Mes lectures

L’arrachée belle, Lou Darsan

Au centre de cette histoire, il y a le corps d’une femme, ses hantises et ses obsessions, et il y a la nature. C’est l’histoire d’une échappée belle, d’une femme qui quitte, presque du jour au lendemain, tout ce qui déterminait son identité sociale. Elle sort de stase et se met en mouvement. Son départ est d’abord une pulsion, une sorte de fuite vers l’avant qui tient du road movie, avec de longues traversées de paysages en voiture, en auto-stop, puis à pied. De la fuite et l’errance du départ, cette échappée va se transformer en nomadisme et en un voyage vers la réalisation de soi.

Couverture du roman L'arrachée belle, Lou Darsan

Clairement, l’OVNI de ma rentrée littéraire. J’ai acheté ce livre parfaitement par hasard. J’ai demandé conseil à un libraire inconnu parmi les premiers romans de la rentrée, dans le genre original si possible. Il m’en a proposé deux. Le premier me tentait énormément, je l’ai donc pris. Pour celui-ci, j’étais un peu moins sure mais par le plus grand des hasard, l’autrice était là et je me retrouvais beaucoup dans ce qu’elle racontait. Ca a suffi à me convaincre. On a discuté un bon moment et je garde un excellent souvenir de cette rencontre.

Aussitôt acheté, aussitôt lu (l’article quant à lui s’est fait attendre, histoire de changer je ne suis pas exactement en avance sur mes articles…) ! Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce texte est surprenant. Je l’ai trouvé très poétique. C’est assez décousu dans un langage soutenu, qui fait beaucoup appel à des images, des sensations. Soyons honnêtes, ce n’est pas du tout mon genre, je suis bien trop terre à terre pour ce type de littérature. Mais j’ai quand même trouvé que ça avait le mérite de se démarquer. Ca m’a par moments rappelé la plume de Cloé Delaume, avec un sens de la formule moins marqué et un brin plus de douceur à la place.

Le récit est décousu mais ça retranscrit bien la confusion de cette jeune femme qui se cherche. Son changement de vie m’a fait penser à une mue particulièrement difficile. Elle semble s’arracher à elle-même. C’est brutal, confus parfois, mais beau aussi. Si souvent j’ai eu du mal à accrocher avec ce style si particulier, je lui ai aussi trouvé une certaine beauté. Même si je n’ai pas totalement été séduite, je suis contente d’avoir découvert ce premier roman si particulier. Je me suis sentie sans cesse bousculée, dérangée. Un texte dur et poétique, que j’ai eu beaucoup de mal à le lire mais sans nul doute une voix singulière.

Portrait de Lou Darsan

Dans la baignoire fermée, l’eau coule, pas plus haut que ses jambes étendues. Elle ne sait pas ce qu’elle écrirait si elle voulait évoquer l’eau, les mollets, la peau nue, le triangle noir. Les jambes tendues ou parfois repliées, la pointe des pieds.

_______________

Elle aimerait qu’un regard la saisisse. Que cette femme qui lui ressemble soit vue, intégrale. Elle pense qu’elle est la seule spectatrice de son corps et que cela la rend plus forte. Aucune émotion n’est liée à cette image, seulement le sentiment d’existence, d’être concrète, d’être corps.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.