Archives de Catégorie: Actualité

Mon programme pour la rentrée littéraire

Par défaut

Cette année encore, je plonge allégrement dans les sorties de la rentrée littéraire avec une sélection sans réelle ligne conductrice, il faut bien l’avouer. Mes auteurs favoris ne publient a priori rien en cette rentrée (à moins que cela m’ait échappé, c’est tout à fait possible, je n’ai pas épluché tous les catalogues avec beaucoup d’attention…), à quelques rares exceptions près, je me suis donc centrée sur des auteurs que je voulais découvrir mais surtout sur des romans dont j’ignorais tout en dehors d’une quatrième de couverture alléchante. J’ai un peu eu l’impression de partir à la chasse aux trésors. Au final, j’ai en main une quinzaine de romans. Un ou deux devraient encore arriver je pense. Voici ma première liste de lecture par ordre de parution :

  • Les vents noirs d’Arnaud de la Grange
  • Summer de Monica Sabolo
  • Le jour d’avant de Sorj Chalandon
  • Le ciel ne parle pas de Morgan Sportès
  • La Fontaine : une école buissonnière d’Erik Orsenna
  • L’embaumeur ou l’odieuse confession de Victor Renard d’Isabelle Duquesnoy
  • Au nom des nuits profondes de Dorothée Werner
  • Les terres dévastées d’Emiliano Monge
  • Les complicités involontaires de Nathalie Bauer
  • Mon autopsie de Jean-Louis Fournier
  • La maison des Turner d’Angela Fournoy
  • Le ciel n’existe pas d’Ines Fernandez Moreno
  • Un jour, tu raconteras cette histoire de Joyce Maynard
  • Paysage perdu de Joyce Carol Oates

Quelques romans devraient venir s’y greffer comme chaque année : auteurs que je suis et qui avaient échappé à ma vigilance, conseils de mon libraire/mes amis/divers blogs et autres médias, cadeaux… J’ai déjà l’impression d’en sélectionner beaucoup mais je trouve toujours le moyen d’en rajouter de nouveaux, c’est sans fin ! 581 romans sortent cette rentrée, impossible de tout lire. Le choix est cruel. Les 15 romans de ma listes sont tous des services de presse, n’y figurent pas la plupart des grandes maison : Flammarion, Gallimard, Albin Michel, Actes Sud, Minuit… Eh oui, après 7 ans de chroniques consciencieuses, je suis encore loin d’avoir accès à tout ce qui me tenterait. Ce qui explique aussi que tous les romans que je compte lire ne soient pas dans cette première liste.

J’ai donc déjà repéré une dizaine de romans que j’aimerais lire quand j’en aurai fini avec ceux-ci. Désolée, je n’ai pas mis les noms des auteurs, ne les ayant pas toujours noté. Internet fait des siennes et il m’est difficile de les retrouver dans l’immédiat.

  • Une histoire des loups
  • Bakhita
  • C’est le coeur qui lâche en dernier
  • De l’influence de David Bowie…
  • La légende d’un dormeur éveillé
  • La Serpe
  • Sigma
  • Réveiller les lions
  • La gloire des maudits
  • Le courage qu’il faut aux rivières

Je n’aurai probablement pas le temps de les lire tous mais les trois derniers rejoindront ma bibliothèque, c’est certain. Réveiller les lions car le premier roman de l’auteur, Une nuit Markovitch a été mon gros coup de cœur de la rentrée 2016. La gloire des maudits parce que de Nicolas d’Estienne d’Orves j’avais adoré Les fidélités successives, et Le courage qu’il faut aux rivières pour avoir vu le film Vierge sous serment sur le même sujet que j’avais beaucoup aimé. Encore une rentrée qui s’annonce chargée donc côté lectures. Ca ne tombe pas si mal, n’étant pas très en forme ces jours-ci, je lis un peu plus. Avec un peu de chance, je serai venue à bout de ma première sélection d’ici fin septembre. J’ai déjà lu quelques uns de ces livres et pour le moment, bien qu’ils soient plus sombres les uns que les autres, j’ai été très agréablement surprise. Mais je vous reparler de tout ça bientôt.

Votez pour le prix Relay des voyageurs lecteurs

Par défaut

           Un petit article rapide aujourd’hui pour vous parler du Prix Relay des voyageurs-lecteurs. Je n’ai pas particulièrement l’habitude de parler des prix littéraires hors rentrée d’automne mais bon, je ne sais pas, avec l’envie de voyager qui accompagne les beaux jours, j’avais envie de partager ça avec vous. Cinq romans sont en lice cette année.

La Tresse, Laetitia Colombani (Editions Grasset)
Article 353 du Code Pénal, Tanguy Viel (Editions Les Editions de Minuit)
Les Filles au Lion, Jessie Burton (Editions Gallimard)
Jeux de Miroirs, Eugène Ovidiu Chirovici (Editions Les Escales)
Looping, Alexia Stresi (Editions Stock)

Prix Relay des voyageurs lecteurs

          Je n’ai lu que Jeux de miroirs, qui m’avait à vrai dire un peu déçue. Mais je serais curieuse de découvrir les autres. Le premier notamment me tente beaucoup. Les lecteurs on jusqu’au 20 juin pour voter pour leur roman préféré et ça se passe ici :

http://voyageurslecteurs.fr/

          Il y a des cadeaux à gagner. La remise des prix aura le lieu le 22 juin à Paris. A vos claviers !

Enregistrer

Fakir : le journal qui s’engage

Par défaut

          Il y a quelques mois, comme 500 000 français, je découvrais Merci Patron ! J’avais trouvé que ce film faisait tellement de bien au moral. Enfin quelqu’un de drôle, qui se met au service des autres et propose des manières d’agir intelligentes. Une sorte de Robin des Bois des temps modernes. C’était tellement rafraîchissant, ça rendait un peu espoir. Je me suis donc procuré un exemplaire de Fakir, le journal tenu par François Ruffin. J’y ai retrouvé ce que j’avais aimé dans son documentaire : l’humour, les facéties, mais aussi et surtout un vrai engagement. Un journal qui donne redonne le sourire et donne envie d’aller battre le pavé, une banderole au poing. Et comme on a eu envie de les soutenir, pour Noël, on s’est abonnés.

Fakir

          Le numéro suivant était moins drôle, mais non moins instructif, j’ai appris ce qu’était le CICE, comment ça marchait et qui s’en mettait plein les poches au passage. Et là, on ne rigole pas du tout. Surtout quand je vois comment je galère en ce moment et le fait que je n’ai droit à aucune aide, savoir que des mecs se mettent 30 millions dans les poches chaque année sans contre-partie et licencient à tour de bras au passage, je l’ai un peu mauvaise quand même (oui, la vie est injuste, bouh-ou). Dans chaque numéro, une grande part est laissée aux lecteurs et contributeurs bénévoles, l’équipe étant restreinte. Mais il y a aussi quelques dossiers plus fournis sur des sujets d’actu. C’est pas mal ciblé soutien aux ouvriers (du Nord, souvent) des entreprises qui délocalisent.

Fakir

          C’est assez éloigné des grands journaux, tant par le ton que par le choix des sujets. Le moins qu’on puisse dire c’est que c’est engagé, très engagé même ! Ca change de la presse qui ronronne. Un engagement surtout local mais qu’on pourrait imaginer plus global avec d’autres moyens. On ressort de cette lecture avec l’envie de se battre un peu plus pour ses convictions. Je lis peu de journaux mais comme il n’y a qu’environ un numéro tous les deux mois, ça laisse le temps. Alors, à qui s’adresse Fakir ? Au gens de gauche d’abord. Très très à gauche, qui ont envie de lire une presse engagée, indépendante et pleine d’autodérision. N’hésitez pas à aller découvrir ce qu’ils font sur leur site internet. Franchement, ça fait un bien fou !

logo Fakir

Tag bilan de la rentrée littéraire

Par défaut

          Lilylit propose en cette fin d’année de dresser un bilan de nos lectures de la rentrée littéraire, avant d’entamer celle de janvier et m’a conviée à participer. J’ai lu beaucoup de titres en cette rentrée et le choix a été difficile !

tagbilanrentree

Une nuit, MarkovitchUn livre auquel tu décernerais un prix : Une nuit, Markovitch d’Aleyet Gundar-Goshen. Un de mes gros coups de cœur de la rentrée, inattendu qui plus est. Un premier roman israélien qui m’a bien fait voyager et m’a surtout beaucoup fait rire ! C’est totalement improbable comme roman mais j’ai trouvé que fonctionnait à merveille. Ma plus belle découverte de cette rentrée.

1816, l'année sans été, couvertureUn livre différent de tes lectures habituelles : 1816, l’année sans été de Gillen d’Arcy Wood. Je lis peu d’essais alors un essai sur le rapport entre la vulcanologie et le climat… A vrai dire c’était une erreur de casting pure et simple, je pensais que c’était un roman. Il y avait des choses très intéressantes dans ce livre mais je l’ai trouvé un peu brouillon. Une lecture un peu trop ambitieuse peut-être.

Repose-toi sur moi, couvertureUn livre qui correspond parfaitement à tes attentes : Repose-toi sur moi de Serge Joncour. J’aime beaucoup les romans de Serge Joncour. J’ai toujours adoré son cynisme mais c’est avec la sensibilité de L’amour sans le faire qu’il m’avait le plus touchée. J’espérais retrouver cette tendresse dans ce nouveau roman et je n’ai pas été déçue !

Un hiver à SokchoUn livre qui ne correspond pas à l’idée que tu t’en faisais : Un hiver à Sokcho d’Elisa Shua Dusapin. On m’avait très bien vendu ce livre : sensible, émouvant, original… Ma libraire était conquise. Ca a surtout confirmé qu’on n’a pas les mêmes goûts. Le style très sec m’a laissée de marbre.

La suture, couvertureUn livre qui t’a déçue : La suture de Sophie Daull. Je me permets de rajouter cette rubrique histoire de ne pas m’appeler « Les critiques assassines » pour rien. J’avais adoré Camille mon envolée, mon gros coup de cœur de la rentrée 2015, tellement juste et émouvant. Ca n’appelait à mon sens pas de suite mais j’étais tout de même curieuse. En effet, ça sent le réchauffé et ne fonctionne pas vraiment. Le charme est rompu. Dommage.

La vengeance des mères, couvertureUn livre inoubliable : La vengeance des mères de Jim Fergus. Bon, inoubliable je ne sais pas mais j’avais beaucoup aimé Mille femmes blanches et j’avais vraiment hâte de découvrir la suite. Je n’ai pas du tout été déçue, bien au contraire, j’ai même trouvé le style plus fluide et agréable que dans le premier alors que l’histoire elle reste dans la même lignée. Une lecture qui m’a emportée et que j’aurais aimé pouvoir prolonger.

La tentation d'être heureuxUn livre qui t’a fait rire : La tentation d’être heureux de Lorenzo Marone. J’avoue que je n’attendais pas grand chose de ce livre. Le titre sentais le feel good, pas franchement ma tasse de thé… Finalement, malgré quelques inégalités dans ce texte, le cynisme du personnage m’a séduite et j’ai souri plus d’une fois. Une bonne surprise.

Les règles d'usage, couvertureUn livre qui t’a ému : Les règles d’usage de Joyce Maynard. J’avais hâte de découvrir le dernier Joyce Maynard. Je connais peu cet auteur mais j’avais bien aimé ses deux précédents romans. Je ne suis pas très portée sur les histoires de deuil mais j’ai trouvé celle-ci émouvante. J’ai également aimé les questions de société qu’elle pose et la manière dont l’adolescence y est traitée. Un beau roman.

L'archipel d'une autre vie, couvertureUn livre dont tu aimes beaucoup le titre : L’archipel d’une autre vie d’Andréï Makine. Je trouve ce titre à la fois poétique et mystérieux. Makine est un de mes auteurs favoris et j’ai beaucoup aimé ce roman subtil aux accents d’aventure. Un titre qui a largement tenu ses promesses et a su me séduire.

Les anges sans visageUn livre qui t’a donné envie de lire les autres œuvres de son auteur : Les anges sans visage de Tony Parsons. Je n’avais pas eu l’occasion de lire le précédent polar de l’auteur, dont on avait pourtant pas mal parlé. J’avoue avoir été particulièrement convaincue par celui-ci, que j’ai dévoré. C’est classique mais diablement efficace ! J’ai hâte de découvrir ce qu’il a écrit d’autre.

Le grand jeuUn livre que tu ne pensais pas forcément lire : Le grand jeu de Céline Minard. Je n’avais jamais rien lu de l’auteur mais quand on m’a parlé son nouveau roman, j’ai été séduite par le sujet traité. J’ai beaucoup aimé le début, j’ai été un peu déçue par la suite même si on ne peut nier une bonne dose d’originalité. Surprenant plus que convaincant au final mais il a au moins le mérite de détoner dans le paysage littéraire.

Watership Down, couvertureUn livre très étonnant : Watership Down de Richard Adams. J’avoue que ce pavé sur des petits lapins dans la garenne m’a d’abord laissée perplexe. Et pourtant, après quelques pages, je suis totalement rentrée dans cet univers décalé et attachant. Un vrai roman d’aventures comme je les aime, mais avec plein de choses trop mignonnes dedans : un gros gros coup de cœur.

          Beaucoup de bonnes surprises en cette rentrée et peu de déceptions même si c’est en partie dû au fait que certains de mes auteurs favoris sortaient de nouveaux romans cette année. 2016 aura été pour moi un très bon cru littéraire.

          J’invite à présent Filou, Critéïne et Vu de mes lunettes à partager avec nous leur rentrée.

Prix littéraires 2016 : les lauréats

Par défaut

          Cette année, je ne vous ai pas tenu informés sur le blog des différentes sélections pour les prix littéraires parce que l’air de rien il y en a beaucoup et ça prend un temps fou. Mais à défaut de vous donner toutes les étapes, voici au moins les résultats. Comme vous allez le voir, j’ai lu beaucoup de romans cette rentrée mais peu de lauréats. Si vous voulez en savoir plus sur ces romans, cliquez sur le titre pour le résumé Babelio.

  • Prix Nobel

Commençons par le seul grand prix international dont je vais vous parler. La récompense suprême qui récompense cette année… Bob Dylan ! Autant vous dire que la nouvelle a sacrément fait parler d’elle.

  • Prix Goncourt

– Chanson douce de Leïla Slimani – Gallimard

  • Prix Femina Les vies de papier, couverture

– Le Garçon de Marcus Malte – Zulma
– Etranger : Les vies de papier de Rabih Alameddine (mon avis pas très enthousiaste ici) – Les Escales
– Essai : Charlotte Delbo, la vie retrouvée de Ghislaine Dunant – Grasset

  • Grand prix du roman de l’académie française

Le dernier des nôtres d’Adélaïde de Clermont-Tonnerre – Grasset

  • Prix Renaudot

Babylone de Yasmina Reza – Flammarion

  • Prix Médicis

Laetitia ou la fin des hommes d’Ivan Jablonka – Le Seuil
– Etranger : Les élus de Steve Sem-Sandberg – Robert Laffont
– Essai : Boxe de Jacques Henric – Le Seuil

  • Prix Décembre

Comment Baptiste est mort d’Alain Blottière – Gallimard

  • Prix Interallié Repose-toi sur moi, couverture

Repose-toi sur moi de Serge Joncour (ma critique très enthousiaste ici) – Flammarion

          Encore une belle récolte pour Galligraseuil mais aussi pour Flammarion (enfin re-Gallimard quoi). Une fois n’est pas coutume, quasiment que des auteurs que je n’ai jamais lus et dont je n’ai même jamais entendu parler dans cette liste. Maaaiiiiis… maaaiiiis… voilà, Serge Joncour enfin récompensé !!! Depuis le temps qu’on attendait un grand prix pour cet auteur si talentueux (et tellement hors système). Vous ne pouvez pas imaginer ma joie, je suis presque aussi heureuse que si c’était moi qui l’avait eu tellement je n’y croyais plus. Un petit clin d’oeil au passage à Virginie du blog Les lectures du mouton, au moins aussi enthousiaste que moi à l’annonce de la nouvelle. Et félicitations à l’auteur s’il passe par ici, pour ce prix bien sûr, mais aussi et surtout pour son très beau roman.