Moi aussi, je pleure Charlie

Par défaut

          Ce matin, pour la première fois, j’ai eu le ventre noué en allant au boulot. Pas parce que je n’aime pas mon travail, pas parce que j’en ai marre de voir la tête de mes collègues ou que ma chef me harcèle. Non rien de tout ça, j’aime mon travail, mes collègue me font rire, ma chef est géniale, jamais au grand jamais je n’ai ressenti la plus infime angoisse avant d’aller bosser (pas ces 3 dernières années du moins). Mais ce matin, tout était différent. Ce matin, j’aurais voulu rester sous ma couette et oublier que le monde existe. Ne pas reprendre prise avec la réalité. Parce que mon travail, c’est de suivre l’actualité et que pour la première fois, ça m’a paru insurmontable.

Chappatte-illustrateur-francais_visuel_galerie2_ab

          Hier, en arrivant au travail, j’ai appris la nouvelle. Ca venait d’arriver. J’ai cru à une mauvaise blague de mes collègues, mais non. Non, il y a bien des fous furieux qui ont débarqué au milieu de journalistes armés jusqu’aux dents et les ont abattus de sang froid. J’aurais voulu repartir de suite pour me rendre là-bas et aller pleurer avec tous ceux qui se sont spontanément rendu sur les lieux. Les guerres, l’affaire Merah, toutes les affaires sordides, celles qui font froid dans le dos, je trouvais ça horrible, je passais une sale journée, mais j’encaissais. Mais ça ?! Je suis une lectrice de Charlie Hebdo. Occasionnelle, mais quand même. Longtemps, j’ai acheté Le canard enchaîné toutes les semaines. Les journaux satyriques ont accompagné beaucoup de mes nombreux voyages en train.

Geluck Boulet Stephane-illustrateur-francais_visuel_galerie2_ab

          J’ai toujours admiré ces hommes-là, capables de rire de tout, qui trouvent toujours le bon angle pour arriver à nous faire rire même du pire. Comme beaucoup, je me suis parfois demandé s’ils allaient trop loin, je n’ai pas ri à toutes leurs blagues, mais au fond, l’humour peut-il aller trop loin ? J’aurais aimé être comme eux, avoir leur esprit, leur talent, leur impertinence. Comme beaucoup, je n’arrive pas à réaliser leur mort. Qui sera-là pour en rire cette fois ? Alors on relit en boucle l’information, on partage les dessins qui leur rendent hommage, on crie notre indignation, comme si à force de se le répéter ça allait devenir plus réel.

 Uderzo-illustrateur-francais_visuel_galerie2_ab Alex-Dessinateur-illustrateur-francais_visuel_galerie2_ab Rob-Tornoe-illustrateur-americain_visuel_galerie2_ab

          Je ne fais pas partie de ceux qui s’étonnent que ce soit arrivé en France, il y a longtemps que je sais que c’est possible. Je me suis souvent dit dernièrement que c’était même surprenant qu’on soit aussi épargnés (merci aux hommes de l’ombre qui font quand même bien leur boulot !). Non, ce qui me choque c’est qu’on s’en prenne à un journal. Un journal qui a parfois fait parler de lui mais est à l’agonie faute d’avoir suffisamment de lecteurs. Non mais allô quoi ! C’est tellement con comme idée. Franchement, avec un peu de chance, ils auraient attendu 6 moi et avec un peu de chance, le journal mourrait de lui-même, là ils ont tué les caricaturistes mais ont paradoxalement fait du journal un symbole inébranlable. Dans le genre coup foireux, ça se pose là. Bon évidemment, je raisonne comme une personne sensée, comme si le djihadisme était un truc logique, moi et ma manie de toujours vouloir comprendre.

 Onsterfelijk-magazine-hollandais_visuel_galerie2_ab 2504909-charlie-hebdo-banksy-plantu-zep-rendent-hommage-a-leurs-confreres Dav-Pope-illustrateur-australien_visuel_galerie2_ab

          J’aimerais savoir dessiner pour leur dédier une caricature, être humoriste pour qu’ils aient droit à une dernière chronique, être écrivain, chanteuse, ou que sais-je encore pour que ma tristesse laisse une trace. Mais je ne peux rien faire. Hier, quand j’ai parlé du rassemblement Place de la République, on m’a demandé « Pourquoi faire, ça ne sert à rien » et je n’ai pas su que répondre d’autre que « parce qu’on ne peut rien faire d’autre ». Mais ce n’est pas que pour ça qu’on se réunit. On se réunit parce qu’on ne peut rien faire d’autre, mais aussi parce que si on reste chez soi, notre indignation ne se voit pas. On se rassemble pour montrer que ça nous touche. Pour être tristes ensemble, pour se sentir moins seul, pour sentir qu’il y a encore des choses qui nous unissent. On se rassemble pour dire qu’on n’a pas peur, ou au contraire parce qu’on est mort de trouille mais que tous ensemble, on se sent moins vulnérable. On se rassemble pour montrer aux intégristes de tous bords qu’on est nombreux et que ça va être dur de nous éliminer tous. On se rassemble parce que c’est notre meilleure arme.

 B61lclTCQAIsG4_ B6vs5uPCEAEE1pZ 119740.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q

Dimanche, on sera nombreux, qu’il pleuve ou qu’il vente, à 15h Place de la République.

B61d8VqCAAAJY1m

          Je sais qu’après, les gens oublieront. On retournera tous à nos petites vies, plus ou moins vite. La tristesse passera, on n’entendra plus que les haineux s’exprimer. Qui continuera à se battre alors ? où sera ce front uni ? Je n’y pense pas. Je ne suis pas très optimiste sur la nature humaine. Je me contente de me réjouir que les gens soient au moins sortis 5 minutes de leur léthargie. Dommage qu’il ait fallu 12 morts pour ça.

Mercredi prochain, un numéro de 8 pages de Charlie Hebdo paraîtra, il sera publié à 1 000 000 d’exemplaires.

"

    • Oui, exactement. Je ne comprends pas comment on peut tirer à bout portant sur un homme de 80 ans. Je sais que ça ne sait à rien d’essayer de comprendre, on ne peut pas, mais je n’arrive pas à m’y faire.

    • Je ne suis pas très optimiste sur la question, j’ai tendance à penser que les gens vont acheter le prochain numéro, peut-être les 2/3 suivants, et puis ils vont passer à autre chose. Vu le nombre de gens qui ne pouvaient pas le sentir ce canard, ils vont bien finir par lui tourner le dos une fis l’émotion passée.

  1. Je ne suis pas sur qu’on oublie, il y aura un avant et un après . Pour beaucoup d’entre nous . A savoir ce que sera vraiment cet après .

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s