçonnée. Le résultat c’est que je n’ai pas trop su quoi penser de ce livre. D’un côté, je ne pouvais que saluer la singularité du style et en même temps, je trouvais ça très froid et avais du mal à m’y attacher. Assez étrange comme sensation. Toutefois, j’ai trouvé que peu à peu l’histoire prenait une tournure intéressante.

          Le personnage semble constamment plongé dans une profonde dépression, comme totalement hermétique au bonheur. Pourtant, peu à peu, elle construit sa vie, se marie, a un travail intéressant, devient même écrivain. C’est alors qu’on se rend compte au détour d’une phrase qu’elle qui se sent si introvertie, inadaptée, est perçue comme un modèle de réussite, comme une femme indépendante et sure de ses choix. J’ai trouvé ça très juste. Il y a parfois un fossé entre ce que l’on pense être et la manière dont les autres nous perçoivent. J’ai toujours été très mal à l’aise avec ça, l’idée de passer pour quelqu’un d’autre, et je me rends compte que je ne l’ai que très rarement rencontré dans la littérature ou le cinéma. C’est ici décrit avec une grande justesse. Un roman roman sur l’intime et les sentiments qui étonne par sa froideur mais s’avère assez juste quant aux relations humaines. Surprenant et plutôt réussi.

Herbjørg-WassmoLe pire, ce sont les mots qui ne pourront jamais être dits, et donc jamais écrits.
C’est la destruction même. Ce qui jamais ne passe.

_______________

Probablement suis-je ainsi faite que je glisse le bonheur dans ma poche quand je mets la main dessus, mais oublie de le ressortir pour le regarder.

_______________

Si elle avait été un homme, elle aurait pu se vanter de ses exploits. Surtout le sang. Un homme a un sang de héros quelle que soit la façon dont il s’échappe. Mais elle est une femme infanticide, et ne tombe pas sous les lois du sang héroïque.

Loin dans le millénaire suivant, on va lui faire sentir cette étiquette. Femme. Femme Premier ministre, femme prêtre, femme boxeuse, femme détenue, femme recrue, femme chasseuse et femme écrivain. Littérature féminine. Sans parler du phénomène tout à fait peu naturel de la femme génie.

          Dans le cadre de l’opération des matchs de la rentrée littéraire, Priceminister demande de donner une note sur 5 au roman en fonction de 3 critères : qualité de l’écriture, plaisir à la lecture et originalité du livre. Je donnerais la note de 3/5. L’écriture est assez simple, j’ai bien aimé ce livre, sans plus, en revanche, l’originalité est au rendez-vous pour un résultat un peu fade peut-être mais assez réussi.

Ecoute la pluie – Michèle Lesbre

Par défaut

          Une femme s’apprête à rejoindre l’homme qu’elle aime à la mer, elle attend sur le quai du métro avec sa valise, un homme lui sourit avant de se jeter sur les rails. Bouleversée, elle ne partira pas et va errer dans les rues de Paris, cherchant à comprendre ce geste désespéré.

ecoute-pluie (1)

          Je ne suis pas une adepte des textes très intimes, qui me mettent souvent mal à l’aise et dans lesquels je me reconnais généralement trop peu. Toutefois, le sujet de ce texte-ci me tentait bien, d’autant plus qu’on m’en avait vanté les mérites. Il y a peu de temps, ma rame de métro a été interrompue par le suicide d’un homme quelques stations plus loin et cela m’avait particulièrement touchée. Je me suis demandée ce qui peut pousser quelqu’un se tuer ainsi en public, à l’heure de pointe, qu’est-ce qui peut faire atteindre un tel degré de désespoir. Ce livre tombait donc au bon moment, reprenant des question que je m’étais moi-même posées.

          J’ai trouvé l’écriture très belle. Un peu décousue sans doute mais poétique aussi. En revanche, j’ai vite eu peu de me lasser de cette introspection du personnage. En effet, après la mort de cet homme, elle erre dans les rues,  manquant ainsi son rendez-vous, et par la même occasion remet en question son couple. Elle se demande s’il comprendrait qu’elle soit choquée, si elle va pouvoir partager ça avec lui, si cela ne va pas les séparer. J’ai eu peur qu’on tourne vite en rond avec ces questions et de finir par m’en désintéresser. Finalement, même si on reste toujours dans l’introspection et que je ne goûte guère cela, ça ne m’a ici m’a vraiment gênée. La réflexion est menée avec suffisamment de finesse pour ne pas perdre le lecteur. Un roman subtil et touchant.

MicheleLesbre-®Philippe Matsas_Opale_SabineWespieserediteur2012_HD.jpg pdt

 Les vies d’adultes ne sont que tentatives pour guérir le chagrin de l’enfance inachevée, toujours inachevée…

_______________

Les voyages nous ont beaucoup portés, les retours nous ont perdus parfois.

_______________

Je me souviens avoir eu un geste spontané, ma main sur ta joue, je ne trouvais pas les mots pour exprimer ce désir. Tu ne m’avais pas encore dit que, pour toi, les mots n’étaient jamais à la hauteur.