Bars, restaurants

Les 3 continents, Toulouse

          Les trois Continents est un petit restaurant toulousain qui propose des spécialités venues du monde entier sous forme de tapas. Le décor comme la cuisine vous feront voyager en Asie, en Afrique ou en Amérique du Sud pour un tarif imbattable. Bon voyage !

54122996_PVI_0001_HOME

          Voilà un endroit qui ne manque pas de charme ! La décoration des lieux est vraiment hors normes. D’un côté, un espace salon de thé à l’asiatique, de l’autre un espace chaleureux, avec des plantes et du bois pour un esprit Amérique du Sud et des balancelles pour vous accueillir, un petit patio très vert et tout mignon, et au sous-sol, l’espace africain avec son sol couvert de sable fin. Quelle que soit la table où vous serez assis, le dépaysement est assuré !

54122996_PVI_0001_GA_10

          Côté cuisine, on voyage aussi avec des spécialités venues d’un peu partout. Le midi, c’est un mini buffet à volonté pour un prix imbattable et le soir, un assortiment de tapas au choix à piocher dans la carte et à partager. Les portions sont franchement généreuses. Nous en avons pris 7 pour 3 et nous avons eu le plus grand mal à en venir à bout ! Vous pouvez les accompagner de délicieux cocktails. Pour ne rien gâcher, le service est très très sympa !

54122996_PVI_0001_GA_07

          Ce n’est pas de la grande cuisine mais on mange bien. Et puis de toute façon les pieds dans le sable, en ville, en plein mois de janvier, tout à l’air meilleur ! J’ai trouvé la plupart des tapas très réussis. C’est copieux, ça a du goût et les prix sont raisonnables. Que demander de plus ? C’est simple et bon, on est bien installés, bref, on passe un bon moment. Une bonne adresse où je retournerai avec plaisir et que j’ai hâte de faire découvrir à mes amis toulousains.

DSC_0060

Les Trois Continents

24, rue Héliot

31000 Toulouse

Bars, restaurants

Les puces des Batignolles

          Un petit bistrot du Quartier des Batignolles à la déco chaleureuse et accueillante qui donne envie de s’installer confortablement pour savourer un chocolat chaud ou boire un verre de vin. En réalité, il se décline en deux adresses, situées à quelques mètres l’une de l’autre ; j’ai testé l’une d’entre elles.

©ParisMieuxMieux www.parismieuxmieux.com
©ParisMieuxMieux http://www.parismieuxmieux.com

          Il y avait longtemps que cette adresse me faisait de l’oeil, pour une pause goûter ou un apéro. Finalement, c’est pour un déjeuner que nous nous y sommes arrêtées. Un dimanche du mois d’août par un temps des plus maussades : la plupart des restaurants du quartier sont fermé, les 3/4 de ceux qui sont ouverts ne servent QUE des brunch et nous avons déjà pris notre petit -déjeuner, le premier dans lequel nous rentrons a l’air fort sympathique mais n’a pas été approvisionné en viande pour les plats chauds et avec la pluie et le brouillard une salade ne nous faisait pas trop rêver, nous avons donc fini par nous installer aux Puces des Batignolles bien que le dimanche soit plutôt le jour du brunch (l’une des deux adresses y est d’ailleurs entière consacrée ce jour-là) et que la carte soit un peu réduite. Avec sa déco « retour de brocante » et ses vieux objets chinés dans tous les coins, on s’y sent bien.

les puces des batignolles_1
©oubuncher http://www.oubruncher.com

          En dehors du brunch  – qui a d’ailleurs l’air extrêmement copieux – et de plats type burger, omelette, croque-monsieur, la carte est assez légère. Nous n’avons toutefois pas peiné à y trouver notre bonheur avec un tajine d’agneau aux épices avec ses petits légumes. Il n’y avait rien à redire au plat qui était à la fois copieux et très goûteux ! J’ai particulièrement apprécié la portion généreuse de légumes, eux aussi excellents. Si parfois il y a entourloupe sur le tajine, qui ne cuit absolument pas dans la tradition, là aucun doute, tout a mijoté ensemble dans son jus pour un résultat simple mais terriblement efficace. Ce n’est pas une cuisine d’exception mais je dois avouer que je me suis régalée. En dessert nous avons partagé une panna cotta aux fruits rouges qui était bonne et elle aussi très copieuse. Quant aux verres de vins, ils sont à des tarifs raisonnables. La semaine, la carte est plus vaste, avec des plats proposés à l’ardoise. Une adresse sans prétentions mais fort sympathique pour un déjeuner sur le pouce ou simplement un café en passant.

©ParisMieuxMieux www.parismieuxmieux.com
©ParisMieuxMieux http://www.parismieuxmieux.com

Les puces des Batignolles

110 rue Legendre – 75017 Paris

01 42 26 62 26

Bars, restaurants·Musique

Le caveau de la Huchette

          Le caveau de la Huchette fait partie des institutions parisiennes. Ce lieu mythique propose des concerts de swing ou de jazz et on s’y réunit pour venir écouter mais aussi et surtout pour danser sur des rythmes endiablés jusqu’au bout de la nuit.

          Il faut bien le dire, j’ai toujours été une bien piètre danseuse. Ma grâce naturelle semble quelque peu défectueuse et j’ai un sens du rythme très personnel. Quant à ma capacité à suivre mon partenaire, elle semble tout simplement incompatible avec ma soif d’indépendance. Ajoutez à ça une bonne part de timidité et inutile de vous préciser qu’il ne faut pas compter sur moi pour enflammer la piste ! Il se trouve que je n’écoute pas énormément de jazz, bien que j’aime ça, qu’il y a peu d’adeptes de ce type de musique dans mon entourage et que les rares danseurs que je connais se cantonnent à la salsa et ne fréquentent donc pas le lieu. Fort heureusement, ma cousine qui a des talents de danseuse bien plus développés que les miens est venue me rendre visite et m’a entraînée dans son sillage vers cet endroit si particulier.

SONY DSC

          Au premier étage se trouve le bar, totalement déserté, mais toutefois utile pour se rafraîchir entre deux rocks exaltés. L’orchestre joue au sous-sol, dans une cave voûtée (une caveau donc) qui n’a rien perdu de son charme au fil des siècles. Ce fut un rendez-vous des Templiers, puis de la franc-maçonnerie. Deux souterrains partaient de là, et pendant la Révolution, cette cave appelée Caveau de la Terreur abritait le club des Cordeliers et celui des Montagnards. Danton, Marat, Saint-Just ou Robespierre s’y sont réunis et de nombreux jugements y ont été rendus. Mais l’endroit tel qu’on le connaît, avec ses concerts de jazz, a ouvert après la guerre, en 1946. L’orchestre joue dans un coin de la salle, de taille moyenne, autour de laquelle sont installées quelques banquettes et bancs et bois. Pas de décoration mais un endroit où on se sent de suite bien.

          Un grand espace est laissé libre au milieu pour les danseurs, et si lors des premiers morceaux, personne n’ose se lancer, cela ne dure guère et très vite la piste de danse fourmille de couples. La plupart des gens présents sont des habitués et de bons danseurs mais l’ambiance est très bon enfant et nombreux ont été ceux qui m’ont invitée à danser et m’ont appris quelques rudiment de rock pour briller lors de mes futures sorties. Tous ont rivaliser d’ingéniosité pour me mettre à l’aise voyant ma peur de ne pas savoir comment m’y prendre et j’ai finalement passé une excellente soirée. On retrouve un peu tous les âges dans cet endroit très métissé qui respire la joie de vivre. Un endroit un peu magique et hors du temps où on est très bien accueilli et où on peut sans peine faire ses premiers pas sur la piste de danse ou simplement venir écouter un peu de jazz dans la joie et la bonne humeur.

caveau-de-la-huchette-2-big

Le Caveau de la Huchette

5 rue de la Huchette

75005 Paris

Tous les soirs à partir de 21h30, concert à 22h15

Jusqu’à 2h30 du dimanche au mercredi

Jusqu’à l’aube du jeudi au samedi

Entrée 12 €

Bars, restaurants

Chez Camille

          Chez Camille est un tout petit bar niché dans une rue escarpée de la butte Montmartre : une petite salle tout en longueur, une terrasse minuscule et du bon rock comme ambiance musicale font tout le charme de l’endroit.

chez-camille_comptoir

          Le lieu est accueillant, dans l’esprit des vieux troquets parisiens, bien que les propriétaires aient redonné aux murs un petit coup de jeune bienvenu. C’est chaleureux, on s’y sent de suite comme chez soi. D’ailleurs, on sent bien qu’il y surtout ici des habitués dont c’est un peu la deuxième maison. La clientèle est plutôt jeune, comme les patrons.  On pourrait facilement lier connaissance si on venait 2 ou 3 fois.

          A la carte, les classiques de l’apéritif bien sûr, une petite sélection de vins, et de délicieux cocktails, des plus traditionnels aux plus originaux. Vous pourrez accompagner votre verre d’une très bonne planche de cantal ou de saucisson. Côté prix, si ce n’est pas franchement donné, ce n’est pas non plus excessif pour le quartier. Une adresse vraiment sympa où il fait bon se retrouver entre amis pour bien commencer la soirée.

l

Chez Camille

8 rue Ravignan

75018 Paris

Ouvert de 18h à 2h

Fermé le lundi

Cuisine

Publicis Drugstore

          La brasserie du Publicis Drugstore est un bar « chic » en haut des Champs Elysées. Nous avions envie d’un thé et une pâtisserie avant d’aller voir un film à côté et nous manquions de temps comme d’inspiration. Le Drugstore proposant des pâtisseries d’Hermé et du thé Mariage Frères, nous nous y rendons sans plus attendre. 

          Le lieu est très froid, une espèce de bulle transparente avec des tables grises ou blanches ultra design (assez moches à mon goût), un bar étincelant et une musique assourdissante. On y trouve des touristes et de jeunes cons parisiens. Visiblement, on vient ici essentiellement pour se montrer, sans se soucier des masses de ce qu’on a dans l’assiette (ou le verre). C’est dommage, les pâtisseries de Pierre Hermé, ça reste quand même un grand moment. Malheureusement, le lieu ne se prête pas du tout à la dégustation. Les tartes vendues à prix d’or (environ 3 fois le prix en magasin), sont servies dans une vaisselle moche, genre assiette blanche Ikea, sans un poil de présentation. Le service est très empressé étant donné la foule qui se presse dans ce lieu sans âme. C’était certes bon, mais on aurait apprécié un cadre plus chaleureux, surtout pour le prix. Une adresse où je ne pense pas revenir, en revanche, je tenterais bien l’atelier de Joël Robuchon à l’étage supérieur…

Publicis Drugstore

133 avenue des Champs-Elysées

75008 Paris