Mes lectures

Sublime royaume, Yaa Gyasi

Gifty, américaine d’origine ghanéenne, est une jeune chercheuse en neurologie qui consacre sa vie à ses souris de laboratoire. Mais du jour au lendemain, elle doit accueillir chez elle sa mère, très croyante, qui n’est plus que l’ombre d’elle-même et reste enfermée dans sa chambre toute la journée. Grâce à des flashbacks fort émouvants, notamment sur un frère très fragile, nous découvrons progressivement pourquoi la cellule familiale a explosé, tandis que Gifty s’interroge sur sa passion pour la science si opposée aux croyances de sa mère et de ses ancêtres. ​

Couverture de Sublime Royaume de Yaa Gyasi

De cette autrice j’avais adoré No home, son premier roman, qui avait été un gros coup de cœur. J’attendais donc avec impatience celui-ci. J’avoue avoir été bien moins convaincue. Même si globalement c’est un bon roman, j’ai trouvé qu’il n’avait ni l’ampleur ni la portée du précédant. Le sujet, beaucoup plus intime, m’a moins touchée. Mais là c’est aussi une question de goûts, je ne suis pas très portée sur les drames personnels, je leur préfère toujours l’aspect historique ou social, même si ça se rejoint souvent.

Lire la suite « Sublime royaume, Yaa Gyasi »
Mes lectures

L’arrachée belle, Lou Darsan

Au centre de cette histoire, il y a le corps d’une femme, ses hantises et ses obsessions, et il y a la nature. C’est l’histoire d’une échappée belle, d’une femme qui quitte, presque du jour au lendemain, tout ce qui déterminait son identité sociale. Elle sort de stase et se met en mouvement. Son départ est d’abord une pulsion, une sorte de fuite vers l’avant qui tient du road movie, avec de longues traversées de paysages en voiture, en auto-stop, puis à pied. De la fuite et l’errance du départ, cette échappée va se transformer en nomadisme et en un voyage vers la réalisation de soi.

Couverture du roman L'arrachée belle, Lou Darsan

Clairement, l’OVNI de ma rentrée littéraire. J’ai acheté ce livre parfaitement par hasard. J’ai demandé conseil à un libraire inconnu parmi les premiers romans de la rentrée, dans le genre original si possible. Il m’en a proposé deux. Le premier me tentait énormément, je l’ai donc pris. Pour celui-ci, j’étais un peu moins sure mais par le plus grand des hasard, l’autrice était là et je me retrouvais beaucoup dans ce qu’elle racontait. Ca a suffi à me convaincre. On a discuté un bon moment et je garde un excellent souvenir de cette rencontre.

Aussitôt acheté, aussitôt lu (l’article quant à lui s’est fait attendre, histoire de changer je ne suis pas exactement en avance sur mes articles…) ! Le moins qu’on puisse dire, c’est que ce texte est surprenant. Je l’ai trouvé très poétique. C’est assez décousu dans un langage soutenu, qui fait beaucoup appel à des images, des sensations. Soyons honnêtes, ce n’est pas du tout mon genre, je suis bien trop terre à terre pour ce type de littérature. Mais j’ai quand même trouvé que ça avait le mérite de se démarquer. Ca m’a par moments rappelé la plume de Cloé Delaume, avec un sens de la formule moins marqué et un brin plus de douceur à la place.

Le récit est décousu mais ça retranscrit bien la confusion de cette jeune femme qui se cherche. Son changement de vie m’a fait penser à une mue particulièrement difficile. Elle semble s’arracher à elle-même. C’est brutal, confus parfois, mais beau aussi. Si souvent j’ai eu du mal à accrocher avec ce style si particulier, je lui ai aussi trouvé une certaine beauté. Même si je n’ai pas totalement été séduite, je suis contente d’avoir découvert ce premier roman si particulier. Je me suis sentie sans cesse bousculée, dérangée. Un texte dur et poétique, que j’ai eu beaucoup de mal à le lire mais sans nul doute une voix singulière.

Portrait de Lou Darsan

Dans la baignoire fermée, l’eau coule, pas plus haut que ses jambes étendues. Elle ne sait pas ce qu’elle écrirait si elle voulait évoquer l’eau, les mollets, la peau nue, le triangle noir. Les jambes tendues ou parfois repliées, la pointe des pieds.

_______________

Elle aimerait qu’un regard la saisisse. Que cette femme qui lui ressemble soit vue, intégrale. Elle pense qu’elle est la seule spectatrice de son corps et que cela la rend plus forte. Aucune émotion n’est liée à cette image, seulement le sentiment d’existence, d’être concrète, d’être corps.

Mes lectures

Le combat ordinaire

          Qui sont les quantités négligeables? Certaines photos de Marco, tentatives dérisoires pour dire le monde… Certains hommes, cassés après des années de travail sur les chantiers… Certaines vies banales qui basculent dans des choix discutables…

Le combat ordinaire, T2 couverture

          Ca faisait un petit moment que j’entendais parler de cette BD de Manu Larcenet. On m’en avait dit le plus grand bien mais je dois avouer que le style du dessin ne m’inspirait pas plus que ça. J’ai finalement décidé de me lancer et de m’installer sous un plaid avec un thé pour lire les 4 tomes qui composent cette histoire. Je ne l’ai pas regretté.

Le combat ordinaire

          J’ai trouvé cette histoire très touchante et j’ai beaucoup aimé la manière dont elle évolue. On ressent bien les tâtonnements du personnage, ses doutes, ses peurs. C’est vraiment émouvant et on s’attache à ce mec un peu paumé qui ne sait pas exactement quoi faire de sa vie. J’ai trouvé que ça sonnait terriblement juste. Il est loin d’être parfait, plein de failles, c’est fondamentalement humain.

Le combat ordinaire
Comgbat ordinaire T2-60.trt

          Pas mal d’aspects de la vie sont évoqués : la famille, le couple, la vieillesse, l’amitié… C’est assez universel et on s’est tous posé au moins une fois certaines des questions qui hantent le personnage. La manière dont il évolue est assez naturelle et il y a une belle continuité entre les différents tomes. Finalement, je me suis très vite habituée au dessin, même si ce n’est pas un style que j’apprécie outre mesure, il se fait vite oublier tant l’histoire est forte. Une BD tendre et touchante que j’ai pris un grand plaisir à découvrir.

Couverture Le combat ordinaire T1

– Et c’est pourquoi j’ai décidé d’abandonner la thérapie… Hem, voilà, voilà…
– Bien… Nous allons en rester là si vous voulez bien. … Je vous mets un rendez-vous le mois prochain?

Cinéma·Divers

L’homme flottant

Comédie dramatique française d’Eric Bru avec Camille Bardery, Anne-Jacqueline Bousch, Muriel Gaudin
Anton flotte dans la piscine de Sofia depuis 5 ans. Accompagnée d’une joyeuse bande de comédiens venus tout droit du festival d’Avignon, Irina débarque, bien décidée à l’en faire sortir. Une histoire de vases communicants, d’eaux dormantes qui finissent par déborder…

L'homme flottant, affiche

Voilà un film pour le moins perturbant. A tel point que je ne sais trop qu’en dire… Je peux en tout cas vous assurer qu’il a le mérite de sortir du lot ! Il est inspiré d’Oblomov que je n’ai malheureusement jamais vu bien que j’aie réservé une place par deux fois (quand ça ne veut pas…). La pièce m’intriguait beaucoup et j’ai été très déçue de la rater. Ce film a donc été une petite consolation. Je ne connaissais pas l’histoire d’Oblomov, dont le film est librement inspiré et je dois avouer avoir été très surprise. Ici, un homme vit sur un matelas gonflable sur sa piscine. C’est euh… déroutant ! La visite de son ex accompagnée de ses amis quelque peu surpris par la découverte de ce personnage va venir troubler le rythme de la maisonnée.

L'homme flottant

Je n’ai pas toujours été très convaincue par ce film d’un point de vue technique. On est proche du théâtre, ce avec quoi j’ai toujours un peu de mal au cinéma. Ca sent le tout petit budget, avec une esthétique qui aurait mérité d’être plus travaillée. Enfin, on s’habitue. En revanche, côté cadrage, des choses assez osées sont tentées. Ce n’est pas toujours très réussi mais on sent au moins un bel enthousiasme et une envie d’essayer des choses nouvelles. Parfois ça fonctionne, parfois moins, mais au final ça donne un espèce de rythme un peu bancal au film que j’ai bien aimé et qui ne fait qu’affermir l’ambiance déjà très étrange. Les personnages m’ont été assez antipathiques mais j’ai apprécié leur évolution, la manière dont ils se dévoilent peu à peu. Le contraste entre les comédiens qui n’hésitent pas à s’imposer dans cette maison et cet homme si en retrait du monde est pour le moins intéressant et crée une sorte de flottement que j’ai beaucoup aimé.

L'homme flottant

J’ai trouvé que c’était très bien joué et s’il m’a fallu un peu de temps pour rentrer dans ce film assez particulier, j’ai finalement bien apprécié son rythme totalement à part. Le film pose quelques questions intéressantes à travers la confrontation de ces êtres que tout semble opposer et il y a quelques moments de grâce. Ca m’a donné encore plus envie – si besoin était – de découvrir la pièce d’origine. Je n’ai pas tout aimé dans ce moyen-métrage pas totalement abouti mais j’ai trouvé qu’il faisait un pari osé, tant par le sujet que dans la manière de le traiter et c’est dans l’ensemble plutôt réussi. En tout cas, ça ne risque pas de laisser indifférent. Le film ne dure que 44 min mais est présenté précédé d’un court-métrage qui change en fonction des jours. La diffusion n’est pas très large mais j’espère que quelques parisiens se déplaceront pour découvrir ce petit film pas comme les autres.

Cinéma

Map to the stars, un film qui ne m’a pas fait voir d’étoiles…

Drame américain de David Cronenberg avec Julianne Moore, Mia Wasikowska , Olivia Williams

          Hollywood, la ville du cinéma et de tous les excès. A 13 ans, Benjie est déjà une star qui n’hésite pas à faire des caprices. Son père coache les célébrités et notamment Havana, une actrice sur le retour en pleine dépression. Quand elle engage la jeune Agatha comme assistante, les choses vont compliquer à sérieusement se compliquer…

283431.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Ce film me tentait bien. On en a beaucoup parlé à Cannes où Julianne Moore, l’actrice principale, a eu le prix d’interprétation féminine. De plus, généralement, j’aime bien le cinéma de David Cronenberg, ce qui me donnait d’autant plus envie d’aller le voir. Pourtant, j’ai été franchement surprise – et assez déçue – par le résultat. Je dois avouer que mes attentes étaient complètement à côté de la plaque. Avec les quelques extraits que j’en avais vus, je m’attendais plutôt à une comédie, autant dire que j’ai été déçue ! Non seulement ça n’a rien de drôle mais c’est même carrément sordide.

081505.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Dès les premières minutes, j’ai su que je n’allais pas aimer ce film, mais alors, vraiment pas. Difficile de dire lequel des personnages m’a le plus agacée tant tous m’ont paru insupportables. Le gamin star est un sale mioche tête à claques absolument insupportable, son père est un pseudo gourou sans relief et Havana une dépressive hystérique sans grand intérêt. Quant à son assistante, elle est complètement ravagée. Une panoplie de personnages stéréotypés, crispants et dont l’histoire m’a laissé profondément indifférente.

377506.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

          Ce film est à mes yeux d’un ennui mortel. Heureusement, la seconde partie, plus trouble de la première, est aussi plus intéressante même ça devient un peu n’importe quoi sur la fin. Elle a au moins le mérite d’arriver à mettre franchement mal à l’aise. En général, j’aime bien ce que fait David Cronenberg mais là, on ne s’est clairement pas compris. Quant au Prix d’interprétation pour Julianne Moore, je reste un peu perplexe mais je suppose que n’ayant à peu près rien aimé dans ce film je suis mauvais juge. Je crois que les films de dépressifs ne sont définitivement pas pour moi… Un film qui pour moi manque cruellement de recul sur son sujet et s’avère aussi plat qu’ennuyeux quand il n’est pas franchement agaçant.