Maylis de KERANGAL, Naissance d’un pont

Par défaut

          J’avais beaucoup entendu parler de ce livre l’année dernière (en bien) et me l’étais fait offrir à Noël après qu’il ait reçu le prix Médicis. Ceux de mon entourage qui l’avaient lu ne tarissaient pas d’éloges à son sujet. Après avoir longuement attendu pour une raison indéterminée, je me suis donc lancée dans cette lecture avec enthousiasme à peine mon mémoire présenté.

          Eh bien je serai brève : je n’ai pas du tout accroché, mais alors, PAS-DU-TOUT !!! Le style m’a horripilée dès les premières pages. J’ai eu beau tenter de me raisonner, rien à faire, c’est une réaction épidermique totalement incontrôlable. Le livre présente plusieurs personnages, pensant que c’était peut-être simplement le premier qui me dérangeait, j’ai feuilleté la suite, lisant de longs passages au hasard : non, non et non, rien à faire, cette écriture me crispe, j’ai dû refermer le livre aussitôt ouvert.

          Je vous passerai donc l’histoire (la construction d’un pont à travers l’histoire de plusieurs personnages), et ne citerai qu’un court extrait étant donné que je n’ai même pas réussi à avancer assez pour me faire une idée. Il y avait longtemps qu’une plume ne m’avait pas tant rebutée. La déception de l’année.

_______________

Téléporté ainsi de biotope en biotope, à bord de vols long-courrier finissant bien souvent en coucou biturne, il ne reste guère plus de dix-huit mois sur un site et ne voyage jamais, dégoûté de l’exotisme, de sa trivialité.

"

  1. Je te l’avais dit, je n’ai pas pu dépasser la page deux… ou alors il faut aller bien plus loin… mais comme nous vivons à cent à l’heure nous avons autre chose à faire!

    • J’ai bien lu 10 pages quand même ! C’a été un supplice dès la 1° ligne mais j’ai tenté de m’habituer, je suis même allée voir plus loin si le style s’améliorait. Mais non, rien à faire, je n’ai pas pu. Et je crois que je m’en passerai très bien…

    • Ca me rassure, après en avoir entendu tant de bien, je commençais presque à m’en vouloir de ne pas comprendre cet engouement. Mais il y a des fois, on ne peut pas, il n’y a rien à faire, ça ne passe passe.

    • Je vais aller faire un tour su ta critique 🙂 Par contre je vais quand même rester sur mon abandon, ça ne m’arrive pas souvent mais là je n’avais vraiment pas le courage de continuer

Répondre à madimado Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.